Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2012

Les ampoules fluocompactes sont définitivement dangereuses pour la santé

Argent Dette Vendredi 26 octobre 2012

 

fluorbulbs_dees.jpg

 

Les ampoules à incandescence de 100 watts viennent donc d’être retirées définitivement de la vente. Progressivement, toutes ces ampoules “à filament” disparaîtront des rayons des magasins. Il s’agit de faire des économies d’énergie, même si l’éclairage ne correspond qu’à 15% de la consommation d’électricité.

Mais on est en droit de se poser quelques questions :

1) C’est la première fois qu’on interdit totalement à la vente un produit non dangereux. Qu’on incite à l’utilisation de systèmes d’éclairage plus économiques est une chose. Qu’on interdise le produit le plus répandu, le moins cher, et qu’on impose un remplacement systématique du précédent, en est une autre. On voit bien qu’il y a là un enjeu économique et que la décision a été largement influencée par les fabriquants des ampoules fluo-compactes. Car le marché est gigantesque et le créneau économique des ampoules fluo-compactes est limité dans le temps, compte tenu des avancées technologiques d’autres systèmes d’éclairage.

A-t-on interdit le savon face aux détergents ? la voiture face au train ? le boulier face à la calculatrice ? la moulinette face au robot de cuisine ? Non… Cette mesure autoritaire inédite serait dictée par une nécessité d’économies énergétique qui ne s’applique bien sûr pas à la consommation d’énergie pour l’industrie ou pour les transports.

Elle aboutit à imposer au consommateur de nouveaux investissements, de nouvelles dépenses et à favoriser des groupes industriels.

2) l’économie n’est pas totalement probante. Les ampoules fluo-compactes, lentes à l’allumage, peu compatibles avec les minuteries, restent souvent allumées en permanence dans les lieux publics. Le nombre de leurs cycles marche-arrêt diminue leur durée de vie théorique. Leur fabrication est beaucoup plus compliquée (électronique), leur empreinte écologique (CO2) est beaucoup plus importante et elles imposent un recyclage.

3) les fluo-compactes sont beaucoup plus dangereuses pour la santé (voir video ci-dessous), mais le principe de précaution n’est pas appliqué.

- elles contiennent d’abord du mercure. Avec une moyenne de 5mg de mercure, la fluocompacte est considérée comme un déchet dangereux. Un bris accidentel provoquant l’échappement du mercure, qui est toxique. Contrairement au ampoules à incandescence, il est interdit de les jeter avec les ordures ménagères. L’Agence de protection environnementale des États-Unis (APE), estime que 800 millions de lampes fluorescentes sont jetées chaque année, ce qui provoquerait la contamination au mercure de 81 000 km² d’eau.


- elles produisent beaucoup plus de rayons ultra-violets. Selon la direction générale de la santé de la Commission européenne, ceci pourrait favoriser les maladies dermatologiques.

- et surtout, le fonctionnement des ampoules fluo-compactes génère de puissants champs électromagnétiques, susceptibles de perturber fortement les personnes. Le CRIIREM (Centre de Recherche et d’information Indépendantes sur les Rayonnements ElectroMagnétiques) déconseille l’utilisation de ces ampoules en tant que lampes de chevet ou de bureau et recommande une distance de sécurité d’un mètre.

En effet, les ampoules à incandescence n’émettent pas de rayonnement électro-magnétiques intenses. Mais, comme le montre la video à la fin de ce billet, les champs détectés autour des électro-compactes allumées atteignent, à 20 cm, entre 180 V/m et 4 V/m pour des puissances allant de 20 à 11 Watts. Il faut attendre 1 mètre pour retrouver une valeur de 0,2 V/m, correspondant au bruit de fond radiofréquences ambiant…

4) les fluo-compactesne survivront pas, d’ici 5 ou 10 ans, à la future génération des diodes électroluminescentes (LED), éclairage de l’avenir, qui sont encore plus économiques, plus durables et inoffensives.


Les LEDs sont déjà largement utilisées dans les feux tricolores, les lampes de poches ou frontales, les éclairages de sécurité, les illuminations de fêtes. Leur durée de vie peut dépasser un siècle. Elles sont encore plus économiques. Mais elles n’ont pas encore l’intensité des autres éclairages, même si les recherches avancent très vite. Les DEL de couleur blanche sont encore assez chères, mais déjà moins coûteuses que les lampes fluocompactes. Leur efficacité lumineuse fait des progrès réguliers.

