Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2009

Le vaccin contre la grippe porcine contient du mercure »

David Rockefeller “Le monde est désormais préparé à accepter un gouvernement mondial”

Henry Kissinger “Oui, il y aura bien un Nouvel Ordre Mondial”

Washington Post: « le vaccin contre la grippe porcine contient du mercure »

Des toxines responsables de l´autisme et des troubles neurologiques seront introduites dans le vaccin.

Le Washington Post a confirmé ce jour que le vaccin contre la grippe porcine, qui est prêt à être administré cet automne sur toute l´étendue du territoire national americain, au cours de ce qu´aucuns considèrent en définitive comme un programme de vaccination obligatoire, doit contenir du mercure, une toxine responsable de troubles neurologiques et de l´autisme.

Le CDC(Center of Disease Control) et l´Institute of Medecine, à la suite d´une étude de camouflage, ignorant les preuves précédemment vérifiées qui indiquaient que le thimérosal, un agent de conservation fabriqué à base de mercure n´avait aucune relation de cause à effet avec les cas d´autisme a été, depuis, clairement rejeté par les meilleurs médecins et les plus grands scientifiques.

L´épidémiologiste Tom Verstraeten et le Dr Richard Johnston, immunologiste et pédiatre à l´université du Colorado, ont tous deux conclu que le thimérosal était responsable de la hausse spectaculaire du nombre de cas d´autisme, mais leurs conclusions ont été écartées par le CDC.

Aux Etats-Unis, le nombre de cas d´autisme a augmenté de 1500 pourcent depuis 1991. Cette hausse correspond à la période où le nombre de vaccins administrés aux enfants a doublé, alors que le nombre d´immunisations ne fait que s´accroître.

Avant 1991, l´autisme était diagnostiqué chez seulement un enfant sur 2500, tandis que 1 enfant sur 166 de nos jours souffre de cette maladie.

Une évaluation par les pairs d´étude réalisée par le Dr Mark Geier et publiée dans le Journal of American Physicians and Surgeons a montré que la recherche de l´IOM était faussée parce qu´elle reposait sur une étude danoise menée par Anders Peter Hviid.

Cette dernière étude n´avait pas pris en compte le fait que la charge de mercure chez les enfants américains est plus importante que chez les enfants danois.

« A un niveau élevé (de l´exposition au thimérosal), il est incontestable qu´il existe une relation de cause à effet, et nous avons atteint des niveaux élevés. Par conséquent leur études manquent de pertinence, je ne dis pas qu´elles ne sont défectueuses, bien que l´on puisse lui adresser bien des critiques.

Non pas seulement par rapport à la situation des Etats-Unis, » indique Geier.

Les études de Geier concluent à une augmentation des troubles neurologiques à la suite de l´utilisation des vaccins contenant du thimérosal.

Dr Rashid Buttar, qui a mis au point un traitement permettant d´enlever le mercure du corps des enfants autistes a affirmé que les conclusions de l´Institute of Medicine, selon lesquelles le mercure n´est pas à l´origine de l´autisme, prouvent « l´absence totale du désir de découvrir la vérité scientifique aux niveaux supposés les plus hauts du milieu médicale. »

« Lorsque 31 enfants guérissent de la maladie mortelle en se soumettant à un simple traitement transdermique qui désintoxique les métaux, alors le bon sens impose de comprendre que les métaux en sont la cause, » déclare le Dr Bob Nash, président de l´American Board of Clinical Metal Toxicology (ABCMT) au sujet du traitement mis au point par le Dr Buttar.

« En 1977, une étude réalisée par les Russes a montré que les adultes exposés à l´éthylmercure, forme de mercure contenue dans le thimérosal, ont souffert de lésions cérébrales pendant des années.

Des études portant sur le poison au thimérosal décrivent également la nécrose tubulaire et les lésions du système nerveux, notamment l´obnubilation, le coma et la mort. Apres la publication de ces résultats, la Russie a interdit depuis 1980 l´administration aux enfants des vaccins contenant du thimérosal.

Le Danemark, L´Autriche, le Japon et la Grande Bretagne et tous les pays scandinaves ont également interdit cet agent de conservation, » écrit Dawn Prate sur le site internet de Natural News

Le Département de la Défense classe le mercure comme une matière dangereuse qui pourrait provoquer la mort en cas d´absorption, d´inhalation ou d´introduction dans l´organisme par voie cutanée.

L´EPA limite actuellement les émissions par les usines de mercure en raison de la capacité de cette toxine à « provoquer des lésions du cerveau et du système nerveux, et surtout de sa dangerosité pour les fœtus et les jeunes enfants, » mais selon le CDC, le mercure est parfaitement sans risque lorsqu´il est injecté dans la circulation sanguine de votre enfant.

Les inquiétudes soulevées au sujet du thimérosal et du mercure ont amené les autorités à réduire ou à supprimer la présence de ces agents de conservation dans une large portion de vaccins au cours de cinq dernières années. Malgré cela, le thimérosal sera bien un ingrédient du vaccin contre la grippe porcine dont tout laisse croire qu´il arrivera aux Etats-Unis en septembre prochain.

« Certains des vaccins seront stockés dans des flacons multidoses contenant du thimérosal, additif antibactérien dont le mercure est un ingrédient, » indique le Washington Post aujourd´hui présentant les groupes d’individus qui recevront en premier lieu le vaccin contre la grippe porcine. »

« Des seringues à dose unique seront également utilisé sans thimérosal, une substance dont certains analystes disent qu´elle nuit à la santé des enfants » ajoute l´article sans dire, si oui ou non, les gens qui recevront le vaccin doivent choisir ou s´ils seront même informés en cas de présence du mercure dans le vaccin.

Environ 12000 enfants des Etats-Unis seront utilisés comme cobayes à l´occasion de l´expérimentation du vaccin (NewsOk)contre la grippe porcine qui contient également le squalène, un ingrédient dangereux qui a été lié aux cas du syndrome de la Guerre du Golfe et à d´autres maladies débilitantes.

