Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2015

« Les ennemis de la Syrie sont les ennemis de la Palestine »

« Les ennemis de la Syrie sont les ennemis de la Palestine »

Afficher l'image d'origine

Déclaration de groupes et individus palestiniens dans la patrie occupée, dans les camps de réfugiés et la diaspora sur la guerre mondiale contre la Syrie

 

Nous, Palestiniens et organisations palestiniennes, exprimons notre solidarité avec le peuple syrien dans sa lutte historique pour survivre, maintenant dans sa cinquième année. Nous sommes bien placés pour comprendre et apprécier les défis auxquels sont confrontés nos frères et sœurs syriens, parce que nous sommes confrontés aux mêmes défis.

Nous savons ce que cela signifie d’avoir nos terres et nos biens pris par des usurpateurs étrangers. Nous savons ce que cela signifie pour des millions de notre peuple d’être chassés de leurs maisons et d’être dans l’incapacité d’y revenir. Nous savons ce que cela signifie de voir nos intérêts et nos droits nationaux devenir le jouet des nations les plus puissantes du monde. Nous savons ce que cela signifie de souffrir et de mourir pour défendre notre souveraineté et nos droits humains.

Nous n’avons pas la prétention de dire aux Syriens ce qui est bon pour la Syrie, de même que la Syrie a respecté le droit palestinien à libérer laPalestine depuis l’époque de la Nakba. Cependant, nous déclarons que les ennemis de la Syrie sont les ennemis de la Palestine, et ceux qui portent les armes contre le peuple syrien et l’armée syrienne – indépendamment de leurs noms et affiliations – sont de simples pions qui servent Israël et son plan de division et de contrôle de la région arabe. Les gens qui enlèvent, assassinent et massacrent en Syrie sont les ennemis de la nation arabe, tout commeIsraël, avec lesquels ils partagent les objectifs et la nature criminelle.

Nous rejetons donc la violence et l’assassinat que subissent le peuple et l’Etat de Syrie, qui n’ont rien à voir avec une quelconque revendication juste ; au contraire, ces violences ne cherchent qu’à détruire l’Etat syrien. Toute attaque contre la Syrie est une attaque contre la nation arabe, et une véritable opposition nationale est celle qui souscrit aux principes de son pays et brandit son drapeau, et qui ne reçoit pas d’ordres de l’étranger.

Les luttes palestiniennes et syriennes ne sont pas des luttes religieuses. Nous respectons un Etat qui garantit la liberté de culte sans préférence pour une foi par rapport à une autre. Diviser les communautés arabes en sectes hostiles ne sert que le régime israélien et lui permet de mettre à exécution ses complots pour la région.

Alors que les réfugiés palestiniens ont souffert et souffrent dans de nombreux endroits, la Syrie les a accueillis et leur a accordé tous les droits des Syriens, à part le droit de vote. Nous sommes reconnaissants pour cette politique fraternelle et nous ne pouvons faire moins que rendre la pareille à la Syrie et lui exprimer notre solidarité dans ces temps où elle en a tant besoin. C’est le moins que nous puissions faire.

Les politiques cyniques et génocidaires de l’OTAN et de ses alliés au Moyen-Orient ont pour objectif principal de détruire les dernières nations indépendantes qui restent et les forces qui ne sont pas compromises dans une complicité avec les forces sionistes et impérialistes. Ces nations et forces ne causent aucun préjudice aux autres, pourtant leur simple existence est intolérable pour le sionisme et l’impérialisme. Il est de notre devoir de nous tenir aux côtés de la Syrie et de toutes les nations et mouvements qui résistent aux intrus et cherchent une voie et une politique indépendantes pour le bénéfice et l’intérêt de notre propre peuple et de ne pas devenir les marionnettes des puissances étrangères.

Par conséquent, nous sommes solidaires de la Syrie dans ses efforts pour repousser les envahisseurs et les pays qui créent, entraînent, financent, arment et soutiennent les groupes terroristes en Syrie. Nous appelons à l’expulsion de ces groupes vers leurs propres pays, et que leurs partisans consacrent leurs ressources à l’amélioration des vies de leurs propres citoyens dan leurs propres pays au lieu de détruire les vies de nos citoyens dans nos pays. Comme le régime sioniste étranger et raciste, ces pays criminels et leurs dirigeants doivent être poursuivis pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité pour mener des guerres illégales contre des Etats et des peuples souverains, dont la Palestine, la Libye, l’Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen.

