Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2009

Ce que dit l'accord de Copenhague

Terre 19/12/2009 à 14h44


Ce que dit l'accord de Copenhague et tout cela basé sur des mensonges et sur les réelles causes cosmiques du réchauffement.

Les Illuminati-reptiliens, auraient-ils loupé leur instauration du Nouvel Ordre Mondial lors de la conférence de Copenhague ? Affaire à suivre de près...

Repères

Conclu dans la soirée de vendredi par une sorte de G20 élargi, sans l'accord de tous les pays, le texte ne fixe aucun objectif chiffré.

L'Accord de Copenhague, dont l'ONU a «pris note» ce samedi, permet pour la première fois d'enrôler l'ensemble des grands pays pollueurs, industrialisés et émergents, dans la lutte contre le changement climatique mais sur des ambitions réduites et sans cadre contraignant. Les principaux points de cet accord (à télécharger ici en pdf):

Accords de Copenhague du 18 -12-2009.pdf : (Ils se fichent de nous !)


Les objectifs

- La hausse de la température moyenne de la planète devra être contenue en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels (1800). Mais cette disposition n'est assortie d'aucune garantie: l'accord ne mentionne pas en effet la division par deux des émissions polluantes d'ici 2050 ni de date à laquelle celles-ci devront cesser d'augmenter.

- D'ici au 31 janvier, les pays industrialisés devront communiquer leurs objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre à horizon 2020 et les pays en développement devront annoncer les actions qu'ils comptent mettre en oeuvre pour atténuer les leurs. Aucun objectif chiffré n'est inscrit dans le texte.

La vérification

- Les engagements des pays industrialisés devront être «mesurables, notifiables et vérifiables» (règles MRV), afin d'en contrôler la réalité.

- Les pays en développement communiqueront eux-mêmes, tous les deux ans, les informations sur leurs politiques nationales, en offrant les éléments ouvrant à des "consultations et analyses internationales", dans le "respect de leur souveraineté nationale" (concession à la Chine).

Seules les mesures bénéficiant d'un soutien international, financier ou technologique, seront soumises aux règles MRV.


Ce point a constitué l'un des plus durs de la négociation.

Le financement


- Une aide immédiate de 30 mds de dollars sur trois ans (2010-2012) doit soutenir l'adaptation des pays en développement aux impacts du réchauffement: elle sera allouée «prioritairement» aux plus vulnérables, notamment en Afrique et dans les petites îles.

- De 2013 à 2020, les pays développés s'engagent à mobiliser progressivement jusqu'à 100 mds de dollars: ces fonds proviendront «de sources variées, publiques et privées, bilatérales et multilatérales, y compris de financements innovants» - sans évoquer à ce stade de taxe particulière.

- Création du «Fonds Vert Climat» de Copenhague pour soutenir les projets des pays en développement visant à réduire leurs émissions, comme la protection des forêts et la lutte contre la déforestation, l'adaptation, le renforcement des capacités et le transfert de technologies.

Contrainte juridique

- Le «fantôme» de Copenhague: la prochaine conférence de Mexico, fin 2010, ne verra sans doute pas l'adoption d'un nouveau traité contraignant. Le protocole de Kyoto reste donc le seul instrument légal contre le réchauffement, mais ne concerne qu'un tiers à peine des émissions mondiales.

http://www.liberation.fr/terre/0101609587-ce-que-dit-l-ac...

 

 

 

13/12/2009

ClimateGate : La démocratie selon l'ONU

Conférence de presse - sommet de Copenhague - 11 décembre 2009

Le journaliste Phelim McAleer (et réalisateur du film Not Evil Just Wrong) demande au professeur Stephen Schneider (climatologiste, université de Stanford) son opinion au sujet du Climategate.


Cependant, les journalistes qui font leur travail ne semblent pas être les bienvenus au sommet de Copenhague.


