Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2011

Japon : La Lune et le Soleil seraient à l'origine du séisme

Si la Lune et le Soleil sont à l'origine du séisme au Japon et à chaque fois qu'il y a séisme ou un cataclysme, il serait temps qu'ils rajoutent à leurs calculs, la présence de Nibiru-Némésis dont ils connaissent tous les conséquences dramatiques sur notre planète et sur toutes les planètes de notre système solaire. Les calculs seraient sans doute plus justes que de nous tromper avec des données erronées et tronquées !

Japon : La Lune et le Soleil seraient à l’origine du séisme

Publié : le 15/03/2011 par voltigeur 
 
Le journal la voix de la Russie, donne son explication sur le désastre qui frappe le Japon, dont je rappelle que la magnitude a été revue à la hausse de 9° sur l'échelle de Richter.
La TV Japonaise ne diffuse plus d'images en direct, la situation semble être incontrôlable. 400 msv de taux de radioactivité relevé à proximité de la centrale. 1msv par an est la dose tolérée. Le risque majeur est d'actualité.
 
 
Le tremblement de terre le plus dévastateur de toute l'histoire du Japon aurait pu être provoqué par la position de la Lune et les processus qui ont lieu sur le Soleil, telle est l'opinion exprimée dans une interview à «la Voix de la Russie» par le directeur adjoint de l'institut russe de géographie Arkadi Tichkov.
 
«Le 11 mars un séisme de magnitude 8,9 a ébranlé une vaste région dans la partie centrale et au nord-est du Japon. Son épicentre se trouvait à environ 10 km de profondeur sous le fond du Pacifique et au large des côtes nord-est de l'île de Honshu.

Un raz de marée haut de 10 mètres suivi d'une réplique s'est abattu sur la côte. Des centaines de gens sont morts et un préjudice énorme a été causé à plusieurs villes en perturbant le fonctionnement des systèmes de transport et de télécommunications. Ce désastre dévastateur aurait pu être provoqué par la Lune et le Soleil», " pense le directeur adjoint de l'Institut russe de géographie Arkadi Tichkov.
 
Selon une théorie, les cycles d'activité sismique de la Terre sont directement liés à l'activité du Soleil. Le Soleil déverse sur la Terre des flux de protons qui influent sur son activité sismique. De surcroît, la Lune se trouve actuellement assez près de la Terre, ce qui se superpose sur l'influence du Soleil et peut exercer un impact sur l'activité des océans et notamment sur l'amplitude du cycle marée haute – marée basse. Le mouvement habituel des eaux du Pacifique s'en trouve perturbé si bien que toute cette masse d'eau dotée d'une prodigieuse inertie peut évidemment exercer son impact sur la chaîne des volcans faisant partie de la soi-disant ceinture de feu du Pacifique.
 
Selon le scientifique, la Lune se trouve actuellement à environ 350 000 km de la Terre et le point le plus proche de son orbite depuis une dizaine d'année. Il va de soi que la masse de notre voisine céleste influe sur la lithosphère de la Terre. A son tour, le Soleil se trouve au pic de son activité depuis quelques années. Récemment encore un nouveau flash a provoqué une puissante tempête magnétique ressentie par tous les habitants de la Terre.
 
Le lien entre ces phénomènes n'est pas toujours très explicite mais il existe et se manifeste presque toujours. Les cycles sismiques et d'activité solaire peuvent se superposer et les années 2011-2015 se distingueront par une activité volcanique et sismique très intense.
 
Les nouvelles secousses ne menacent pas que le Japon. Les territoires russes de Sakhaline, du Kamtchatka et des îles Kouriles sont également très exposés. La première vague du tsunami, fortement atténuée, il est vrai, a atteint les régions russes d'Extrême-Orient. Une vague de 2 mètres a déferlé sur les côtes sans causer aucun dommage. Pourtant, pense Arkadi Tichkov, le niveau élevé du danger sismique s'y maintient toujours. Le ministère russe des situations d'urgence a monté une cellule de crise dans la région qui s'occupe de collecte et du traitement de données.
 