Plus de 1.000 Palestiniens et organisations palestiniennes du monde entier ont signé cette déclaration, et nous accueillons maintenant toutes les personnes et organisations qui souhaitent ajouter leurs noms. Il suffit de remplir les cases à la fin du communiqué (1) et de cliquer sur Envoyer (« Send »). Merci pour votre soutien.

Par Groupes et individus palestiniens

(1) Une liste de 1.101 signatures est consultable à ce lien, et 139 autres ici, ndt.

Article oroginal : Syria Solidarity Movement

Traduction : MR pour ISM

Source: ism-france.org/

 

Quand la Russie a-t-elle été déclarée ennemi public numéro un?

 La propagande russophobe !

Quand la Russie a-t-elle été déclarée ennemi public numéro un?

 

Les relations étrangères entre ce qu’on appelle l’Ouest et la Russie sont devenues de plus en plus hostiles ces deux dernières années. Cependant, si des tensions graves ont pu apparaître maintenant, un regard sur les politiques de l’Amérique menées sous les deux dernières administrations met en évidence une vieille stratégie de calomnie à l’encontre de la Fédération de Russie. Voici un aperçu de la rhétorique utilisée par les médias depuis 2003. La Russie n’a pas été déclarée comme l’ennemi seulement maintenant, pour certains, elle l’a toujours été.

Dans l’Amérique d’aujourd’hui, beaucoup de gens pensent que Vladimir Poutine a personnellement abattu le MH17. Il est vrai aussi que le supporter typique de la ligue nationale de football (NFL) croit vraiment que Poutine a arraché la couronne du SuperBowl à Robert Kraft, le propriétaire des Patriotes de la Nouvelle-Angleterre [équipe professionnelle de football américain près de Boston, NdT]. Oui, vous avez bien compris, une des raisons principales de la guerre incontrôlée entre l’Amérique et la Russie était une tricherie pour le trophée du propriétaire de la NFL (voir le scandale du dégonflement des ballons). Peu de gens ont noté le fait que le milliardaire Rupert Murdoch, propriétaire de l’entreprise de presse News Corp, était prétendument témoin de ce crime abominable. Étrange coïncidence, n’est-ce pas, que l’un des hommes chargés de déverser des calomnies sur la tête de la Russie dans des journaux ait aussi été le témoin du crime du siècle (voir la vidéo de CNN)? Je peux comprendre que tout ceci soit nouveau pour vous. Voyez-vous, même moi j’ai cru que cette nouvelle Guerre froide avait commencé à une date qui coïncidait avec le soulèvement de l’Euro-Maïdan en Ukraine. Mais j’étais très loin de la vérité, comme vous allez le voir.

Ce qui s’est passé le 21 novembre 2013 sur la place de l’Indépendance [le Maïdan, NdT] à Kiev était un coup d’État, c’est certain. Cependant, les événements ont subitement fait apparaître ce soulèvement comme un plan d’urgence au cas où Vladimir Poutine interviendrait dans le plan d’extension de l’Otan vers Moscou. Cela a pris des années, et pas simplement des mois. Global Research et de nombreuses autres analyses de médias le montrent bien. Quant aux médias dominants, nous savons qu’ils n’évoquent pas ce genre d’allusions. Donc des gens comme Murdoch, et d’autres qui ont des intérêts particuliers dans des secteurs comme l’énergie, les fonds d’investissement et les devises, possèdent tout à fait par hasard la plupart des médias, de Berlin à Los Angeles et retour. Sans argumentation supplémentaire concernant les médias vendus à la corruption, si nous sommes astucieux, nous pouvons retracer la couverture médiatique sur les points clés que nous voyons se manifester aujourd’hui.

La politique américaine à l’égard de la Russie a opéré un changement radical à l’instant où George W. Bush a quitté son poste. Si on examine les résultats, la couverture médiatique et les politiques annoncées de 2001 à aujourd’hui, plusieurs faits essentiels apparaissent. Une fois que Barack Obama a prêté serment, même avant que la vérité ne soit connue, la rhétorique anti-russe a passé à la vitesse supérieure. En observant les informations diffusées par Google News, par dates, j’ai trouvé une transition d’une netteté remarquable, allant de la détente normale jusqu’à l’état de guerre que nous voyons actuellement. Je cite ci-dessous les grands titres clés de 2003 à aujourd’hui, avec les dates, seulement à titre d’illustration.