Elles supplanteront rapidement les lampes fluo-compactes.

Alors, pourquoi ce forcing excessif, obligeant le changement de nos ampoules classiques pour une génération technologique d’éclairage coûteuse, dangereuses et éphémère ? Quel a été le rôle des lobbies industriels ? N’aurait-il pas été plus judicieux d’investir justement cet argent dans l’onnovation technologique des LEDs, afin de disposer encore plus vite de types d’éclairages écologiques ?

Principe de fonctionnement d’une lampe à filament :

Les ampoules à incandescence contiennent un filament en tungstène qui émet de la lumière lorsqu’il chauffé à blanc lorsqu’il est parcouru par un courant électrique. Afin d’éviter que ce filament ne se consume, il est placé dans une ampoule sans air (vide) ou remplie d’un gaz rare. Les ampoules à incandescence sont peu chères à l’achat. Leur durée de vie est limitée par l’évaporation du tungtène. Une grande partie de l’électricité consommée est perdue sous forme de chaleur (rayonnement infrarouge).

Principe de fonctionnement d’une lampe fluo-compacte :


Ces lampes sont semblables aux tubes fluorescents. La base de l’ampoule abrite des composants électroniques qui assurent un éclairage continu alors que le courant d’alimentation est alternatif. À la cathode du tube, un filament produit des électrons. Un arc électrique se propage alors à l’intérieur du tube provoquant un va-et-vient régulier d’électrons. Les électrons percutent des atomes de mercure dans le tube, ce qui émet une lumière ultraviolette (UV) invisible à l’oeil nu. Les UV heurtent une couche fluorescente en surface du tube, composé de sels de phosphores. Ceux-ci réagissent aux ultraviolets en émettant une lumière visible blanchâtre, moins agréable que celle des lampes incandescentes.

Principe de fonctionnement d’une LED :


led.1246526563.jpgLes LEDs sont des composants électroniques à semi-conduction. Dans un semi-conducteur, la conduction du courant peut se faire soit par des électrons ( comme dans métal ) soit, par des trous. Quand un électron quitte sa place , il laisse un trou. Un électron, voisin de ce trou, peut venir le combler, laissant alors un trou vide. Le trou s’est donc déplacé. Un champ électrique force les électrons et donc les trous à s déplacer dans le même sens.


Une LED (diode électro-luminescente) est une jonction entre deux moitiés de semi-conducteur. Dans une moitié, il n’y a presque que des trous. On dit que cette moitié est dopée P (pour positif, parce que les trous sont comme un charge positive). Dans l’autre moitié, dopée N, il y a plein d’électrons libres. Bref, les deux moitiés prises séparément, sont conductrices.  La recombinaison des électrons avec les trous fait qu’ils sont obligés d’évacuer de l’énergie sous la forme de lumière.

Dans une LED il n’y a pas de filaments dans l’ampoule, mais des couches de matériaux semi-conducteurs, nitrure d’aluminium et phosphorure de gallium, qui n’opposent aucune résistance au courant et n’entraînent donc pas de perte d’énergie. Un courant électrique traverse les couches semi-conductrices, les électrons en surnombre rencontrent des atomes chargés positivement, ce qui dégage de l’énergie sous forme de lumière


http://www.next-up.org/France/Upie.php#1
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/Smart_Meter.php
http://www.next-up.org/France/Linky.php#1
http://www.next-up.org/pages/nouvellesdumonde_THT.php
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/Full_signal.php#1
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/BioInitiativeIntro....
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2011.php#1    
http://www.next-up.org/France/Une_Terre_pour_les_EHS_2011...
http://www.cartoradiations.fr/Socodei.php
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/PublicationsDVD.php#1
http://www.next-up.org/France/Wifi.php#1
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2012.php#1
http://next-up.org/Newsoftheworld/Lampe_Fluo_Compacte.php

http://www.next-up.org/divers/image_semaine1.php
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/PressReviewRevuePre...

 

http://www.next-up.org/Newsoftheworld/Mobile_spy.php#2

 

 

http://www.internationalnews.fr/article-les-ampoules-fluo...

23:04 Publié dans Attention danger | Lien permanent | |  del.icio.us | |  Imprimer | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

C’est maintenant officiel : le rayonnement de votre téléphone cellulaire pourrait vous tuer

Jeudi 8 novembre 2012

C’est maintenant officiel : le rayonnement de votre téléphone cellulaire pourrait vous tuer

Après plusieurs années de débats sur les risques sanitaires posés par les téléphones mobiles, un rapport récent les confirme enfin, expliquait un article de l’agence indienne DNA paru début 2011 et que nous traduisons ici.