  
Des nouvelles des rayonnements du Soleil
 
Cette image montre la différence entre les conditions actuelles HORAIRE observées et prédites conditions mensuelles pour la ionosphère mondiale. Les couleurs bleu, vert, jaune, rouge, correspondent à « renforcée », « normal », « légèrement déprimée» et « Déprime » conditions respectivement. Les dépressions et les améliorations sont à l'égard de l'IPS prédites en un indice mensuel T pour ce mois.

Source IPS.GOV.AU

http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/03/15/japon-l...

 

En direct au Japon: "Presque tout est hors de contrôle"

C'est LA phrase qui résume tout, ils ne savent plus comment faire, la situation est désespérée et la catastrophe au Japon est totale, même si cela n'est pas terminé.

 
Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 15/03/2011 à 08:00, mis à jour à 20:00
En direct au Japon: "Presque tout est hors de contrôle"

Les habitants proches de la centrale nucléaire de Fukushima ont été évacués dans un gymnase de Kawamata.  

REUTERS/Yuriko Nakao

La crise s'est aggravée mardi au Japon après une nouvelle explosion et un incendie à la centrale de Fukushima 1. Suivez l'actualité en direct toute la journée.

19h53 Le président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, demande que "chaque centrale (française) soit vérifiée", après la catastrophe survenue à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima. S'il faut aller jusqu'à fermer certaines vieilles centrales, il faudra le faire aussi" ajoute-t-il. 

19h40 Le directeur de l'AIEA, Yukiya Amano, déclare lors d'une conférence de presse au siège de l'agence à Vienne qu'il y avait une "possibilité de dégâts au coeur" du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fukushima n°1. Les dégâts toucheraient "selon les estimations moins de 5% du carburant", a-t-il précisé. 

18h18 Le groupe nucléaire français Areva annonce le report d'un convoi maritime de combustible MOX (mélange d'uranium et de plutonium) pour le Japon. Areva a notamment la charge du réacteur n°3 à Fukushima1. Le groupe français invoque la "catastrophe naturelle" qui a ébranlé ses installations, a indiqué mardi un de ses porte-parole à La Hague. 

18h Le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger estime que les autorités locales ont pratiquement perdu le contrôle de la situation dans la centrale de Fukushima. "On parle d'apocalypse et je crois que le mot est particulièrement bien choisi", a-t-il déclaré devant une commission du Parlement européen à Bruxelles. "Pratiquement tout est hors de contrôle", a-t-il ajouté, "je n'exclus pas le pire dans les heures et les jours à venir". 

17h55 Pendant ce temps, le débat se tend en France sur le nucléaire. Les écolos et l'extrême droite sont quasiment les seuls à demander un "débat démocratique" sur le recours à l'énergie atomique. Ce mardi, ils organisaient un flash mob place de la Bastille à Paris pour dénoncer l'usage du nucléaire: 

 

17h40 Comme les ressortissants français du Japon, les rédactions françaises s'interrogent: faut-il rapatrier les envoyés spéciaux et correspondants? Radio France, Europe 1 et i>Télé commencent à rapatrier. Un reporter de BFMTV, Adrien Gindre, témoigne: "On ne sait pas exactement quel risque on prend." Notre envoyé spécial se trouve à Tokyo qu'il doit quitter ce mercredi pour une autre zone du pays: retrouvez son carnet de route ici.  

17h02 L'AIEA estime que l'enceinte de confinement du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fukushima 1 a peut-être été "affectée" par une explosion. "Après les explosions dans les réacteurs 1 et 3, les enceintes principales de confinement sont restées intactes selon les informations (disponibles). Cependant, l'explosion qui s'est produite (...) dans le réacteur 2 de la centrale de Fukushima Daiichi a peut-être affecté l'intégrité de l'enceinte de confinement". 

