Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2011

La terre s'ouvre aussi au Pakistan !

GIANT FISSURE / CRACK opens in the ground!
Seagi Gulistan ,PAKISTAN - March 2011


Des millions de poissons morts flottent en Californie

Encore une invention pour nous faire croire que des millions poissons sont morts à cause de vents violents !

Ils ne sont pas protégés par l'eau les poissons ? Et ils sont pas aussi débiles pour ne pas plonger en profondeur en cas de vents violents ?

 

Mystère: des milliers de poissons morts aux USA

 Des centaines de milliers d'anchois morts flottaient hier dans le port de Redondo Beach, dans la banlieue sud de Los Angeles. Les pêcheurs et les autorités de la ville tentent de comprendre les raisons de cette mystérieuse hécatombe.

Des millions de poissons morts sont remontés à la surface de la marina de Redondo Beach, en Californie, «déposant une patine argentée de carcasses» parmi les rangs de bateaux amarrés, rapporte le Los Angeles Times.

Ces poissons, pour la plupart des sardines, sont morts asphyxiés, pour une cause inconnue pour l'instant. Des scientifiques ont mesuré des taux d'oxygène critiquement bas dans le port, mais ne connaissent pas pour l'instant la cause de cette baisse d'oxygène.

Mardi 8 mars, quand ils ont mesuré la présence d'oxygène dans l'eau, leur directeur a expliqué que «les niveaux étaient critiques. En gros, il n'y avait pas d'oxygène dans l'eau».

Les biologistes marins avaient installé des capteurs d'oxygène dans le port après qu'une vague d'algues vertes avait causé la mort massive de poissons en 2005, et cherchent maintenant des indices sur ce qui a causé ce dernier massacre:

«On essaye de démêler si c'est une conséquence d'accumulation d'algues, d'accumulation de poissons, ou si ça vient de quelque chose de toxique dans l'eau.»

Une des responsables du service des plages et des ports de Los Angeles estime que la mort massive a probablement été causée par les vents violents qui ont balayé la région lundi soir: la mer étant très violente, elle pense que les poissons ont cherché refuge dans le pont, et qu'ils étaient tellement nombreux que le taux d'oxygène dans l'eau s'est réduit brutalement, rapporte ABC News. Mais cette mort massive pourrait aussi venir de la large quantité d'algues qui s'est récemment implantée dans le port.

Ce n'est pas la première fois que de telles quantités de poissons morts apparaissent dans le monde: il y a seulement deux mois, 100.000 poissons étaient morts dans la rivière Arkansas de l'Etat américain du même nom, où ils flottaient sur 30 kilomètres.

Le représentant de la Commission de Chasse et Pêche de l'Arkansas, Keith Stephens, avait alors déclaré à CNN que la mort massive de poissons pouvait avoir lieu chaque année mais que les proportions de 2010 étaient inhabituelles, d'autant plus qu'une seule espèce (le poisson-tambour) était à l'époque touchée. Il avait suggéré qu'une maladie pouvait être la cause de la mort subite des poissons.

«Il n'y a qu'une seule espèce de poisson qui est touchée. Si un polluant avait été responsable des décès, toute la faune marine aurait été touchée et pas seulement le poisson-tambour.»

Les algues sont une autre cause de gros massacres de poissons, créant des «zones mortes» un peu partout dans le monde. Dans un rapport au Congrès américain en septembre 2010, un professeur à l'Institut de la science marine de Virginie expliquait ainsi que la moitié des estuaires, baies et autres voies navigables souffraient dee «zones mortes» à basse quantité d'oxygène. Les scientifiques en ont identifié des centaines dans le monde.

Et ces «zones mortes» risquent de proliférer alors que le climat se réchauffe, au point que certains scientifiques suggèrent que les océans sont en train de revenir à leur état d'il y a plusieurs millions d'années, quand leurs maîtres étaient les algues, les bactéries et les méduses.