Le squalène a « provoqué une cascade de réactions connues sous le nom » de syndrome de la guerre du Golfe. (Les GI) ont développés l´arthrite,la fibromyalgie, la lymphadenopathie, les éruptions cutanées, les éruptions photosensibles, les éruptions malaires en ailes de papillon, la fatigue chronique, les maux de tête chroniques, perte anormale de poils, les lésions cutanées incurables les ulcères aphteuses, les vertiges l´asthénie, la perte de mémoire, les troubles neurologiques de la marche, les changements d´humeur, les problèmes neuropsychiatriques, les effets des anti-thyroïdiens, l´anémie, une vitesse de sédimentation globulaire (ESR) élevée, le lupus érythémateux systémique, la sclérose multiple, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), le phénomène de Raynaud, le syndrome de Sjorgren, la diarrhée chronique, les transpirations nocturnes et les températures subfébriles, » selon le Dr Viera Scheibner, micropaleontologiste.

Les entreprises pharmaceutiques peuvent être assurées qu´elles ne feront l´objet d´aucune poursuite judiciaire malgré les milliers de préjudices et de dommages qui s´en suivront inévitablement en raison du contact que des millions de personnes auront avec le mercure et le squalène pendant la campagne de vaccination de masse. Car le gouvernement leur a déjà accordé une immunité qui les protège contre toute poursuite judiciaire.

« Une immunité contre les poursuites judiciaires est accordée aux producteurs du vaccins et aux responsables fédéraux , en vertu d´un document signé par Kathleen Sebelius, ministre de la Sante et à l´Action humanitaire » a indiqué par l´agence Associated Press au début de ce mois.


Traduction réalisée par l’équipe de SpreadTheTruth.fr

http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2320

29/08/2009

Aluminium et Mercure : Des métaux lourds dans les vaccins !

Une science sans conscience ?


Les maladies et les dégâts engendrés par les vaccins : autisme, leucémie foudroyante, oedème cérébral et mort subite des nourrissons, atteintes neurologiques, Alzheimer, sclérose en plaque, cancer, sida...

Sénat : Les effets des métaux lourds sur l'environnement et la santé - Curieusement on ne trouve pas l'Aluminium parmi la liste des métaux lourds.
http://www.senat.fr/rap/l00-261/l00-261.html

Quelles sont les voies d'intoxication ? Est-ce vous trouvez les vaccins dans cette liste ?
http://www.senat.fr/rap/l00-261/l00-261121.html#toc975

LES METAUX LOURDS : Le mercure - Le plomb - Aluminium - contamination chimique - Arsenic -Cadium -Thallium
http://formateur69.free.fr/securite/m%E9tauxlourds.html

Aluminium et Mercure dans vaccins dégâts vérité sur l'autisme apparenté havrix et le thiomersal
http://home.scarlet.be/nomoreillusions/vaccin3.html

Santé infantile et scandale du mercure. Pour le département américain de la santé, la vaccination pourrait provoquer l’autisme
http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=14415


HNS-info Santé infantile et scandale du mercure. Pour le département américain de la santé, la vaccination pourrait provoquer
http--www.freewebs.com-dangervaccins-vaccins_analyse_des_...

IMMUNITÉ MORTELLE - Vaccinations - Dossiers chauds - Portail Chiropratique

Les plans machiavéliques des maîtres du monde, manipulation, asservissement, extermination....Vers l'euthanasie des retraités

NaturaVox - Docteur Vercoutère, ses critiques fondées sur les vaccins.

Procès vaccinal retentissant aux Etats-Unis AgoraVox

Rebondissement officiel dans l’affaire vaccin-autisme AgoraVox

Vaccin Hepatite B pour les bébés - MALADIES APRES VACCINATIONS - Synthèse pour avertir des...

Vaccination, agression et désinformation

Vaccins protection ou illusion

Vaccins, mercure et autisme qu'en est-il en Suisse - ZebraBlog Sugus
Le scandale des Vaccins : 50 000 GI américains contaminés par le Virus du Sida

A qui profite le crime ? Qui détient le pouvoir ? Les banques et les laboratoires pharmaceutiques = Le Nouvel Ordre Mondial
http://consciencedupeuple.com/html/qui_a_vraiment_le_pouv...

On remarque sur cet organigramme que nous sommes privés des thérapies naturelles et des énergies libres et propres

Les organisations planétaires des Maîtres du Monde

Les Illuminati :

Les projets des Maîtres du Monde - Vers un contrôle global des populations
http://www.syti.net/Targets.html

LA FIN PROGRAMMEE DE LA DEMOCRATIE
http://www.syti.net/Topics2.html

Désinformation, censure des médias ?
78 % des organes de presse leur appartiennent !

Les points faibles des Maîtres du Monde
http://www.syti.net/Citizens5.html

Le temps de l'action est venu : Les actions citoyennes
http://www.syti.net/Citizens1.html

Est-ce que les pays endettés sont libres de leurs actions et décisions ? NON !
La France est-elle endettée ? OUI !

Le pouvoir a changé de main vers les banques européennes et mondiales !
Nos gouvernants sont-ils des marionnettes entre les mains du Nouvel Ordre Mondial ? OUI !

Comment fonctionnent la FED et le FMI ?
Tout sur l’histoire des banques : "La créature de l’île Jekyll" !
par
Edward Griffin
http://www.consciencedupeuple.com/html/jekyll_island.html

Extrait :

"Dans le livre La créature de l’île Jekyll, l’auteur, Edward Griffin, explique comment se servir du pouvoir et de l’argent pour contrôler les groupes et les institutions, en achetant l’autorité et l’emprise des gens qui les dominent. Ce procédé consiste à corrompre des politiciens, des partis politiques, des réseaux de télévision, des réseaux câblés, des journaux, des magazines, des agences de publicité, des agences de presse, des studios cinématographiques, des universités, des syndicats de travailleurs, des organismes religieux, des associations commerciales, des institutions à but non lucratif, des sociétés multinationales, des mouvements de scoutisme pour garçons et filles et ainsi de suite. En fait, n’importe quel groupe qui exerce une influence constitue une cible parfaite pour accroître ce contrôle. Les acquéreurs dont il est question dans cette leçon, ont beaucoup d’argent pour se procurer ce contrôle."

L'arnaque du Siècle !

Les sociétés secrètes:
Ce sont elles qui dirigent tout !

http://www.consciencedupeuple.com/html/les_societes_secre...

