Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2009

Medias américains : Le grand lavage de cerveau des médias américains

Le grand lavage de cerveau des médias américains.

Toujours d'actualité !!!!

Un festin de connerie et de spectacle

Par Joe Bageant
17 août 2007

Joe, prenez un paquet de canettes et asseyez-vous dans un fauteuil confortable. Je suis tellement en colère. Je suis furieuse contre l'hologramme dont vous parlez tout le temps, ce monde imaginaire créé par les médias qui contrôle nos actions et dirige nos pensées. Habituellement j'ignore l'hologramme en allumant rarement la télévision et en ne lisant les informations que sur les sites internet qui tentent d'être raisonnables. Mais bien que je sache que l'hologramme n'est que mensonge, j'ai besoin d'y retourner maintenant parce que je connais les gens sur qui on ment et qu'il n'y a pas d'autre source d'information.

Mon mari est palestinien et j'ai vécu en Jordanie en 1995-1996. Cette semaine j'ai entendu que deux gamins du lycée où j'enseignais là-bas (une école pour les étudiants doués financée par la reine Noor) sont en prison en Angleterre pour ces (je renifle, grimace et roule des yeux) attaques terroristes manquées la semaine dernière. Et ils n'ont rien fait, Joe. C'est un jeune couple avec un bébé, et tous ceux qui les connaissent ou les ont connus s'accordent à dire qu'ils ne pourraient jamais faire du mal à un autre être humain.

Mais ce n'est pas seulement cela. C'est qu'il n'y a pas de preuve du tout. Simplement aucune. Le gouvernement britannique n'a même pas essayé de s'expliquer ou de suggérer un motif.

C'est ici qu'entre l'hologramme. J'ai toujours compris ce que vous vouliez dire par ce terme, mais je n'appréciais pas tous ses aspects jusqu'à présent. C'est un hologramme parce qu'on le voit, mais qu'il n'est pas réel. On voit des voitures de police encercler la voiture d'un suspect de terrorisme et on nous dit qu'il a été poursuivi par la police.

Quand on apprend que c'est un neurochirurgien dont l'épouse et le bébé étaient dans la voiture avec lui, on pourrait penser qu'il s'est probablement rangé quand la police a semblé le vouloir, mais seulement si on est encore capable d'utiliser son propre cerveau. Après tout, son nom est Mohammed et sa femme porte un foulard, et l'hologramme nous a montré encore et encore ce qui sort de ce genre de choses. Alors peut-être qu'on va juste ignorer ce que notre cerveau essayait de dire, que les neurochirurgiens ont investi beaucoup dans leur carrière et n'ont pas de temps pour un loisir comme faire exploser des trucs, et que les jeunes mères sont farouchement protectrices de leur bébé, et par conséquent évitent les choses dangereuses comme d'avoir un mari qui devient terroriste ou de s'engager dans des poursuites en voiture avec la police.

L'analogie avec l'hologramme marche aussi en ce que les médias sont si durs à ignorer. Même quand on s'efforce de les ignorer, ils sont toujours là, à clignoter près des bords, des impressions brûlantes dont on ne peut pas vraiment se débarrasser. Quand ma belle-sœur (directrice du département d'anglais de leur lycée à l'époque, professeur d'anglais à l'université maintenant) m'a envoyé les premières informations, j'ai pensé : Qu'il est ridicule de penser que Marwa ou Mohammed soient impliqués là-dedans ! Après quelques jours à regarder dans l'hologramme à la recherche d'information, j'ai dû me demander : Est-ce que je sais vraiment ce que je sais ? Ou bien l'hologramme peut-il avoir raison ? Non qu'il y ait eu la moindre preuve présentée. Il y avait juste un tas de commentaires de voisins sur leur barbe et leur burka et le facteur disant qu'ils ne recevaient pas beaucoup de colis habituellement, mais qu'ils en ont reçu pendant un moment.

1. Diffusée en France sous le titre 24 heures chrono puis 24, cette série télévisée mettait en scène un agent anti-terroriste devant accomplir ses missions en vingt-quatre heures.