Photo: Des poissons morts dans le port de Redondo Beach, en Californie, le 8 mars 2011. REUTERS/Lucy Nicholson


http://www.slate.fr/lien/35173/poissons-morts-californie

PLANÈTE X / NIBIRU / NEMESIS – RÉALITÉE OU FICTION?

Nous porterons prochainement des documents officiels à votre connaissance pour prouver l'existence de NEMESIS/Nibiru.

Vous remarquerez qu'en ce moment, on tente de nous perdre en lui donnant plusieurs noms et en nous faisant volontairement confondre une planète avec une comète, de sorte que nous ne pouvons pas l'identifier clairement, qu'ils pensent. Ne vous laissez pas tromper avec Beltegeuse qui doit éclater, la comète Elénin ou Tyché, et Némésis ou Nibiru ou Planète X. A la limite et même s'il s'agissait de plusieurs corps célestes,  ce qui est tout à fait probable,  Nibiru devant approcher avec son cortège d'astéroïdes, une chose est sûre, il y a bien Némésis ou Nibiru qui s'approche dangereusement de la Terre.

Voici un exmple d'article qui démontre la désinformation qui est faite sur le sujet de Nemesis/Nibiru, alors que les découvertes scientifiques qui nous sont cachées existent depuis les années 80.

Un exemple de comment, nous devons nous battre pour faire sortir la vérité dans ce monde de mensonges et de la culture du secret !

 

PLANÈTE X / NIBIRU / NEMESIS – RÉALITÉE OU FICTION? 

Cet article sur le sujet de la « planète X », qui est aussi connue sous le nom de Nibiru, et plus récemment sous le nom « Nemesis » par les scientifiques de la NASA, vous est offert en grande priorité, et ce, étant donné l’importance des informations récentes obtenues le 12 mars 2010 dans le journal « The Sun » et par la revue « Astrobiology Magazine ».

 

L’article présent permettra aussi de mettre en lumière la raison pour laquelle le docteur Pierre J. Gilbert, à la suite de l’annonce en septembre dernier de la date pour la première nord américaine de sa conférence sur le sujet de la « planète X » sur les ondes de Radio X au Saguenay, a été dans les quelques heures qui ont suivies, victime d’une campagne de désinformation ciblée et organisée. À travers les diverses attaques subites visant le docteur Gilbert, nous avons pu déceler plusieurs techniques de désinformations, techniques qui démontraient hors de tout doute qu’il s’agissait bel et bien d’un schéma d’attaque hautement organisé. Des techniques reconnues et portant des noms révélateurs tels que « Play dumb » ou « Hit and Run » pour n’en nommer que quelques unes, furent utilisées pour discréditer le docteur Gilbert.

À titre d’exemple, la technique numéro 6 (sur un total de 25 techniques) nommée « Hit and Run » et expliquée par H. Michael Sweeney dans un ouvrage intitulé « The Twenty-five Ways To Supress The Truth – The Rules of Disinformation » (« Les vingt-cinq façons pour éliminer la vérité – Les règles de la désinformation »), a été utilisée en septembre 2009 contre le docteur Gilbert. Cette technique se dresse de la façon suivante :

« Hit and Run » - mise en situation: (« Frappe et cours »)

Dans un forum public où la personne visée est connue et étant un agent de désinformation, vous faites des attaques vigoureuses mais brèves contre votre adversaire et vous quitter le « blog » ou groupe de discussion rapidement sans même attendre le résultat ou les réponses générées par votre attaque. Cette technique est particulièrement efficace lorsque vous faites vos attaques dans  un environnement de réponse de lettre à lettre sur Internet (ou type « blog »), là ou l’environnement favorise l’ajout de nouveaux intervenants dans le sujet sans pour autant qu’ils possèdent au préalable la connaissance nécessaire pour pouvoir se prononcer sur le sujet. Il faut simplement faire une attaque gratuite et/ou insulte qui discrédite votre adversaire et quitter, sans jamais en discuter les répercussions et fournir des réponses subséquentes.

