Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2008

OGM : Rapport de Greenpace : La BOMBE !

La dangerosité des OGM : Rapport de Grennpeace au fichier Pdf à télécharger ici :

http://blog.greenpeace.fr/wp-content/greenpeace-rapport-l...

09/12/2008

OGM et Santé : Invit. Conférence./Débat "Les OGM sous toutes leurs facettes" par C. Vélot - Samedi 13 Déc 14H30 Sophia Antipolis - Greenpeace

C'est avec plaisir que le groupe Local Greenpeace Nice vous invite le samedi 13 Décembre à 14H30 à une conférence débat sur la question des OGM au Centre International de Valbonne CIV de Sophia Antipolis (à côté de la Place Bermond).

Cette conférence sera animée par Chrisitian Vélot, Docteur en Biologie, Maître de Conférences en Génétique Moléculaire à l'Université Paris-Sud. Elle se tiendra en présence des médias, des élus, des professionnels de la santé, de la restauration et des citoyens...

Suite à la conférence/débat une projection du film "Le monde selon Monsanto" (1H30) de M. Robin sera organisée par le CIV et l'association "Clin d'Oeil".

Nous espérons vivement votre venue. Pour toute information supplémentaire consultez le site http://www.gpnice.org

Nous comptons sur votre aide pour diffuser cette invitation autour de vous et nous aider à faire de cette journée une grande réussite dans la lutte contre les OGM.

PS : en pièce jointe ci-dessous voici les courriers que le groupe local Greenpeace Nice a envoyés aux médias, aux professionnels, aux associations. Si dans vos connaissances il y a une personne qui correspondent à l'une de ces catégories, pourriez-vous lui faire suivre le courrier approprié ? Merci de votre soutien.

http://www.gpnice.org/



affiche-conference-debat-OGM-13-dec-2008.pdf

Lettre-aux-associations.pdf

Lettre-aux-m

Petite banniere 400x50

 

21:33 Publié dans Alimentation, Monsanto; OGM, OGM et MONSANTO, Santé, Médecine, Science | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

OGM : Le nouveau Guide des produits avec ou sans OGM pour les fêtes

A diffuser largement.


Le guide de Noël des produits sans OGM pour les fêtes.
Vous pouvez aussi le télécharger à cette adresse :
http://blog.greenpeace.fr/campagne/ogm

Bon cadeau GP.pdf

guide-de-noel-des-produits-avec-ou-sans-ogm.pdf

02/12/2008

Alimentation : Du soja bio à la mélamine importé de Chine en France

 
LEMONDE.FR | 28.11.08 | 11h22  •  Mis à jour le 28.11.08 | 11h33
 
Près de 300 tonnes de soja contaminé à la mélamine ont été importées de Chine en France au mois d'octobre, a-t-on appris, vendredi 28 novembre, auprès de la coopérative agricole Terrena, qui a découvert la contamination.
 
Selon Christophe Couroussé, directeur de la communication de Terrena, ces "293 tonnes de tourteaux de soja" ont été importées de Chine "fin octobre" par BNA, une filiale du groupe située en Vendée.
 
Le taux de contamination peut atteindre 75 mg/kg selon les lots, trente fois supérieur au seuil maximal acceptable, fixé à 2,5 mg/kg par les autorités sanitaires.
 
La mélamine est une substance très toxique destinée en principe à la fabrication de plastiques. Sa présence dans des produits laitiers a entraîné la mort de plusieurs bébés en Chine et l'hospitalisation de milliers d'autres.
 
Selon France Bleu Loire-Océan, cette farine de soja contaminée a été incorporée dans de la nourriture destinée à des volailles commercialisées sous le label "bio". Une partie de cette préparation a pu être récupérée à temps chez les 127 volaillers qui avaient été livrés. Mais les animaux en ont tout de même consommé une quantité importante, environ un millier de tonnes.
 
"PAS DE TRACE DE MÉLAMINE DANS LES VOLAILLES"
 
Les consommateurs n'auraient toutefois pas d'inquiétude à se faire. Selon Ouest France, la viande des volailles qui ont picoré l'aliment contaminé a été analysée. Le quotidien cite les conclusions de Christophe Couroussé : "Pas de trace dans les volailles bio. La mélamine ne passe pas dans la viande, nous a expliqué un expert toxicologue. Elle est excrétée dans les urines dans lesvingt-quatre heures qui suivent l'ingestion", précise M. Couroussé. "Aucune procédure de retrait n'a été ordonnée dans les grandes surfaces, le risque pour la santé humaine étant considéré comme nul par l'Agence de sécurité sanitaire des aliments", assure encore Ouest France.
 
La coopération d'Ancenis, où était stocké le soja, envisage toutefois de porter plainte contre son fournisseur chinois. "Il s'agit d'une fraude caractérisée, visant à enrichir artificiellement le taux de protéine du tourteau pour en tirer un prix plus élevé", indique Christophe Couroussé.
 
Le soja utilisé pour nourrir les volailles est habituellement importé d'Amérique du Sud, explique France-Info, qui rappelle que "la France ne produit qu'un petit quart des 18 000 tonnes de soja qu'elle consomme chaque année". Mais les récoltes de cette année ont été mauvaises, notamment au Brésil, et les éleveurs français ont dû se tourner vers un nouveau partenaire : la Chine.
 
Le Monde.fr, avec AP
 
Que choisir ?
 