Jacques Lang, président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale française déclarait en décembre 1997 :

« Nous ignorons qui négocie quoi au nom de qui" !

Epidémies provoquées par les vaccins de 1918 à nos jours

Epidémies provoquées par les vaccins

 

La fabrication des « pandémies »

Dr A. True Ott, PhD, ND 23/08/09. (Notes et extraits)

En 1921 l’Amérique entrait dans une période de véritable prospérité. La grande guerre était terminée, les usines travaillaient à plein rendement, les voitures étaient fabriquées en séries, les millionnaires se multipliaient. Les gens étaient en bonne santé et heureux en grande partie parce que la terrible maladie mystérieuse qui fut plus tard baptisée « grippe espagnole de 1918 »

était une chose du passé.

 

Deux années s’étaient écoulées sans que ne réapparaissent ces « morts mystérieuses ».

L’Amérique ne se priva pas de fêter la chose.

 

En fait, le public américain était si optimiste et heureux en 1921 que très peu de gens étaient malades. Pour la première fois depuis des dizaines d’années les lits d’hôpitaux étaient pratiquement vides !

 

La nouvelle et toute jeune Association Médicale Américaine créée par John D. Rockefeller juste quelques années auparavant était véritablement inquiète.

 

Les affaires dégringolaient.


Les bénéfices réalisés par la vente de vaccins et de médicaments s’effondraient. Il fallait faire quelque chose et il fallait agir vite. Pour résoudre le problème on décida de créer de fausses épidémies de variole afin de maintenir les « rentrées » de la mafia médicale.

 

C’est grâce à un groupe de citoyens lanceurs d’alerte de Kansas City, Missouri (dénommé « The Advertiser’s Protective Bureau »), que nous savons aujourd’hui que ce plan monstrueux s’est déroulé. Ce groupe de citoyens intentèrent un procès et poursuivirent en justice la Société Médicale Jackson, filiale de l’AMA dans l’état du Missouri.


Dans le rapport officiel du « Protective Bureau » on peut découvrir ce qui suit au sujet de cet affreux complot :

A l’automne 1921 la santé des citoyens de la ville était particulièrement bonne, mais pas tellementidéale pour les médecins. Les membres de la Société Médicale Jackson se réunirent et décidèrent de créer une épidémie dans la ville. Selon les termes mêmes du rapport de cette réunion : « UNE MOTION FUT DECIDEE ET APPUYEE EN VUE DE RECOMMANDER A LA COMMISSION SANTE DE

DECLARER UNE EPIDEMIE DE VARIOLE DANS LA VILLE (Les recherches ultérieures révélèrent qu’il n’y avait aucun signe d’épidémie à cette époque, ni dans la ville, ni dans la région, ni dans l’état !).

 

Une journée spéciale, appelée « La journée de la vaccination » fut décrétée. Au cours de cette journée de la vaccination, les médecins devaient se présenter dans toutes les écoles, cliniques, bâtiments publics et hôpitaux pour vacciner « gratuitement ».

 

« IL FUT EN OUTRE RECOMMANDE D’AVOIR RECOURS A LA PLUS LARGE PUBLICITE POSSIBLE POUR FAIRE COMPRENDRE QUE LA VACCINATION CONSTITUAIT UNE MESURE PREVENTIVE CONTRE LA VARIOLE EN SOULIGNANT L’ABSOLUE NECESSITE QU’IL Y AVAIT A VACCINER CHAQUE HOMME, CHAQUE FEMME ET CHAQUE ENFANT DE LA VILLE. »

 

Le « Protective bureau » a pu prouver devant le tribunal qu’AUCUNE EPIDEMIE N’EXISTAIT AVANT LES VACCINATIONS !! Les rapports du tribunal montrent que la Société Médicale a fait fabriquer d’énormes quantités de posters, de tracts, publier des annonces dans les journaux avec d’horribles et atroces photos d’enfants malades couverts d’ulcères et de plaies ouvertes varioleuses. Le message paniquant était clair : VACCINER TOUT LE MONDE ou subir la menace d’une maladie mortelle. Il y avait, disait-on, une « épidémie ravageante » dans la ville ; la maladie était« hautement contagieuse » et « frapperait tous ceux qui ne seraient pas vaccinés ». Voilà le genre d’informations qui circulaient !

 

Est-ce que tout ceci ne vous paraît pas familier quelque 88 années plus tard ?

L’attaque éclair de la propagande médicale mafieuse fut un succès : plus d’un million de citoyens américains qui étaient heureux et en bonne santé furent littéralement hypnotisés et terrorisés.

 

C’est ainsi qu’ils acceptèrent de se laisser inoculer les toxines vaccinales dans le sang. Tous les enfants fréquentant les écoles publiques de la région furent vaccinés à l’école même !

 

Les parents qui osaient se poser des questions sur la vaccination de leurs enfants furent vilipendés publiquement et rejetés.

LES RAPPORTS DU TRIBUNAL SUR CETTE QUESTION SONT TRES CLAIRS

 

Au cours des semaines et des mois qui ont suivi les « vaccinations de masse », tous les lits des hôpitaux de la région furent occupés par DES PERSONNES QUI AVAIENT CONTRACTE LA VARIOLE

 

A LA SUITE DES VACCINATIONS !


Des dizaines de milliers de personnes devinrent malades, des centaines et des centaines d’innocents perdirent la vie et davantage encore de citoyens restèrent handicapés à vie !


Et, il fallait s’y attendre, LES JOURNAUX ne tarirent pas d’éloges quant à la sagesse dont avait fait preuve l’establishment médical en faisant la promotion des vaccins, précisant que le nombre des décès aurait été bien plus élevé s’il n’y avait pas eu la campagne de vaccinations !!

 

Des millions et des millions de dollars de profit furent engrangés au cours de cette énorme escroquerie « médicale ».

 

Grâce aux lanceurs d’alerte du « Protective Bureau », l’énorme escroquerie fut dénoncée et fut l’objet de poursuites judiciaires qui finirent par aboutir.

