Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2009

Climat : Le "pot au noir" migre vers le Nord

CLIMAT

Le pot au noir migre vers le Nord

NOUVELOBS.COM | 02.07.2009 | 18:38

La bande équatoriale, connue sous le nom de zone de convergence intertropicale, à l’intérieur de laquelle les pluies sont abondantes, remonterait vers le nord. Certaines îles pourraient en pâtir.

 


720534.jpg

La ZTIC au-dessus du Pacifique. (agrandir la carte)(University of Washington)

Tout autour de l’équateur s’étend une bande au sein de laquelle les pluies sont abondantes : elles fournissent de l’eau douce à près d’un milliard d’habitants de la planète. Cette bande, connue sous le nom de zone de convergence intertropicale (ZCIT), s’est déplacée de 500 km depuis le petit âge de glace, remontant vers le Nord à la vitesse moyenne d’un kilomètre et demi par an, selon une étude publiée cette semaine par Nature Geoscience.

Si la migration de cette zone se poursuit, des régions aujourd’hui arrosées pourraient être plus sèches dans quelques décennies, souligne Julian Sachs, de l’Université de Washington (Seattle, États-Unis), premier auteur de cette étude.

La zone de convergence intertropicale est formée par la rencontre entre les alizés de l’hémisphère nord, qui soufflent vers le sud-ouest, et ceux de l’hémisphère sud, qui soufflent vers le nord-ouest. Les averses brusques et les orages violents de cette zone lui valent le surnom de ‘pot au noir’ chez les navigateurs.

Des études paléoclimatiques menées en Afrique ou en Australie avaient déjà suggéré que la ZTIC avait bougé au cours du dernier millénaire. L’équipe de Sachs a étudié des sédiments lacustres prélevés dans plusieurs îles du Pacifique –Palau, Galápagos, îles de la Ligne- pour retracer avec précision leur climat.

Palau, qui est aujourd’hui au cœur de la ZTIC, était aride pendant le petit âge de glace, celui qui a refroidi l’hémisphère nord entre 1250 et 1850, rapportent les chercheurs. L’île de Washington, dans l’archipel des îles de la Ligne, qui reçoit aujourd’hui près de trois mètres d’eau par an, était également très aride pendant le petit âge glaciaire. Les sédiments forés dans des lacs d’eau douce révèlent aussi que des microbes aimant les milieux salés vivaient dans ces mêmes lacs il y a 400 à 1000 ans, preuve que les pluies étaient beaucoup moins intenses qu’aujourd’hui, selon Sachs et ses collègues. A l’inverse, l’archipel des Galápagos était beaucoup plus humide pendant le petit âge de glace que maintenant.

Les chercheurs supposent que pendant cette période glaciaire la ZTIC était bloquée 550 km plus au sud par les températures plus froides de l’hémisphère nord, due à une baisse du rayonnement solaire. Avec le réchauffement, la zone remonte vers le nord : si elle poursuit sa migration sur le même rythme, elle se trouvera 126 km plus haut à la fin de ce siècle.

Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.com
02/07/09

Source : Nouvel Obs Sciences

Changements cosmiques : faut-il se sentir menacés ?

Selon un groupe de travail de l'ONU, le millenium Ecosystem Assessment, nous vivrions la sixième extinction de masse des espèces de toute l'histoire de la planète.

La planète a connu cinq épisodes d'extinction massive des espèces ...... Erkman, considère l'industrie comme un écosystème.....

Ces projections du groupe de travail II du GIEC, publiées en mai 2007. Ici la note :

Faut-il se sentir menacés ?

http://www.odilejacob.fr/fichiers_pdf/EconomieVerteNotes....