Le rapport exhaustif a été soumis récemment au ministère des Télécommunications par le professeur Girish Kumar du département de génie électrique de l’Institut indien de technologie, à Bombay.


Kumar, qui a effectué des recherches approfondies sur les radiations du téléphone cellulaire et leurs effets, met en garde contre un usage excessif des téléphones portables, car ils exposent les utilisateurs à un risque accru de cancer et de tumeur au cerveau ainsi qu’à de nombreux autres risques sanitaires. Les risques sont encore plus élevés chez les enfants.

Les principaux dangers pour la santé du rayonnement des téléphones cellulaires et des tours cellulaires sont les suivants :
• Une augmentation de 400 % du risque de cancer du cerveau chez les adolescents utilisant des téléphones cellulaires. Les enfants sont plus vulnérables aux rayonnements des téléphones cellulaires. Plus l’enfant est jeune, plus profonde est la pénétration du rayonnement électromagnétique, car les crânes d’enfants sont plus minces;


• Une utilisation excessive des téléphones portables peut également causer le cancer dans le reste de la population. L’utilisation d’un cellulaire pendant plus de 30 minutes par jour pendant 10 ans augmente le risque de cancer du cerveau et de neurinome acoustique (cancer du nerf acoustique);


• Le rayonnement des téléphones cellulaires provoque des dommages irréversibles affectant la fertilité masculine. Des études ont montré que le nombre de spermatozoïdes est inférieur de 30 % chez les utilisateurs intensifs de téléphones mobiles;
• Les fréquences de la téléphonie cellulaire peuvent causer des dommages à l’ADN des cellules de l’organisme.

Le rayonnement des radiofréquences/micro-ondes provoque la formation de radicaux libres à l’intérieur des cellules de l’organisme; les radicaux libres sont connus pour être cancérogènes;


• Les fréquences de la téléphonie cellulaire interfèrent avec le fonctionnement d’appareils pouvant sauver des vies, y compris les stimulateurs cardiaques, et peuvent, par conséquent, provoquer une mort subite;


• L’exposition au téléphone mobile peut activer la réaction de stress dans les cellules humaines et animales, ce qui provoque la production de protéines de stress. Ceci est une preuve suffisante que le corps reconnaît les radiations émises par les téléphones cellulaires comme potentiellement dangereuses;


• Les champs électromagnétiques émis par le cellulaire et le rayonnement d’une tour de téléphonie cellulaire dégradent le système immunitaire et stimulent des allergies et autres réponses inflammatoires, y compris des éruptions cutanées, des plaies, des sensations de morsure et des lésions;


• Les gens utilisant leur cellulaire plus de 30 minutes par jour pendant plus de quatre ans courent un plus grand risque de perte auditive. Les radiations des téléphones portables peuvent provoquer des acouphènes et endommager les cellules auditives présentes dans l’oreille interne. Une fois endommagées, ces cellules ne peuvent jamais se régénérer;
• L’utilisation fréquente du portable peut aussi endommager le système visuel à bien des égards. Les fréquences de téléphonie cellulaire (900, 1800 et 2 450 MHz ou 2,45 GHz) endommagent les cellules épithéliales et augmentent la température à l’intérieur de l’œil;


• Les émissions de téléphones cellulaires fragilisent les os et peuvent entraîner une réduction des niveaux de production de mélatonine (un type d’antioxydant qui stimule le système immunitaire) par le corps;
• Une augmentation du risque de cancer de la glande salivaire est liée à l’utilisation du téléphone mobile;
• L’exposition aux champs électromagnétiques peut provoquer des troubles du sommeil et des maladies neurodégénératives comme les maladies d’Alzheimer et de Parkinson;


• Le bruit de fond électromagnétique constant désoriente les abeilles et les oiseaux, qui ne peuvent alors pas retourner dans les ruches et les nids. Il a des effets néfastes sur les animaux, les plantes et l’environnement.

Source : Par Priya Adhyaru Majithia, Agence DNA, 2 janvier 2011

Voici des conseils pour réduire votre exposition aux radiofréquences émises par les cellulaires.


http://www.dnaindia.com/india/report_its-official-now-radiation-from-your-cell-phone-may-be-killing-you_1489258

Source :

22:12 Publié dans Attention danger | Lien permanent | |  del.icio.us | |  Imprimer | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |