Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2010

News de l’espace: 1ère planète extragalactique et poussière d’astéroïde

Pour reprendre la phrase du journaliste :

"Les yeux des téléscopes voient de plus en plus précisément dans l’espace, y compris des petits corps à de très grandes distances."

Nous pensons pour notre part que ce ne sont pas les instruments sophistiqués de la Nasa ou des agences spatiales qui permettent de voir plus précisément dans l'espace. Mais que comme notre système solaire est en train d'ascensionner vers le centre de la Galaxie et que notre environnement cosmique change, leurs instruments enregistrent donc ces changements.

18 novembre 2010

News de l’espace: 1ère planète extragalactique et poussière d’astéroïde

Les yeux des téléscopes voient de plus en plus précisément dans l’espace, y compris des petits corps à de très grandes distances. Jusqu’à présent, les presque 500 exoplanètes se recrutaient dans notre galaxie.

 

fourneau-568710.jpgUne planète hors de la Voie Lactée

Nous sommes cette fois conviés une première grâce à l’Observatoire européen austral de La Silla, au Chili. Les astronomes ont découvert une exoplanète d’une fois et demie la taille de Jupiter en dehors de notre galaxie.

«Cette planète exo-galactique baptisée HIP 13044 b a une masse une fois et demie plus grande que celle de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire. Elle tourne autour de l'étoile HIP 13044 qui se trouve à 2 200 années-lumière (une année-lumière équivaut à 9 460 milliards de km) de la Terre, dans la constellation australe du Fourneau. Cette étoile faisait partie à l'origine d'un groupe stellaire qui appartenait à une galaxie naine dévorée par la Voie lactée, lors d'un acte de cannibalisme galactique, il y a six à neuf milliards d'années.

La planète est proche de son étoile et de ce fait très chaude. Au point le plus proche de son orbite elliptique, elle passe à un dizième de la distance séparant la Terre du Soleil, précisent les auteurs de cette communication parue dans la revue américaine Science. Elle boucle son orbite en seulement 16,2 jours.»



astéroïde6 of Hayabusa on Itakowa asteroid.jpgHayabusa et la poussières d’astéroïde

Contrairement aux informations qui ont circulé récemment, la sonde Hayabusa a bien ramené de la poussière d’astéroïde sur Terre. Le système n’a pas fonctionné comme prévu mais d’infimes grains de poussières ont pu être captés lors du choc avec la surface de Itokawa. C'est un peu plus de poussière d'étoile qui nous arrive.

«Jamais poussières n'étaient revenues de si loin. Ils ne pèsent que quelques millionièmes de grammes, mais ces 1 500 infimes grains minéraux ont été prélevés à plus de 300 millions de kilomètres de la Terre. Mardi 16 novembre, l'agence spatiale japonaise (JAXA) a annoncé que sa sonde Hayabusa avait réussi à arracher ces particules de la surface de l'astéroïde Itokawa, puis à les ramener sur Terre. Un des compartiments de la capsule, larguée par le vaisseau spatial, en juin, au-dessus de l'Australie, contenait cet infime trésor, identifié au télescope électronique comme de la matière extraterrestre.

Après les kilos de poussières rapportées de la Lune par les missions Apollo des Américains et celles, robotisées, des Soviétiques, après les particules de la queue de la comète Wild2, saisies par la sonde Stardust de la NASA, les Japonais, débutants de l'exploration spatiale, ont donc réussi pour la quatrième fois à ramener sur Terre des échantillons de matière céleste. En établissant, au passage, un record de distance et de difficultés.»


La grande épopée de l’espace continue. Notre époque est difficile mais aussi passionnante.

Images: Nasa et Jaxa.

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/11/18/news-de-...


11/11/2010

Côte d'Azur : Activité sismique : des signes alarmants

Activité sismique anormale sur la Côte d'Azur ! A la une du Nice Matin de ce jour.

Pour ceux qui résident sur la Côte d'Azur pensez à acheter le Nice Matin de ce jour.
  
Cela progresse partout dans le monde y compris sur toutes les côtes.

Hier le littoral a été touché par un violent coup de mer.

Voir la Une de Nice Matin et l'article ci-dessous.

  

Le littoral touché par un violent coup de mer
Publié le jeudi 11 novembre 2010 à 07H05
   
 
Le littoral touché par un violent coup de mer_1

Les plages privées de Juan-les-Pins ont subi hier le premier coup de mer de la saison. Il a été moins violent que les années précédentes. Mais l'hiver ne fait que commencer.
Frantz BOUTON

Hier, le violent coup de mer a mis un terme à la saison des plagistes. La plupart souhaitaient fermer dimanche pour profiter du week-end du 11 novembre. A quelques exceptions près, les dégâts - plutôt légers par rapport aux coups de mer de l'an passé - les contraindront à fermer plus tôt. Ce coup de labech a toutefois été particulièrement important. À tel point que le bord de mer a été fermé à la circulation entre Juan-les-Pins et Golfe-Juan, ainsi qu'entre le port du Croûton et le port-abri de l'Olivette. Attendant de nouveaux dégâts, les services de la mairie ont attendu le dernier moment pour la rouvrir à la circulation.

