Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2009

Les vaccins tuent ! Réveillez-vous !

Source: Conscience du Peuple

La vidéo en Francais est située tout en bas de l’article ! Regardez-la en entier !!!!

Au Québec, la majorité de la population âgée de 2 à 20 ans - l,7 millions d’individus - fut récemment vaccinée contre la méningite de type C avec le Menjugate (MC). Ce nouveau vaccin contient, entre autres , de l’aluminium. Depuis l936 , on dénombre plus d’un million de références scientifiques reconnaissant la toxicité de l’aluminium . Pourtant on continue tout de même de l’incorporer dans les vaccins.

Jack Doubleday, président de “Natural Woman/Natural Man Inc ” a offert il y a quelques mois, 20,000$US à quiconque, médecin ou représentant de compagnie pharmaceutique , osera boire publiquement une mixture des ingrédients que l’on retrouve dans les vaccins. Afin d’en prouver l’innocuité, le drink se composera de thimerosol (dérivé mercuriel) de formaldehyde , de benzethonium chloride, de phenol , d’ ethynol et d’aluminium.

Le tout devra être préparé par trois médecins choisis par Doubleday et par trois autres désignés par le participant. Jusqu’à présent , personne n’a répondu à l’appel pour déguster ce pétillant cocktail de produits chimiques et de métaux lourds.

L’ hydroxyde d’aluminium , le sulfate d’aluminium ainsi que le phosphate d’aluminium servent dans les vaccins en tant qu’adjuvants à l’immunité, c’est -à-dire qu’ils créent une réaction inflammatoire augmentant ainsi la réaction des anticorps.

Nombre de vaccins administrés au Canada renferment de l’aluminium dont: anticoquelucheux acellulaire adsorbé , anatoxines tétanique et diphtérique adsorbées , Hépatite B, Hépatite A, BCG (tuberculose), Haemophilus influenzae /type B/Hib et celui contre la méningite de type C. Se faire vacciner , par exemple, contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et l’Hépatite B représente une accumulation de 8 mg d’hydroxyde d’aluminium .

Dans les vaccins, l’aluminium est utilisé depuis l926 et les scientifiques eux-mêmes avouent qu’il n’a pas fait l’objet d’une étude scientifique sérieuse au début du siècle. Il a été démontré, depuis, que l’aluminium reste dans les cellules et continue de stimuler artificiellement le système immunitaire entraînant ainsi l’épuisement de l’organisme.

Il a un effet nocif sur le système nerveux et pénètre dans les tissus en se combinant à la ferritine du sang, au lieu et à la place du fer. L’aluminium absorbé est en général rapidement excrété par les reins mais lorsque son taux dans le sang est élevé, les os semblent agir comme un réservoir , le fixant et le libérant lentement. Le cerveau est sensible à l’aluminium.

On le relie aussi aux troubles nerveux, à des désordres aux parathyroïdes, au psoriasis, aux allergies, aux insuffisances hepato-rénales chroniques, à l’anémie, à l’ osteomalacie (os cassants ou mous) , aux arrêts cardiaques et à certaines maladies graves du système nerveux comme la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique (maladie de Lou Gehrig) et l’Alzeihmer.

Le rôle possible de l’aluminium dans le développement de la maladie d’Alzeihmer a commencé à être suspecté lorsqu’on a observé des troubles neurologiques chez les dialysés exposés aux fortes teneurs en aluminium des médicaments et des solutions de dialyse. Ces personnes souffrant de maladies de reins développaient une encéphalopathie des dialysés, forme progressive de démence caractérisée par des troubles de la parole et du comportement, des tremblements, des convulsions et une forme de psychose.

La plupart des experts s’entendent pour attribuer au taux élevé d’aluminium la responsabilité de cette forme de démence et pour affirmer que sa réduction abaisse considérablement l’incidence de la maladie.

Dans la maladie d’Alzeihmer, il a pu être démontré que les personnes atteintes ont tendance a présenter des concentrations élevées d’aluminium dans certaines parties du cerveau , 10 à 30 fois plus que la normale. Par ailleurs, une récente étude comparative portant sur l’alimentation par perfusion de prématurés a révélé des altérations du développement mental chez les nourrissons âgés de l8 mois dont les perfusions contenaient de l’aluminium.

