Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2015

Poutine : le crash de l’avion russe est un coup dans le dos

Poutine : le crash de l’avion russe est un coup dans le dos

24 nov. 2015, 15:58

Le président russe Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine

Lors de la rencontre avec le roi jordanien, Vladimir Poutine a déclaré que le crash de l’avion de combat russe n’était pas lié à la question de la lutte antiterroriste et que c’était un coup dans le dos des complices du terrorisme.

«Cet incident déborde du cadre de la lutte contre le terrorisme. Bien sûr, nos militaires mènent une lutte héroïque contre la terreur sans s'épargner eux-mêmes et leurs vies. Mais la perte d’aujourd’hui est un coup que des complices des terroristes nous ont porté dans le dos. Je ne peux pas qualifier autrement ce qui s’est produit aujourd’hui», a déclaré Vladimir Poutine en commentant le crash de l’avion russe SU-24 abattu par la Turquie au-dessus de la Syrie.

L’avion russe s’est écrasé à quatre kilomètres de la frontière et a été attaqué à un kilomètre territoire turc, a fait remarquer le président russe. Le SU-24 a été abattu dans une région de montagne où des groupes de terroristes sont concentrés, a-t-il ajouté. Vladimir Poutine a précisé que l’avion a été abattu par un missile air-air tiré par le  F-16 turc. Le président russe a précisé «nos pilotes et notre avion ne menaçaient pas la République turque».

Allez plus loin : EN CONTINU : Un bombardier russe abattu en Syrie, près de la frontière turque (VIDEO)

Vladimir Poutine a averti que le crash du SU-24 russe influencerait d’une façon négative les relations russo-turques. «Nous analyserons soigneusement tout ce qui s’est produit. L’événement tragique d’aujourd’hui aura des conséquences sérieuses pour les relations russo-turques», a-t-il martelé.

Juste après le crash de SU-24, la Turquie s’est d’abord adressée à l’OTAN plutôt qu’à la Russie. Pour Vladimir Poutine, un tel comportement ressemble à un effort de mettre l’Alliance au service des terroristes. «Au lieu d’établir un contact nécessaire avec nous, la partie turque, comme nous le savons, s’est adressée à ses partenaires de l’OTAN pour discuter de cette question. Comme si c’était nous qui avions abattu un avion turc», a encore fait remarquer l’homme fort du Kremlin. «Est-ce qu’ils veulent mettre l’OTAN en service de l’Etat islamique ?», s’est demandé Vladimir Poutine, pour la forme.

Le président russe a prévenu que la Russie ne tolérerait plus de crimes semblable à celui de l’attaque contre son bombardier SU-24. Le numéro un russe espère également que « la communauté internationale trouvera les forces pour s’unir dans la lutte contre le mal».

Vladimir Poutine a rappelé que la Turquie a abattu un avion russe malgré l’accord conclu entre la Russie et les Etats-Unis sur la prévention de tels incidents. «Les Américains et nous avons signé un accord sur la prévention de tels incidents dans les airs. La Turquie, comme on le sait, figure parmi ceux qui ont déclaré qu’ils lutteraient contre le terrorisme dans le cadre la coalition américaine», a fait remarquer le président russe.

Le président Vladimir Poutine a expliqué pourquoi les terroristes de Daesh «se comportaient d’une manière si éhontée». «S’ils - l’Etat islamique- ont tant d’argent, qui se compte en dizaines, centaines de millions et peut-être même en milliards de dollars, c’est grâce au commerce du pétrole, de plus ils reçoivent un soutien militaire de la part d'Etats de la région. Alors, on peut comprendre pourquoi ils se comportent d’une manière si éhontée», a-t-il expliqué alors qu’il commentait le crash de l’avion russe abattu.

Daesh reçoit cet argent grâce la vente du pétrole, estime Vladimir Poutine. «Il y a longtemps que nous avons établi qu’une grande quantité de pétrole arrive sur le territoire turc depuis les territoires conquis par Daesh. C’est pourquoi ces groupes bénéficient d’un financement régulier»,  a conclu le chef d’état.

 

URGENT : Un bombardier russe abattu en Syrie par la Turquie près de la frontière turque (VIDEO)

Quand la Turquie se dévoile clairement hostile aux frappes russes en Syrie !

Son commerce illégal du pétrole tombe à l'eau !