 

Au cours du procès, trois faits étonnants furent démontrés au-delà de « tout doute possible » :

 

Fait n°1. Les photos et les posters utilisés par les « médecins » et qui montraient des enfants malades ou mourants N’AVAIENT RIEN A VOIR AVEC LES CAS DE VARIOLE DE L’ENDROIT COMME ON AURAIT PU S’Y ATTENDRE !

 

Le « Protective Bureau » put établir et prouver qu’il s’agissait d’enfants anglais pour lesquels la justice s’était prononcée et qui avaient été victimes de l’empoisonnement vaccinal !!

 

Plusieurs jugements eurent lieu en Angleterre. Tous les détails, photos de ces affaires sont repris dans un ouvrage qui porte comme titre « HISTOIRE ET PATHOLOGIE DE LA VACCINATION » par Edgar M. Crookshank, M.D. professeur de bactériologie au Kings College, Londres ;

 

Fait n°2. Les vaccins contenant des VIRUS VIVANTS (atténués) provoquent généralement plus de maladies que les vaccins pourraient éventuellement éviter.

 

Fait n°3 Les maladies provoquées par les vaccinations représentent un outil socio-économique extrêmement efficace. Elles sont capables de générer des retombées économiques de billions de dollars, tout en modifiant les structures sociales de larges couches de population.

 

Alors que le « Protective Bureau » gagnait devant les tribunaux, le peuple américain perdait sur toute la ligne. Ces affaires auraient dû faire la une de tous les journaux du pays, dénonçant le Modus Operandi de certains « médecins » corrompus. Les journaux auraient dû expliquer comment ces gens firent des profits de millions et de millions de dollars par la tricherie, la tromperie, alors que des milliers d’américains naïfs et confiants souffraient et mouraient.


Toute cette sordide affaire avec tous ses détails répugnants fut tue par la presse américaine. L’AMA (Association Médicale Américaine) de John D. Rockefeller s’en était assurée avec le pouvoir de ses millions de dollars d’influence !

 

Bien que des milliers de personnes soient mo rtes ou restées handicapées par ce massacre organisé, les médecins impliqués ne furent que dérisoirement inquiétés. Ils furent pénalisés d’une amende de pure forme. L’establishment médical en tant que tel ne fut pas le moins du monde inquiété par la révélation de ces faits et a continué à perpétrer les mêmes crimes contre l’humanité en provoquant des maladies dues aux vaccins. Ces médecins, ne furent nullement freinés dans leur zèle d’escroquer le bon peuple jusqu’à ce jour…

 

AUTRES EXEMPLES D’EPIDEMIES INDUITES PAR LES VACCINS

 

Cas n°1 : Les mêmes événements qu’à Kansas City se produisirent à Pittsburg, PA à l’automne 1924. Comme à Kansas City, un groupe de lanceurs d’alerte engagea une action en justice à l’encontre du Dr C.J. VOUX, directeur des services de santé à Pittsburg et ses collaborateurs.

 

Tout comme à Kansas City, les promoteurs du vaccin furent déclarés coupables. Le procès permit de mettre à jour le fait que plus d’un million de doses de vaccin furent « vendues » aux citoyens de Pennsylvanie, bien que pas un seul cas de variole ne fut déclaré dans toute la région.

 

Il fut clairement démontré que ce fut SEULEMENT APRES l’administration du million de vaccins que l’épidémie de variole se déclara. Cette « épidémie » fabriquée de toutes pièces de main d’homme entraîna 330 décès et au minimum 1.680 cas graves de variole avec dommages et invalidité permanente pour les survivants. Cette « épidémie » coûta en outre à la ville la somme de 3.069.616 dollars ! Bien que le Dr Voux et ses acolytes avaient engrangé plus de 10 millions de dollars (soins et hôpitaux), ils

ne furent pas contraints, en guise de réparation, de payer pour les dommages causés.

 

Comme pour l’affaire de Kansas City, une amende insignifiante fut infligée aux coupables et l’affaire ne fut jamais l’objet d’une large publication.

 


Cas n°2 : Les premiers lots du vaccin Salk contre la polio provoquèrent des milliers de cas de poliomyélite chez les vaccinés (L’un de ceux-ci concerna le président Franklin D. Roosevelt qui fut frappé quelques semaines après avoir reçu le vaccin). Cette situation fut attribuée à une quantité trop élevée de virus vivants dans le vaccin. C’est alors, en 1958 que le Dr Sabin mit au point son vaccin « amélioré » avec des virus vivants mais « affaiblis » ou « atténués ». L’année suivante son vaccin fut rendu obligatoire pour tous les enfants en âge d’école dans denombreux états. Le résultat : les cas de polio augmentèrent de 300 % dans ces états !

 

A titre d’exemples : au Tennessee, on relevait 119 cas de polio en 1958. Après la vaccination on en dénombra 386.


En Ohio on relevait 17 cas de polio en 1958. Ce chiffre passa à 52 en 1959. Au Connecticut on passa de 45 cas en 1958 à 123 cas en 1959. En Caroline du Nord : 78 cas en 1958 contre 312 cas en 1959, tout cela APRES avoir rendu la vaccination obligatoire pour les enfants des écoles. Au cours des dernières années, les SEULS cas de polio enregistrés ont été la suite directe des vaccinations.

 

 

Cas n°3 : C’est en 1976 qu’ont été perpétrés le fiasco et l’escroquerie de la « grippe porcine ».

 

Un soldat s’évanouit à Ft. Dix et meurt après avoir eu une réaction à un vaccin « expérimental », alors qu’il était sous l’effet d’un exercice physique intense, en l’occurrence une « marche forcée ».

 

Immédiatement le CDC entre en action et déclare que l’on peut s’attendre à UNE PANDEMIE DE GRIPPE PORCINE A L’ECHELLE NATIONALE. L’heureux hasard a voulu que le CDC soit justement en possession d’un stock de plus de 2 millions de doses de vaccin contre la grippe porcine préparés à partir de virus vivants atténués et d’ADJUVANTS expérimentaux… 40 millions de vaccins sont alors administrés à des cobayes humains naïfs.