Pour l’immunogénéticien de renommée mondiale, Hugh Fudenberg m.d. , dont les articles ont été publiés dans nombre de publications scientifiques, un individu ayant reçu 5 vaccins consécutifs contre la grippe a dix fois plus de chance d’avoir la maladie d’Alzheimer, a cause , entre autres, de l’aluminium mais aussi du mercure contenue dans les vaccins. “L’accumulation graduelle de l’aluminium et du mercure dans le cerveau entrainent l’altération des fonctions cognitives” ” affirme-t-il.

Malgré des années de recherches dénonçant la toxicité de l’aluminium, on trouve encore cet adjuvant vaccinal dans des vaccins administrés presque dès la naissance . L’aluminium est éliminé par les reins, mais les nourrissons par exemple, ont une fonction rénale réduite et ne peuvent excréter l’aluminium en surplus . Leurs fonctions rénales n’atteignent un niveau optimale que vers l’âge de 2 ans. L’aluminium se concentre donc dans le cerveau et le squelette du bébé .

NOUVELLE MALADIE RELIÉE À L’ALUMINIUM

L’apparition d’une nouvelle maladie musculaire , la myofasciite à macrophages (MFM) a conduit progressivement les chercheurs sur la piste des vaccins. Cette maladie se caractérise par des douleurs musculaires et articulaires intenses, touchant particulièrement les membres inférieurs , accompagnées dans de nombreux cas d’une fatigue persistante et éventuellement de fièvre ou d’autres symptômes. Sur le plan biologique , les analyses ont démontré une stimulation chronique du système immunitaire et la présence de divers anticorps circulants. Lors d’une biopsie des cellules musculaires, on a découvert la présence d’une concentration anormale de macrophages dans l’enveloppe musculaire A la suite d’analyses plus poussées la présence d’inclusions cristallines se révélèrent être des cristaux d’hydroxyde d’aluminium .

Plus de l50 cas ont été identifiés officiellement en France seulement - dont 30% chez du personnel paramédical - chez des adultes d’âge moyen. Cette découverte d’aluminium au point d’injection parfois jusqu’à huit ans après l’administration d’un vaccin, s’accompagne très souvent d’une maladie auto-immune, le plus souvent une sclérose en plaques ( l/3 des patients).

Une équipe scientifique composée de spécialistes français des myopathies a confirmé le lien entre cette maladie et l’hydroxyde d’aluminium des vaccins. Dans la revue Brain de septembre 2001, elle a publié un article mettant en accusation l’adjuvant vaccinal: “Les lésions de myofasciite à macrophages (MMF) témoignent de la persistance dans le muscle d’hydroxyde d’aluminium provenant des vaccins”. Dans cette étude , les chercheurs affirment que dans tous les cas, des inclusions ont été détectées et “correspondaient à de l’hydroxyde d’aluminium, un immunostimulant fréquemment utilisé comme adjuvant vaccinal. 50 patients sur 50 avaient reçu des vaccins contre : l’hépatite B (86%) l’hépatite A (l9%) ou le tétanos (58%) de 3 à 96 mois - avec une moyenne de 36 mois - avant la biopsie. Nous concluons que la lésion de MMF est un effet secondaire de l’injection intramusculaire de vaccins contenant de l’hydroxyde d’aluminium contenu dans les vaccins, qu’elle démontre à la fois la persistance à long terme de l’hydroxyde d’aluminium et une réaction immunitaire locale évolutive et qu’elle est détectée chez des patients ayant des signes généraux apparaissant à la suite de la vaccination”. (Gherardi et all.)

Les agences de sécurité sanitaire française et américaine ainsi que le Comité Consultatif sur la sécurité des vaccins de l ’Organisation Mondiale de la Santé ont conclu elles aussi “à un lien de causalité très probable entre l’administration d’un vaccin contenant de l’hydroxyde d’aluminium et la présence de la lésion histologique caractérisant la myofasciite à macrophage” et conseillaient d’entreprendre des recherches afin d’évaluer tous les aspects de cette pathologie. Ces recherches ne semblent pas vraiment démarrer en partie à cause du lobbying des laboratoires pharmaceutiques qui n’ont pas intérêt à ce que la toxicité de l’hydroxyde d’aluminium soit officiellement reconnue. Une interdiction signifierait des milliards en pertes pour les grandes firmes pharmaceutiques obligées de trouver un nouvel adjuvant vaccinal et de faire face à des poursuites judiciaires de la part des vacciné/es.