 

* - L’année 2003 pour CNN se focalisait sur «La lutte de Poutine contre les oligarques»
* - En 2004 le plus grand titre du New York Times affirmait : «Le saumon trouve un allié dans l’Extrême-Orient russe»
*- Le 1er décembre 2005, l’article le plus négatif de la BCC que j’ai trouvé était titré :«Une horde d’écureuils russes tue des chiens»
* - En décembre 2006, le Spiegel online avait le titre le plus grandiloquent : «La Russie de Poutine : le Kremlin truffé d’anciens agents du KGB»
* - 2007 a été une année au ralenti, ABC a rapporté : «Russie : faites l’amour, ayez des bébés, gagnez de l’argent»
* - En 2008 les choses se réchauffent en août, le New York Times commence avec «La Russie soutient l’indépendance des enclaves géorgiennes»
* - Plus tard en 2008, après les élections, The Telegraph annonce : «La Russie veut couper les fournitures de gaz à l’Ukraine, menaçant l’approvisionnement de l’Europe»
* - En 2009, juste après son inauguration, dans le Washington Post : «Nous cherchons une renormalisation des relations avec la Russie, dit Biden» 
* - En 2009 aussi, l’accord de dessous de table dont Vladimir Poutine a parlé récemment est apparu sous la forme de lettres secrètes d’Obama à Dmitri Medvedev. (International New York Times)

* - Ensuite le Spiegel carillonne en août que «La Russie de Poutine est devenue une dictature parfaite».
* - En 2013, Poutine a contraint les États-Unis à la modération, et la BBC a rapporté que les États-Unis et la Russie acceptent l’accord sur les armes chimiques de la Syrie.
* - En décembre 2013, le Wall Street Journal de Murdoch lance : «Ne vous attendez pas à ce que l’Allemagne soutienne la Russie».
* - Février 2014 démarre avec les reportages sur la débâcle des Jeux olympiques de Sotchi, le Washington Post titre : «A Sotchi, les journalistes tweetent en direct leurs expériences hilarantes et grossières dans les hôtels».
* - Ensuite 2014 est devenue l’année de la russophobie, de l’anti-Poutine, et d’un million d’histoires sur l’ignominie de la Russie de Poutine.
* - 2015 – Guerre froide 2.0 en règle.

Bien que le point critique entre l’Ouest et l’Est me semble évident, il peut ne pas l’être pour tout le monde. Je pense qu’il est intéressant ici de revenir en particulier sur l’élection de 2008. Avant l’intronisation de Barack Obama en janvier, beaucoup de mouvements de personnel ont eu lieu. Après le Printemps arabe, nous voyons aujourd’hui décimer l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, et la situation en Ukraine, cette élection mérite donc une attention spéciale, ne serait-ce que pour les rôles des participants. En 2008, Hillary Clinton et Barack Obama ont d’abord été des candidats d’opposition acharnés à la présidence, et plus tard des collaborateurs de la politique étrangère des États-Unis. Pour ce qui est de Clinton, elle élude encore les allégations de méfaits à Benghazi, le scandale de l’uranium et la question de ses E-mail. Plus intéressant même est le fait que l’adversaire d’Obama dans cette élection, le sénateur de l’Arizona John McCain, a perdu l’élection, puis a été nommé en Syrie et en Ukraine comme le rabatteur en charge de la guerre. Le vice-président Joe Biden s’est retiré de la course électorale pour soutenir Obama puis il est devenu son co-listier. Le fils de Biden est allé travailler plus tard en Ukraine pour une compagnie énergétique locale.

Je suppose qu’on pourrait aussi soutenir que Vladimir Poutine, qui a été élu à la présidence de la Russie en mars 2012, a eu quelque rôle dans la creusement du fossé entre l’Amérique et la Russie. Après tout, Dmitri Medvedev avait proposé Poutine pour un troisième mandat dès septembre 2011. Cependant, même si cela peut avoir rendu les choses plus faciles, c’est évidemment l’initiative de Poutine dite «De Lisbonne à Vladivostok » (2010) qui était indésirable. Mon argument porte là-dessus.

Lorsque les États-Unis étaient solidement engagés en Afghanistan et en Irak, la préoccupation et la mission de l’administration Bush étaient de remporter ces guerres – et les affaires que de telles guerres amènent. L’émergence de la Russie était une préoccupation secondaire, même si nous avons vu l’Otan entrer en Géorgie et dans d’autres anciennes Républiques soviétiques. Avec l’affaiblissement de ces guerres et notamment le besoin urgent de nouveaux conflits à soutenir, les buts de l’administration Obama étaient clairs comme de l’eau de roche. Je crois que les administrations états-uniennes ont tenté d’aspirerla Russie dans une sorte de fraternité occidentale – un plus contrarié par le retour de Poutine au pouvoir. D’autres que moi l’ont insinué. Neil Buckley du FT a parlé de l’avertissement de Poutine aux Européens à propos de la religion. Il cite Poutine :

«Les gens dans de nombreux pays européens ont honte et ont peur de parler de leurs convictions religieuses. Les congés [religieux] sont supprimés ou dénommés autrement, cachant scandaleusement l’essence du jour férié.»