Attendons les réactions de Poutine et de Bachar AL-Assad !

Suivre le direct : ICI

EN CONTINU : Un bombardier russe abattu en Syrie, près de la frontière turque (VIDEO)

La Turquie a abattu un avion de combat russe SU-24 à la frontière turco-syrienne, qui selon elle, a violé l’espace aérien turc. La Russie dément et affirme que son bombardier a été abattu sur le territoire syrien.

  • 11h32 CET
Le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, a fait une déclaration à propos du bombardier russe abattu par l’armée turque: «L’incident qui concerne le SU-24 russe en Syrie est très sérieux». Reste qu’il a ajouté qu’il est trop tôt pour évaluer la situation avant l’établissement des faits. Dmitri Peskov a également confirmé que «le SU-24 russe qui s’est écrasé se trouvait dans l’espace aérien syrien».

 

Un des pilotes russes a été capturé par l'Armée syrienne libre, annonce l’agence de presse russe Sputnik. Cependant, les informations sur le destin des pilotes sont contradictoires puisque d’autres sources affirment qu’ils se trouvent aux mains des rebelles turkmènes.

 

  • Les forces armées turques ont précisé que l’avion de combat russe avait été mis en garde dix fois en cinq minutes avant d’être abattu.

  • La chaîne de télévision CNN Turk a de son côté signalé que les forces turques avaient pu capturer l’un des pilotes du SU-24.

     

 

    • Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, aurait pris lui-même la décision d'abattre l'avion de combat russe, selon Sabah.

    «Aujourd’hui, un avion russe Su-24 s’est écrasé en territoire syrien, probablement à cause d’un tir depuis le sol», a déclaré le ministère de la Défense russe.

    Сontrairement aux déclarations de la Turquie, la Défense russe a affirmé avoir des preuves recueillies par des «moyens de contrôle impartiaux» démontrant que son avion n’avait pas violé l’espace aérien turc.

 
  • Pour leur part, les autorités militaires turques ne nient pas avoir abattu l’avion avec un F-16 mais affirment que l’avion aurait pu violer leur espace aérien.

    L’incident s’est produit ce matin. La première information est apparue à 10 heures  (heure locale). L’avion s'est écrasé sur un village habité principalement par des Turkmènes syriens qui est depuis longtemps un point chaud de combats entre l'opposition et  l’armée syrienne.

     

    La chaîne Habertürk TV a montré des images de l’avion de combat en flammes. Le journaliste a même évoqué «une boule de feu».

Türk jetlerinin düşürdüğü belirtilen uçağın pilotları paraşütle böyle atladı https://t.co/cb6fKmZZU4

 

Les journalistes précisent que les pilotes ont réussi à quitter l'appareil avant l’incendie.

 
 Opération de sauvetage en cours 

La Turquie a envoyé deux hélicoptères pour secourir les pilotes.

 

Les deux pilotes ont été recueillis par les forces turkmènes qui combattent du côté syrien.

23/11/2015

L'aviation russe a réalisé 141 sorties et détruit 472 cibles en Syrie

Voir aussi :

L'aviation russe a réalisé 141 sorties et détruit 472 cibles en Syrie

Tu-160 russe

Les avions russes ont effectué ces deux derniers jours 141 sorties et détruit 472 cibles liées aux terroristes en Syrie, a annoncé lundi le porte-parole officiel du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.

"Les avions du groupe aérien russe en Syrie ont réalisé 141 sorties et frappé 472 sites terroristes dans les provinces d'Alep, de Damas, d'Idleb, de Lattaquié, de Raqqa, d'Hama, d'Homs et de Deir ez-Zor", a fait savoir Igor Konachenkov.

 

Plus de 600 terroristes frappés par les missiles de croisière russes en Syrie

Plus de 600 terroristes frappés par les missiles de croisière russes en Syrie


 
Pour suivre toutes les frappes russes qui ont eu lieu depuis le 30 septembre 2015 :
Le Dossier: Syrie: frappes aériennes russes contre l'EI (190)

 

Armée de l'air russe: 18 missiles de croisière Kalibr tirés depuis les mers Caspienne et Méditerranée

Plus de 600 terroristes ont été frappés par des missiles de croisière russes en Syrie, a rapporté le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

18 missiles de croisière ont frappé sept cibles terroristes dans les provinces de Raqqa, d'Idleb et d'Alep, en éliminant plus de 600 combattants appartenant au groupe terroriste Etat islamique, a rapporté vendredi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou au président russe Vladimir Poutine.