Exemple : (il s’agit d’une mise en situation et non d’une référence à qui que se soit) :

« Parler de cette conspiration de la planète x n’est que de la folie et il faut être déséquilibré pour oser même en parler. Ce sujet de lunatiques n’est bon que pour les adeptes des théories de conspirations. Même un possédé du démon ou un chasseur de sorcières trouverait un sujet plus sérieux que celui de la planète X! »


But :

Il s’agit de créer une diversion dans le but de mettre l’auteur du sujet qui est visé par cette attaque (votre adversaire) dans un état de déstabilisation et d’émotivité et de créer aussi une « diversion » sur le sujet de départ qui est dans notre exemple de la « planète X ». Au lieu de débattre des données qui amènent l’auteur à parler de l’existence possible de « la planète x », un nouveau sujet de discussion est créé sur « L’INTÉGRITÉ » ou la « PERTINENCE » de l’auteur qui demeure à débattre dans une bataille qui devient habituellement très énergique entre les personnes pour et les personnes contre. Au bout d’un temps, tous les débats cessent et on en oublie le débat le plus important : celui de la « planète x »!

1

« Le but de la désinformation est de « subjuguer » les gens, une nation ou même une espèce entière pour cette matière » – Marshall Masters, YOWUSA.


Planète X / Nibiru, réalité ou fiction?

Revenons maintenant au vif du sujet de cet article. Nous rappelons que le docteur Pierre Gilbert avait mentionné lors de sa conférence sur la planète X qu’à partir des nombreuses recherches faites par plusieurs astronomes depuis des décennies, qu’il y avait de fortes chances que notre système solaire soit en fait un système « binaire » incluant une seconde étoile plus petite que notre soleil et orbitant autour, nommée « naine brune ». Le 12 mars 2010, une surprenante nouvelle dans le journal « The Sun » attirait notre attention. Le nom du journal qui devait nous sembler  presque « fabriqué » à partir d’un scénario tiré directement des grosses têtes hollywoodiennes exhibait le titre d’article suivant: « Earth under attack from Death Star » (« La Terre sous l’attaque d’une étoile de la mort »). Le texte introductif nous révèle rapidement les couleurs et l’envergure de la nouvelle (1) :

«AN invisible star may be circling the Sun and causing deadly comets to bombard the Earth, scientists said yesterday» (« Une étoile “invisible” circulant en orbite autour du soleil provoquerait la projection de comètes mortelles bombardant la terre, ont déclaré les scientifiques mercredi dernier »).

Jetons un coup d’œil sur les faits saillants de cet article avant de les analyser brièvement.

Les faits saillants de l’article sont les suivants :

(1)           Selon leurs calculs, les scientifiques croient que la « NAINE BRUNE » aurait jusqu’à cinq fois la grosseur de Jupiter et pourrait être la raison de l’extinction des dinosaures;

(2)           Selon les scientifiques, « NEMESIS » (le nom donné à cette Naine Brune), devrait orbiter à une distance de 25 000 fois celle comprise entre la terre et le soleil;

(3)           À force de voyager et de tourner sur elle-même, elle provoque des vagues gravitationnelles qui seraient responsables de la projection de « débris » provenant du « nuage de Oort » (« Oort Cloud ») en direction de notre système solaire;

(4)           Ces dangereux « débris » sont projetés notamment vers la Terre et formeraient des comètes mortelles, similaires à celles ayant provoquées l’extinction des dinosaures;

(5)           Maintenant, la NASA croit être en mesure de trouver « NEMESIS » en utilisant un nouveau télescope sensible aux signatures thermiques (qui voit la chaleur) et qui a débuté ses recherches en janvier 2010;

(6)           Le nouveau télescope nommé « WISE » (« The Wide-Field Infrared Survey Explorer ») a déjà retransmis des photos d’une comète fort probablement délogée du nuage de Oort [par Nemisis];