Quantité de maladies auto-immunes (Syndrome paralytique de Guillain Barré et lupus), de même que de nombreux décès sont immédiatement mis en relation avec le vaccin et… la campagne de vaccination massive est arrêtée…

 

En 1979 l’émission télévisée « 60 minutes » consacre un documentaire à ce scandale. Contre toute

attente et suite aux menaces de Big Pharma, ce programme parfaitement impartial ne sera diffusé QU’UNE SEULE FOIS.

 

Il n’y eut aucune suite, aucune mise en accusation. Il n’y eut ni jugement, ni procès !

Il est donc compréhensible que l’Amérique ait oublié ce scandale de la grippe porcine de 1976.

Voir : http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/08/...

porcine-de-1976-epidemie-d-effets-seco.html


Cas n°4 : Au cours de la première guerre du Golfe (Operation desert Storm), un vaccin

expérimental contre l’anthrax fut administré de force à 140.000 soldats. Ce vaccin expérimental contenait un adjuvant huileux appelé squalène. En dépit des volumineuses études menées dans de prestigieux laboratoires comme ceux de l’UCLA et qui en avaient montré le danger et la toxicité,. Les « huiles » militaires n’hésitèrent pas à donner le feu vert pour ces injections expérimentales.

Le résultat : ces 140.000 soldats furent atteints de ce qu’il est convenu d’appeler « le syndrome de la guerre du Golfe » Cette affaire sordide est expliquée très honnêtement dans un ouvrage de Gary Matsumoto appelé « Vaccine-A ».


TOUTES LES « PANDEMIES » MODERNES SONT CAUSEES PAR LES SERINGUES VACCINALES

 

Comme l’auteur de cet article l’a répété maintes fois au cours d’interviews radiodiffusés, La pandémie de grippe de 1918 a été le résultat direct de vaccins contre la fièvre typhoïde contaminés par virus vivants et qui avaient été administrés de force aux militaires américains et alliés au cours de la première guerre mondiale. A cette époque les virus n’étaient pas encore connus et on imaginait que les maladies avaient une origine bactérienne. Ces vaccins mortels contre la fièvre typhoïde furent fabriqués par les laboratoires de recherche de John D. Rockefeller, ainsi que par les laboratoires pharmaceutiques chinois.

 

Les souches vaccinales étaient réalisées à partir de virus récoltés chez des malades atteints de fièvre typhoïde et injectées à des troupeaux de porcs afin d’augmenter la réserve de matériel souche. Ces produits étaient ensuite injectés dans des oeufs de dinde et de poules pour permettre l’incubation des éléments pathogènes. Le produit final était ensuite injecté dans LES VEINES DE CENTAINES DE MILLIONS D’ETRES HUMAINS.

 

Il s’ensuivit une énorme pandémie qui enleva la vie à 50 millions de personnes à travers le monde.

Vaccine-Induced Disease Epidemic Outbreaks – The Engineering of « Pandemics »

By A.TRUE OTT, PhD, ND 23-08 ;2009.

http://www.rense.com/general87/indu.htm

 

Un million de fois plus de squalène dans le vaccin H1N1 que dans ceux qui provoquèrent la maladie de la guerre du Golfe

Par Gary Jacobucci - 25.08.09 (Notes et extraits)

http://www.rense.com/general87/mill.htm

[Cet article paru en anglais sur rense.com fait référence à une interview le 24-08-09 du Dr Laibow mettant en exergue la quantité très importante de l’adjuvant squalène dans certains vaccins H1N1 et les risques que cela comporte. Pour en savoir plus, Gary Jacobucci a mis en relation deux articles récents : l’un du Dr Anders Bruun Laursen, l’autre du Dr Russel Blaylock, neurochirurgien].

La présentation qu’a faite le Dr Laibow sur le squalène fut impressionnante. En cherchant des vérifications par rapport à ce « million de fois plus de squalène » que la quantité se trouvant dans le « vaccin A » qui a provoqué la maladie catastrophique de la première guerre du golfe (qui a ruiné les vies de centaines de milliers de soldats et tué des milliers d’autres), je suis tombé sur ces articles…

Quel est le danger des vaccinations contre la grippe porcine ?

Par le Dr Anders Bruun Laursen -

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=14851 - 20-08-2009

« […] Comme vous voyez, il n’y a pas de confusion en ce qui concerne les virus de la grippe porcine et celui de la grippe aviaire. Mais il y a un autre problème très important : le rôle du squalène.

 

La quantité moyenne de squalène dans le vaccin contre l’anthrax injectée aux soldats américains à l’étranger, comme dans le pays pendant et après la guerre du Golfe a été de 34,2 microgrammes par milliard de microgrammes d’eau [ppb - parts per billion]. C’est à cela qu’une étude attribue la cause du syndrome de la guerre du Golfe chez 25% des 697.000 américains aux Etats-Unis et à l’étranger.

On peut trouver les résultats d’analyses suivantes de la FDA (« from the Gulf War lots on the Military Vaccine Resource directory website » (4)

a) AVA 020 – 11 ppb squalène

b) AVA 030 – 10 ppb squalène

c) AVA 038 – 27 ppb squalène

d) AVA 043 – 40 ppb squalène

e) AVA 047 – 83 ppb squalène

 

Ces valeurs furent confirmées par le Prof. R.F. Garry devant la Chambre des Représentants. C’est le Prof. Garry qui a découvert le lien entre le syndrome de la guerre du Golfe et le squalène. Selon ses recherches, le syndrome de la guerre du Golfe a été provoqué par le squalène et ce produit a été interdit par un juge fédéral en 2004 pour son utilisation dans le cadre du Pentagone.

Comme on peut le voir sur la page 6 du document de l’EMEA, le vaccin Pandremix contient 10,68 mg de squalène par quantité de 0,5 ml. Ceci correspond à 2.136.0000 microgrammes par billion de microgrammes d’eau, ce qui revient à un million de fois plus de squalène que dans (4).

