Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2011

Canada : Gaz de schiste ou flatulence de merde-Des fuites-SIGNER LA PÉTITION

Vous vous étonnez encore de la mort des oiseaux et des animaux, et d'être empoisonnés par l'eau ?

C'est pareil en France et dans le monde !

 

http://www.youtube.com/user/ThePlot911

Signez la pétition: http://bit.ly/aqhmH5

L'eau du robinet prend feu!!!! Ça donne soif !!! Ça donne le goût d"en boire et d'en donner à nos enfants!!!

Je vous raconte l'histoire des grandes corporations du 20e siècle:

Elles arrivent chez-vous avec de belles promesses. Elle crée de l'emploi. Elle utilise les ressources convoitées jusqu'à épuisement. Puis....

Elle fout tout l'monde à la porte. Elle s'en va à un autre endroit ou il y a des ressources à exploiter. Puis tout recommence.

Elle laisse derrière elle: Le massacre de l'environnement et c'est nous qui sommes pris avec le problème parce que c'est nous qui vivons là. Elle s'en balance complètement.

Elle laisse derrière elle: Du chômage, parce qu'après avoir mis tout le monde à la porte elle s'en va ailleurs. Et c'est nous qui sommes pris avec ce problème. Nous devons payer avec les impôts, le chômage et le bien-être social etc..

C'est toujours pareil partout dans le monde. Profitons de l'expérience acquise par les pauvres villes qui sont pris avec le problème des gaz de schiste aujourd'hui.....après toutes les belles promesses des compagnies.....

C'est toujours pareil partout dans le monde.

Pourquoi ça serait différent avec les gaz de schiste au Québec ????

S.V.P. Déplacez-vous pour participer aux conférences sur le sujet que se soit à Bécancour, St-Hilaire ou autre....

Entre nous, un moratoire n'est pas la solution. Il faut leur interdire carrément de venir nous empoisonner. Regardez la réalité en face:

S'il y a de la merde vous serez pris avec.

S'il y a des profits, vous n'en verez pas la couleur. Pensez-y.....Voyez-vous la couleur des profis de notre Hydro-Québec??? Et là elle est à nous. Imaginez quand c'est compagnie privée qui vient chercher nos ressources et nous empoisonner!! Vous ne rêvez pas sincèrement à ce qu'ils partagent les profits avec vous???? Non, je sais que vous n'êtes pas naïfs, vous êtes des Québécois et vous en avez vu d'autres!!!

Paix, liberté et solidarité!!
MERCI

Gaz de schiste ou flatulence de merde-Des fuites
SIGNER LA PÉTITION

http://www.youtube.com/watch?v=1a_LW3UYnP0&feature=uploademail

 


 

 

21/12/2010

En Bretagne, un pesticide éradique toute vie aquatique

Il faut bien alimenter Monsanto, le système médical et les laboratoires pharmaceutiques, n'est-ce pas ?

Et comme pour les reptiliens nous sommes trop nombreux, faut bien trouver des moyens de nous éliminer, non ?
 

Un champs de salades, un pesticide ultra puissant, un agriculteur imprudent, des pluies un peu fortes. Il n’en fallait pas plus, ce 23 octobre dernier, pour éradiquer toute vie aquatique sur 12 kilomètres d’un cours d’eau du Finistère, près de Roscoff. Une affaire qui remet en lumière le rôle néfaste des pesticides : en France, 96% des rivières contiennent ces produits chimiques.

Cela pourrait entrer dans le livre des records : 130 tonnes de truites décimées en un petit quart d’heure, dans une pisciculture bretonne. L’hécatombe a permis de détecter une nouvelle catastrophe écologique, le 23 octobre dernier. Le cours d’eau Le Guillec, dans le Finistère, près de Roscoff, a été pollué sur plus de 12 kilomètres. Tous les poissons d’eau douce sont morts, jusqu’à l’estuaire. En cause : le traitement d’une parcelle agricole, où poussent des salades, par un produit chimique, le Trimaton extra (il porte bien son nom...), à proximité de cette rivière du Haut-Léon. Que s’est-il passé ? A priori pas de surdosage dans l’utilisation du pesticide par l’agriculteur. Mais les fortes pluies qui ont suivi l’épandage du produit phytosanitaire semblent avoir aggravé la situation. L’association Eau & Rivières de Bretagne et trois communes voisines ont décidé de porter plainte pour éviter que cette affaire ne soit classée sans suite.

