Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2009

Obama serait-il le Maître du Monde et le digne représentant du Nouvel Ordre Mondial ?

Rien ne vous choque dans cet article ?


Non seulement ce sont les USA qui créent de toutes pièces la panique financière mondiale, mais il faudrait encore faire allégeance au leader mondial, (selon SARKOZY) digne représentant du Nouvel Ordre Mondial (Illuminati).

Qui va rembourser les sommes astronomiques qui seront investies pour relancer l'économie mondiale ?
Qui va prêter l'argent à la Banque Mondiale et aux différents Gouvernements pour les endetter et endetter les peuples ?
La FED, sûrement pour être récompensée d'avoir rendu de bons et loyaux services au Monde ?
 
On ne parle surtout pas d'écarter la FED du Gouvernement US ?
Ce sont encore les peuples qui paieront pour continuer à enrichir la FED et ses acolytes !!!!
Le marché de dupes ! Il serait temps qu'ils arrêtent de nous jouer leur mise en scène éculée, notamment sur nos deniers !
Barack Obama et Gordon Brown à leur arrivée au sommet du G20 (AP)
Chaque pays devrait s'engager à prendre les mesures de relance nécessaire. Le communiqué final devrait également contenir des annonces en faveur d'un renforcement de la régulation mondiale des marchés.
La séance plénière du sommet du G20 a débuté jeudi 2 avril à Londres vers 09h35 GMT. Elle est dédiée aux moyens de lutte contre la crise qui frappe l'économie mondiale. La séance a été officiellement ouverte par le Premier ministre britannique Gordon Brown, hôte du sommet.
Le président américain Barack Obama est arrivé vers 6h40 GMT au centre
ExCel à Londres. Il a été reçu par Gordon Brown, qui accueille le sommet qui s'est formellement ouvert vers 7h30 GMT.
Toutes les délégations qui comprenaient notamment des chefs d'Etat et des ministres des Finances, sont arrivées les unes après les autres dans le centre d'exposition qui se trouve au bord de la Tamise, placé ainsi tout le périmètre sous très haute surveillance policière.
Gordon Brown a accueilli les autres dirigeants un par un au fur et à mesure. Il a posé avec chacun devant les caméras.
Le G20, qui comprend les pays industrialisés du G8, ainsi que l'Union européenne et les grands pays émergents de la planète, doit rendre public jeudi à 14H30 GMT un communiqué final résumant les décisions prises pour faire face à la crise.

Les organisations internationales présentes


Participent aussi à cette réunion par les dirigeants des grandes organisations financières internationales comme le FMI ou la Banque mondiale, ainsi que le directeur général de l'Organisation mondiale du Commerce Pascal Lamy. Les Pays-Bas et l'Espagne ont également été conviés.

Selon les termes du communiqué qui ont déjà été divulgués, chaque pays devrait s'engager à prendre les mesures de relance nécessaire pour sortir son pays de cette crise. Il devrait contenir également des annonces en faveur d'un renforcement de la régulation mondiale des marchés, la France et l'Allemagne souhaitant qu'elles soient le plus concrètes possible.

Après un petit déjeuner, une "photo de famille" et la séance plénière , les dirigeants doivent déjeuner ensemble. Ils se réuniront ensuite de nouveau dans l'après-midi pour mettre la dernière touche à leur communiqué.
Gordon Brown en commentera les conclusions lors d'une conférence de presse à 14H30 GMT.

Réception à Buckingham Palace


Le président Barack Obama, qui a débuté à Londres sa première tournée en Europe de président des Etats-Unis, a tenté d'apaiser le débat mercredi. Il a jugé que les pays avaient "la responsabilité de coordonner (leurs) actions et de (se) concentrer sur les points communs et non sur des divergences épisodiques".
Il a accepté, (manquerait plus que ça qu'il refuse, le Maître du Monde !) comme le souhaite l'Europe, de laisser chaque pays prendre sa décision concernant ses propres plans de relance (les Etats-Unis auraient aimé un engagement général) (l'établissement du Nouvel Ordre Mondial avec une monnaie unique mondiale ?), tout en mettant en avant au passage que son pays "ne pouvait être le seul moteur de la croissance" mondial.
Les dirigeants mondiaux ont passé la journée de mercredi à se rencontrer. La Reine Elizabeth a ensuite donné une réception à Buckingham Palace, puis un dîner était prévu à Downing Street, la résidence du Premier ministre Gordon Brown.