Ce commentaire de Poutine est arrivé dans le sillage des appels lancés à l’Ouest pour le boycott des jeux de Sotchi, mais le ton résume les vues de M. Poutine, les vues de la Russie, qu’Obama a pour mission d’entraver. Considérant tout ce qui a transpiré depuis qu’Obama a pris ses fonctions, y compris la peinture véhémente de la capitale de l’Amérique aux couleurs de l’arc-en-ciel [symbole gay, NdT], rend clairement ce point de départ essentiel. Quasiment à l’instant où la politique russe s’est détournée du projet flagrant de Washington, l’enfer s’est déchaîné pour condamner tout ce que faisait Poutine. Depuis 2009, la clique de joueurs à Washington a tout fait pour condamner Poutine. John McCain, le porte-parole à un milliard de dollars de l’industrie de l’armement, s’est payé un article dans la Pravda sur Poutine qui scelle sa place parmi les dirigeants psychopathes dans l’Histoire. Sur la position de la Russie (de Poutine) sur les gays, McCain a écrit :

«Ils écrivent des lois pour codifier la bigoterie contre des gens dont ils condamnent l’orientation sexuelle. Ils jettent les membres d’un groupe de rock punk en prison pour le crime d’avoir été provocateurs et vulgaires et pour avoir eu l’audace de protester contre le régime du président Poutine.»

C’est dans cette sorte de comportement maniaque que le lecteur peut stimuler ma conception de la politique aujourd’hui. Lisez ce que McCain a écrit dans l’un des journaux influents de Russie. Sa rhétorique n’atteste pas seulement de son manque de respect pour le peuple russe, mais aussi de son ignorance de l’immoralité de l’époque. L’homme qui a été élu président a tué des milliers de gens avec des drones, son compétiteur politique court comme un malade, applaudissant le chaos et la guerre partout dans le monde. Pire encore, il ne trouve même pas indécente la vulgarité dans un lieu de culte, et encore moins un crime. En tant que sudiste, je vous dis que si les Pussy Riot avaient réalisé leur performance dans une église baptiste de Caroline du Sud ou de l’Alabama, elles auraient prié pour être condamnées à une peine de prison. Ma maman disait toujours : «Il y a un temps et un lieu pour toute chose.» Et la plupart des Américains de ma génération se rangeraient aux côtés de Poutine pour celle-là.

En résumé, il semble honnête de supposer que la mission contre la Russie et d’autres pays n’était pas seulement une réaction à Poutine en Syrie. Le Printemps arabe n’était pas non plus quelque chose de spontané. Depuis que la prétendue guerre contre le terrorisme a commencé, peut-être même avant, une nouvelle élite a surgi à Washington, et son pouvoir est maintenant indéniable. Deux présidents Bush, un Clinton et une à venir, avec une administration Obama intégrant tous les éléments de ces derniers, la démocratie n’est plus un choix. Quant à l’idéal d’une collaboration pacifique entre l’Amérique et la Russie, il n’y a probablement jamais eu aucun espoir. L’Amérique est actuellement victime de sa propre dominance. Le statu quo des dirigeants et des citoyens satisfaits avec le suffisamment bon – c’est à cause de ça que le monde est en péril aujourd’hui. Cette nouvelle Guerre froide n’a pas commencé au moment où la Crimée a rejoint la Russie, les droits des LGBT n’étaient pas non plus le problème principal – jamais. Influence, mensonges, logistique et stratégie guerrière à long terme – cela n’a jamais cessé. Sachant cela, nous devrions être capables de faire une pause et de réévaluer ce qu’est un véritable choix démocratique. Un grand peut-être.

Par Phil Butler – Le 17 octobre 2015

Article oiginal: New Eastern Outlook

Phil Butler, est un chercheur et analyste politique, politologue et spécialiste de l’Europe de l’Est, qui écrit exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

Traduit par Diane, relu par jj pour le Saker Francophone

 

Le Qatar a financé la « révolution » en Syrie avec du cash et des armes

Ces faux musulmans, amis de Holl'andouille et de Sarkozy, qui salissent l'Islam mais que les corrompus qui leur vendent la France, adorent !

Le Qatar a financé la « révolution » en Syrie avec du cash et des armes

 Un article, de 2013, toujours intéressant à lire

qatar_finance_le_psg_et_le_terrorisme

DR.