(7)           Le premier signe pour les scientifiques de l’existence de NEMISIS a été les signes de comportement bizarre dans l’orbite de la planète naine « Sedna »;

(8)           Le scientifique nommé « Boffins » croit que son orbite inhabituelle de 12 000 ans ne peut s’expliquer que par la présence d’un astre très massif qui la retient;

(9)           Mike Brown, le scientifique qui a découvert Sedna en 2003 avait dit : « Sedna est un objet céleste très étrange, elle ne devrait même pas être ici ». Il ajoute : « La seule explication possible pour Sedna est qu’un corps céleste massif l’aide à demeurer en orbite, mais alors qu’est-ce qui est présent dans notre espace? »;

(10)        Le professeur John Matese de l’université de « La Louisiane » à « Lafayette » a déclaré : « Il y a des preuves statistiques significatives que cette concentration de comète soit causée par la présence d’un « compagnon » à notre soleil! » [Lire un second soleil comme une NAINE BRUNE par exemple];

Analyse des faits saillants :

(1)  La grande question à se poser ici : comment savent-t-ils qu’il s’agisse d’une Naine Brune puisqu’ils semblent ne l’avoir jamais détectée? Ils donnent même des détails sur sa grosseur possible : 5 fois la grandeur de Jupiter!;

(2)  Ils lui ont donné un nom [Nemesis = L’esprit de la rétribution pour les arrogants,  dans la mythologie grecque] même s’ils ne l’ont jamais observée? Dans l’histoire de l’astronomie moderne, on donne habituellement un nom à un astre seulement après l’avoir découvert. Ils nous donnent encore plus de précision en nous fournissant sa position possible par rapport à notre soleil;

(3)  Ce paragraphe nous donne des détails étonnants concernant un astre qui n’a pas encore été découvert officiellement! (i.e. Sa rotation qui provoque des vagues gravitationnelles et qui projette des débris);

(4)  La NASA, qui possède une chronique intitulée « Ask an Astrobiologist » avait répondu à la question posée à savoir si « Nibiru » existait ou non et si elle n’était qu’un mythe et une invention. Ils ajoutent qu’ils n’ont jamais détecté « Nibiru » (4) [qui est réputée graviter autour d’une « naine brune »]. Il y a un principe de base à l’effet que « ce n’est pas parce que vous n’avez jamais vu d’oiseaux qu’ils n’existent pas! ». La NASA s’est aussi faite bien rassurante sur l’année 2012 et les années subséquentes en déclarant que: « la vie va continuer sans problèmes en 2012 et bien après ». Pourtant, les scientifiques de la NASA arrivent maintenant avec une nouvelle troublante qui annonce que « très certainement, près de nous dans l’espace, il y a un astre de très grande masse qui s’approche et qui est sûrement la cause de l’extinction globale des Dinosaures! ». Je ne sais pas pour vous, mais moi je me sens de moins en moins rassuré…

(5)  Faites des recherches sur l’IRAS (« Infrared Astronomical Satellite ») lancé par la NASA en 1983. Recherchez les nouvelles du New York Times et du Washington Post avant et après le lancement de l’IRAS. Cela va peut-être permettre de vous éclairer à savoir pourquoi les scientifiques semblent connaître tellement cet astre « inconnu ».

2

(6)  Tiens, tiens! « WISE » a déjà en peu de temps transmis les photos d’une « comète » qui aurait été « fort probablement » délogée du « nuage de Oort ». S’agit-il d’une préparation des populations aux évènements à venir? À vous de choisir;

(7)  Cette information sur le fait que « Sedna » [2003] a été le point tournant pour les scientifiques à se questionner sur la présence d’un compagnon pour notre soleil est fausse! Le professeur John J. Matese avec des collègues de l’Université de la Louisiane à Lafayette avait publié un ouvrage sur le sujet des comètes ayant des orbites qui prouvaient statistiquement qu’un objet de grande masse non encore découvert devait exister et faire partie de notre système solaire : (voir extraits, fig. 1, 2 3 et 4).