Il y a toutes les raisons de croire que ceci rendra les gens malades dans des proportions beaucoup plus élevées qu’en 1990/91. Ceci est pour moi réellement meurtrier. »

Le vaccin peut être plus dangereux que la grippe porcine

Par le Dr Russel Blaylock- 15-07-2009

http://socioecohistory.wordpress.com/2009/07/15/drrussel-blaylock-vaccine-may-be-more-dangerous-thanswine-flu/

« […] Ce qui est terrifiant c’est que ces vaccins pandémiques contiennent des ingrédients que l’on appelle adjuvants. Nombre d’études ont montré que ces produits pouvaient causer des maladies auto-immunes dévastatrices, comme l’arthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques et le lupus. Des études effectuées sur des animaux avec cet adjuvant ont montré le caractère meurtrier de ce produit. Une étude réalisée sur 14 cobayes a montré que quand cet adjuvant particulier fut injecté, un seul animal a pu survivre. Une nouvelle étude a montré les mêmes résultats meurtriers…

[…] J’ai fait une recherche sur pas mal d’études réalisées sur cet adjuvant et trouvé quelque chose de particulièrement intéressant. Plusieurs études réalisées sur des humains ont montré que le MF59 (le MF-59 contient deux principaux ingrédients inquiétants le squalène et le gp120 ) était un adjuvant immunitaire très sûr.

Mais quand j’ai vérifié qui avait réalisé ces études, j’ai trouvé sans surprise qu’elles avaient été réalisées par Novartis Pharmaceutical Company et Chiron Pharmaceutical Company qui ont fusionné. Ces études furent toutes publiées dans de « prestigieux » journaux médicaux. Ce qui ne m’a pas non plus étonné c’est que de nombreuses études réalisées par des laboratoires indépendants et des centres de recherches indépendants ont trouvé une très forte relation entre le MF-59 et les

maladies auto-immunes. Le squalène dans les vaccins a été fortement mis en cause dans le syndrome de la guerre du Golfe.

Au mois d’août 1991, Anthony Principi, Secrétaire aux affaires des vétérans admettait que les soldats qui avaient reçu le vaccin contre l’anthrax entre 1990 et 1991présentaient un risque 200 fois supérieur de développer la maladie meurtrière qu’est la sclérose latérale amyotrophique (ALS) que l’on appelle aussi la maladie de Lou Gehring. Les soldats souffraient aussi de nombre de maladies débilitantes raccourcissant la vie comme la polyarthrite nodosa, la sclérose en plaques (MS), le lupus, la myélite transverse, l’endocardite, la névrite optique avec perte de la vue et la glomérulonéphrite (un type de maladie des reins).

Le second ingrédient qui m’inquiète vraiment s’appelle le gp120, une glycoprotéine. Les chercheurs ont trouvé que quand ce produit était mélangé au squalène, la glycoprotéine devenait très fortement antigénique, c'est-à-dire qu’elle permettait la production d’une réponse immunitaire puissante et prolongée à la vaccination. En fait leurs études montrent qu’avec chaque dose, la forte réaction immunitaire dure plus d’un an. Maintenant ce qui est imbuvable c’est que cette glycoprotéine – gp120, un composant important de l’adjuvant vaccinal MF-59, est le même fragment protéinique qui fut isolé du HIV – le virus responsable de démence précoce chez les malades atteints du sida.

Des études ont montré que quand le gp120 est absorbé par les cellules microgliales dans le cerveau, il se produit une intense inflammation qui rend le cerveau susceptible de dommages excitotoxiques. C’est aussi la cause de la sclérose en plaques et de la névrite optique associée à des vaccins qui contiennent le MF-59.

Mais comment le gp 120 peut-il atteindre le cerveau ?

Des études portant sur d’autres adjuvants et qui ont utilisé des techniques de « marqueurs » ont pu démontrer qu’ils pénètrent généralement dans le cerveau après les vaccinations. Ce que la plupart des gens ne savent pas et même les médecins qui recommandent les vaccins, c’est

que la plupart de ces études réalisées par les compagnies pharmaceutiques font le suivi des patients pendant une ou deux semaines après la vaccination, alors que les types de réactions à ces produits peuvent prendre des mois ou même des années pour se manifester.

Il est évident que les fabricants de vaccins veulent faire des billions de dollars de profit avec cette pandémie promue par l’OMS et le gouvernement. …

Il faut cependant bien garder à l’esprit le fait qu’une fois que le vaccin a été injecté, il n’y a plus grand-chose que vous puissiez faire pour vous protéger – au moins par la médecine conventionnelle. cela voudra dire une vie entière de maladie invalidante et une mort prématurée. Il existe des moyens plus sûrs de se protéger de ce virus de la grippe comme de hautes doses de vitamine D3, des suppléments alimentaires et surtout une excellente alimentation. »

Références

(4) The Military Vaccine Resource Directory

http://www.mvrd.org/showpage.cfm?ID

 

A télécharger : http://www.scribd.com/doc/19150195/Epidemies-provoquees-par-les-vaccins-VERSION-CORRIGEE

France : Grippe A(H1N1) : le plan de vaccination français

Le gouvernement français a dévoilé son plan de vaccination contre la grippe AH1N1), dans la perspective d’une diffusion de la pandémie au cours de l’automne. Il devra être activé sur ordre des préfets, « si la situation et les préconisations des experts le justifient » et cela à partir du 28 septembre 2009.

Les ministres de l’Intérieur et de la Santé détaillent leur stratégie dans une circulaire adressée aux préfets le 21 août 2009. Chacun d’entre eux devra ainsi établir un « plan départemental de vaccination ». Ainsi, « un minimum de trois sites de vaccination » devra être mis en place dans chaque département. Ces centres seront installés dans des gymnases ou des salles polyvalentes et non dans des établissements de santé.

Selon leurs capacités, ils devront être capables d’assurer la vaccination de 700 à 2.100 personnes par jour. Par ailleurs, « la vaccination des élèves et de toute la communauté éducative sera assurée par des équipes mobiles dans les établissements scolaires ». Il en sera de même dans les lieux de vie collective ou fermés (établissements médico-sociaux, centres de détention…).

Sur présentation de bons de vaccination émis par l’Assurance-maladie, la vaccination sera proposée « à toute personne qui le souhaitera », comme l’a précisé Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé. Le schéma d’injection devrait être de deux doses, administrées à trois semaines d’intervalle. Quant aux populations prioritaires, elles devraient être définies par le Haut Conseil de Santé publique, « dans les jours à venir ».