L’État gazier du Qatar a dépensé jusqu’à 3 milliards de dollars ces deux dernières années au profit de la rébellion syrienne, soit bien plus qu’aucun autre gouvernement, bien que l’Arabie Saoudite soit en train de devenir le principal fournisseur d’armes des rebelles.

Le coût de cette intervention représente pour le Qatar une fraction de ses investissements à l’international. Mais ce soutien financier qatari à une révolution qui s’est transformée en guerre civile féroce ne doit pas masquer le soutien occidental à l’opposition.

De nombreux entretiens avec des leaders de la rébellion vivant à l’étranger ou en Syrie ainsi qu’avec des officiels occidentaux, relatés par le Financial Times ces dernières semaines, révèlent dans le détail le rôle du Qatar dans le conflit syrien, et donnent lieu à une polémique grandissante.

Ce petit État à l’appétit gargantuesque est le plus gros mécène de l’opposition politique syrienne, fournissant même de généreuses primes aux déserteurs (estimées à 50 000 $ par an par déserteur et sa famille) sans compter l’énorme dépense dédiée au soutien humanitaire.

En septembre, de nombreux rebelles de la région d’Alep reçurent ainsi un bonus de 150 $ de la part du Qatar. D’après des sources proches du gouvernement qatari, la dépense totale approcherait plutôt les trois milliards, alors que les sources diplomatiques l’estiment, elles, à un milliard de dollars.

Pour le Qatar, qui détient la troisième réserve de gaz au monde, cette intervention fait partie d’une agressive quête de reconnaissance mondiale et n’est que le dernier épisode en date afin de s’imposer en tant qu’acteur majeur de la région, après son soutien aux rebelles libyens qui renversèrent Kadhafi en 2011.

D’après le Stockholm International Peace Research Institute qui surveille les transferts d’armes, le Qatar a effectué les plus importantes livraisons d’armes en Syrie, soit 70 vols d’avions cargos militaires à proximité de la Turquie entre avril 2012 et mars 2013.

Si le Qatar s’est d’abord voulu pragmatique et opportuniste plus que dogmatique, cet État s’est néanmoins retrouvé engagé entre des politiques exclusives qui ont provoqué les critiques envers les qataris. “Vous ne pouvez pas vous payer une révolution”, assure un homme d’affaires de l’opposition.

Le soutien du Qatar aux groupes islamistes dans le monde arabe, en désaccord avec ses pairs des pays du Golfe, alimente aussi sa rivalité avec l’Arabie Saoudite. L’émir régnant Hamad bin Khalifa al-Tani voudrait être le Nasser d’un monde arabe islamique, affirme un politicien arabe, évoquant feu le leader égyptien du panarabisme.

L’intervention du Qatar suscite une attention croissante. Des rivaux régionaux lui reprochent de vouloir simplement s’acheter de l’influence en finançant de la puissance de feu, quitte à atomiser l’opposition syrienne. Toujours et encore pour concurrencer l’Arabie Saoudite en tant que soutien plus volontaire des rebelles syriens, quitte à renchérir en terme d’engagement.

De récentes tensions au sein de l’opposition à l’occasion des élections pour choisir un Premier ministre par intérim qui emporterait le soutien des  de Syrie avaient conduit l’Arabie Saoudite à resserrer ses relations avec l’opposition syrienne, une position auparavant abandonnée aux mains des Qataris.

La relégation du Qatar à la deuxième place en tant que fournisseur d’armes répond à l’inquiétude formulée par l’Ouest et d’autres pays du Golfe selon laquelle ces armes pourraient finir dans les mains d’Al-Nosra, groupe proche d’Al-Qaida.

Des diplomates assurent que le Qatar peine à assurer une distribution d’armes constante et stable, alors que les Saoudiens en ont été capables grâce à leurs réseaux plus développés.

Une route d’acheminement d’armes à travers la Jordanie vers le sud de la Syrie a été ouverte ces derniers mois (printemps 2013). Le gouvernement jordanien, terrifié à l’idée de voir les djihadistes contrôler le voisinage de son royaume, a été réticent à autoriser ces livraisons par les Saoudiens.

Le fait que l’Ouest répugne à intervenir plus radicalement en Syrie contraint les opposants à Bachar al-Assad à être dépendants du soutien qatari, saoudien et turc, même si depuis l’an dernier les Émirats Arabes Unis et la Jordanie constituent aussi des partenaires, même mineurs.