3

 

(NOTE fig. 1 et 2 : Publié en 1999)

4

 

(NOTE fig. 3 : Le minimum de la masse de la Naine Brune à prendre en considération est 7 fois la masse de Jupiter! [7Mj]. Note de Bodenheiner en 1996. Ce détail important qui est repris dans l’article du journal « The Sun » datait pourtant de 1996 et non de l’année de découverte de la planète « Sedna »)

5

(NOTE fig. 4 : À la fin de cette note on y voit la distance probable mentionnée de 25 000 Unités Astronomiques (ou 25000AU), la même distance que celle mentionnée dans l’article!)

 

À la lumière des études passées et datant de bien avant l’année de la découverte de « Sedna », nous voyons que les scientifiques savaient déjà que cet astre existait. Nous rappelons que Sedna a été découverte le 14 novembre 2003 par Michael Brown (Caltech), Chad Trujillo (Gemini Observatory) and David Rabinowitz (Yale University) bien après les études de J. J. Matese et al. en 1996-1999.

(les commentaires inclus dans ce paragraphe s’appliquent aussi aux faits saillants 8 et 9)

(10) John Matese, qui faisait partie des scientifiques du groupe de recherche de la mission « WISE », confirme que les scientifiques de la NASA soupçonnaient déjà avant la découverte de Sedna qu’un astre inconnu faisait partie de notre système solaire. Maintenant, la vraie question à se poser est la suivante : « Depuis quand savent ils? » Depuis près d’un siècle, les astronomes avaient remarqué des anomalies ou perturbations dans les orbites des planètes géantes telles que Neptune et Uranus qui ne pouvaient pas s’expliquer par la découverte de Pluton par Clyde W. Tombaugh le 18 février 1930 et cela à cause de sa trop faible masse. Ces « anomalies orbitales» ne pouvaient donc s’expliquer que par la présence d’un astre de très grande masse et jamais encore observé à cette date. Depuis 1930, les astronomes n’ont jamais « officiellement » observé l’astre responsable des perturbations orbitales des planètes géantes connues de notre système solaire. Cependant, dans les années ’80, plusieurs astronomes publièrent des articles sur le sujets dont les plus récentes font presque toutes état de la forte probabilité que notre soleil soit accompagné par une étoile dite du type « naine brune » [l’étude de John J. Matese fait partie de ce groupe d’étude plus récente]. La conclusion est qu’il est faux de prétendre que les scientifiques ont été alarmés de cette forte probabilité en 2003. Nous prétendons qu’ils soupçonnaient déjà qu’il y avait quelque chose de suspect depuis la découverte de pluton, soit depuis 1930.

Une recherche substantielle de plus d’une année de l’équipe de Pleins Feux nous démontre un échéancier possible qui concorderait avec celui des scientifiques de la NASA :

Maintenant, à la lumière de la documentation substantielle obtenue lors de nos recherches très minutieuses sur la question de Nibiru ou de la planète X, nous avons été étonnés de découvrir une forte probabilité qu’elle traverse l’écliptique de notre système solaire (ou le plan dans lequel les planètes connues de notre système solaire tournent autour du soleil) aux alentours du 12 décembre à la fin décembre 2012. Aussi, « planète X » atteindrait sa position la plus proche du soleil (Périhélie) au milieu du mois de avril 2013.

Nous n’entrerons pas dans les détails pour expliquer la raison qui nous porte à croire à ces échéanciers, mais l’explication de cette conclusion fera prochainement l’objet  d’une série d’articles. Prenons simplement pour acquis que la période comprise entre le mois de décembre 2012 et le mois d’avril 2013 sera fort probablement une période importante dans l’orbite de la « planète X » et  jetons maintenant un coup d’œil aux commentaires des scientifiques de la NASA responsables de la mission « WISE » :

« Je ne crois pas que nous allons avoir complété la recherche pour les objets visés avant le milieu de 2012. Et après, il est probable que nous aurons besoin d’une année supplémentaire pour faire un suivit de ces objets d’intérêts, a déclaré Kirkpatrick » [menant à juin 2013 pour les résultats finaux!].