« Nous avons été surpris »

« Nous avons été surpris par la mer qui a commencé à se gonfler mardi après-midi, explique la responsable de la plage des Îles. Au cours de la nuit et hier matin les vagues ont atteint entre trois et quatre mètres. Résultat, l'eau et le sable ont franchi les murs de protection, heureusement sans pénétrer dans les cuisines. »

Hier matin, les plagistes et leurs amis se sont retroussé les manches pour chasser l'eau et le sable de leurs établissements. Une solidarité qui s'est créée au fil du temps, et surtout de ses caprices de plus en plus fréquents.

Les murs de protection qui doivent servir de brise-lames (contreplaqués et madriers) ont résisté selon l'ancrage. Mais certains ont été si bien montés que l'eau, qui les avait contournés, n'a pu être évacuée.

Ce fut notamment le cas à l'Epi Beach.

Du côté du Lido, les gros madriers ont bien tenu le coup. « Nous avons dû faire seulement du nettoyage ».

Même constat au Trident : « Après des derniers coups de mer violents, nous avons reconstruit en démontable en reculant l'établissement pour permettre de disposer en avant des panneaux en bois, rapidement mis en place, pour casser les vagues. Cela nous permet de préserver l'intérieur de nos établissements. »

Les plagistes craignent maintenant la suite. Car les coups de labech sont très fréquents en cette saison. Et elle ne fait que commencer.

http://www.nicematin.com/article/antibes/le-littoral-touc...

 

Énorme structure mystérieuse découverte dans le centre de la Voie Lactée

Si les scientifique n'ont pas compris que nous sommes les témoins de l'ascension de notre Galaxie vers son centre et que nous sommes actuellement dans les turbulences de l'anneau de Lumière d'Alcyone, le Soleil Central de notre Galaxie, on pourrait peut-être leur faire un dessin ? Qu'en pensez-vous ?

(Pleiades - Alcyone Nebula)

m45_Alcyone_030926_25_60m_bgsm_5_25_800.jpg

Si cette découverte fondamentale, ne nous donne pas le signal que l'ensemble de notre système solaire est en train d'ascensionner ou de se préparer à faire un saut quantique prévu pour 2012, on ne voit pas ce que nous pourrions apporter comme preuve de plus !

Nous attendions la matérialisation dans notre Ciel de la Croix Rouge d'Alcyone qui marquera le signal du saut quantique ! Est-ce celui-ci ou y'en aura-t-il un autre ?

 

 

 

Fermi_bubble_art_labels.jpg


Voir la vidéo sur le site de la NASA:

http://www.nasa.gov/mission_pages/GLAST/news/new-structure.html

 

Utilisant le télescope spatial Fermi, les astronomes ont enregistré une mystérieuse structure dans le centre de la galaxie.

WASHINGTON — La découverte de deux bulles géantes mystérieuses liées l’une à l’autre et émettant de puissants rayonnements gamma au coeur de notre galaxie, la Voie Lactée, intrigue les astrophysiciens, qui supposent qu’elles seraient des résidus de l’éruption d’un énorme trou noir.

Cette structure s’étend sur 50.000 années-lumières (une année lumière équivaut à 9.460 milliards de km) et daterait de plusieurs millions d’années.

« Ce que nous voyons, ce sont deux bulles émettant des rayons gamma s’étendant sur 25.000 années-lumière respectivement au sud et au nord du centre de la Voie Lactée et nous ne comprenons pas totalement leur nature ou leur origine », explique Doug Finkbeiner, un astronome du centre d’astrophysique de l’Université Harvard à Cambridge (Massachusetts).

Il a été le premier à détecter cette structure, qui s’étend sur plus de la moitié du ciel visible, de la constellation de la Vierge à celle de la Grue.

Outre Doug Finkbeiner, Meng Su et Tracy Slatyer de l’Université Harvard ont également contribué à cette découverte réalisée en analysant des données accessibles au public provenant du télescope Fermi à champ large (LAT) lancé en juin 2008 par la Nasa, l’agence spatiale américaine.

Ce télescope spatial, fruit d’une collaboration internationale, est le plus sensible aux émissions de rayons gamma grâce à un détecteur à très haute définition et balaie le ciel entièrement toutes les trois heures.

Les rayons gamma sont les rayonnements lumineux ou électromagnétiques dotés de la plus haute énergie.