« Cette pollution n’est pas une fatalité. Elle est le résultat de pratiques imprudentes dans l’utilisation de produits chimiques extrêmement dangereux pour l’eau, pour les sols, et pour tous les organismes vivants », s’indigne Eau et rivières. « Au-delà de la négligence de l’agriculteur qui n’a pas pris garde à la météo, ce n’est pas possible qu’on puisse homologuer un produit, si la moindre pluie provoque ce genre de situation », ajoute Arnaud Clugery, délégué départemental de l’association. L’utilisation du pesticide demande d’inonder auparavant le terrain sur une profondeur de 10 cm, avec un système de drains qui a, dans ce cas, été installé dans le sens de la pente. « On ajoute un facteur de danger : le sol est en condition d’érosion maximum avant l’épandage du pesticide. »

Un pesticide reconnu comme cancérigène

Le collectif « Les amis du Guillec et de la baie de Sieck » a lancé une pétition : « Au delà de la pollution du Guillec, arrêtons la stérilisation des sols !!! ». Objectif : relancer le débat sur l’interdiction des pesticides. Pour le collectif, les finalités du traitement de cette parcelle agricole sont inquiétantes, puisqu’il s’agit de stériliser totalement le sol sur une épaisseur de quelques dizaines de centimètres, « afin qu’il n’y ait plus aucune mauvaise herbe, plus aucun insecte, plus aucun champignon, plus aucun ver de terre qui vienne nuire à la production ». Et cela avant semer de la mâche. Le collectif s’insurge contre ce type de méthode, de plus en plus utilisée, où l’on détruit toute vie du sol, « ce dernier ne servant plus que de substrat inerte. »

Le Trimaton extra est commercialisé par la société CEREXAGRI, vendue en 2007 par Arkema - ancienne filiale de Total - à l’entreprise indienne United Phosphorus Limited (UPL), un des plus gros producteurs indiens de produits phytosanitaires. Fongicides, insecticides, herbicides sont notamment produits sur quatre sites français [1]. Le Trimaton extra contient du dimethyl dithiocarbamate de sodium (ou Metam sodium). C’est l’un des pesticides les plus utilisés aux États-Unis (25.000 tonnes par an). Pourtant la substance active fait partie de la liste des cancérigènes « probables » recensés par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) états-unienne.

Un produit néfaste pour l’environnement aquatique

L’État de Californie va plus loin et considère le metam sodium comme toxique d’un point de vue du développement. Le produit est également inscrit sur la liste des cancérigènes avérés, « California Prop 65 Known Carcinogens », et sur celle des « perturbateurs de la reproduction ». L’inscription sur cette liste par l’Agence de protection environnementale de Californie est « basée sur une identification formelle par les autorités publiques que la substance chimique entraîne une toxicité reproductive ».

Côté français, les choses sont moins claires : le site Agritox de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) fait état d’un « effet cancérigène suspecté » et de « preuves insuffisantes chez l’homme ». Le produit est cependant considéré comme « dangereux pour l’environnement », « très toxique pour les organismes aquatiques », et pouvant « entrainer des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique »…

Des cancers au bout d’un mois d’exposition

Les études de toxicité sont inquiétantes. Sur le développement des lapins par exemple : à forte dose, la substance chimique provoque des malformations congénitales - méningocèle (malformation congénitale avec absence de fermeture de la colonne vertébrale) et anophtalmie (absence d’un ou des deux yeux à la naissance) - et une ossification incomplète. De quoi décourager toute envie de pêcher des poissons à proximité des zones d’épandage du pesticide ou de manger les productions végétales qui ont subi ce traitement.

L’agence de protection de l’environnement états-unienne précise qu’en raison de la volatilité du metam sodium dans l’air, « aucun résidu n’est attendu dans l’alimentation » ou dans l’eau. Dans les usages agricoles, le metam sodium devient un gaz volatile (le methyl isothycyanate, ou MITC) peu après son application. Ce gaz est considéré par l’EPA comme « extrêmement toxique pour les mammifères, les oiseaux, les invertébrés aquatiques et les poissons ». Un rapport du Bureau du programme des pesticides de l’EPA décrit le gaz MITC comme pouvant « migrer des champs vers des lieux où le public vit, travaille, joue ». Or une « métaplasie des tissus de l’appareil respiratoire, une lésion souvent associé au cancer, a été observée après seulement 28 jours d’exposition de rats au MITC ».

Des pesticides dans l’eau de pluie

D’après l’Institut français de l’environnement (IFEN), 96% des eaux de surface (rivières, étangs...) et 61% des eaux souterraines analysées en France contiennent des résidus de pesticides. Même les eaux de pluie sont touchées : des stations de mesure installées par l’INRA de Rennes ont révélé que presque tous les échantillons contenaient des pesticides. 60% d’entre eux dépassent même les 0,1µg/l, la Concentration maximale admissible (CMA) pour l’eau de distribution.

Ces mesures montrent une dispersion importante des pesticides dans les milieux aquatiques. Le désastre écologique du 23 octobre sur les bords du Guillec a permis de mesurer l’ampleur de la toxicité du pesticide concerné. Combien d’accidents de ce type ont lieu chaque année en France ? Et combien de pollutions invisibles mais tout aussi dangereuses sont provoquées par les pesticides ?

Agnès Rousseaux

Notes

[1] Bassens (Gironde), Le Canet (Bouches-du-Rhône), Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) et Vaas (Sarthe)


Auteur : Agnès Rousseaux - Source : Basta !
 
 

29/07/2010

Un actionnaire de Carrefour attrape la chiasse avec des fraises

Si c'est un actionnaire de Carrefour qui le dit !