« Il est probable que nous n’ayons pas de réponse concernant « Nemesis » avant le milieu de l’année 2013. « WISE » a besoin de sonder le ciel à deux reprises au préalable pour générer des images dans le temps, technique utilisée par les astronomes pour la localisation d’objets célestes dans la partie extérieure de notre système solaire. Le changement de position entre les premiers clichés et les seconds donne aux astronomes la position et l’orbite des objets célestes, mais après vient la longue tâche d’analyse des données ».

Comme nous pouvons le constater, l’échéance de « WISE » est repoussée pour 2012 – 2013! S’il s’avérait vrai que la fin de l’année 2012 soit le temps du retour ou de la venue de cette planète nommée par certains « Nibiru » ou par d’autres « Nemesis » et que le fameux « Hunab Ku » prédit par les Mayas soit une explication de ce phénomène, alors les résultats obtenus par « WISE » nous seront malheureusement parvenus trop tard. Juste un peu trop tard… comme quoi beaucoup risqueront de mourir des fléaux engendrés par la présence d’un « intrus » de cette taille dans notre système solaire. Les survivants n’auront même pas la force et la possibilité de questionner les autorités, ils penseront bien davantage à leur survie et à celle de leurs proches. Accuser les autorités? Autant chercher une aiguille dans une botte de foin… mais les autorités gouvernementales telles que la NASA, qui auront bien entendu tenté de faire l’impossible pour détecter la menace… auront échouées!

Voici une image comparative et extraite de la revue « Astrobiology Magazine » montrant la différence de taille entre la Terre, notre soleil et une « naine brune ». Dans l’article et sous la photo, il y a une note importante au sujet des « naines brunes » qui provient des scientifiques de la NASA mentionnant que les « naines brunes » possèdent habituellement leur propre satellite! Une histoire qui n’est pas sans rappeler les informations disponibles concernant… « Nibiru »!

6

NOTE : Il est important de noter maintenant que l’article du journal le « Sun » prend ses références dans une revue d’astronomie très connue intitulée « Astrobiology Magazine » (3) qui est en relation étroite avec le site de la NASA intitulé « NASA Astrobiology » (4) (www.astrobio.net) qui confirme que la sonde « WISE » a été lancée le 14 décembre 2009 (5).

Références:

(1)  http://www.thesun.co.uk/sol/homepage/news/2889372/Earth-u...

(2)  Cometary evidence of a massive body in the outer Oort cloud, J.J. Matese and all., 1999, University of Louisiana at Lafayette, department of physics

(3)  http://www.astrobio.net/exclusive/3427/getting-wise-about-nemesis#

(4)  http://astrobiology.nasa.gov/ask-an-astrobiologist/questi...

(5)  http://astrobiology.nasa.gov/

(6)  http://www.nasa.gov/mission_pages/WISE/main/index.html

RSTL

© Tous droits réservés, pleins feux sur l’heure juste, mars 2010

http://pleinsfeux.com/planete-nibiru-nemesis-realitee-fic...


28/02/2011

Le réchauffement climatique et la montée des eaux

Et bien, il était temps qu'ils en parlent pour préparer les populations ! Et bien évidemment, toujours à la dernière minute !

Nous avons vu dans l'article précédent que la montée brutale du niveau des mers et des océans était un facteur d'inversion des pôles magnétiques.

Ne vous fiez donc pas à leur date erronnée qui fixe la côte d'alerte à l'année 2100.
Pourquoi ?

Dans les articles que nous mettrons en ligne prochainement sur NEMESIS ou Nibiru, il est clairement indiqué que son approche de notre planète peut non seulement provoquer des cataclysmes, ce que nous subissons déjà depuis quelques années mais provoquer une inversion des pôles magnétiques et des extinctions de masse. Il suffit que les volcans y compris sous-marins, se mettent en éruption pour que des tsunami soient provoqués et que les populations du littoral soient noyées et emportées dans les catastrophes.