Chez les animaux domestiques, on a aussi observé une fréquence croissante des cancers, en général au point d’injection des vaccins faisant appel à l’hydroxyde d’aluminium. Les tumeurs décrites dans plus de quarante publications scientifiques sont des sarcomes félins , sarcomes dus aux vaccins, ou sarcomes à l’emplacement de la vaccination. Par la suite , l’augmentation de la fréquence des néoplasies a été démontrée aux points d’injection vaccinale ainsi qu’une relation épidémiologique entre les dates de vaccination, les points d’injection , l’occurrence des tumeurs et la présence de granulations comportant de l’aluminium.

PSYCHOSE DE LA MÉNINGITE

Au Québec, dans la récente psychose de la méningite où des parents apeurés et mal informés réclamaient au gouvernement des doses de poisons pour inoculer leurs enfants contre la maladie, une vaste campagne de vaccination s’est mise en branle pour l,7 millions de personnes âgées entre 2 et 20 ans . Pourtant , ce vaccin ( le Menjugate contre les méningocoques du groupe C, incluant la méningite) causa en Angleterre des milliers de réactions négatives dûment rapportées par le fabriquant Chiron: rougeur au point d’injection, fièvre, irritabilité, maux de tête, pleurs, anorexie, diarrhée, vomissements, myalgie . On le relia même à quelques morts. De plus, il contient de l’hydroxyde d’aluminium.

Notons qu’au Québec, entre l940 et l990, il n’y eut pratiquement aucun cas de méningite et ce même sans vaccination.

La fabrication des premiers vaccins date de presqu’un siècle, une époque où la complexité du système immunitaire était inconnu. Toute la théorie vaccinale est basée sur la production d’anticorps. Mais le fait qu’un vaccin produise des anticorps ne prouve nullement son efficacité. Dans de nombreux cas , des vaccins ont produit des anticorps mais les vaccinés ont tout de même contracté la maladie. Par exemple, un important groupe de soldats en Australie fut vaccinés dans les années 70 contre la rubéole . Tous produisirent des anticorps, pourtant plus de 80% des vaccinés eurent la maladie (cité dans Australian Journal of Medical Technology par le virologiste B. Allan ) . L’immunité ne se résume donc pas à une production forcée d’anticorps.

Ces cocktails de virus, de produits chimiques et de métaux lourds injectées pour stimuler artificiellement l’immunité font partie d’une vision de la santé et des maladies devenue obsolète. D’innombrables études scientifiques de spécialistes en allergie, en immunologie, en neurologie démontrent sans équivoque que les substances des vaccins affaiblissent le système immunitaire et provoquent des effets secondaires imprévisibles . Il n’est peut-être pas étonnant de constater que les enfants ayant le système immunitaire bombardé dès la naissance par des dizaines de vaccins fabriqués avec des substances toxiques contractent à l’adolescence des maladies virulentes comme la méningite . Et que les allergies, l’asthme, le diabète, l’autisme et les troubles de comportement les assaillent de plus en plus.

En 1950, avant les vaccinations massives, les États-Unis étaient en troisième position mondiale concernant la mortalité infantile. En 2001, le pays a reculé jusqu’en 24e position. Et ce, même si les enfants américains sont les plus vaccinés du monde et que les États-Unis est un des plus grand utilisateur d’animaux de laboratoire. En effet, pour nous assurer l’efficacité des vaccins les fabricants les testent sur des singes, des rats , des lapins et toute une panoplie d’animaux . Cette pratique jugée indispensable pour garantir l’innocuité des vaccins n’empêchent pas ces derniers d’être dangereux. Là encore, tout comme dans d’autres domaines de la recherche utilisant des animaux, il apparaît évident que l’organisme d’un rat diffère grandement de celui d’un humain . Ces expériences barbares et archaïques sur les animaux ne peuvent garantir en aucun cas la sécurité d’un vaccin destiné aux humains.

________________

Pour renforcer nos défenses immunitaires ou pour drainer les toxines et métaux lourds de notre organisme, quelques pistes à expérimenter.

L’homéopathie peut être d’un grand secours , tout comme l’acupuncture.

Pour stimuler les défenses immunitaires, apports de vitamine A et E. Prendre de la vitamine C , 2 à 3 grammes par jour, pendant quelques jours. ( On peut aussi donner aux chiens ces doses de vitamine C.) Des médecins tels que Claus Junbeblut, Boissevain, Spilane, Archie Kalokerinos et Frederic Klenner ont traité des cas de polyomyélite, de tétanos, de diphtérie, d’hépatite, de méningite , de grippe ou d’asthme par des doses massives de vitamine C. L’extrait de pépin de pamplemousse, 30 gouttes dans de l’eau , 3 fois par jour pendant 2 à 3 jours stimule les défenses immunitaires.