Le ministre qatari des affaires étrangères, Khalid al-Attiyah, qui dirige l’intervention en Syrie, assure qu’il n’y a pas de rivalité avec l’Arabie Saoudite et nie toutes allégations quant à l’atomisation de l’opposition syrienne et quant à l’affaiblissement des institutions de l’opposition émergeantes dus à sa politique d’aide aux rebelles.

Dans un entretien avec le Financial Times, il assure que chaque initiative qatarie s’est faite en collaboration avec le mouvement Amis de la Syrie et les pays occidentaux. “Notre problème au Qatar est que nous n’avons pas de plans secrets et donc on nous en attribue toujours à notre place”, dit-il.

Par Roula Khalaf et Abigail Fielding Smith

Source : Financial Times, le 16/05/2013

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr.

Russie : Une puissance "régionale" redevenue superpuissance

Et les plus surpris ont été ?

Une puissance "régionale" redevenue superpuissance

Mikhail Gamandiy-Egorov
21:42 20.10.2015 (mis à jour 07:41 21.10.2015

La campagne antiterroriste russe en Syrie ont relancé sujet de la puissance militaire russe.

 

Qu’est-ce qui différencie une puissance régionale d’une puissance réellement globale? La différence principale est dans l’influence qu’elle renvoie. Une puissance dite régionale se caractérise donc par une influence limitée à sa région ou zone frontalière. Une puissance mondiale, globale ou superpuissance n’est pas limitée à une quelconque région.

 La Russie, en tant qu'héritière de la superpuissance qu'était l'URSS, a été reléguée (à tort ou à raison) durant la période ayant suivi l'éclatement de l'Union soviétique au rôle de puissance régionale, voire "d'ex-superpuissance devenue puissance pauvre" (termes employés dans mon collège et lycée français de l'époque). Il faut avouer que malgré certains aspects qui continuaient de caractériser la Russie comme une puissance globale, y compris durant la très difficile période de transition (l'une des principales puissances militaires, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU,…), elle était effectivement bien loin de son potentiel véritable.

La Russie n'a commencé donc à retrouver ses véritables valeurs qu'à partir des années 2000. Tout ne s'est pas fait du jour au lendemain, le processus a pris du temps et se poursuit en ce moment encore. Néanmoins, tous les grands médias du monde, y compris du mainstream, finissent un par un par redonner à la Russie son statut de superpuissance, du New-York Times au Guardian, en passant par le Washington Post ou Der Spiegel.

Ce n'est de loin pas avec enthousiasme que les dits médias et certains autres avouent cette réalité. La note de russophobie y est toujours ambiante et le président russe critiqué, mais la grande différence entre les années sombres et celles d'aujourd'hui, c'est qu'on est passé de la moquerie pure et simple de tout ce qui caractérisait la Russie au respect avec mépris, voire au respect avec haine. L'arrogance typique est toujours là au sein des élites occidentales, mais cette même arrogance ne permet plus de dépasser certaines lignes. Et c'est tant mieux.

 Qu'est ce qui a donc tellement changé entre cette Russie post-soviétique des années 1990 et celle actuelle? Avant tout, le niveau de vie. Car les Russes ont beau être fiers de la politique extérieure de leur pays et de la puissance géopolitique retrouvée, sans une assiette pleine dans leur foyer, difficile de penser à l'extérieur. Et malgré tous les problèmes économiques que l'Occident annonçait d'un ton menaçant à la Russie, cette dernière a tenu bon et continue. Plus encore, la riposte russe aux sanctions décrétées unilatéralement par l'Occident a eu le résultat inverse de celui espéré par ses instigateurs: les citoyens russes se sont encore plus solidarisés avec leur gouvernement, président en tête, et au final l'Europe dans sa version bruxelloise, ayant bêtement suivi les ordres de Washington, a subi des pertes fort importantes en ce qui concerne ses intérêts économiques et commerciaux en Russie.

La Russie, au contraire, a lancé une large diversification de ses relations (on regrettera juste que cela n'ait pas été fait encore plus tôt), ce qui est également une caractéristique évidente d'une puissance mondiale: ne pas limiter ses relations aux voisins. L'intégration eurasiatique avec plusieurs anciens pays issus de l'URSS et d'autres est certes l'une des grandes priorités de la Russie actuelle: l'Union économique eurasiatique (Russie, Kazakhstan, Biélorussie, Arménie, Kirghizistan et d'autres à venir) en est la preuve. Mais cela ne s'arrête pas là. La Russie renforce son interaction avec l'alliance BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). La Russie a plusieurs alliés importants en Amérique latine. L'Afrique ne fait pas exception: les pays ayant été les alliés de l'URSS durant la période de la décolonisation et de la guerre froide se préparent à un renforcement des relations. Plus encore, les pays n'ayant pas été du côté soviétique à cette époque, notamment certains pays d'Afrique francophone, regardent de plus en plus vers Moscou. Et bien sûr l'Asie, où, en plus des pays déjà cités, des relations intenses se développent avec tout un nombre de pays, y compris plusieurs puissances régionales: Iran, Vietnam, Indonésie,…