Il y a donc deux facteurs importants pour favoriser l'inversion des pôles magnétiques terrestres :

1 - l'approche de Nemesis ou Nibiru de notre planète. Ce qu'elle fait depuis des décennies à notre insu puisque nous n'avons pas été prévenus, et qu'elle provoque toutes sortes de cataclysmes depuis quelques années sur notre planète. Nemesis ou Nibiru, est appelée la planète apocalyptique ou l'étoile de la mort.

2 - la montée brutale des mers et des océans à son approche et par la fonte des banquises.

Nous savons par ailleurs que les pôles magnétiques bougent rapidement en ce moment, ce qui nous a été confirmé par les scientifiques. Donc, venir nous dire que nous aurions jusqu'en 2100 pour nous préparer, relève d'un crime contre l'humanité.

La question que nous devrions poser à nos chères élites, c'est de savoir quelles  sont les dispositions qu'elles vont prendre pour protéger les populations ?

 

Le réchauffement climatique et la montée des eaux

le 27/02/2011 à 00:00

La montée des eaux due au réchauffement climatique menace les côtes françaises. Archives Patrick Fluckiger

La montée des eaux due au réchauffement climatique menace les côtes françaises. Archives Patrick Fluckiger

Le réchauffement de la planète et la fonte des pôles risquent d’avoir de fortes répercussions sur une grande partie du littoral français.

Les experts sont tous d’accord pour annoncer une hausse du niveau des océans. La seule divergence constatée consiste dans la mesure exacte de la montée des eaux.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a estimé cette augmentation du niveau des mers entre 20 et 60 centimètres à l’horizon 2100. D’autres prévisions sont encore plus alarmantes, puisqu’elles parlent d’une hausse d’un mètre.

Cette poussée ne sera pas brutale, mais l’évolution posera des problèmes très vite. « La hausse attendue du niveau de la mer pourrait engendrer une augmentation des risques de submersion temporaire ou permanente dans ces secteurs littoraux », estime le Commissariat général au développement durable.

Soixante mille personnes résident aujourd’hui à moins d’un mètre d’altitude, en bordure côtière, c’est dire leur vulnérabilité.

http://www.lalsace.fr/actualite/2011/02/27/le-rechauffeme...


27/02/2011

La hausse du niveau de la mer Méditerranée est en l'accélération

Nous  vous  demandons d'être attentifs à cette indication, car la montée brusque des mers et des océans  sera l'un des facteurs  avec  l'approche d'un astéroïde pour provoquer l'inversion des pôles magnétiques. Tous ces éléments semblent se réunir actuellement selon les recherches que nous avons faites.

Voir l'article précédent : ICI

« Les changements dans le moment d'inertie de la terre, provoqués par la redistribution de l'eau de mer des tropiques à la glace dans les hautes latitudes, couple l'énergie de la rotation de la Terre en convection dans le liquide du coeur. Ce mécanisme peut contribuer à fournir l'énergie motrice pour la dynamo de la terre. Des changements suffisamment rapides du niveau des océans peuvent perturber la dynamo, résultant (dans la moitié des cas) dans une inversion du champ magnétique terrestre. Le modèle peut rendre compte de la mystérieuse corrélation précédemment signalée entre les inversions géomagnétiques et des extinctions de masse. »

La hausse du niveau de la mer Méditerranée est en l'accélération.
Depuis  le  début  du  21ème siècle le niveau a déjà augmenté de 20 centimètres.

 
Traduction Google de l'article :
 
The rise in sea level of the Mediterranean is accelerating
 

 25   février 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur cette image, les scientifiques prélèvent des échantillons au cours de la campagne RADMED. Crédit: BIE

 

À la fin du 20e siècle, l'élévation du niveau marin de la mer Méditerranée a été plus faible que dans le reste du monde en raison de la pression atmosphérique, mais depuis le début du 21e siècle au niveau de la Méditerranée ont repris le rythme et semblent s'accélérer. Cela a été démontré par les résultats mis à jour de la deuxième édition du livre Cambio Climático en el Mediterráneo Español (changement climatique en Méditerranée espagnole).