Bien au-delà des 2,5 mg/kg autorisés par la norme ! Destiné à l'alimentation des poulets biologiques, ce soja était pourtant certifié par EcoCert, un des organismes qui garantit la qualité du bio.
 
 
 

Petite banniere 400x50

 

21:54 Publié dans Alertes, Disparitions, Alimentation, Pollution chimique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Vers un crash alimentaire ?

Emission sur ARTE le mardi 2 décembre 2008 à 21 h

La tourmente financière, qui vient démentir toutes les promesses de la mondialisation, a éclipsé les signes avant-coureurs d'une autre crise, infiniment plus grave : une pénurie alimentaire générale. Pour comprendre comment tous les voyants sont passés au rouge, ARTE ausculte un système devenu fou.

Conjuguées au dérèglement climatique, les logiques économiques actuelles conduisent à brève échéance à une catastrophe alimentaire planétaire. est-il trop tard pour inverser la tendance ?

La récente flambée des prix agricoles a été un coup de semonce : jamais le monde n'avait affronté une crise alimentaire d'une telle ampleur. Mais comme le montre l'enquête d'Yves Billy et Richard Prost, les difficultés ne font que commencer. Les stocks mondiaux de céréales baissent depuis huit années consécutives et n'assurent plus à la population mondiale qu'une avance de vingt jours d'alimentation, bien en deçà du niveau officiel de sécurité fixé à soixante-dix jours. Aujourd'hui, rappellent-ils, 925 millions de personnes souffrent de la faim sur la planète et leur nombre croît de plus en plus vite. À la hausse du prix des matières premières, à la raréfaction de l'eau et des surfaces arables et aux ravages causés par les dérèglements climatiques, se sont ajoutés deux phénomènes récents : au moment même où la demande chinoise en céréales s'accélérait brutalement, les biocarburants ont commencé à redessiner la carte de l'agriculture mondiale. Par exemple, la production américaine d'éthanol à base de maïs, qui engloutit le tiers des récoltes du pays, devrait passer de 80 millions de tonnes en 2007 à 120 millions cette année. Quant au productivisme agricole, qui en un demi-siècle a épuisé les sols et pollué l'environnement, il a atteint ses limites. Tout comme le dogme néolibéral, qui a poussé les pays du Sud à tout miser sur des cultures d'exportation, mettant la survie des populations locales à la merci des cours mondiaux. De plus en plus nombreuses, des voix s'élèvent pour que ces logiques économiques soient remises à plat, même au sein du FMI et de la Banque mondiale, afin de prendre en compte les besoins des différents pays, y compris des plus pauvres.

Sommes-nous capables de modifier le cours de cette catastrophe annoncée ?
Nourrir les hommes ou l'économie ?

Les réalisateurs ont enquêté en Europe, interrogé de nombreux spécialistes de l'agriculture et de l'alimentation, parcouru les exploitations céréalières de l'Argentine et des États-Unis, puis traversé une Chine en voie d'urbanisation accélérée. Pour parvenir à nourrir sa population, celle-ci investit désormais à l'extérieur de ses frontières, en Afrique, en Corée du Sud et, justement, en Argentine. Avec l'exemple du maïs et du soja, deux cultures majoritairement livrées aux OGM, que l'industrie, mais aussi l'élevage intensif, disputent à l'alimentation humaine, ils nous permettent de comprendre très concrètement pourquoi la demande agricole grimpe alors que l'offre baisse. Une démonstration accablante, qui nous interroge : sommes-nous capables de modifier le cours de cette catastrophe annoncée ?

Interview du coréalisateur Yves Billy
http://www.arte.tv/fr/accueil/Comprendre-le-monde/Crash-alimentaire/2316354.html

Les intervenants du film
http://www.arte.tv/fr/accueil/Comprendre-le-monde/Crash-alimentaire/2316394.html

Extraits vidéos : Comprendre le monde !
http://www.arte.tv/fr/accueil/Comprendre-le-monde/Crash-alimentaire/2322244.html

L'augmentation de la demande mondiale : l'effet poulet

Extrait vidéo n° 1 - Lorsque l'ouvrier chinois a les moyens d'ajouter une aile de poulet à son assiette de riz, c'est un événement planétaire. L'augmentation et la modification de la demande alimentaire dans les pays émergents a des effets considérables sur la planète.

Voilà comment le Nouvel Ordre Mondial tente de nous persuader que nous sommes trop nombreux sur cette planète et de nous convaincre de la nécessité de déclencher des guerres.

http://www.arte.tv/fr/accueil/Videos-sur-ARTE-TV/2151166,CmC=2326060.html

Produire plus, produire ailleurs

Extrait vidéo n° 2 - Pour répondre à une demande en constante augmentation et assurer son approvisionnement en céréales, la Chine va jusqu'à louer des terres cultivables dans d'autres pays.

Les agrocarburants au banc des accusés

Extrait vidéo n° 3 - La création récente de filières de production de carburants à partir de produits autrefois destinés à la seule alimentation humaine ou animale est en train de modifier profondément la géopolitique de l'agriculture mondiale.
http://www.arte.tv/fr/accueil/Videos-sur-ARTE-TV/2151166,CmC=2326564.html

L'alimentation sauvée par la recherche scientifique ?

Extrait vidéo n° 4 - Dans les pays émergents, les controverses sur les OGM passent derrière l'urgence d'accroître la production de céréales. L'accent est mis sur les biotechnologies dans l'espoir de développer des plantes capables de résister à la sécheresse ou aux intempéries.