Réponse armée aux questions sur le 'Climategate'

http://www.dailymotion.com/video/xbgonz_reponse-armee-aux...


Plus de détails ici:
http://biggovernment.com/2009/12/11/un-security-stops-jou...

 

Petite banniere 400x50

 

02:45 Publié dans ClimateGate/GIEC/COP21, Copenhague, L'escroquerie du CO2, ONU | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

05/12/2009

L’ONU prête à diriger le Gouvernement Mondial de l’Environnement!

Article sous droits d'auteur.

logo onu.gif

 

A lire ici : http://www.spreadthetruth.fr/?p=5901

Source originale : http://www.thenewamerican.com


 

29/08/2009

2012, Planète X : Témoignage du Dr John Lerma

Le Dr John Lerma a dirigé l'Hospice du TMC (Texas Medical Center) à Houston. Il a passé ces dix dernières années à s'occuper de patients cancéreux en phase terminale.

Dr John Lerma

Il est actuellement impliqué dans un projet de recherches en médecine palliative à l'hôpital Anderson.

Il est l'auteur de "Learning from the Light : Pre-death Experiences, Prophecies, and Angelic Messages of Hope". Mike Marshall a réalisé son interview sur la web radio YowUsa, qui donne un aperçu des confidences reçues par le Dr Lerma. Extraits de sa présentation :

"Le Dr. Lerma est apprécié pour son attitude pleine de compassion envers ceux qu'il a accompagné à l'Hospice Médical de Houston, Texas. Il a transmis son enseignement à des infirmières et des étudiants et des internes."

"Parfois, des patients en fin de vie se sont confiés au Dr. John Lerma pour soulager leur conscience et lui raconter des faits importants, concernant par exemple le crash de Roswell. Mais il s'agit aussi parfois d'évènements à venir, relatifs à la Planète X, ou 2012. Ils évoluent alors entre cette dimension et l'autre monde. Il leur arrive de réaliser que certains secrets, protégés par le gouvernement, qu'ils s'étaient même gardés de révéler à leurs propres épouses, au fond ne méritaient pas d'être préservés." - Source

Il a complété ses études médicales par une formation en physique quantique, parce qu'il était fasciné par les phénomènes d'antigravité manifestés par les Ovnis. Sa compassion s'est développée face aux premières victimes de la vaque du Sida. "Je n'ai jamais douté de la survie de l'âme, et je me devais de passer ce message aux personnes terrifiées à l'approche de la mort."

Whitley Strieber, l'abucté et auteur de "Communion", de passage à San Antonio, au Texas, s'était adressé à lui pour se faire enlever un implant qu'il avait dans l'oreille : "J'ai d'abord procédé à un examen aux rayons-X, il n'y avait rien de métallique.

Dr John Lerma

http://www.youtube.com/watch?v=gNBI-2lwLLE

Mais en pratiquant une incision, sur son oreille, j'ai finalement attrapé avec les pinces un petit morceau, qui ne semblait pas vouloir sortir. J'ai du pratiquer une seconde incision pour l'extraire.

Au microscope électronique, il est apparu que c'était une structure métallique, incorporant des sortes de cristaux.

Il y avait en outre une petite partie qui semblait vivante, mobile, et elle a même résisté à une immersion dans le formol. Par la suite, un ou deux jours plus tard, alors que nous souhaitions faire analyser cet implant, ainsi que nous l'avions prévu, il s'était désintégré.

L'emplacement, près de la zone temporale du cerveau, nous avait semblé significatif.

Quelques jours plus j'ai tard, j'ai reçu un appel téléphonique d'un officier des services de renseignement de la Navy. Il souhaitait connaître nos conclusions après cette extraction. De toute évidence, ces services s'intéressent de près à tout ce qui concerne Whitley Strieber."