 La campagne antiterroriste russe en Syrie et les résultats positifs acquis par les forces de l'aviation militaire russe en coordination avec les forces de l'Armée arabe syrienne ont relancé un autre sujet lié au thème d'aujourd'hui, celui de la puissance militaire russe. Bien que la Russie, y compris après l'éclatement de l'URSS, ait toujours été considérée comme l'une des plus grandes puissances armées, ne serait-ce que grâce à son arsenal nucléaire, néanmoins les moqueries occidentales sur le manque de modernisation au sein de l'armée russe ne manquaient pas. Les succès très récents de l'aviation russe en Syrie et les lancements de missiles de croisière depuis la mer Caspienne ayant fait environ 1500 kilomètres de voyage pour éliminer toutes les cibles terroristes requises ont tout à coup rapidement fait chavirer les moqueurs habituels, aux USA comme ailleurs. Le média new-yorkais Business Insider a même consacré un article à ce sujet, affirmant que "l'armement russe est plus en avance que beaucoup ne le pensaient" et en ajoutant que les missiles de croisière russes sont capables de traverser 900 miles (1448, 41 kilomètres) de plus que leurs équivalents étasuniens. Vraisemblablement, il y a donc pas mal de choses que certains "partenaires" ignorent sur nous. Et c'est certainement ce qui caractérise aussi une superpuissance, pour reprendre le terme même de nos collègues du mainstream.

Bienvenue une fois encore, donc, à l'ère multipolaire où les peuples du monde auront de nouveau le libre choix de leurs alliés et partenaires. Toujours mieux d'avoir le choix, et encore mieux lorsque l'option est d'autant plus multiple.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 

24/10/2015

Qu’est-ce qui a incité Washington à lever les sanctions imposées à l’Iran ?

Courage fuyons devant la technologie détenue par les Iraniens et Poutine !

Voir aussi :

Poutine possède la technologie de KESHE / MAGRAV : Magnetic and Gravitational Field Technology

Le Général Philip Breedlove : la Russie a créé en Syrie des zones impénétrables pour l'OTAN

 

Qu’est-ce qui a incité Washington à lever les sanctions imposées à l’Iran ?

Qu’est-ce qui a incité Washington à lever les sanctions imposées à l’Iran ?

Les sanctions imposées à l’Iran par les Etats-Unis, en raison de son programme nucléaire, ont été levées durant l’été à la suite des pressions faites par Moscou. Israël, qui reçoit une aide militaire annuelle des Etats-Unis d’une valeur de 4,3-4,5 milliards de dollars, s’est senti trahi par son principal partenaire. Israël avait conçu un plan pour des frappes aériennes contre des objectifs en Iran, en utilisant l’espace aérien de la Turquie, de la Jordanie ou de l’Arabie Saoudite.

ORIENTUL-MIJLOCIU-HARTA-IRAN

L’Arabie Saoudite, le plus riche rival sunnite de l’Iran chiite, avait réagi durement vis-à-vis de la Maison Blanche. Beaucoup d’analystes ont essayé de trouver une explication à cette surprenante décision des Etats-Unis. Le mystère s’est épaissi encore plus quand, immédiatement après que la Russie ait commencé ses frappes en Syrie, le porte-avions américain USS Theodore Roosevelt, a reçu l’ordre de quitter le golfe Persique et de retourner aux États-Unis. C’est la première fois depuis 2007, qu’il n’y a aucun porte-avions américain dans le golfe Persique, zone sous la responsabilité de la 5e flotte des États-Unis.

FLOTA-SUA-GOLFUL-PIERSIC

Quelle est exactement la cause de cette série de décisions apparemment inexplicables de Washington? Un indice serait que, bien que soumis à des sanctions imposées par les Etats-Unis, le gouvernement iranien a investi, au cours de la dernière décennie, une part exceptionnellement importante de son budget dans la recherche. La conséquence logique de ces investissements a été que, le 14 septembre, le Général de brigade iranien Farzad Esmail, commandant de la base aérienne Khatam al-Anbiya, a déclaré qu’à partir de mars 2016, entrera en fonction un radar à ondes courtes, capable de détecter des cibles aériennes et spatiales à des distances de 3000 km.

