Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2015

Le mystère des Toyota de l'EI élucidé

Ben oui ! D'un côté ils reconnaissent que la CIA forme et finance leurs mercenaires, avec le budget militaire US et d'un autre côté ils s'étonnent qu'ils soient financés ! Quitte à faire passer Toyota pour un sponsor de l’EI !


Les psychopathes à l'oeuvre du mensonge permanent, de la destruction et du crime organisé dans le monde !

Comme cela nous avons de plus en plus la confirmation du mythe du terrorisme musulman et que leurs plans de destruction de la Syrie était bien prémédité, dans l’objectif d’annexer la Syrie à Israël pour ensuite aller s’attaquer à l’Iran, et créer leur Grand Israël première étape avant la création du Grand Moyen Orient !

Le mystère des Toyota de l'EI élucidé

15:22 12.10.2015(mis à jour 15:29 12.10.2015)

 

Tout-terrain appartenant à l'EI

Plutôt que de demander au constructeur Toyota d'expliquer pourquoi l'État islamique disposait de centaines de nouvelles véhicules tout-terrain, les autorités américaines auraient dû poser la question au Département d'Etat de leur propre pays, qui aurait apparemment doté les rebelles syriens d'un parc automobile complet.

L'homme politique américain et membre du Parti républicain Ronald Paul, ainsi que ses associés, ont tenté de pénétrer le mystère des voitures tout-terrain japonaises mises à la disposition des djihadistes. Tony Cartalucci, observateur et représentant de l'Institut pour la paix et pour la prospérité, de Ronald Paul, a dénoncé le fait qu'en 2013 le Département d'Etat des USA, en coopération avec le gouvernement britannique, avait octroyé des véhicules à l'Armée syrienne libre, la principale force armée opposée au régime de Bachar el-Assad.

En 2014, le Département d'Etat des Etats-Unis a repris les livraisons des voitures aux rebelles syriens, selon M. Cartalucci, faisant référence au réseau de radiodiffusion américain Public Radio International (PRI).

Le Royaume-Uni n'a pas non plus manqué de livrer de l'aide "non létale" aux rebelles de Syrie, entre autres des camions et des véhicules tout-terrain dont le montant est évalué à approximativement huit millions de livres sterlings.

 

 

 

 

 

Moscou refuse d'aider Israël à bombarder les positions du Hezbollah

Tout est bon pour Israël pour essayer de provoquer Poutine à enfreindre le droit  International et le faire rentrer dans ses plans mortifères !

Moscou refuse d'aider Israël à bombarder les positions du Hezbollah

Oct 12, 2015 10:26 UTC

http://media.ws.irib.ir/image/4bhi25848e718e14ux_800C450.jpg

IRIB- Lors des négociations serrées avec les responsables du régime sioniste, Moscou a refusé la proposition avancée par ce régime pour bombarder les positions du Hezbollah.

Cité par Farsnews, un website américain actif dans les affaires de la région, basé à Washington DC, a annoncé, dans un reportage la tenue des négociations serrées entre les responsables russes et israéliens au sujet de la situation en Syrie et du Hezbollah libanais, négociations qui ont abouti sur un constat d'échec.

Selon ce website, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu s’inquiète sérieusement- vu la situation actuelle de la Syrie et l'absence d’entente nécessaire avec la Russie -, des modalités de confrontation aux menaces actuelles représentées par le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien.

Une haute délégation militaire russe présidée par Nikolaï Bogdanov, premier chef adjoint de l'Etat-major général des forces armées russes, s’est déplacé le 6 octobre aux territoires occupés pour donner le suivi aux négociations Moscou/Tel-Aviv, entamées le mois précédent. Au cours de ce deuxième round de négociations russo-israéliennes, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu et le commandant de l’armée israélienne avaient annoncé leur vive inquiétude et préoccupation quant à la sécurité d’Israël, demandant un espace libre pour pouvoir barrer la route à l’acheminement des aides en équipements depuis le Liban et Gaza vers la Syrie.

Le website américain évoque ensuite, dans son rapport au sujet des derniers développements en Syrie, de la détection par les Mig russes des chasseurs F-16 israéliens. « Israël a effectué jusqu’à présent quelques vols de reconnaissance au-dessus des frontières communes entre la Palestine occupée, d’une part et celles de Ia Syrie et du Liban de l’autre, dans l’objectif de s’informer des points faibles permettant de pénétrer les opérations dans la zone. », peut-on lire sur ce website qui a également affirmé que dans un cas, les Mig russes ont identifié les chasseurs F-16 du régime israélien, qu’ils ont alors poursuivi les faisant chasser de cet espace aérien.

Le website américain a ensuite évoqué les propositions avancées par la partie israélienne à la délégation russe, en visite sur les territoires occupés : « Le chef d'état-major adjoint israélien, le général de division Yair Golan et quelques autres hauts responsables de renseignements de l’armée ainsi que des hauts commandants de l’armée israélienne ont en effet proposé à la Russie de laisser l’armée israélienne bombarder les convois d’armement du Hezbollah, circulant le territoire syrien vers le Liban, en contrepartie de la remise par ce régime des renseignements fiables au sujet des rebelles syriens (ou les forces anti-gouvernement d’Assad). Israël avait aussi promis qu’il mettrait la Russie au courant de toutes les opérations avant qu’il ne procède à son exécution, a aussi écrit le website américain.