Echauffourées


Des échauffourées ont éclaté à plusieurs endroits de Londres mercredi. Un manifestant est mort près du siège de la Banque d'Angleterre dans des circonstances non élucidées. Plusieurs personnes ont été blessées lors de heurts avec des manifestants contenus par un cordon de police qui s'étaient rassemblées contre des barrières de sécurité, près de la Banque d'Angleterre.
De nouvelles manifestations doivent avoir lieu jeudi à proximité de
l'Excel, le centre de conférences de l'est londonien où a lieu le sommet, placé sous très haute surveillance.
 

LEAP/E2020 : Sommet du G20 de Londres : la dernière chance avant la dislocation géopolitique mondiale

Lettre ouverte du 24/03/09  du Le LEAP/E2020 : prévisions ou message codé des Illuminati à l'endroit des Gouvernants Mondiaux ?

Sous-entendu c'est le moment de créer le Nouvel Ordre Mondial !

 

Avec un peu d'humour !!!!
Comme disait DE GAULLE : Je vous ai compris !
 
Sommet du G20 de Londres : la dernière chance avant la dislocation géopolitique mondiale
Lettre ouverte aux dirigeants du G20, publiée en anglais dans l’édition mondiale du Financial Times le 24/03/09
 


Mesdames, Messieurs,

Il vous reste moins d’un semestre pour éviter que la planète s’enfonce dans une crise dont elle mettra plus d’une décennie à sortir, avec un terrible cortège de malheurs et de souffrance. Cette lettre ouverte de LEAP/E2020, qui dès Février 2006 avait annoncé l’imminence d’une « crise systémique globale », veut tenter de vous indiquer brièvement pourquoi il en est ainsi, et comment éviter cela.

En effet, si vous avez commencé à soupçonner l’ampleur de la crise il y a moins d’un an, c’est dès Février 2006, dans la 2° édition de son « Global Europe Anticipation Bulletin » (GEAB), que LEAP/E2020 avait annoncé que le monde entrait dans la « phase de déclenchement » d’une crise d’ampleur historique. Et depuis cette date, LEAP/E2020 a continué, chaque mois, à anticiper d’une manière très fiable les évolutions de la crise dans laquelle le monde entier se débat désormais. Ce qui nous conduit à vous écrire cette lettre ouverte dont nous espérons qu’elle éclairera vos choix dans quelques jours.

Et cette crise s’aggrave dangereusement. Récemment, à l’occasion de la 32° édition de son bulletin, LEAP/E2020 a ainsi lancé une alerte très importante qui vous concerne directement, vous les dirigeants du G20 : si, réunis à Londres le 2 Avril prochain, vous n’êtes pas capables d’adopter des décisions audacieuses et innovantes en vous concentrant sur l’essentiel, et d’entamer leur mise en oeuvre d’ici l’été 2009, alors la crise entrera à la fin de cette année dans la phase de « dislocation géopolitique généralisée » qui affectera tout autant le système international que la structure même des grandes entités politiques comme les Etats-Unis, la Russie, la Chine ou l’UE. Et vous ne contrôlerez alors plus rien pour le malheur des six milliards d’habitants de notre planète.

Votre choix : une crise de 3 à 5 ans ou un crise de plus d’une décennie ?

Hélas, comme rien ne vous a préparé à affronter une crise d’une telle ampleur historique, jusqu’à présent, vous ne vous êtes occupés que des symptômes ou des causes secondaires. Vous avez pensé qu’il suffisait d’ajouter de l’essence ou de l’huile au moteur mondial, sans vous rendre compte qu’il était tout simplement cassé, sans espoir de réparation. C’est un nouveau moteur qu’il faut construire. Et le temps presse car chaque mois qui passe détériore un peu plus l’ensemble du système international.

Comme dans toute crise majeure, il faut aller à l’essentiel. Comme dans toute crise de dimension historique, le seul choix est entre entreprendre au plus vite des changements radicaux et raccourcir considérablement la durée de la crise et ses conséquences tragiques ; ou au contraire refuser les changements radicaux en tentant de sauvegarder l’existant, pour ne réussir qu’à prolonger durablement la crise et accroître toutes ses conséquences négatives. A Londres, le 2 Avril prochain, vous aurez ainsi le choix entre résoudre la crise en 3 à 5 ans d’une manière organisée ; ou bien au contraire, entraîner la planète dans une décennie terrible.

Nous nous bornerons donc ici à mettre en avant trois conseils que nous considérons comme stratégiques, c’est-à-dire, que pour LEAP/E2020, s’ils ne sont pas mis en oeuvre d’ici l’été 2009, la dislocation géopolitique mondiale deviendra inévitable à partir de la fin de cette année.