Drainer les organes où s’accumulent les poisons par des plantes comme le pissenlit, l’artichaut ou la bardane. Se nettoyer aussi par des jeûnes de quelques jours au jus de fruits, de légumes ou à l’eau; par une alimentation végétalienne crue.

Le chardon-marie régénère les cellules du foie et prévient les réactions inflammatoires.

Encourager l’allaitement maternel qui protège et construit un bon système immunitaire aux bébés.

L’efficacité du chlorure de magnésium a été prouvé dans le traitement de la diphtérie, de la poliomyélite, du tétanos et de la méningite. Il possède des vertus curatives et préventives. Mettre 20 g de chlorure de magnésium dans un litre d’eau et en boire un verre à l’heure pour les adultes , pour les enfants demi-dose, pour les bébés l/4 de la dose. Diminuer progressivement. Peut aussi être utilisé avec succès lors de grippes et affections respiratoires, pleurésies, bronchites, coqueluche, asthme, bronchite chronique, emphysème et rhume des foins.

_________________________________________

DE L’ALUMINIUM PARTOUT….

En plus des vaccins, on retrouve du phosphate et silicate l’aluminium en tant que colorant, anticoagulant, émulsifiant dans une foule de produits tels les produits laitiers, le fromage fondu, le lait en poudre, le lait maternisé industriel, le lait de soya et la poudre à pâte.

Le sel blanc de table est traité au silicate d’aluminium et cet ingrédient sert d’agent de blanchiment pour la farine.

Le thé accumule de grandes quantités d’aluminium.

L’aspirine enrobée contient 44mg d’aluminium. Pour soulager des maux dus à l’acidité gastrique , une foule de médicaments en contient dont les antiacides ou Maalox (200 mg d’aluminium) . On peut en retrouver dans les dentifrices, les déodorants anti- transpirants, cosmétiques , crèmes pour la peau, fond de teint, etc.

Ainsi que dans des ustensiles de cuisine, des assiettes, du papier d’emballage, des casseroles.

On traite l’eau potable avec du sulfate d’aluminium afin d’éliminer les microorganismes.

L’aluminium qui tapisse les canettes de boissons gazeuses et de bière peut provoquer à la fois des intoxications et des carences; l’aluminium est en effet un chelateur, il a la capacité de capturer et d’empêcher l’assimilation d’éléments essentiels et de perturber la bonne utilisation de plusieurs minéraux essentiels comme le calcium, le zinc ou le cuivre.

CHERS AMIS, REVEILLONS-NOUS !!!!!!!!!!!


Source : http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=1883#comment-...

14/07/2009

De l'efficacité des vaccins

Le vaccin polio inefficace en Inde ?

par Guennebaud (son site) mardi 14 juillet 2009

L’OMS reconnaît que dans certaines régions de l’Inde plus de 95% des cas de polio avaient reçu de 4 à 7 doses de vaccin ou davantage et s’interroge sur les raisons de cette échec de la vaccination : malnutrition, transmission élevée, maladies diarrhéiques nombreuses et fréquentes. Aussi elle envisage de nouvelle stratégies vaccinales et espère que la réduction importante des cas au cours de la première moitié de 2009 va se maintenir.

 

Le REH (relevé épidémiologique hebdomadaire de l’OMS) du 10 juillet 2009 est consacré à la polio en Inde. Il dresse un bilan pour le moins inquiétant pour l’efficacité des vaccins oraux en Inde :

« L’Inde a signalé un total de 874 cas dus au PVS* dans 13 États en 2007 et 559 cas dans 13 États en 2008. Du 1er janvier 2009 au 29 mai 2009, 59 cas dus au PVS ont été signalés par 4 États ; 279 cas avaient été signalés pendant la même période en 2008. Parmi les cas notifiés en 2007-2008, 867 (61%) concernaient des enfants âgés de <24 mois et 44 cas (3%) des enfants de >5 ans. Un total de 1108 cas (77%) notifiés en 2007-2008 avaient reçu plus de 7 doses de VPO* ; 265 (18%)ont signalé avoir reçu 4 à 7 doses ; 40 (3%), 1 à 3 doses, et 20 (1%) soit n’avaient reçu aucune dose soit ignoraient le nombre de doses reçues. »

*PVS : polio virus sauvage ; VPO : vaccin polio oral.