En juin 2014, l’Iran a mis en fonction le premier radar à large rayon d’action dans la ville de Garmsar, dans la province de Semnan. Le radar a été nommé Qadir et a un rayon d’action de 1100 km. Le 4 juillet 2015, l’armée de l’air iranienne a annoncé la mise en œuvre d’un autre radar Qadir, en ondes courtes, dans la ville d’Ahvaz. Ce radar est situé à l’ouest de l’Iran, non loin du golfe Persique, de la frontière koweïtienne, et de la ville irakienne de Bassorah.

BIG-RADAR-IRAN

La plupart des radars militaires de détection et de contrôle de tir fonctionne dans les gammes centimétrique et millimétrique. Le relief peut constituer un obstacle pour le trajet des faisceaux électromagnétiques émis par les radars centimétriques et millimétriques, car ces faisceaux se déplacent parallèlement au sol. Un autre obstacle est la courbure de la terre, de sorte que leur distance maximale de détection est de 300 à 500 km.

Les radars à ondes courtes (appelés aussi décimétriques, fréquence de 3 à 30 MHz) du type Qadir émettent des faisceaux d’un angle allant jusqu’à 45 degrés par rapport au sol. Les faisceaux sont réfléchis de manière répétitive par la couche ionosphérique de l’atmosphère terrestre. L’avantage est que la perte de signal est insignifiante en raison de la réflexion ionosphérique. Les radars iraniens de type bi-statique, avec des stations d’émission et de réception séparées, éloignées les unes des autres, semblent avoir été copiés à partir des radars russes de la classe russe Dniepr qui ont un champ de vision avec une ouverture de 240 ° et peuvent surveiller un espace aérien jusqu’à 3000 km de distance.

DUGA-RADAR-DNIEPR

En dehors des radars Dniepr, la Russie a mis en place une série de radars de type 77Ya6DM–Voronet (la distance de détection est de 6000 km), notamment à l’aéroport Dunayevka de l’enclave de Kaliningrad, à Lekhtusi (près de Saint-Pétersbourg) et Olenegorsk dans la péninsule de Kola, limitrophe de la Finlande. Un autre radar Voronet a été placé à Armavir (150 km au Nord de Sotchi), sur la mer Noire.

ACOPERIRE-RADAR

Pour compléter le tableau, rappelons que le général Philip Breedlove, le commandant militaire de l’OTAN a reconnu le fait qu’en Syrie, la Russie a créé une zone d’exclusion, impénétrable à toutes les ressources de l’OTAN (Anti-Access/Area Denial -A2/AD bubble). La zone d’exclusion dispose des moyens AA, navals et terrestres de dernière génération.

Le Général Philip Breedlove : la Russie a créé en Syrie des zones impénétrables pour l’OTAN

Le général Philip Breedlove avait rajouté que la Syrie n’était pas la seule zone d’exclusion de l’OTAN créée par les Russes. Ces zones, selon lui, existent déjà dans l’enclave de Kaliningrad (il y a un radar Voronet à l’aéroport de Dunayevka), sur la côte balte et sur les côtes russes de la mer Noire (le radar Voronet d’Armavir), qui comprend la Crimée. Et dans ces zones, les systèmes Krasukha-4 réalisent un brouillage non-stop des radars de surveillance, ceux des satellites militaires américains de la famille de Lacrosse/Onyx, ceux qui sont basés au sol, ceux des avions AWACS, E-8C, et ceux des avions sans pilote RQ-4 Global Hawk, MQ-1 Predator, MQ-9 Reaper.

KRASHUKA-SISTEM

Un drone américain « furtif » de reconnaissance RQ-170 Sentinel, envoyé par la CIA en mission d’espionnage dans le nord-est de l’Iran, a été brouillé sur les deux canaux (à la fois satellitaire et terrestre) qui permettent le pilotage du drone. Quelqu’un a pris le contrôle du drone à distance, le faisant atterrir en bon état à l’aérodrome militaire iranien près de Kurt. Les Iraniens avaient-ils une station de la famille des Krasukha avec laquelle ils ont effectué cette performance ?

DRONA-SANTINEL

En extrapolant et en mettant bout à bout tous ces petits détails, de fabrication russe, les conclusions tirées par les américains concernant le système défensif iranien, nous semblent maintenant bien fondées.

Valentin Vasilescu

Traduction Avic – Réseau International

http://www.ziaruldegarda.ro/ce-a-determinat-washingtonul-sa-ridice-sanctiunile-impuse-iranului/