Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2010

Obama abandonne la Lune

Pour laisser la place à des sociétés privées !
Lesquelles ?

Par Rémy Decourt, Futura-Sciences 

Le programme Constellation, qui devait être celui du « retour sur la Lune » en 2020, est annulé. Barack Obama vient de confirmer officiellement les rumeurs. Trop coûteux et même si neuf milliards de dollars ont déjà été dépensés, le projet lancé par George W. Bush n'ira pas plus loin. La Nasa devra plancher sur des missions habitées vers des satellites de Mars. Quant à l'accès à l'espace après la mise à la retraite des navettes, il sera confié à des entreprises privées.

Confronté à une crise économique et financière sans précédent depuis celle de 1929, les Etats-Unis s'apprêtent à un changement de paradigme dans la façon qu’a l'Amérique d’explorer et d’utiliser l'espace. Depuis que le Comité Augustine a remis son rapport sur le programme Constellation et les plans de la Nasa pour l’exploration, on se doutait que les objectifs spatiaux des Etats-Unis allaient être revisités.

Concrètement, Obama propose d’abandonner dans sa totalité le programme Constellation mis en place en 2004 par George W. Bush qui prévoyait le retour sur la Lune et les premières missions habitées vers Mars. Il préfère donner la priorité à des missions habitées vers des astéroïdes et les lunes de Mars qui pourraient être utilisées pour préparer l’envoi d’un équipage internationale sur la Planète rouge.

Le président américain souhaite également privilégier le développement de nouvelles technologies nécessaires à l'envoi de missions sur Mars et voir émerger des missions robotiques ambitieuses et innovantes qui pourraient préparer les étapes suivantes de l’exploration humaine du Système solaire. Des démonstrateurs de nouvelles technologies, préfigurant certaines fonctionnalités techniques, seraient ainsi développés pour préparer ces étapes futures.

altair_constellation_lune_nasa.jpg





Les partisans des missions habitées vers Mars ont peut-être une carte à jouer maintenant que l’on abandonne l’objectif de retourner sur la Lune. Ils n’ont jamais compris pourquoi il fallait retourner sur la Lune avant d’envisager d’envoyer des hommes sur Mars. Crédit Nasa

La balle est aujourd'hui dans le camp du Sénat

Enfin, l’administration Obama souhaite élargir et intensifier la coopération internationale avec l’Europe et d’autres pays comme le Japon, l’Inde et la Russie sous certaines conditions. On pense évidemment à la mission de retour d’échantillons martiens qui pourrait être réalisée à court terme.

En remplacement des lanceurs et du véhicule spatial Orion du programme Constellation, Obama veut privatiser en très grande partie l'accès à l'espace pour le transport de matériel et celui des hommes. Afin de ne pas trop dépendre des capacités russes pour rejoindre la Station dès que la navette sera retirée du service, le gouvernement va soutenir financièrement et techniquement le développement d'un secteur commercial capable d'assurer le transport orbital de personnes et de fret vers la Station dans le cadre du partenariat public-privé Cots.

Cette décision s’accompagne de l’annonce de la poursuite de l’utilisation de l'ISS au moins jusqu’en 2020 de façon à maintenir un certain leadership dans l'espace et offrir une destination pour les véhicules commerciaux du programme Cots que développent actuellement SpaceX (Falcon 9 / Dragon) et Orbital Sciences avec Thales Alenia Space (Taurus / Cygnus). En effet, la seule raison d'être de ces projets est de ravitailler la Station spatiale, tant il est peu probable que ces industriels arrivent à créer un marché économiquement viable de remplacement de la Station.

mars_missionhabitee_echantillons_rover_nasa.jpg





En l’état, le budget de la Nasa ne permet pas de développer de nouveaux systèmes et de poursuivre ceux qui existent déjà (à l’image de l’atterrisseur lunaire Altair). Crédit Nasa

Sur la question de la desserte de la Station, il faut savoir que le cas de la navette n’a pas encore été complètement tranché. Il existe une possibilité de prolonger de quelques années son utilisation. Actuellement, les plans de la Nasa prévoient cinq vols en 2010 avant son retrait définitif. Or, Sally Ride, ancienne astronaute américaine et membre du Comité Augustine avait suggéré de continuer à l’utiliser après 2010 à raison de deux vols par an, le temps que les systèmes de transport spatial développés dans Cots soient opérationnels.