30/06/2009

2012 : Le film - Bande d'annonce

2012 - Le film

Bande d'annonce en français

Le fim sortira le 11 novembre 2009

 

 

19/06/2009

2012 : Le film

2012 : Le film

Date de sortie : 11 Novembre 2009

2012_fichefilm_imagesfilm.jpg
Réalisé par : Roland Emmerich
Pays de production : United States
Titre original : 2012
Distributeur : Sony Pictures


Pour certaines personnes, 2012 sera l’année de l’Apocalypse, car le 21 décembre 2012 marque la fin du calendrier Maya. Cet événement est régulièrement commenté sur internet , et a été repris à travers des livres et des documentaires. Le réalisateur/scénariste Roland Emmerich s’est intéressé à cette histoire et a décidé de l’adapter pour le grand écran.

Synopsis. 2012 n'est pas une date comme les autres. Il s'agit en fait de la dernière année du calendrier maya et, c'est la conviction de nombre de personnes, il s'agit aussi du moment qui verra notre monde toucher à sa fin. Une croyance que de récentes catastrophes naturelles aux proportions titanesques sembleraient confirmer, la Terre étant désormais plongée dans un chaos total où les survivants devront s'unir s'ils veulent survivre. Mais dans quel but, si le monde touche réellement à sa fin ?


Le site officiel du film : http://www.2012lefilm.fr/

Avertissement dans le Trailer du film

Que feraient les gouvernements de la planète
pour péparer 6 milliards d'individus à la fin du monde ?
Ils ne feraient rien.
Découvrez la vérité !
Recherchez sur Internet : 2012

2012 : Trailer du film

http://www.dailymotion.com/video/x7ia42_2012-le-film-trai...

 

18/06/2009

Climat : La grotte de la mer de Glace en danger

17-06-2009 19:32

La grotte de la mer de Glace en danger

Dans les Alpes, le réchauffement climatique se mesure à l’œil nu.


 

La grotte de la mer de Glace.

La grotte de la mer de Glace.
Photo : OT Chamonix/Mario Colonel

 

“Les glaciers sont des bons indicateurs climatiques.
Ils subissent le réchauffement de façon très forte.”
Christian Vincent, glaciologue

Le mont Blanc fond. "Les glaciers subissent le réchauffement climatique de façon très forte", souligne Christian Vincent, glaciologue au CNRS de Grenoble. Ces glaces éternelles reculent au rythme de 15 à 30 mètres par an. Le deuxième plus grand glacier de France, la mer de glace, s'est ainsi raccourci de 400 mètres depuis 1994. Son épaisseur se réduit de 4 à 5 mètres chaque année. Sa célèbre grotte qui attire tous les ans quelque 300 000 visiteurs voit désormais ses jours comptés.

La dernière saison
L'ouverture estivale de ce lieu historique du tourisme alpin a été décalée à la semaine prochaine par une commission de sécurité. La glace fond. Les pierres qu'elle retenait en son sein ressortent en surface, prêtes à glisser. "Cette année nous avons dû monter une pelle araignée pour nettoyer l'entrée de la grotte", lance Jean-Marie Claret, le concessionnaire. Le coût des travaux suit : 80 000 euros en 2009, partagés entre le concessionnaire et la ville de Chamonix.


Si la grotte est l'œuvre de l'homme et doit être creusée tous les ans, les travaux exceptionnels concernent l'accès au site. Depuis 1946, le privilège de pénétrer dans les pièces sculptées dans la glace se gagne en descendant des centaines de marches depuis la gare du Montenvers. Mais "la mer de Glace a perdu 80 mètres d'altitude en 20 ans !" explique Jean-Marie Claret : le niveau de l'accès a tellement baissé, que c'est certainement la dernière année que les visiteurs emprunteront son chemin. Les gradins ne suivront pas le glacier dans sa descente… “Le projet est de déplacer l'entrée à quelques centaines de mètres plus en amont", ajoute-t-il.


Il est difficile aujourd'hui de savoir ce que l'avenir réserve aux glaciers alpins. Selon une étude du laboratoire de glaciologie de Grenoble, la mer de Glace devrait perdre entre 600 et 900 mètres de ses sept km de longueur ces vingt prochaines années.

Source : Métro-France