A propos du recueil d'une confession d'un mourant sur le sujet de Roswell : "C'était un Colonel, formé à la physique des particules. Il m'avait été envoyé par l'hôpital Walter Reed, à Washington, DC. Il avait un cancer des poumons, doublé d'une leucémie, en raison peut-être d'une exposition aux radiations, du fait qu'il avait travaillé sur des armements nucléaires.

Mac Brazel

La porte de sa chambre était gardée, parce qu'il disposait d'une accréditation de haute sécurité. Un soir, la garde s'était éloignée parce qu'il avait vraiment décliné.

Il a commencé par me dire : "Je ne vais pas m'en sortir, mais ce n'est pas grave... Je vais vous raconter quelque chose. Vous avez entendu parler de Roswell. J'ai séjourné à Roswell, j'ai connu le fermier Mac Brazel, qui avait trouvé les débris, ensemble nous étions retournés sur place."

Ce militaire était en principe affecté sur la base de Wright Field-Patterson, où il travaillait avec des savants allemands - que l'armée américaine avait ramenés d'Allemagne - sur l'antigravité et la propulsion nucléaire. Donc la récupération d'une soucoupe à Roswell ne les avait pas tellement surpris, parce que les allemands avec lesquels ils travaillaient étaient déjà très avancés, et avait eux-mêmes bénéficié d'informations sur des technologies aliènes.

Roswell aliens

Deux engins s'étaient crashés à Roswell, parce que des systèmes radar avaient perturbé leurs systèmes propulseurs, et l'un d'eux portait des indications en allemand.

L'autre était un vaisseau alien, piloté par des êtres qui travaillaient également à Wright Field-Patterson. Le reste des recherches sera poursuivi sur la Zone 51, dans le Nevada.

Le mourant a ajouté : "Il doit y avoir 85 espèces d'aliens différentes, mais la plupart nous sont très proches. Ces histoires de lézards n'ont pas de sens. Les Gris sont plutôt des mécaniques, sans émotions. Nous ne pouvons répandre ces technologies avant que nous soyons capables de les maîtriser."

"Il a cité en particulier les Pléïadiens, qui sont très avancés, mais selon lui les autres ne sont pas tellement plus évolués que nous : ils ont toujours de puissants egos.

Il est mort environ deux semaines plus tard. Il avait besoin d'en parler au moins à quelqu'un, parce jusqu'à présent, même sa femme avait été tenue à l'écart. Mais dans le même temps, il était heureux d'échanger avec moi, parce qu'il était curieux de savoir si mes autres patients avaient aussi des sortes de visions étranges avant de quitter ce monde."

Learning from Light

La seconde moitié de l'interview est justement consacrée aux phénomènes qui précèdent la mort. Il est peu connu que les mourants ont parfois des aperçus sur des évènements à venir, et le Dr Lerma recueille ce genre de témoignages :

"Nous voyons apparaître objectivement, dans nos machines IRM (Imagerie par résonance magnétique), des signaux qui témoignent de manifestations cérébrales inhabituelles, faisant appel à d'autres formes d'énergie, provenant de l'univers environnant.

Ils démontrent que nous sommes tous interconnectés. Il n'y a pas de barrières au niveau photonique et quantique. Nous sommes tous dans le même bateau. Beaucoup de mourants sont perturbés de ressentir ces manifestations du champ quantique. Nous devons nous libérer de nos peurs, de notre ego, car nous existons en fait depuis des eons."

 

Into the Light

Il ajoute : "Les églises, depuis toujours, ont joué sur la peur, en nous culpabilisant avec le concept de pêché et de salut, pour nous réduire en esclavage."

"Cette situation permet à certains patients d'entrevoir des évènements qui ne se sont pas encore produits dans notre ligne de temps. Il y a quelques années, j'ai recueilli des témoignages, annonçant qu'un président serait élu, qui serait 'assez différent', que la prochaine guerre serait d'ordre économique...