Les autorités japonaises avaient annoncé qu'une explosion au niveau du réacteur 2, survenue mardi entre 6h et 6h15, avait endommagé l'enceinte de confinement, mais sans la percer. L'Autorité française de sûreté nucléaire (ASN) a pour sa part estimé mardi que cette enceinte n'était "plus étanche"

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/en-direct-au-japon-presque-tout-est-hors-de-controle_972207.html

Fukushima ravive le cauchemar nucléaire

Par LEXPRESS.fr - publié le 14/03/2011 à 09:01, mis à jour le 15/03/2011 à 17:00

 Japon fukushima

Mardi, c'est au niveau du réacteur n°4 qu'une nouvelle explosion a retentie. En cause: des défaillances dans les systèmes de refroidissement.

Crédit photo : REUTERS/Digital Globe

http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/monde/fukushima-ravive-le-cauchemar-nucleaire_971775.html

Trajectoire du nuage radioactif : Les vents poussent le nuage radioactif vers le Pacifique


OSLO - Le nuage radioactif qui s'échappe de la centrale nucléaire de Fukushima, au Japon, devrait se déplacer vers le Pacifique plutôt que vers l'Asie du fait de la direction actuelle des vents, ont déclaré mardi des experts.

Après la catastrophe de Tchernobyl en 1986, le nuage radioactif s'était répandu dans l'hémisphère Nord en trois semaines environ.

Au Japon, les particules radioactives qui se sont échappées de la centrale de Fukushima-Daichi, à 240 km au nord de Tokyo, devraient prendre la direction de la capitale pendant 15 à 20 heures, a déclaré Gerhard Wotawa, du service autrichien de météorologie ZAMG qui conseille l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne.

Ensuite, le nuage devrait se diriger vers le Pacifique, a-t-il dit, ajoutant qu'il devrait également, à un certain stade, se disperser dans le monde entier.

Etant donné les vents dominants, les premiers pays à détecter un nuage plus dilué pourraient être les Etats-Unis et le Canada.

La Russie a signalé mardi une légère hausse de la radioactivité dans ses régions extrême-orientales, mais la Chine n'a pas fait état de niveaux anormaux.

QUEL BILAN POUR TCHERNOBYL ?

A Genève, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) a renforcé ses systèmes de surveillance par satellite.

"A ce stade, toutes les conditions météorologiques sont au large, donc il n'y a pas d'implications pour le Japon ou les autres pays proches du Japon", a déclaré Maryam Golnaraghi, une responsable de l'OMM, lors d'une conférence de presse.

"Les vents dispersent des particules introduites dans l'atmosphère du site de l'accident vers l'océan, c'est-à-dire vers le nord-est et l'est de la centrale de Fukushima", a précisé l'OMM un peu plus tard dans un communiqué.

"Ces conditions varieront en fonction de l'évolution des systèmes climatiques dans la période à venir", a-t-elle dit.

A Tchernobyl, le nuage radioactif avait été propulsé très haut dans l'atmosphère, où les courants de haute altitude avaient accentué sa diffusion, soulignent les experts.

Le bilan définitif de l'accident le plus grave de l'histoire du nucléaire civil fait débat.

D'après une étude de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) publiée en 2006, la catastrophe provoquera au total 9.000 décès par cancer en Ukraine, en Biélorussie et en Russie. Greenpeace conteste ce chiffre, évoquant 93.000 décès possibles.

ZONE D'EXCLUSION

Au Japon, les particules semblent se répandre à une altitude plus faible, ce qui fait dire au professeur Malcolm Sperrin, du Royal Berkshire Hospital à Londres, que "ce n'est absolument pas un événement de type Tchernobyl".

Dans le scénario le plus grave d'une explosion qui endommagerait le caisson contenant le coeur du réacteur, les particules radioactives seraient projetées dans une zone de 20 km, a ajouté Malcolm Sperrin.

L'incendie dans un bassin de rétention de combustible usagé, survenu mardi dans le réacteur n°4, pourrait être selon lui de moindre gravité.

"Cela retombera sur terre à l'intérieur de la zone d'exclusion. Donc quiconque se déplacera et travaillera à l'intérieur de cette zone d'exclusion devra être très minutieusement contrôlé", a-t-il dit.