 

L'Irak préfère Moscou à Washington

Nous les comprenons aisément !

L’Irak préfère Moscou à Washington

09:09 12.10.2015(mis à jour 11:14 12.10.2015)

Soldats irakiens prennent part à un exercice de formation mené par l'armée américaine près de Bagdad, le 27 mai 2015

Déçu par l’opération américaine contre l’Etat islamique, l’Irak commence à considérer la Russie comme son partenaire principal dans la lutte antiterroriste.

Les militaires irakiens ont annoncé en septembre la création d'un centre de renseignement de la Russie, de la Syrie, de l'Irak et de l'Iran à Bagdad. Ce centre serait destiné à la coordination des efforts dans la lutte contre le groupe terroriste Etat islamique.

Le 1er septembre, le premier ministre irakien, Haider al-Abadi a déclaré qu'il saluerait des frappes aériennes russes contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Irak. "M.Poutine m'a dit que la Russie luttait contre l'EI en Syrie et je le crois. Je suis favorable aux frappes aériennes russes contre Daech en Irak", a indiqué M.al-Abadi à la chaîne France 24.

L’Irak préfère faire affaire plutôt avec la Russie qu’avec les Etats-Unis, note l’édition américaine Foreign Affairs. Le ministre irakien de la Défense, Khaled al-Obaidi a indiqué lors de sa visite à Moscou, début 2015, que les armes russes se sont fait une très bonne réputation et que les Etats-Unis ne pouvaient fournir rien de pareil.

Le 5 octobre, la plus puissante milice chiite irakienne, la brigade Badr, a souhaité que la Russie mène en Irak des frappes aériennes contre l'Etat islamique. Une autre milice chiite irakienne, Assaïb Ahl al Haq, a salué l'efficacité des raids de l'aviation russe contre les djihadistes en Syrie et a accusé les Etats-Unis de ne pas chercher sérieusement à combattre l'EI.

Les simples citoyens veulent actuellement que l’EI soit chassé de l’Irak, indique le parlementaire irakien, Ibrahim Bahr al-Ulum, cité par le journal américain New York Times. "Aujourd'hui ils croient que la Russie a des intentions plus sérieuses que les Etats-Unis", estime-t-il.

"Les Américains possèdent des technologies capables de trouver de l’eau sur Mars, pourquoi donc ne peuvent-ils pas vaincre l’EI?", se demande le professeur de l’Université de Kufa, Ahmed Naji, cité par le New York Times.

 

 

Le feu vert américain à Riyad, pour soutenir les terroristes en Syrie

Les malfaisants à l'oeuvre de la destruction et du crime organisé !

Le feu vert américain à Riyad, pour soutenir les terroristes en Syrie

http://media.ws.irib.ir/image/4bhif76c13ba5014x0_800C450.jpg

Oct 12, 2015 13:44 UTC - IRIB – Les Etats-Unis ont demandé à l’Arabie saoudite d’augmenter ses aides militaires aux groupes soutenus par Riyad, en lutte contre le gouvernement de Bachar Al-Assad en Syrie.

Citant un opposant au régime des Âl-e Saoud connu sous le nom de Mudjtahid, le site d’information yéménite Saada Press a écrit que les Etats-Unis ont permis à l’Arabie saoudite de fournir davantage d’équipements antiaériens sophistiqués à ces groupes terroristes.

Ces armes antiaériennes modernes sont planifiées de sorte qu’elles sont sensibles à l’empreinte digitale de l’utilisateur, pour empêcher que n’importe qui puisse les utiliser.

Le Département américain à la Défense a annoncé vendredi avoir l’intention d’arrêter le plan d’ailleurs échoué d’entraînement et d’armement des rebelles syriens et qu’il fournirait désormais des équipements militaires aux leaders «approuvés » des groupes d’opposition, en Syrie. Christine Wormuth, secrétaire adjointe à la Défense, a aussi annoncé que le Pentagone offrirait, en plus, son appui aérien, aux leaders des groupes opposants en Syrie.

 

Les Etats-Unis auraient fourni 50 tonnes de munitions aux rebelles syriens «modérés»

Une provocation claire à la guerre des USA contre la Russie !

 

Les Etats-Unis auraient fourni 50 tonnes de munitions aux rebelles syriens «modérés»

12 oct. 2015, 14:24

Avion américain C-17

Selon la chaîne de télévision américaine CNN, les Etats-Unis auraient acheminé cette nuit 50 tonnes de munitions à destination de l’opposition «modérée» en Syrie au moyen d’avions cargos américains.

Le président américain Barack Obama aurait lancé la première étape de programme du soutien urgent aux rebelles syriens «modérés», soit les opposants au régime de Bachar el-Assad qui ne sont pas terroristes. Dans la nuit du 11 au 12 octobre, 112 palettes de munitions pesant un total d’au moins 50 tonnes auraient été parachutées au nord de la Syrie.

Les détails de cette mission auraient été confirmés par un représentant officiel des Etats-Unis qui n’avait pas le droit d’en parler publiquement, rapporte CNN.