Mon sens commun m'a dit : Ooh, des trucs qui font peur. Peut-être même des vêtements pour bébé. Mais c'était si clair et confortable dans le monde de la télé et des sites d'information grand public. Je voulais presque me laisser endormir en craignant le méchant docteur et sa mystérieuse femme, mais mes souvenirs des vrais Marwa et Mohammed m'en empêchaient. Cela aurait été comme un épisode de 241 si seulement le gentil jeune docteur avait pu s'en aller et se changer en un poseur de bombes fou dans mon imagination. Mais parce que je l'ai connu autrefois, il continuait juste à redevenir le garçon de quinze ans très doux et poli qui faisait toujours le clown avec ses amis. Je me rappelle particulièrement avoir pensé qu'ils étaient comme un tas de chiots, et ce souvenir éteint l'hologramme un peu jusqu'à ce qu'il se rallume après un moment. Et Marwa, dont je me rappelle encore plus clairement, était une personne si intelligente, gentille et délicieuse que sa douceur me fait pleurer chaque fois que je la vois irradier d'une photo d'elle sur l'écran de la télévision ou de l'ordinateur.

Pourquoi tous les autres ne le voient-ils pas ?

Pendant ce temps, bien qu'aucune preuve de culpabilité n'ait été présentée, l'holo-discussion s'emballe. Comment se protéger de ces monstres ?

La plupart des commentateurs recommandent d'augmenter la sécurité et de laisser entrer moins d'étrangers, mais même les bien-intentionnés, qui disent : ils nous haïssent parce que nous avons fait des choses affreuses manquent quelque chose. Il se peut qu'ils nous haïssent ou non, mais il n'a pas été prouvé qu'ils aient fait quoi que ce soit, du moins pas cette fois. Et les Britanniques ont des précédents embarrassants d'arrestations de gens totalement innocents dans des affaires comme celle-là.

Les faits connus sur Mohammed Asha et sa femme, Marwa Da'ana, sont entièrement positifs. Bien éduqués, travailleurs, etc. Les choses horribles dites sur eux ne sont pas des faits, ni ne sont confirmées par des faits. Un jeune couple et leur fils ont été séparés, emprisonnés sans inculpation dans un pays étranger loin de leurs amis et de leurs parents.

Que pensez-vous que leurs proches ressentent ? Personne n'a eu la moindre nouvelle d'eux. Et déjà, maintenant que leur avenir soigneusement construit a été fracassé, cet hologramme s'est éteint et tout le monde se tourne vers les autres qui clignotent ailleurs.

Joe, vous êtes toujours là ? J'ai fini. Merci d'avoir écouté.

Jennifer, à Los Angeles

25/01/2009

Nouvel Ordre Mondial : Citation de Rockefeller sur le

Nouvel Ordre Mondial

fonzibrain

Quand les gens intelligents se piquent de ne pas comprendre, il est constant qu’ils y réussissent mieux que les sots (André Gide).

La preuve, quand ils entendent cela :

“Quelques-uns croient même que nous (la famille Rockefeller) faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, caractérisant ma famille et moi en tant qu’internationalistes et conspirant avec d’autres autour de la Terre pour construire une politique globale plus intégrée ainsi qu’une structure économique – un seul monde si vous voulez. Si cela est l’accusation, je suis coupable et fier de l’être.”

David Rockefeller, MEMOIRES, page 405

Hé bien, ils ne comprennent pas !

Source :  http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=33369

23/01/2009

Palestine/Israël : Chronologie de l'état d'israël de1948 à 2009

Chronologie de l'invasion de la Palestine par l'Etat d'Israël
 
 


21/01/2009

Gaza : L'ONU constate les dégâts à Gaza comme frappée par "un tremblement de terre"

L'ONU constate les dégâts à Gaza comme frappée par "un tremblement de terre"

GENEVE (AFP) — La bande de Gaza ressemble à une zone frappée par un "tremblement de terre", a estimé mardi l'ONU, alors que les agences onusiennes et les organisation humanitaires profitent du cessez-le-feu pour faire le bilan des destructions causées par l'offensive israélienne.

"La bande de Gaza est maintenant comme (une zone frappée par) un tremblement de terre", a déclaré à Genève devant la presse Guido Sabatinelli, responsable de la santé de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

"Beaucoup de gens n'ont nulle part où aller" du fait de la destruction de leurs maisons, a poursuivi M. Sabatinelli.

 

Ban Ki-moon constate le désastre humanitaire à Gaza

Les Palestiniens de Gaza profitent du cessez-le-feu pour se réorganiser et l'armée israélienne devrait retirer la totalité de ses troupes.

Ban Ki-moon est arrivé mardi 20 janvier dans la bande de Gaza. Le secrétaire général de l'ONU est le premier responsable international de ce rang à se déplacer dans le territoire après la guerre de trois semaines menée par Israël et depuis le coup de force, en juin 2007, du Hamas contre le Fatah du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Durant l'offensive israélienne, qui a fait 1.300 morts palestiniens et plus de 5.300 blessés, plusieurs bâtiments onusiens ont été touchés. Ban ki-moon a déclaré que ceux responsables des bombardements devront « rendre des comptes devant les instances judiciaires ».