D’autres astrophysiciens qui étudient ces rayonnements n’avaient pas détecté ces bulles, en partie à cause de l’abondance de ces émissions qui se produisent partout dans le ciel et créent une sorte de brume interstellaire.

Ce phénomène se produit quand les particules, se déplaçant à une vitesse proche de celle de la lumière, inter-agissent avec la lumière et les gaz interstellaires dans la Voie Lactée.

L’équipe de chercheurs auteurs de la découverte a fini par détecter les deux bulles en affinant constamment leurs modèles, un processus qui a permis d’éliminer les autres émissions diffuses de rayonnements gamma.

Les astrophysiciens continuent à analyser ce phénomène pour tenter de mieux comprendre comment cette structure jamais vue auparavant s’est formée.

Les bulles émettent des rayonnements gamma beaucoup plus puissants que ceux détectés ailleurs dans la Voie Lactée, précisent les chercheurs.

Ils notent aussi que ces deux bulles ont des bords bien définis.

Parmi les hypothèses avancées, les astrophysiciens citent des jets de particules provenant du trou noir très massif au coeur de la galaxie.

Dans un grand nombre d’autres galaxies, de tels jets sont formés par de la matière tombant vers le centre du trou noir, objet massif dont le champ gravitationnel est si intense que rien, même pas la lumière, ne peut s’en échapper.

Bien que rien n’indique que le trou noir au centre de la Voie Lactée soit la source de tels jets de particules, ils auraient pu exister il y a plusieurs millions d’années.

Ces bulles pourraient aussi s’être formées avec des gaz provenant d’explosions ayant résulté de la naissance d’étoiles, ou de groupes stellaires au centre de notre galaxie, avance l’astrophysicien David Spergel de l’Université Princeton (New Jersey, est).

« Dans d’autres galaxies, nous observons que la formation d’étoiles peut créer d’énormes flux de gaz », note-t-il.

Mais « quelle que soit la source d’énergie derrière ces gigantesque bulles, ce phénomène est lié à un grand nombre de questions fondamentales en astrophysique », selon lui.

Source: AFPDailygalaxy.comNASA.gov

 

 

Très important : Nous allons bel et bien vers un saut quantique qui a déjà commencé dans la Voie lactée !

Tous les jours, la Nasa et les scientifiques découvrent des choses nouvelles dans le Cosmos,  qu'il serait trop long de toutes les répertorier.

Il y a en une que nous venons de découvrir qui nous parle énormément, surtout au niveau de sa forme, le 8 Divin et de sa double composition. Cela correspond à ce que nous avançons depuis un moment.
 
Lors de l'ascension nous devons intégrer notre double cosmique, ou corps Christique ou Divin.

Toutes les planètes doivent elles aussi ascensionner pour intégrer leur double cosmique. Voir la théorie  (des univers gémellaires de Jean-Pierre PETIT). Ces Univers gémellaires se trouvent dans ce que les scientifiques appellent la matière noire qui est en fait la matière la plus lumineuse de l'Univers.
 
Cette image ci-dessous, prise par la Nasa montre pour nous, deux corps qui sont en train de fusionner. Celle du bas (La Mère) est en train de fusionner et d'intégrer son double cosmique qui se trouve au-dessus (Le Père).

Cliquez sur les images pour zoomer

 
illustration of gamma-ray bubbles extent

 

Comparez avec l'image  qui se trouve ci-dessous et qui avait été mise en ligne le 11 novembre 2009 sur le blog des Passeurs de Lumière. Suprenante similitude, n'est-ce pas ?

L'homme Universel & Cosmique

http://passeurs-de-lumiere.hautetfort.com/archive/2009/12...

 
De plus, regardez la forme que cela prend. Celle de la Croix qui est le symbole Universel de l'Unité et du 8 Divin ou l'infini ou l'Alpha et l'Omega ou l'Eternité.
 
Source des Articles :

Énorme structure mystérieuse découverte dans le centre de la Voie Lactée
NASA's Fermi Telescope Finds Giant Structure in our Galaxy
  
Massive Mystery Objects Millions of Years Old Discovered at Milky Way Center
http://www.dailygalaxy.com/my_weblog/2010/11/massive-myst...
  

Voici une explication de ce qu'est l'ascension ou le secret de l'alchimie qui est donnée sur le site des Passeurs de Lumière.

L'ascension est le secret de l'Alchimie, c'est-à-dire qu'il faut tansformer le plomb (le corps physique lourd, incarné dans la matière), en Or (La couleur du Corps Christique ou Divin.)
C'est-à dire qu'il faut réaliser la fusion entre le corps physique et le corps Divin.
C'est ce que le Christ a fait lorsqu'il a ascensionné.

Voir l'image ci-dessous qui explique la fusion des deux corps lors de l'ascension.