Plus de 600 djihadistes ont été éliminés en Syrie, dans les environs de Deir Ez-Zor, à la suite de frappes menées par l'aviation militaire russe contre des cibles terroristes. Les forces aériennes russes ont détruit 23 camps d'entraînement de rebelles, 19 usines productrices d'armes et 47 dépôts d'armes.

Suite à l'opération de l'aviation russe, 820 cibles terroristes ont été détruites et un acheminement illégal de 60.000 tonnes de pétrole sur le marché noir a été empêché. Jour après jour, les terroristes subissent des pertes de plus en plus lourdes, leurs pertes se chiffrant à 1,5 millions de dollars pour la seule journée d'aujourd'hui, selon Sergueï Choïgou.

Par ailleurs, 15 stations de conservation et de traitement du pétrole ont été détruites, tout comme 525 camions-citernes appartenant à l'EI.

En l'espace de quatre jours, l'aviation russe a utilisé 101 missiles de croisière et 1.400 tonnes de bombes pour frapper l'Etat islamique.

Les navires de la flotte russe ont en outre tiré 18 missiles de croisière Kalibr depuis les mers Caspienne et Méditerranée, détruisant des cibles à une distance de 1.500 km.


 
"Le 20 novembre, la flottille de la Caspienne a tiré 18 missiles de croisière sur sept cibles dans les provinces de Raqqa, d'Idleb et d'Alep. Toutes les cibles ont été détruites", a déclaré M. Choïgou.

 

La flotte russe engagée en Syrie compte 10 navires, dont six se trouvant en Méditerranée, a précisé le ministre de la Défense.

Depuis mardi, l'aviation russe mène des frappes massives contre les positions de l'EI. La troisième opération massive, lors de laquelle trois chefs de groupes terroristes, Abu Nurlbagasi, Muhammad ibn Hayrat et Al-Okaba, ont été éliminés, s'est déroulée jeudi. Par la suite, l'Etat islamique a perdu le contrôle de ses combattants confus et désorientés par les frappes russes de grande ampleur.

 

Le Sommet de Téhéran, une opportunité pour Poutine de former une coalition internationale anti-Daech

Le Sommet de Téhéran, une opportunité pour Poutine de former une coalition internationale anti-Daech

Nov 22, 2015 15:26 UTC - IRIB- « Le président russe Vladimir Poutine qui est attendu, lundi, à Téhéran, pour prendre part au troisième Sommet du Forum des pays exportateurs du gaz (FPEG), s’entretiendra avec les dirigeants iraniens et les responsables d’autres pays présents à ce Forum, de la coopération internationale contre Daech », a écrit le journal russe Izvestia.

Selon ce journal, lors des négociations du président russe à Téhéran, la crise syrienne sera la plus importante question internationale à évoquer et les combats contre le groupe terroriste Daech s’inscrit dans le même cadre.
 
En ce qui concerne l’agenda du président Poutine pour ses discussions avec les dirigeants internationaux à Téhéran et la lutte anti-Daech, Izvestia a écrit : « Au lendemain du Sommet de Téhéran, Vladimir Poutine rencontrera le roi de Jordanie, Abdallah II, à Sotchi, avec qui il discutera de la crise syrienne et de Daech ».
 
Vladimir Poutine, doit également s’entretenir avec son homologue français François Hollande qui vient de déclarer être disposé à coopérer avec la Russie pour lutter contre Daech, toujours d’après le journal russe Izvestia.
 
Le troisième Sommet des pays exportateurs du Gaz se tiendra, le lundi 23 novembre, à Téhéran, en présence des chefs d'Etat et de gouvernement de neuf pays membres.
 
Les pays membres du FPEG disposent de 70% des réserves gazières et de 42% de la production du gaz mondial.
 
L'Iran, la Russie, l'Algérie, la Bolivie, l'Egypte, la Guinée Équatoriale, la Libye, le Nigeria, le Qatar, Trinité-et-Tobago, le Venezuela et les Émirats arabes unis sont les 12 principaux membres de ce Forum mondial et les Pays-Bas, la Norvège, l'Irak, Oman et le Pérou en sont les membres observateurs.