Les premiers vaccins vers la mi-octobre

Les ministères insistent sur le fait que « la décision relative au lancement de la campagne de vaccination sera prise en fonction notamment de l’obtention des autorisations de mise sur le marché des vaccins ». Le gouvernement a en effet commandé 94 millions de doses de vaccins auprès de quatre fabricants, Sanofi Pasteur, GSK, Baxter et Novartis. « Elles seront livrées de manière échelonnée tout au long de l’automne et du début de l’hiver », est-il précisé dans la circulaire. Roselyne Bachelot ayant ajouté en conférence de presse, que « la France devrait disposer des premières doses vers la mi-octobre ».

Rappelons qu’à ce jour en France métropolitaine, la « circulation du virus reste limitée », comme le souligne l’Institut de Veille sanitaire (InVS). La semaine dernière, « le nombre de patients vus en consultation de médecine de ville pour grippe A (H1N1) est estimé à environ 4.500 ». En revanche, l’épidémie « progresse fortement dans l’ensemble des territoires français de l’Océan Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis et Futuna), actuellement en hiver austral, saison propice à la circulation des virus grippaux », rappelle l’INVS.

Circulaire adressée aux Préfets à télécharger ici :


La campagne de vaccination n'est pas encore décidée mais les préfectures doivent déjà la préparer. © DR

La campagne de vaccination n'est pas encore décidée mais les préfectures doivent déjà la préparer. © DR

 

 

Source : Futura sciences

Grippe A/H1N1 : Conférence de presse du 27 août 2009

Visionnez la conférence de presse. Ici :

Date de mise en ligne : 27 août 2009 > 18:24
Dernière modification de cet article : 28 août 2009 > 16:31

 

Une conférence de presse a été organisée jeudi 27 août à l’issue de la réunion du centre interministériel de crise (CIC) sur la grippe A/H1N1, en présence de Brice Hortefeux, de Roselyne Bachelot-Narquin, de Luc Chatel, de Xavier Darcos, de Marie-Luce Penchard, de Nadine Morano, et de Nora Berra.

Le CIC a dressé un bilan épidémiologique de la situation en France et apporté des précisions sur la campagne de vaccination à venir.

Selon les déclarations de Françoise Weber, directrice générale de l’InVS, la circulation du virus est "avérée mais reste limitée, en France métropolitaine. "Nous avons affaire à un virus de virulence modérée (...) mais avec une forte capacité de transmissibilité", a précisé Roselyne Bachelot.

Campagne de vaccination à la mi-octobre

La stratégie de vaccination sera arrêtée après l’avis du Haut conseil de santé publique (HCSP) qui sera donné début septembre, a déclaré Roselyne Bachelot. Une stratégie qui prendra en compte les indications de l’InVS, de la direction générale de la santé et de l’OMS .

La campagne de vaccination sera proposée à toute la population dès la mi-octobre et pour une période de quatre mois. La décision de déclenchement de cette campagne ne sera prise que si la situation et les préconisations des experts le justifient. Dans cette perspective, deux décisions sont d’ores et déjà actées :

  • La vaccination ne sera pas obligatoire. Le Gouvernement s’engage à vacciner tous les Français qui le souhaiteront.
  • La campagne de vaccination ne débutera pas avant que les vaccins aient obtenu l’Autorisation de mise sur le marché (AMM).

La définition des personnes à risques sera également arrêtée après l’avis du HCSP. Toutefois, parmi celles-ci, le personnel de santé (médecins, infirmières...), les personnes âgées, les femmes enceintes, les enfants font partie des populations prioritaires, a précisé la ministre de la Santé. Roselyne Bachelot a également souligné l’importance de la vaccination "altruiste" : toute personne étant potentiellement en situation de contaminer son entourage devra faire la démarche de se faire vacciner.

1 milliard d’euros ont été engagés pour commander 94 millions de doses auprès de quatre laboratoires (Sanofi Pasteur, GSK, Baxter, Novartis). Les premiers vaccins ont été déjà livrés en nombre limité, a précisé Roselyne Bachelot.

Logistique de vaccination

Une circulaire a été adressée aux préfets pour la mise en place d’une logistique de vaccination qui devra être opérationnelle à compter du 28 septembre.

Le plan départemental de vaccination devra permettre une vaccination à deux doses en respectant un intervalle minimal de trois semaines. Toutefois, pour une vaccination en masse avec un vaccin nouveau, les exigences de pharmacovigilance sont majeures. Afin que les deux doses administrées proviennent du même vaccin, l’exigence de traçabilité individuelle sans faille de la vaccination sera organisée sur la base des systèmes d’information de l’Assurance maladie.

Un minimum de trois sites de vaccination par département seront créés dans des salles polyvalentes ou des gymnases.

La vaccination des élèves et des personnels de la communauté éducative sera assurée par des équipes mobiles dans les établissements scolaires. Il en sera de même pour les personnes détenues en établissement carcéral (prisons, établissements médico-sociaux...)

Source : http://www.pandemie-grippale.gouv.fr/article.php3?id_arti...

2012, Planète X : Témoignage du Dr John Lerma

Le Dr John Lerma a dirigé l'Hospice du TMC (Texas Medical Center) à Houston. Il a passé ces dix dernières années à s'occuper de patients cancéreux en phase terminale.

Dr John Lerma

Il est actuellement impliqué dans un projet de recherches en médecine palliative à l'hôpital Anderson.

Il est l'auteur de "Learning from the Light : Pre-death Experiences, Prophecies, and Angelic Messages of Hope". Mike Marshall a réalisé son interview sur la web radio YowUsa, qui donne un aperçu des confidences reçues par le Dr Lerma. Extraits de sa présentation :

"Le Dr. Lerma est apprécié pour son attitude pleine de compassion envers ceux qu'il a accompagné à l'Hospice Médical de Houston, Texas. Il a transmis son enseignement à des infirmières et des étudiants et des internes."