Naturellement, j'ai demandé à certains comment ils voyaient 2012. L'un de mes patients m'a dit que la Terre serait soumise à une charge gravitationnelle supplémentaire, à cause d'un alignement planétaire. Je n'ai pas mentionné la Planète X dans mon livre, parce que de toutes façons les gens sont très réfractaires à ces notions. Mais le Vatican et les gouvernements sont au courant. Et les mourants ont parfois des aperçus sur de telles choses."

Source : http://ovnis-usa.com/2009/08/28/vendredi-28-aout/


 














10/06/2009

Une taxe carbone pour "préparer l'après-pétrole"

Ben tiens ! Il fallait bien un évènement médiatique pour préparer ça, non ?

Le fim Home de YAB a atteint tous ses objectifs au profit des multinationales et de l'état, et au détriment des grands cons.ommateurs que nous sommes !


Une taxe carbone pour "préparer l'après-pétrole"

Près de trois ans après le lancement du Pacte écologique par Nicolas Hulot, qui avançait l'idée d'une taxe carbone, le gouvernement a rouvert le débat sur ce sujet, mercredi 10 juin. Les ministres de l'écologie, Jean-Louis Borloo, et de l'économie, Christine Lagarde, ont présenté le Livre blanc de la Contribution climat énergie (CCE, dite "taxe carbone").

La loi issue du Grenelle de l'environnement, actuellement en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, prévoit que "dans les six mois suivant [sa] publication, l'Etat étudiera la création d'une contribution dite 'climat-énergie' en vue d'encourager les comportements sobres en carbone et en énergie". C'est la raison pour laquelle le gouvernement organise, les 2 et 3 juillet, une "conférence de consensus" qui réunira experts, associations et syndicats pour définir cette CCE ainsi que sa mise en place.

Selon Benoît Faraco, coordinateur "changements climatique et énergie" à la Fondation Nicolas Hulot, les réflexions et débats s'articuleront principalement autour de la proposition de Nicolas Hulot, à savoir la mise en place d'une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre liés à la consommation d'énergie, et qui concernerait tout le monde : particuliers, entreprises et administrations.

Le principal enjeu des débats concernera, selon M. Faraco, les modalités d'application de la CCE pour "bien faire comprendre qu'il ne s'agit pas de créer une nouvelle taxe ou de renflouer les caisses de l'Etat".

Car la fondation propose de redistribuer le produit de la taxe sous forme d'une allocation climat annuelle pour les particuliers – un chèque de 130 € selon les estimations – et de compenser avec un abaissement des charges sociales pour les entreprises. Au total, cela devrait générer un flux d'argent circulaire d'environ 8 milliards d'euros par an.

L'objectif de la taxe n'est donc pas de créer un impôt supplémentaire, mais d'établir un "cercle vertueux" qui aurait pour but de dissuader l'achat d'énergie fossile. Mais, comme le dit M. Faraco, "on pourrait se dire, à première vue, que si on rend l'argent aux Français, cela ne sert à rien".

Dans la proposition de la fondation, chaque ménage recevra, quelle que soit sa consommation d'énergie fossile, un chèque du même montant. Mathématiquement, plus la taxe d'un ménage sera élevée – due à sa forte consommation d'énergie "non propre" –, moins il gagnera à la fin de l'année. Et inversement. "Les ménages à forte consommation seront incités à réduire leur consommation, tandis que les ménages vertueux, eux, se verront récompensés, explique M. Faraco. Le but est de préparer la hausse du prix de l'énergie qui, de toute façon, est inévitable."

Ainsi, logiquement, la CCE devra suivre de manière proportionnelle la hausse du prix des énergies fossiles pour "préparer progressivement l'après-pétrole". "Nous n'allons pas attendre que le pétrole atteigne 200 dollars le baril pour réagir. A terme, l'idée est, d'ici à 2030, de multiplier par trois le montant de la taxe", précise, en conclusion, Benoît Faraco.


Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/06/10/une-taxe...