LES 3 CONSEILS DE LEAP/E2020

1. La clé de la crise, c’est la création d’une nouvelle devise internationale de référence !

Le premier conseil se résume à une idée très simple : la clé de la crise actuelle se trouve dans la réforme du système monétaire international hérité de l’après-1945 afin de créer une nouvelle devise internationale de référence. Le Dollar américain et l’économie des Etats-Unis ne sont plus en mesure d’être les piliers de l’ordre économique, financier et monétaire mondial. Tant que ce problème stratégique n’est pas abordé directement, puis traité, la crise s’approfondira car il est au coeur des crises des produits financiers dérivés, des banques, des prix de l’énergie, … et de leurs conséquences en terme de chômage massif et de baisses des niveaux de vie. Il est donc vital que cette question soit l’objet principal du Sommet du G20 de Londres et que les premiers éléments de solution y soient lancés. La solution à ce problème est d’ailleurs bien connue : il s’agit de créer une devise de référence internationale (qu’on pourrait appeler le « Global ») (qui serait la monnaie du Nouvel Ordre Mondial) fondée sur un panier (à crabes) de monnaies correspondant aux principales économies de la planète, à savoir le Dollar US, l’Euro, le Yen, le Yuan, le Khaleel (monnaie commune des etats pétroliers du Golfe qui sera lancée au 1° Janvier 2010), le Rouble, le Real, … . et de faire gérer cette devise par un « Institut Monétaire Mondial », (qui serait sans doute géré par les mêmes escrocs planétaires) dont le Conseil d’ Administration reflète les poids respectifs des monnaies composant le « Global ». Vous devez demander au FMI et aux banques centrales concernées de préparer un tel plan pour Juin 2009 (c'est bien ce que l'on disait les mêmes escrocs) avec objectif de mise en oeuvre au 1° Janvier 2010. C’est votre seul moyen de reprendre l’initiative sur le temps de déroulement de la crise. Et c’est le seul moyen de concrétiser la mise en oeuvre d’une globalisation partagée, en partageant la monnaie qui est au coeur de toute activité économique et financière. (Et si on sortait de l'Europe, qu'on nationalisait des banques, qu'on reprenait notre monnaie et que chaque pays payait ses transactions avec sa propre monnaie pour sortir une fois pour toutes de la domination des escrocs planétaires ? Ce ne serait pas mieux ?

Selon LEAP/E2020, si une telle alternative au système actuel en plein effondrement n’a pas commencé à être préparée d’ici l’été 2009, démontrant qu’il existe une autre voie que le « chacun pour soi », le système monétaire international actuel ne passera pas l’été. Et si certains Etats du G20 pensent qu’il vaut mieux garder le plus longtemps les privilèges que leur procure le statu quo, ils devraient méditer sur le fait qu’aujourd’hui ils peuvent encore influencer de manière décisive la forme que prendra ce nouveau système monétaire mondial. Une fois la phase de dislocation géopolitique entamée, ils perdront au contraire toute aptitude à le faire. (Qui a dit que les Gouvernements voulaient sortir de la crise financière et économique mondiale qu'ils ont créée de toutes pièces pour perdre le prétexte et l'occasion d'instaurer le Nouvel Ordre Mondial ?. Sont pas fous les Messieurs !!! On préfère continuer à fabriquer le terreau d'une 3ème guerre mondiale qui a déjà eu lieu avec l'organisation de la crise financière, et fabriquer aussi celui des émeutes et des guerres civiles, qui rapportent plus que de trouver des solutions pour sortir de la crise, et solutions qui ne participeraient encore qu'à enrichir les banquiers).

2. Contrôlez l’ensemble des banques au plus vite ! (Vive le Nouvel Ordre Mondial ! Tout voir et tout contrôler !)

Le second conseil est déjà largement évoqué dans les discussions préalables à votre réunion. Il devrait être donc aisé de l’adopter. Il s’agit de mettre en place d’ici la fin 2009 un système de contrôle des banques à l’échelle mondiale qui supprime tout « trou noir » (troublant). Plusieurs options vous sont déjà proposées par les experts. Tranchez dès maintenant. Nationalisez au plus vite quand il le faut ! (Faudrait savoir !) C’est en tout cas le seul moyen de prévenir un nouvel endettement massif des établissements financiers comme celui qui a contribué à la crise actuelle ; et de montrer aux opinions publiques que vous êtes crédibles face aux banquiers. (Première nouvelle que les banquiers s'endettent avec notre pognon alors que l'Etat leur verse des sommes colossales pour les renflouer et que les contribuables devront rembourser).