L'ascension.jpg
 
 

28/09/2010

Un scientifique propose un modèle d'univers sans Big Bang

Si nous retenons que les planètes font des enfants, tout comme nous, la théorie du Big Bang tient aussi, puisque, Alcyone le Grand Soleil Central (le Père - Adam ou l'Energie du Ciel)  qui se trouve au centre de la galaxie et constitué de 7 étoiles ou soleils, a accouché de 7 systèmes solaires parallèles dont le nôtre.

Il y a donc bien eu expulsion et expansion de notre galaxie. Nous sommes actuellement dans la phase de retour vers le Père, donc en aspiration ou en ascension vers le centre de la Galaxie et nous devons traverser la ceinture de photons ou la bande photonique lors du saut quantique prévu prévu pour le 21 décembre 2012, qui nous mènera vers la 4ème et la 5ème dimension 

 La Terre pour nous est donc la (Mère nourricière - Eve ou la Sainte Vierge Marie) qui nourrit tous les enfants du Père.

"Et Adam appella sa femme Eve, car elle était la mère de tous les vivants." Genèse de la Bible.

Adam = l'énergie du Ciel ou du Père ou l'énergie masculine.

Eve = l'énergie de la Terre ou de la Mère ou de la Sainte Vierge Marie ou l'énergie féminine. Ce n'est pas pour rien que la Vierge Marie était Vierge n'est-ce pas, puisqu'il s'agit de la Terre et non pas d'un personnage humain.

C'est ce que représente le signe de la Croix qui est un symbole Universel et non pas Chrétien, qui représente l'Homme Universel et l'Arbre de Vie.

Le terme religion est issu du latin : RELEGARE, qui signifie, relier l'esprit (Le Père) à la matière  (La Mère et le Fils) et non pas relier les hommes aux religions. La Sainte Trinité étant accomplie en unissant Le Père, La Mère et le Fils ou le Christ ou tous les enfants de Dieu.

La mort ne signifiant pas une fin en soi, mais le retour vers le Père créateur.

Un scientifique propose un modèle d'univers sans Big Bang

Publié le 30 juillet 2010.
Image du rayonnement fossile, résidu du Big Bang, par le satellite Planck

Image du rayonnement fossile, résidu du Big Bang, par le satellite Planck ESA

ESPACE - Il n'est pas le premier, mais ses théories sont examinées de près...

De notre correspondant à Los Angeles

On l'oublie parfois, mais le Big Bang n'est qu'une théorie. La plus complète, la plus acceptée, la plus probable au vu des observations, mais une simple théorie. Il en existe des dizaines d'autres, plus ou moins exotiques, pour expliquer la création de l'univers. Il y en a désormais une de plus, qui agite le petit monde de l'astrophysique.

Pas de début, ni de fin

Le modèle présenté par le cosmologiste taiwanais Wun-Yi Shu est jugé «fascinant» par la TechnologyReview du prestigieux MIT. Ici, pas de Big Bang, de début ou de fin à l'univers. Dans la théorie de Shu, le temps et l'espace «ne sont pas des entités indépendantes mais peuvent être converties de l'une à l'autre, à mesure que l'univers évolue». Le tout via un facteur: la vitesse de la lumière, explique TechnologyReview.

De même, masse et longueur sont interchangeables via un facteur de conversion lié à la constante gravitationnelle G et à la vitesse de la lumière. Shu résume: pendant l'expansion de l'univers, le temps est converti en espace, et la masse en longueur. Lors des phases de contraction, c'est l'inverse.

Les problèmes du Big Bang

Dans le modèle de Shu:

  • La vitesse de la lumière et la constante gravitationnelle ne sont pas... constantes. Elles varient au cours de l'évolution de l'univers
  • Il n'y a pas de début ni de fin à l'univers: pas de Big Bang, ou de Big Crunch (contraction) ni de singularité (point duquel tout partirait ou vers lequel tout convergerait)
  • L'univers connaît des phases d'accélération et de décélération

Wun-Yi Shu a testé sa théorie en observant une supernovæ et constaté qu'elle ne posait pas les problèmes du Big Bang. En effet, pour expliquer l'inflation cosmique, les scientifiques ont introduit le concept «d'énergie sombre» (à ne pas confondre avec la matière sombre ou noire). Cette forme d'énergie mystérieuse constituerait 70% de l'énergie totale de l'univers. Petit problème: personne ne sait exactement de quoi il s'agit, ni même si elle existe véritablement.

Faut-il pour autant jeter le Big Bang? Assurément pas. De nombreuses observations semblent valider le modèle. Le rayonnement cosmique (CMB) observé par le satellite Planck, est considéré par beaucoup de scientifiques comme «l'écho» du Big Bang. Le modèle de Shu n'explique pas cette observation, ni la structure du phénomène observé. Pour l'instant.

Philippe Berry