Cependant, la décision finale sur tous ces sujets appartient au Congrès américain et nombreux sont les sénateurs qui voient d’un très mauvais œil l’abandon des pans entier du programme spatial. Le sénateur de Floride, un des états qui bénéficient le plus des retombées économiques des programmes de la Nasa et dont dépendent de nombreux emplois a clairement dit que les propositions d’Obama « décimaient le programme spatial des Etats-Unis ».

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronautique/d/obama-abandonne-la-lune_22439/

Petite banniere 400x50

 

02:12 Publié dans NASA, NSA, Obama, Trump, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

02/02/2010

Obama demande 33 milliards de dollars de plus pour l'Afghanistan

Heureusement qu'il annonçait avoir un déficit abyssal en 2009 et que soi-disant il accuse les banques de spéculer !

Et qui c'est qui va lui donner les 33 milliards de dollars pour aller guerroyer en Afghanistan ? Les banquiers !
E
t qui c'est qui va payer les guerres ? Nous tous !

 

 

Par Reuters, publié le 01/02/2010 à 21:37

WASHINGTON - Barack Obama demande au Congrès américain une rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars, au titre de l'année fiscale 2010, pour financer l'envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan.

Barack Obama a demandé au Congrès américain une rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars, au titre de l'année fiscale 2010, pour financer l'envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan. (Reuters/Jason Reed)

Barack Obama a demandé au Congrès américain une rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars, au titre de l'année fiscale 2010, pour financer l'envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan. (Reuters/Jason Reed)

Le président américain avait annoncé en décembre l'envoi de 30.000 soldats pour soutenir les 68.000 militaires déjà engagés dans la guerre contre les taliban.

Les 33 milliards de dollars sollicités s'ajouteront aux 130 milliards déjà approuvés par le Congrès pour financer les conflits en Afghanistan et en Irak jusqu'au 30 septembre, fin de l'année fiscale en cours.

Ce projet de budget inclut également une demande d'un montant de 159,3 milliards pour financer les guerres en Irak et en Afghanistan au titre de l'année fiscale 2011, qui débute le 1er octobre.

Par ailleurs, le texte prévoit également une nette hausse des fonds alloués à la formation et à l'équipement des forces armées pakistanaises, que Washington aide à combattre les activistes islamistes près de la frontière afghane.

Obama a demandé que le "Fonds pour la capacité pakistanaise de contre-insurrection" soit doté de 1,2 milliard de dollars pour le prochain exercice fiscal, après 700 millions de dollars lors de l'année en cours.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/obama-demande-33-mill...

 

Petite banniere 400x50

 

02:02 Publié dans Obama, Trump, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

10/01/2010

Et le Yemen dans tout cela ?

Le président Obama a-t-il échappé à un attentat orchestré par la CIA ?

Article rédigé le 09 jan 2010, par Spencer Delane

Spencer Delane, pour Mecanopolis

Le Président Barack Obama pensait sans doute passer un paisible séjour à Hawaï lorsque, le 28 décembre dernier, à 15h10, il entamait une partie de golf sur le green du Luana Hills Country Club. Trois minutes plus tard, les agents des services secrets en charge de sa sécurité intervenaient dans l’urgence, engouffrant le président et sa suite dans deux véhicules blindés.

obama hawaii

Barack Obama, sur le green du Luana Hills Country Club, quelques instants
avant l’intervention des agents des services-secrets en charge de sa sécurité

La « version officielle » de « l’incident », relayée un peu plus tard par un communiqué du service de presse de la Maison Blanche, indique que c’est à la suite de la blessure accidentelle du fils d’un couple d’amis, Eric et Cheryl Whitaker, qui accompagnaient Obama, que le plan d’évacuation du président des États-Unis a été déclenché. Le communiqué précise néanmoins que l’enfant n’a pas eu besoin d’assistance médicale.

Qui peut vraiment croire que les services-secrets auraient expédié Barack Obama dans un bunker parce qu’un garçonnet se serait blessé à la plage ? Ici comme ailleurs, la « version officielle », et ses cent retouches successives, n’a pas pour but d’être crédible, mais d’être la seule en vitrine, de sorte à occuper l’ensemble des médias et de couvrir la réalité des faits.

Le quotidien russe Zvatara, qui indique prendre ses sources auprès d’un agent du FSB (service de renseignement russe) présente une toute autre version des évènements. Selon le journal, l’alerte aurait été donnée quand à 15h 03 précise, un avion « non identifié » a pénétré dans l’espace aérien du périmètre restreint de la « zone de vacances » du président américain.