Avec Stephanie Nebehay à Genève, Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Gilles Trequesser

http://actualite.portail.free.fr/monde/15-03-2011/les-vents-poussent-le-nuage-radioactif-vers-le-pacifique/

 

Nucléaire : l’accident de Fukushima classé niveau 6

Info rédaction, publiée le 15 mars 2011

fukushima-credit-photo-nhk_26121_w250.jpg

Fukushima (Crédit photo : NHK)

Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste, a déclaré ce mardi que l’accident nucléaire en cours à la centrale japonaise de Fukushima avait atteint le niveau 6 de gravité sur l’échelle internationale, qui en compte 7 au total.

"On est dans une catastrophe tout à fait évidente", a déclaré ce mardi André-Claude Lacoste lors d'une conférence de presse à Paris. L’accident nucléaire qui a lieu à la centrale de Fukushima est bien plus grave que prévu initialement. "Il est tout à fait clair que nous sommes à un niveau 6, qui est un niveau intermédiaire entre ce qui s'est passé (à la centrale américaine de) Three Mile Island (en 1979) et à Tchernobyl", a affirmé le président de l'ASN.

Samedi, l’accident de Fukushima avait été classé au niveau 4 par les autorités japonaises, au lendemain du plus violent séisme de l’histoire du pays, et du tsunami qui a frappé la côte nord-est de l’archipel.

Le niveau 7 sur l’échelle internationale n’a été atteint qu’une seule fois dans le monde, en 1986, lors de l’accident nucléaire de la centrale ukrainienne de Tchernobyl.

En vidéo sur Maxisciences, l’explosion du réacteur n°3 de Fukushima survenue hier

http://www.maxisciences.com/seisme-au-japon/nucleaire-l-a...


Comment le séisme japonais a transformé la Terre ?

  



Comment le séisme japonais a transformé la Terre

http://www.lepouvoirmondial.com/media/00/01/3207483458.JPG

Le Point.fr - Publié le 14/03/2011 à 16:41 - Modifié le 14/03/2011 à 16:42

Le très puissant tremblement de terre a eu des conséquences sur la position de l'archipel et sur l'axe de rotation de la planète.

 
 La Terre a été très légèrement transformée par le séisme au Japon. © Osiris / European Space Agency

Le très puissant tremblement de terre a eu des conséquences sur la position de l'archipel et sur l'axe de rotation de la planète.

 
Par Guerric Poncet 

Le tremblement de terre qui a frappé vendredi le Japon a été si puissant qu'il a modifié la planète. Résultat d'un mouvement de cisaille entre deux plaques tectoniques (Pacifique et Amérique du Nord), le séisme était de magnitude 8,9 ou 9 selon les mesures, un record pour le pays. La catastrophe aurait déplacé l'île principale japonaise (Honshū) de 2,4 m, et aurait modifié l'axe de rotation de la Terre de dix centimètres.

Pour mesurer le déplacement des terres nippones, les experts de l'institut de géophysique américain (USGS) ont utilisé des données satellites. "Nous savons qu'une station GPS a bougé de 2,4 m et nous avons vu sur la carte de l'Autorité japonaise d'information géospatiale (GSI) que ce déplacement correspondait à un glissement de la masse terrestre de la même ampleur", a expliqué un porte-parole, interrogé par CNN. Habituellement, la plaque Pacifique grignote 83 millimètres par an sur la plaque nord-américaine.

Autre conséquence du séisme, l'axe de rotation de la Terre aurait été déplacé de dix centimètres, selon des résultats préliminaires de l'Institut national italien de géophysique et de vulcanologie (INGV). Si c'était confirmé, cela n'impacterait pas fondamentalement le rythme de vie de la planète, puisque les journées ne seraient allongées ou réduites que de quelques millionièmes de seconde. Les séismes importants ont souvent des répercussions sur la planète, comme celui de 2010 au Chili ou de 2004 à Sumatra. Le tremblement de terre d'Haïti, en 2010, était, quant à lui, plus faible que certaines répliques du récent séisme au Japon, selon l'USGS.

http://www.lepoint.fr/science/comment-le-seisme-japonais-a-transforme-la-terre-14-03-2011-1306242_25.php