"Parfois, des patients en fin de vie se sont confiés au Dr. John Lerma pour soulager leur conscience et lui raconter des faits importants, concernant par exemple le crash de Roswell. Mais il s'agit aussi parfois d'évènements à venir, relatifs à la Planète X, ou 2012. Ils évoluent alors entre cette dimension et l'autre monde. Il leur arrive de réaliser que certains secrets, protégés par le gouvernement, qu'ils s'étaient même gardés de révéler à leurs propres épouses, au fond ne méritaient pas d'être préservés." - Source

Il a complété ses études médicales par une formation en physique quantique, parce qu'il était fasciné par les phénomènes d'antigravité manifestés par les Ovnis. Sa compassion s'est développée face aux premières victimes de la vaque du Sida. "Je n'ai jamais douté de la survie de l'âme, et je me devais de passer ce message aux personnes terrifiées à l'approche de la mort."

Whitley Strieber, l'abucté et auteur de "Communion", de passage à San Antonio, au Texas, s'était adressé à lui pour se faire enlever un implant qu'il avait dans l'oreille : "J'ai d'abord procédé à un examen aux rayons-X, il n'y avait rien de métallique.

Dr John Lerma

http://www.youtube.com/watch?v=gNBI-2lwLLE

Mais en pratiquant une incision, sur son oreille, j'ai finalement attrapé avec les pinces un petit morceau, qui ne semblait pas vouloir sortir. J'ai du pratiquer une seconde incision pour l'extraire.

Au microscope électronique, il est apparu que c'était une structure métallique, incorporant des sortes de cristaux.

Il y avait en outre une petite partie qui semblait vivante, mobile, et elle a même résisté à une immersion dans le formol. Par la suite, un ou deux jours plus tard, alors que nous souhaitions faire analyser cet implant, ainsi que nous l'avions prévu, il s'était désintégré.

L'emplacement, près de la zone temporale du cerveau, nous avait semblé significatif.

Quelques jours plus j'ai tard, j'ai reçu un appel téléphonique d'un officier des services de renseignement de la Navy. Il souhaitait connaître nos conclusions après cette extraction. De toute évidence, ces services s'intéressent de près à tout ce qui concerne Whitley Strieber."

A propos du recueil d'une confession d'un mourant sur le sujet de Roswell : "C'était un Colonel, formé à la physique des particules. Il m'avait été envoyé par l'hôpital Walter Reed, à Washington, DC. Il avait un cancer des poumons, doublé d'une leucémie, en raison peut-être d'une exposition aux radiations, du fait qu'il avait travaillé sur des armements nucléaires.

Mac Brazel

La porte de sa chambre était gardée, parce qu'il disposait d'une accréditation de haute sécurité. Un soir, la garde s'était éloignée parce qu'il avait vraiment décliné.

Il a commencé par me dire : "Je ne vais pas m'en sortir, mais ce n'est pas grave... Je vais vous raconter quelque chose. Vous avez entendu parler de Roswell. J'ai séjourné à Roswell, j'ai connu le fermier Mac Brazel, qui avait trouvé les débris, ensemble nous étions retournés sur place."

Ce militaire était en principe affecté sur la base de Wright Field-Patterson, où il travaillait avec des savants allemands - que l'armée américaine avait ramenés d'Allemagne - sur l'antigravité et la propulsion nucléaire. Donc la récupération d'une soucoupe à Roswell ne les avait pas tellement surpris, parce que les allemands avec lesquels ils travaillaient étaient déjà très avancés, et avait eux-mêmes bénéficié d'informations sur des technologies aliènes.

Roswell aliens

Deux engins s'étaient crashés à Roswell, parce que des systèmes radar avaient perturbé leurs systèmes propulseurs, et l'un d'eux portait des indications en allemand.

L'autre était un vaisseau alien, piloté par des êtres qui travaillaient également à Wright Field-Patterson. Le reste des recherches sera poursuivi sur la Zone 51, dans le Nevada.

Le mourant a ajouté : "Il doit y avoir 85 espèces d'aliens différentes, mais la plupart nous sont très proches. Ces histoires de lézards n'ont pas de sens. Les Gris sont plutôt des mécaniques, sans émotions. Nous ne pouvons répandre ces technologies avant que nous soyons capables de les maîtriser."

"Il a cité en particulier les Pléïadiens, qui sont très avancés, mais selon lui les autres ne sont pas tellement plus évolués que nous : ils ont toujours de puissants egos.

Il est mort environ deux semaines plus tard. Il avait besoin d'en parler au moins à quelqu'un, parce jusqu'à présent, même sa femme avait été tenue à l'écart. Mais dans le même temps, il était heureux d'échanger avec moi, parce qu'il était curieux de savoir si mes autres patients avaient aussi des sortes de visions étranges avant de quitter ce monde."

Learning from Light

La seconde moitié de l'interview est justement consacrée aux phénomènes qui précèdent la mort. Il est peu connu que les mourants ont parfois des aperçus sur des évènements à venir, et le Dr Lerma recueille ce genre de témoignages :

"Nous voyons apparaître objectivement, dans nos machines IRM (Imagerie par résonance magnétique), des signaux qui témoignent de manifestations cérébrales inhabituelles, faisant appel à d'autres formes d'énergie, provenant de l'univers environnant.

Ils démontrent que nous sommes tous interconnectés. Il n'y a pas de barrières au niveau photonique et quantique. Nous sommes tous dans le même bateau. Beaucoup de mourants sont perturbés de ressentir ces manifestations du champ quantique. Nous devons nous libérer de nos peurs, de notre ego, car nous existons en fait depuis des eons."

 

Into the Light

Il ajoute : "Les églises, depuis toujours, ont joué sur la peur, en nous culpabilisant avec le concept de pêché et de salut, pour nous réduire en esclavage."

"Cette situation permet à certains patients d'entrevoir des évènements qui ne se sont pas encore produits dans notre ligne de temps. Il y a quelques années, j'ai recueilli des témoignages, annonçant qu'un président serait élu, qui serait 'assez différent', que la prochaine guerre serait d'ordre économique...

Naturellement, j'ai demandé à certains comment ils voyaient 2012. L'un de mes patients m'a dit que la Terre serait soumise à une charge gravitationnelle supplémentaire, à cause d'un alignement planétaire. Je n'ai pas mentionné la Planète X dans mon livre, parce que de toutes façons les gens sont très réfractaires à ces notions. Mais le Vatican et les gouvernements sont au courant. Et les mourants ont parfois des aperçus sur de telles choses."

Source : http://ovnis-usa.com/2009/08/28/vendredi-28-aout/