C’est donc un total de 1492 cas de 2007 au 29 mai 2009 dont au plus 79 étaient non vaccinés et les ¾ avec plus de 7 doses ! Il y a de quoi, en effet, pour s’interroger sur l’efficacité des vaccins utilisés et des stratégies vaccinales !

De façon plus précise, 176 cas ont été provoqués par le poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) et 1319 par celui de type 3 (PVS3). Les États principalement concernés sont le Bihar et l’Uttar Pradesh, le reste de l’Inde ayant seulement observé 39 cas par le PVS1 et 55 par le PVS3 pendant la même période. L’OMS voit cependant des indices d’espoir en raison de :

1 - « l’interruption de la transmission du PVS1 dans les districts à haut risque de l’ouest de l’Uttar Pradesh pendant plus de 12 mois en 2007-2008 ». Interruption qu’elle attribue à « l’organisation de tournées fréquentes de vaccination par le VPOm1 avec l’appui de personnel technique de terrain supplémentaire » qui se sont montrées efficace « même dans les zones où la transmission est la plus persistante » en raison du fait que « l’ouest de l’Uttar Pradesh a une forte densité de population, l’assainissement y est médiocre et la majorité de la population est socio-économiquement défavorisée ».

2- « La flambée de 2008-2009 survenue dans l’Uttar Pradesh semble être en régression, même s’il existe un risque de poursuite de la transmission ou de flambée suite à une nouvelle réintroduction depuis le Bihar. »

Malgré ces améliorations, il est évidemment essentiel de comprendre les raisons de ces échecs si l’OMS veut avoir une chance d’éliminer la polio en Inde. Elle ne peut oublier qu’en 2005 il n’y avait eu que 67 cas de polio en Inde et qu’elle pensait qu’elle serait éliminée en 2006 où il y eut 676 cas puis 874 en 2007 :

« La poursuite de la transmission malgré une couverture vaccinale élevée a été attribuée à l’efficacité relativement moindre du VPO dans le nord de l’Inde que dans d’autres populations, peut-être due à l’association d’une forte incidence des maladies diarrhéiques et de la malnutrition, et à une transmission efficace du PVS facilitée par le surpeuplement. »

Aussi l’OMS étudie de nouvelles stratégies :

« Des interventions susceptibles de surmonter les derniers obstacles empêchant d’interrompre la transmission du poliovirus sont actuellement étudiées, notamment l’utilisation d’un vaccin antipoliomyélitique inactivé comme complément au VPO, un VPO bivalent nouvellement mis au point contenant à la fois des virus vaccins de type 1 et de type 3, une nouvelle formulation du VPOm1* comportant un titre plus élevé de virus vaccin, la recherche sur la contribution possible de groupes d’âge plus élevés à la transmission du poliovirus, et l’administration de compléments de zinc aux nouveau-nés pour réduire la prévalence de la diarrhée et améliorer l’état micronutritionnel, facteurs qui pourraient jouer un rôle dans l’amélioration de l’efficacité du VPO dans certaines situations comme dans le nord de l’Inde. »

*VPOm1 : vaccin polio oral monovalent de type 1.

Flambée de polio vaccinales au Nigeria

Le deuxième principal front contre la polio est au Nigeria avec là aussi bien des problèmes liés à la vaccination : depuis le début de l’année 2009 on assiste à une flambée de 103 cas provoqués par un virus dérivé d’une souche vaccinale de type 2. Pourtant, le virus sauvage de type 2 n’a plus été vu depuis octobre 1999 et pourrait donc être considéré comme éradiqué. Il y avait eu 62 cas de ce type en 2008, 68 en 2007, 21 en 2006. Ce sont donc les vaccinations avec le vaccin oral trivalent qui ont généré cette souche qui se maintient au Nigeria.


Source : Agoravox

USA : le programme de dépopulation

Un hasard ce virus de la Grippe A ?

John Holdren, Le “monsieur Science” d’Obama: « Pour sauver la terre, il faut passer par des avortements forcés et des stérilisations de masse »

Source : http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=1810


L'article complet malheureusement en Anglais ici avec en bas de page des extraits du livre :
Ecoscience : Population, ressources, environnement:


John Holdren, Obama's Science Czar, says: Forced abortions and mass sterilization needed to save the planet. Book he authored in 1977 advocates for extreme totalitarian measures to control the population.