La réaction des services de protection d’Obama aurait encore été d’avantage précipitée quand, quelques minutes plus tard, l’identité de cet avion, un bi-réacteur portant le numéro d’enregistrement N46F, a été établie comme appartenant à la Hunt Oil Company, et qu’il avait été précédemment lié à l’Agence centrale de renseignement (CIA), comme le confirme ce document.

Il n’est pas inutile de rappeler que le PDG de Hunt Oil, Ray L. Hunt, est un proche de George Bush senior, et membre du President’s Foreign Intelligence Advisory Board.

A noter aussi que, en avril 2009, George Bush junior a effectué un voyage au Yémen, dont les réserves de pétrole sont estimées 10 milliards de barils, afin d’inaugurer une raffinerie de la… Hunt Oil Company. Cela alors que, depuis peu, le pétrole yéménite représente 7% des sources d’approvisionnement de la Chine, et que les projets de Petrochina sont nombreux dans ce pays.

A la lumière de ces informations, ont serait tenté de relier « l’attentat manqué » du vol Detroit-Amsterdam du 25 décembre dernier avec ce qui ressemble a une mise en garde de la CIA et de ses commanditaires à l’encontre du président Barack Obama, afin de le contraindre à accélérer un processus d’ingérence militaire au Yémen, de sorte à en accaparer les ressources en hydrocarbures.

Au soir du 28 décembre, Barack Obama, a « rompu le silence qu’il observait depuis l’attentat manqué sur le vol 253 le jour de Noël » pour s’adresser aux américains : «Nous allons continuer à utiliser tous les éléments en notre pouvoir pour intercepter, détruire et vaincre les extrémistes violents qui nous menacent, qu’ils soient d’Afghanistan, du Pakistan, du Yémen ou de Somalie. »

Spencer Delane, pour Mecanopolis

09/01/2010

Obama, craint une guerre civile aux USA ?

Fin novembre Obama craignait une guerre civile avant la fin  de l'hiver.

Nov 28, 2009

Obama Orders 1 Million US Troops to Prepare for Civil War

Russian Military Analysts are reporting to Prime Minister Putin that US President Barack Obama has issued orders to his Northern Command’s (USNORTHCOM) top leader, US Air Force General Gene Renuart, to “begin immediately” increasing his military forces to 1 million troops by January 30, 2010, in what these reports warn is an expected outbreak of civil war within the United States before the end of winter.

According to these reports, Obama has had over these past weeks “numerous” meetings with his war council about how best to manage the expected implosion of his Nations banking system while at the same time attempting to keep the United States military hegemony over the World in what Russian Military Analysts state is a “last ditch gambit” whose success is “far from certain”.

http://www.eutimes.net/2009/11/obama-orders-1-million-us-troops-to-prepare-for-civil-war/

 

Civil War in the US Coming Soon!

http://www.youtube.com/watch?v=pgMoNPZcSvA&feature=pl...

And to Obama’s “last ditch gambit”, these reports continue, he is to announce in a nationwide address to his people this coming week that he is going to expand the level of US Military Forces in Afghanistan by tens of thousands of troops, while at the same time using the deployment of these soldiers as a “cover” for returning to the United States over 200,000 additional American soldiers from the over 800 bases in over 39 countries they have stationed around the Globe bringing the level of these forces in America to over 1 million, a number the US Military believes will be able to contain the “explosion of violence” expected to roil these peoples when they learn their economy has been bankrupted.
These reports further state that at the same time Obama will be attempting to keep his Nation from violent disintegration, the tens of thousands of additional troops he will send to Afghanistan are to be ordered to Kandahar where the Americans and their NATO allies will begin their final attempt to secure their TAPI (Turkmenistan, Afghanistan, Pakistan and India) pipeline, which without the Western Nations, due to their grave lack of alternative energy resources, and being cut off from these vast Central Asian supplies (which both Russia and China are seeking to insure), are warned will totally collapse.


Making the American’s (and by extension the West’s) situation even worse are new reports coming from the International Energy Agency stating that “under pressure” from the US government they have been “deliberately underplaying” a looming Global oil shortage for fear of triggering panic buying and raising the Americans fear over the end of oil supremacy because it would threaten their power over access to our World’s last remaining oil resources.


To the scariest “end game” maneuvers being made by Obama, in his attempt to protect Americas Global hegemony, is his record shattering move in plunging the United States $3.5 Trillion further into debt, and which raises the total amount owed by the United States, to its citizens and the World, to the unprecedented height of over $106 Trillion.


So alarming has Obama’s actions become (especially since they are being imitated by all of the Western powers) that the managing-director of the International Monetary Fund (IMF), Dominique Strauss-Kahn, warned this past week that the “stimulus actions” of the West (which in essence is nothing more than the printing of money with nothing to back it up) has now become a “threat to democracy” as millions of people are expected to erupt in violence against their governments over the theft of their money and their futures.


Most unfortunately for the American people though is that this IMF warning fell on “deaf ears” in the United States with the Federal Reserve Bank of St. Louis President, James Bullard, saying this week that the US would continue its “stimulus actions” because they “would give more flexibility to US policymakers”, a most absurd statement especially when viewed in the light of the unprecedented debt payments currently looming over the American economy they have no ability whatsoever to pay.


To the ability of the West’s banking giants to save their Nation’s economies, even worse news came this week with the US ratings giant Standards & Poors issuing a warning that “every single bank in Japan, the US, Germany, Spain, and Italy included in S&P’s list of 45 Global lenders remain unsafe”, a warning which then lead to one of Europe’s largest banks, Société Générale, warning its clients to prepare for a “total Global Economic Collapse”.


To the fears of Obama over the United States erupting into civil war once the full extent of the rape and pillaging of these peoples by their banks and government becomes known to them, grim evidence now shows the likelihood of this occurring much sooner than later, especially in new poll figures showing that Obama’s approval rating among white Americans has now fallen to 39%. A number made more significant when one realizes that the white population of the United States comprises 74% of their estimated 398 million citizens, or put more ominously in these reports as “over 220 million American people armed to the teeth and ready to explode”.


And so fearful has the white population of the United States become that upon the election of Obama to the Presidency he was named as the “Gun Salesman of the Year” by the Outdoor Wire, the US’s largest daily electronic news service for the outdoor industry, who report “panic buying” of weapons and ammunition by those fearful of the destruction of their country at the hands of man they believe is not even an American citizen and had been foisted upon them by their elite classes seeking to enslave them.


Though the coming civil war in the United States is being virtually ignored by their propaganda media, the same cannot be said of Russia, where leading Russian political analyst, Professor Igor Panarin has long warned that the economic turmoil in the United States has confirmed his long-held view that the US is heading for collapse, and will divide into separate parts.


Professor Igor Panarin further stated in his warning that “the US Dollar is not secured by anything. The country’s foreign debt has grown like an avalanche, even though in the early 1980s there was no debt. By 1998, when I first made my prediction, it had exceeded $2 trillion. Now it is more than 11 trillion. This is a pyramid that can only collapse.”


What remains to be seen, and these reports do not speculate upon, is if the citizen-soldiers of the United States will fire upon and kill their fellow countrymen during the coming conflict, but if history is to be our guide clearly shows this will be the case as the once great American Nation continues its headlong plunge into the abyss of history. May God have mercy upon all of them.

Traduction Google :

http://translate.google.com/translate?js=y&prev=_t&am...

 

 

Petite banniere 400x50

 

18:35 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Obama, Trump, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

06/01/2010

Pierre Hillard - Europe et Nouvel Ordre Mondial

La marche irresistible du Nouvel Ordre Mondial

Toutes les époques ont leur idéologie. En ce début du XXIe siècle, le seul débris qui surnage après un siècle chaotique et tragique, c'est le mondialisme.

Comme le dit Guy Sorman : Le monde est ma tribu.

L'aboutissement des ambitions d'un nouvel ordre mondial devra passer par des étapes bouleversant les structures politico-économiques des sociétés. Dans ces événements, la vie humaine comptera peu.

D'ores et déjà, avec la mort probable de la Belgique, les réveils régionalistes en Espagne et en Italie, l'Europe de Bruxelles qui a programmé depuis longtemps la mise sous tutelle, sinon la destruction des nations, risque d'être exaucée dans ses entreprises au-delà de ses espérances. De leur côté, à travers le sanglant bourbier irakien, les Etats-Unis préparent activement la recomposition du Moyen-Orient..


La tour de Babel tiendra-t-elle ?

Pierre Hillard - Europe et Nouvel Ordre Mondial - 1.


Pierre Hillard - Europe et Nouvel Ordre Mondial - 2.


Pierre Hillard - Europe et Nouvel Ordre Mondial - 3.


Pierre Hillard - Europe et Nouvel Ordre Mondial - 4.


Pierre Hillard - Europe et Nouvel Ordre Mondial - 5.


Pierre Hillard - Europe et Nouvel Ordre Mondial - 6.