Ecoutez bien ce qu'il dit sur la qualité des aliments et du reste vendus par Carrefour.

 

http://www.dailymotion.com/video/x9sp3i_un-actionnaire-carrefour-attrape-la_news

 

Lors de l'assemblée générale de Carrefour du 24 juin, la parole est aux actionnaires. Un homme prend le micro et vient se plaindre à la direction du groupe.

Tous les vendredis, il va faire ses courses chez Carrefour. Et l'autre jour, il a acheté une barquette de fraises à 1 € et il a eu la "chiasse"...


Source :
http://www.koreus.com/video/actionnaire-carrefour-fraise-...

 

 

Petite banniere 400x50

 

17:19 Publié dans Alimentation, Humour, Chants, Détente, Pollution chimique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

20/07/2010

Marée noire : BP, GOLDAMN SACHS, HALLIBURTON, les rois du déversement du pétrole

Encore de merveilleuses coïncidences que ces délits d'initiés !

BP, Goldman Sachs, Halliburton : les rois du (déversement de) pétrole


Hasards ou coïcindences autour de la catastrophe pétrolière du Golfe du Mexique. BP, Goldman Sachs et Halliburton nagent en eaux troubles.

BP - Goldman Sachs - Halliburton

Vingt jours avant la catastrophe, Goldman Sachs, le monstre de la finance largement impliqué dans la crise financière, a vendu 44% de ses actions BP. Montant de l'opération : 260 millions de dollars. Quelques semaines plus tard, l'action chutait de 50%. Ce qui s'appelle avoir le nez fin. Tony Hayward, le patron de BP, a aussi sauvé les meubles en vendant un petit pactole de 2 millions de dollars, juste avant l'explosion de la plate-forme, soit environ un tiers de ses actions. Une broutille.

Un hasard ? Peut-être. Mais il serait intéressant de valider cette hypothèse... auprès de Peter Sutherland ? L'homme est plutôt bien informé. Ancien directeur général du GATT et de l'OMC, il est actuellement membre influent d'organisations aussi huppées que la Commission trilatérale et le groupe Bilderberg. Mais il est aussi président de Goldman Sachs (depuis 1995) et ex-président de... BP (1997 - 2010) ! Un homme bien sous tous rapports. Sauf, semble-t-il, pour la Commission Trilatérale qui a supprimé son CV et une bonne partie des articles le concernant de son site Internet (toujours disponible via le cache de web.archive.org). Même topo pour Lord Browne, ancien directeur général de BP et actuel administrateur de la banque d'investissement. En somme, BP a infiltré Goldman Sachs, banque bien connue pour avoir infiltré l'administration US. Un plan qui se déroule sans accros ?

Autre coïncidence frappante, dans cette catastrophe pétrolière, Halliburton a été mise en cause pour malfaçon. Dans la journée qui a précédé le drame, la firme avait participé à des opérations de cimentage sur la plate-forme de forage. La tuile. Mais huit jours auparavant, la société avait acheté pour 240 millions de dollars d'actions "Boots & Coots". Kesako ? Ni plus ni moins qu'une entreprise spécialisée dans... l'extinction de puits de pétrole en feu. Et hop. L'action a gagné 60% en quelques jours. Forcément, puisque la société a été appelée à la rescousse pour aider BP à colmater la fuite de pétrole.

Que le monde est petit...

-----------------

Mais encore :

Marée noire : la plupart des "nettoyeurs" de l'Exxon Valdez seraient morts

YouTube - Pétrole en mer



04/06/2010

La marée noire de British Petroleum va engloutir Obama

1er juin 2010 (Nouvelle Solidarité) — Suite au dernier échec de British Petroleum à colmater la fuite dans le golfe du Mexique, le désastre menace de remonter le long de la côte Atlantique jusqu’au Gulf Stream.

Plus funeste encore que l’échec de BP est l’inaction délibérée du président Obama.

Le 31 mai, Lyndon LaRouche a déclaré : « L’urgence de la situation dans le Golfe du Mexique montre clairement que tant que Barack Obama restera Président , le problème ne sera pas traité de manière compétente. Pour le bien de notre nation, Obama doit être immédiatement révoqué de ses fonctions." ...

...témoignage accablant du seul survivant de l’incendie de la plateforme, Mike Williams, le principal technicien électronique, lors de l’émission 60 Minutes de la chaîne CBS, le 16 mai ...

...silence abasourdissant du site du WWF sur ce qui risque de figurer dans les annales comme la plus grande catastrophe environnementale des temps modernes ne fait que confirmer ce qu’on savait déjà : le chien ne mord rarement la main qui le nourrit. Si un simple incident dans le secteur nucléaire provoque immédiatement un scandale médiatique mondial, le WWF, fondé par le Prince Philip d’Edimbourg et le Prince Bernhard des Pays Bas, et qui milite pour réduire la population mondiale, ne mentionne même pas l’accident !

Voir l'article complet: http://www.solidariteetprogres.org/article6686.html


Petite banniere 400x50

 

21:46 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Pollution chimique, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!