Source : http://zombietime.com/john_holdren/

Traduction Google :http://translate.google.com/translate?hl=fr&u=http%3A...


Est-ce un hasard si la vaccination de masse vise principalement aux USA : les enfants et les femmes enceintes ?


Etats-Unis: le programme de vaccination de masse contre la grippe porcine vise les enfants et les femmes enceintes

Le gouvernement américain s’apprête à lancer un nouveau programme de vaccination d’envergure qui a pour objectif de protéger les populations contre la grippe porcine.

Les vaccins, qui sont bien sûr absolument sans effet sur toute souche du virus H1N1 de la grippe ayant subi une mutation, sont néanmoins tout à fait utiles lorsqu’il s’agit de supprimer les fonctions immunitaires de ceux qui les reçoivent.

Des recherches médicales bien conçues ont régulièrement montré au fil des ans que les personnes, qui sont le plus fréquemment victimes de la grippe, sont précisément ceux qui reçoivent le plus d’injections contre la grippe.

Pour ceux qui ont des connaissances au sujet du système immunitaire, des vaccins et de la grippe, il peut sembler choquant d’apprendre que le programme de vaccination des Etas-Unis contre la grippe visera en premier lieu les personnes dotées de systèmes immunitaires les plus faibles, à savoir :

Les jeunes enfants âgés de six mois, les femmes enceintes et les adultes souffrant de maladies dégénératives. C’est précisément l’information publiée ce jour par Kathleen Sebelius, ministre de la Santé et de l’action humanitaire. (http://www.sfgate.com/cgi-bin/artic…)

Pourquoi le programme de vaccination contre la grippe porcine vise-t-il ceux qui risquent d’en avoir le moins besoin ?

Cette approche est tout à fait troublante du point de vue de la santé publique d’autant plus que le gouvernement des Etats-Unis a déjà annoncé que la grippe porcine était une maladie « bénigne » et qu’elle ne touchait que les personnes disposant d’un système immunitaire sain, et non pas ceux qui ont un système immunitaire faible.

Ainsi, pourquoi cette première vague de vaccins concerne-t-elle justement en premier lieu les enfants et les adultes, tranche de la population qui risque le moins d’être infectée par la grippe porcine.

Bien sûr, la réponse est que les vaccins contre la grippe porcine n’a rien à voir avec la santé publique et tout à voir avec la réalisation des milliards de dollars de bénéfices au profit des Big Pharma.

Pour que les entreprisse de fabrication des médicaments amassent des profits en fabriquant des vaccins, il leur faut de toute évidence trouver quelqu’un pour recevoir ceux-ci, juste pour créer l’illusion qu’il se passe quelque chose de productif pour justifier les défenses du gouvernement. C’est une situation comparable aux budgets de guerre : Vous n’avez qu’à larguer des bombes sur quelqu’un afin d’en justifier la fabrication de nouvelles.

Ainsi, ces vaccins introduisent de petites bombes virales précisément sur ceux des citoyens qui sont le moins à même de se débrouiller. Les enfants, les femmes enceintes, les juniors séniles et les adultes souffrant de maladies chroniques : voilà les nouvelles « cibles » du programme de vaccination de masse du gouvernement des Etats-Unis.

Il convient de remarquer qu’il évite délibérément de cibler les personnes qui sont aptes à s’exprimer sans ambages et à dire non à ces dangereux vaccins: les jeunes couples jouissant d’une bonne santé et les personnes d’âge moyen qui ne sont pas victimes de la médecine moderne.


Baxter introduit des virus vivants dans le vaccin
Parallèlement, les usines pharmaceutiques produisent rapidement d’importantes doses de vaccins contre la grippe porcine:  100 millions de doses devraient être prêtes pour l’injection des victimes d’ici mi-octobre.

Curieusement, l’une des entreprises ayant remporté le contrat pour la fabrication de ce vaccin se trouve être Baxter International, la même entreprise, qui vers la fin de l’année dernière, a été surprise en train d’introduire des virus vivants dans le matériel vaccinal distribué dans 18 pays.

Apparemment, cette entreprise a déjà procédé au perfectionnement de ses techniques d’infection des vaccins par des virus vivants. Et désormais, le gouvernement des Etats-Unis a signé un contrat avec Baxter pour la fabrication des millions de doses de vaccins contre la grippe porcine à injecter aux enfants, aux femmes enceintes et aux adultes souffrant de maladies chroniques.