 
 
Ruines, pleurs et deuil : dans Gaza dévastée
 
Dans les rues de Jabaliya, les enfants ont trouvé un nouveau divertissement. Ils collectionnent les éclats d'obus et de missiles. Ils déterrent du sable des morceaux d'une fibre compacte qui s'enflamment immédiatement au contact de l'air et qu'ils tentent difficilement d'éteindre avec leurs pieds. "C'est du phosphore. Regardez comme ça brûle."

Sur les murs de cette rue, des traces noirâtres sont visibles. Les bombes ont projeté partout ce produit chimique qui a incendié une petite fabrique de papier. "C'est la première fois que je vois cela après trente-huit ans d'occupation israélienne", s'exclame Mohammed Abed Rabbo. Dans son costume trois pièces, cette figure du quartier porte le deuil. Six membres de sa famille ont été fauchés par une bombe devant un magasin, le 10 janvier. Ils étaient venus s'approvisionner pendant les trois heures de trêve décrétées par Israël pour permettre aux Gazaouis de souffler.

La suite ici : http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/01/21/ru...

 
 

20/01/2009

Gaza : Le désastre humanitaire à Gaza

Ban Ki-moon constate le désastre humanitaire à Gaza - Monde - la-Croix.com

Les Palestiniens de Gaza profitent du cessez-le-feu pour se réorganiser et l’armée israélienne devrait retirer la totalité de ses troupes

Ban Ki-moon est arrivé mardi 20 janvier dans la bande de Gaza. Le secrétaire général de l’ONU est le premier responsable international de ce rang à se déplacer dans le territoire après la guerre de trois semaines menée par Israël et depuis le coup de force, en juin 2007, du Hamas contre le Fatah du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Durant l’offensive israélienne, qui a fait 1.300 morts palestiniens et plus de 5.300 blessés, plusieurs bâtiments onusiens ont été touchés. Ban ki-moon a déclaré que ceux responsables des bombardements devront « rendre des comptes devant les instances judiciaires ».

Mardi, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a entrepris de distribuer de quoi confectionner des abris de fortune pour 80.000 personnes privées d’habitat. Pour les habitants de la bande de Gaza, comme après un tremblement de terre, le temps est venu de recenser les dommages.

5.000 maisons détruites et 20.000 lourdement endommagées

Environ 5.000 maisons ont été complètement détruites par l’aviation, les blindés ou les bulldozers israéliens, et 20.000 autres lourdement endommagées, selon une première évaluation rendue publique lundi par le porte-parole du gouvernement du Hamas, Taher Al Nounou. Les autorités de Gaza avaient chiffré samedi les dégâts dans le territoire palestinien à 1,4 milliard d’euros.

Dans l’est de Jabaliya, des centaines de maisons ont été détruites. Une usine de produits électroniques, une fabrique d’huile d’olive et une cimenterie ont connu le même sort. Plusieurs mosquées ont été pulvérisées, des dizaines de bâtiments se sont affaissés en mille-feuilles. Le macadam, quand il y en a, est strié par les chenilles des chars, qui ont aussi labouré les champs sur leur passage.

Les rues sont engorgées par le va-et-vient des voitures et des carrioles tractées par des ânes. Les pelleteuses entrent en action pour retirer les blocs de béton que les mains ne peuvent ébranler. Dans ces quartiers, les gens disent que la plupart des corps ont été retirés des décombres. Partout on trie, on récupère. Le bois d’un côté, la ferraille de l’autre.

Israël maintient des unités en alerte

Sur le terrain, l’armée israélienne poursuivait mardi son retrait graduel du territoire palestinien au troisième jour d’un cessez-le-feu qu’Israël et le Hamas ont proclamé chacun de son côté. « Nous réduisons progressivement le nombre de nos troupes dans la bande de Gaza, mais nous maintenons des unités en alerte à l’extérieur (de l’enclave) pour pouvoir faire face rapidement à toute éventualité», a déclaré un haut responsable du ministère de la défense.

Quant aux dirigeants des 22 membres de la Ligue arabe réunis en sommet à Koweït, s’ils se sont engagés à « apporter toute forme de soutien au peuple palestinien », ils ont été incapables de se mettre d’accord pour créer un fonds pour la reconstruction de Gaza.
Agnès ROTIVEL

Source : http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2362859&rubId=4077