  

"Le niveau de la mer en Méditerranée a augmenté entre 1 et 1,5 millimètres chaque année depuis 1943, mais cela ne semble pas se poursuivre, car il semble maintenant que la vitesse à laquelle il se lève s'accélère", Manuel Vargas Yáñez, auteur principal du livre Cambio en el Mediterráneo Climático Español, et chercheur à l'Institut espagnol d'océanographie (IEO), raconte SINC.
 

La publication, qui, dans sa deuxième édition comprend, pour la première fois, les chiffres du climat de 1943 à 2008 en utilisant un système d'observation maritime qui est unique en Espagne et pionnier en Europe, confirme que la Méditerranée est de plus en plus chaude. Sa salinité est également en augmentation, et la montée du niveau des mers s'accélère. Depuis le début du 21ème siècle le niveau a déjà augmenté de 20 centimètres.

Cependant, "au cours des trois dernières années, qui ont été ajoutés à l'étude (2005 à 2008) la hausse des températures a été plus lent qu'à la fin du 20e siècle, lorsque la température de la mer a augmenté de manière significative", souligne Vargas Yáñez, qui insiste sur la nécessité d'étudier de longues séries de chiffres pour montrer l'impact du  en Méditerranée.

Selon le livre, a présenté aujourd'hui à Malaga par la Fondation espagnole pour la Science et de la technologie (FECYT) et le BIE pour marquer le troisième anniversaire de SINC, les changements survenus dans les températures ne sont pas seulement dues aux effets du changement climatique, mais aussi naturel et "normal" des changements atmosphériques. "Ce sont des changements qui sont toujours qui va se passer, l'atmosphère et les océans sont des systèmes chaotiques", explique l'expert.

Quelque chose que les êtres humains ne peuvent plus éviter

Sur la couche de surface de la mer, la température a augmenté tout au long du 20e siècle à un niveau similaire à celui de l'air, en d'autres termes à peu près 0,7 ou 0,8 º C. "Il est à la hausse à une vitesse de près de un degré par siècle, mais il n'est pas possible d'extrapoler pour le 21e siècle, car il dépend de ce que les êtres humains font et ne répond qu'aux lois de la nature", explique-Yáñez Vargas.

Même si les hommes étaient à rejeter moins de CO2 dans l'atmosphère au cours de ce siècle, les pays émergents ont à réduire leurs émissions, et la combustion de combustibles fossiles a diminué et l'économie verte ont été promus, "à court terme, les températures continuent à augmenter", conclut le scientifique.

"Le climat de la Terre connaît l'inertie dans une certaine mesure. Même si nous avons diminué les émissions de gaz à effet de serre aux niveaux des années 1990, au cours des 30 prochaines années, la hausse des températures et  se poursuivra au même niveau que si nous n'avons rien fait ", le physicien fait remarquer, qui ajoute, néanmoins, que« l'avenir n'est pas gravé dans la pierre, et nous pouvons encore prendre des mesures pour y remédier ".

Vargas Yáñez et son équipe de continuer à mettre à jour les chiffres du climat méditerranéen pour l'année après année, consolidant ainsi le système d'observation et de surveillance. La prochaine étape sera de présenter un rapport qui est similaire mais «plus multidisciplinaire", et qui comprend une étude de l'impact du changement climatique sur les écosystèmes de la Méditerranée.

Plus d'informations: Manuel Vargas Yáñez, et al. «Cambio en el Mediterráneo Climático Español" actualizada edición Segunda. Instituto Español de Oceanografia, 2011.

Fourni par FECYT - Fondation espagnole pour la Science et de la technologie

 http://www.physorg.com/news/2011-02-sea-mediterranean.html