3. Faites évaluer au plus vite par le FMI les systèmes financiers US, britannique et suisse ! (Ah, bonne nouvelle ! Et qui contrôlera le FMI et les Banques du Vatican et les banques planquées dans les Paradis fiscaux ?)

Le troisième conseil touche à nouveau une question très sensible politiquement qui pourtant est incontournable. Il est indispensable que le FMI remette au G20, au plus tard, en Juillet 2009, une évaluation indépendante des trois systèmes financiers nationaux au coeur de la crise financière : ceux des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Suisse. Aucune solution durable ne pourra en effet être efficacement mise en oeuvre tant que personne n’a la moindre idée des ravages causés par la crise dans ces trois piliers du système financier mondial. (Ne pas confondre ravages avec escroqueries des peuples). Et il n’est plus temps de « prendre des gants » avec des pays qui sont au coeur du chaos financier actuel. (C'est bien notre avis, mais encore faudrait-il que la France et les autres pays déposent plainte pour escroquerie contre la FED et ses acolytes, qui sont des banques privées et propriétaires de la planche à billet Illuminati).

Ecrivez un communiqué simple et bref !

Pour terminer, nous nous permettrons seulement de rappeler que vous avez désormais à restaurer la confiance chez 6 milliards de personnes, et des dizaines de millions d’institutions publiques et privées. (Ce dont ils se fichent comme de leur première tétine ou poussette). Alors, n’oubliez pas de rédiger un communiqué court, qui ne fasse pas plus de deux pages, qui ne contienne pas plus de trois ou quatre idées centrales et qui soit lisible par des non-experts. (Surtout 2 pages contenant des termes codés compris uniquement par la caste des banquiers Illuminati).  Sinon, vous ne serez pas lu hors du cercle étroit des spécialistes et vous ne pourrez donc pas ressusciter la confiance du plus grand nombre condamnant ainsi la crise à s’aggraver. (Bon, attendons la résurrection de nos cendres, maintenant). Si cette lettre ouverte vous aide à sentir que l’Histoire vous jugera pour ce que vous aurez réussi à faire ou pas lors de ce Sommet, alors elle n’aura pas été inutile. (Il sera facile de réécrire l'histoire dans les annales de la Terre pour continuer à vous glorifier. Nous avons les nègres pour écrire vos mémoires, donc pas de souci à vous faire, continuez sur votre lancée). Sachez simplement, que selon LEAP/E2020, vos peuples respectifs n’attendront pas plus d’une année pour vous juger. Une chose est néanmoins certaine : cette fois-ci vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenu ! (Des menaces, maintenant ? Ce dont ils se fichent éperdument. Et puis si les 20 pantins qui participeront au sommet du G20 refusent de trouver des solutions, ils auront une porte de sortie toute trouvée ! Ce sera encore et toujours la faute de l'Islam et des terroristes d'Al Qu'Aïda. Nous ressusciterons Ben Laden pour la circonstance et personne n'y verra que du feu, les moutons ! Et le tour sera joué !).

Franck Biancheri Directeur des Etudes de LEAP/E2020 Président de Newropeans

Source : http://www.europe2020.org/spip.php?article596&lang=fr

14/02/2009

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d'un tabou : Emission là-bas si j'y suis

De la démocratie américaine  et de la condition sine qua non pour devenir président des Etats-Unis (des lobbys en général, d'un certain lobby en particulier).

Pro-israéliens et plutôt néo-conservateurs, deux éminents professeurs de sciences politiques américains, décident d’étudier un sujet tabou, le lobby pro-israélien.
Malgré l’avalanche de critiques et d’insultes leur livre s’impose comme un évènement.
Chaque année, Israël continu de recevoir 4 milliards de dollars d’aide américaine, entre 1972 et 2006 Washington a opposé son véto à 42 résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU qui critiquaient le politique israélienne.
Pourquoi ?
Un reportage avec Giv Anquetil.

 
Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (1)
Le lundi 9 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1613

 
Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (2)
Le mardi 10 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1614

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (3)
Le mercredi 11 février 2009


http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1615

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (4)
Le jeudi 12 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1616




Illuminati : Les confessions du Père Jean-Paul REGIMBALD

Illuminati et Nouvel Ordre Mondial.
Les confessions du Père Jean-Paul REGIMBALD décédé dans d'étranges circonstances.
Vidéos :
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 1/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 2/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 3/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 4/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 5/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 6/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 7/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 8/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 9/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 10/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 11/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 12/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 13/14
 
1983 - Père Jean-Paul REGIMBALD - 14/14

02/02/2009

Davos s'achève dans le désarroi face à la crise de la mondialisation

Ils veulent vraiment nous imposer le Nouvel Ordre Mondial à tout prix !
Cette phrase lancée par Angela Merkel est très significative et rentre encore une fois dans leur logique de domination mondiale.
Angela Merkel a évoqué une charte pour "un nouvel ordre économique mondial" et la possibilité de la confier aux Nations unies via un Conseil économique à l'image du Conseil de sécurité.

Ils ont beau jeu de craindre les révoltes des peuples après avoir créé de toutes pièces la crise financière et économique mondiale qui n'a que pour seul objectif en finalité d'instaurer le Nouvel Ordre Mondial.

Pour ceux qui connaissent les projets des Maîtres du Monde, leur objectif est celui de créer un unique Gouvernement Mondial de Dictature dont le président serait le Président de l'ONU et dont le siège serait déplacé en Israël.

Vous remarquerez que l'on ne parle plus des sanctions dirigées contre les banques mondiales ni de réformer le système financier mondial.

A quand le puçage électronique imposé à tous les citoyens du monde ?
 


Davos s'achève dans le désarroi face à la crise de la mondialisation

DAVOS, Suisse (AFP) — Présidents, ministres et patrons ont eu du mal à cacher leur désarroi au Forum économique mondial qui s'est achevé samedi à Davos, face à une crise qui menace la mondialisation tant célébrée année après année dans la station de sports d'hiver suisse.

Contexte oblige, l'ambiance du rendez-vous de l'élite mondiale de la politique et des affaires a été cette année plus sobre, avec des soirées moins fastueuses et des buffets revus à l'économie.

Sans rapport avec la crise financière, l'image qui risque de rester de ce Forum est celle du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, quittant en colère, devant des centaines de personnes, un débat houleux avec le président israélien Shimon Peres sur le conflit de Gaza.

Tandis que les mauvaises nouvelles économiques tombaient du monde entier, le retour du protectionnisme a été le thème majeur, dénoncé à l'unisson par le Premier ministre russe Vladimir Poutine comme par ses homologues chinois Wen Jiabao, allemande Angela Merkel ou britannique Gordon Brown.

Le projet de Washington de protéger encore davantage ses sidérurgistes a confirmé cette crainte de voir le commerce mondial subir un coup d'arrêt sous le double effet de la récession et des barrières dressées par les Etats.

La nouvelle administration américaine a été la grande absente de ce Forum, le président Barack Obama se contentant d'envoyer une conseillère.

En période de crise, "l'instinct n'est pas en faveur du libre-échange mais du protectionnisme", a déclaré le ministre brésilien des Affaires étrangères Celso Amorim, fervent partisan d'une plus grande libéralisation du commerce.

Comme à l'habitude Davos a été l'occasion d'une réunion des ministres du Commerce dans l'espoir de relancer les négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Une vingtaine d'entre eux ont fait une déclaration estimant possible une conclusion en 2009 après les échecs de 2008.

"La situation actuelle comporte deux risques majeurs: des troubles sociaux et le protectionnisme", a déclaré la ministre française de l'Economie Christine Lagarde après la journée de grève et de manifestations jeudi en France.

Prenant l'exemple de la France, l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan a mis en garde les gouvernements: "Il y a de la peur, il y a de la colère", a-t-il dit.

Concernant le volet financier de la crise, les responsables publics ont placé leurs espoirs dans la réunion du G20 du 2 avril à Londres sans avancer de solution concrète pour la réforme du système financier international.

Angela Merkel a évoqué une charte pour "un nouvel ordre économique mondial" et la possibilité de la confier aux Nations unies via un Conseil économique à l'image du Conseil de sécurité.

Les pays du Sud ont craint un repli sur eux-mêmes des pays riches non seulement sur le plan commercial, mais aussi sur le plan de l'aide.

"Ce n'est pas le moment de réduire le flux de capitaux vers l'Afrique", a souligné le Premier ministre du Kenya, Raila Odinga.

Le président colombien Alvaro Uribe a émis le même souhait pour l'Amérique latine où "200 millions de personnes" sont concernées par la lutte contre la pauvreté.

Le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates, habitué de Davos, a lancé un appel aux gouvernements "à ne pas réduire l'aide aux pays en développement en cette période de difficultés économiques".

De brèves échauffourées ont eu lieu samedi à Genève entre policiers et manifestants altermondialistes qui souhaitaient protester contre le Forum malgré l'interdiction des autorités locales.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iamIXX...