Source :
http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=1807

13/07/2009

Grippe A : vaccinations Allah chaîne

Un peu d'humour dans ce monde de brutes !!!!!
Nous sommes désolés pour nos amis musulmans, mais cela caractérise bien les moyens que devraient utiliser les autorités pour éliminer à la vitesse Grand V leurs stocks de vaccins........!!!!
Au fait une bonne question : comment devraient-elles s'y prendre pour vacciner 100 millions de personnes en France, alors que nous ne sommes que 65 millions ? Il faut donc mettre des moyens pour vacciner 65 millions de personnes à la fois, NON ?
Des emplois intérims en perspective ?

GRIPPE A

Une méthode de vaccinations en chaîne a été mise au point


Tout le monde y croit

Tout le monde y croit

Avec plus de 90 millions de vaccins commandés par l’Etat Français se pose la question de la cadence des injections. La méthode individuelle jugée beaucoup trop lente a contraint le corps médical à mettre au point une technique de vaccinations en chaîne qui devrait permettre d’immuniser l’ensemble de la population française en un temps record.

Allah chaîne

Testée sur des cobayes bénévoles, la technique donne des résultats époustouflants dans les mosquées. En position de prière, les médecins parviennent à vacciner 285 sujets à l’heure. Pour recevoir la précieuse injection les français non musulmans auront le choix entre se convertir à l’Islam ou adopter une position similaire dans les halls de gare ou les places publiques. Au signal, une équipe de piqueurs professionnelle passera entre les rangs et délivrera le vaccin.

Une fois n’est pas coutume, une religion va enfin permettre de sauver des vies.

Le site de lislesnews est un site humoristique.

 

Le journaliste US : Alex JONES et la grippe A

Quand la guerre change de visage et devient du bioterrorisme à l'échelle internationale.
Les virus et les vaccins, armes silencieuses pour guerres tranquilles ?

Un moyen de réduire facilement la population mondiale tout en laissant croire que tout est fait pour son bien.

Proposer des vaccins et des traitements qui sont non seulement inefficaces sur des virus qui mutent en permanence, mais gravement dommageables pour la santé des populations.

On créé le problème (virus) de toutes pièces dans les laboratoires militaires US et on propose les solutions (vaccins). Ce qui permet d'obtenir plusieurs résultats :

1 - réduction de la population mondiale pour cause de surpopulation,
2 - contrôle des populations par injection par les vaccins de la puce RFID micronisée à l'état de grain de poudre,
3 - enrichissement des laboratoires pharmaceutiques,
4 - alimentation du système médical par la provocation de maladies,
5 - affaiblissement des populations. Une population malade est une population qui ne se défend pas. On fabrique des moutons à la pelle,
6 - manipulations et mutations génétiques par le biais des vaccins et leurs composants. Eugémisme ?
7 - affaiblissement du système immunitaire et génération de nouvelles maladies.

Est-ce que la recherche médicale doit servir à fabriquer des maladies et des malades, et à découvrir soi-disant de nouvelles maladies qu'elle génère elle-même de toutes pièces ?

Que font nos médecins pour lutter contre ces escroqueries ? Tant il est vrai qu'il n'existe aucun vaccin pour lutter contre les virus qui ont la particularité de venir et de partir sans traitement médical particulier, sauf pour certains médicaments pour répimer certains symptômes gênants pour les personnes affaiblies.

Que fait le gouvernement Français ? Il commande 100 millions de doses de vaccins........!!!!!!
A qui profite le crime ? Quels sont les mobiles du crime commis contre l'humanité ?

« Le microbe n’est rien, le terrain est tout » Louis Pasteur !

Les aliments sont vos meilleurs remèdes.
La meilleure manière de changer le métabolisme de base tout en relevant le niveau du système immunitaire, c'est de changer votre alimentation en adoptant le régime biologique humain et de bonnes règles d'hygiène de vie. Renseignez-vous. Formez-vous.

De plus en plus de journalistes dénoncent la supercherie orchestrée dans les laboratoires militaires US et le crime commis contre l'humanité.

Ecoutez le journaliste US Alex Jones : édifiant !

Alex JONES et la grippe A

http://www.dailymotion.com/video/x9twbf_alex-jones-et-la-...

ALEX JONES ET LA GRIPPE A
envoyé par verso1. - L'info internationale vidéo.