Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

Mer Caspienne : enjeux pétroliers

Un dossier de la documentation Française portant sur la Mer Caspienne une région stratégique aux enjeux pétroliers importants, dont Poutine avait pris le plus grand soin de virer les USA et l'OTAN, et mer Caspienne à partir de laquelle la Russie avait lancé 26 missiles sur la Syrie. 

Une région convoitée tant par la France que par les USA et l'Iran.

Voir aussi :

Poutine avait déjà interdit l'accès des USA et de l'OTAN à la Mer Caspienne !

Poutine en visite officielle au Kazakhstan, délimitation nord de la Mer Caspienne

Poutine : quatre navires russes ont tiré des missiles contre Daesh en Syrie depuis la Caspienne

Mer Caspienne : enjeux pétroliers

Mer-Caspienne-enjeux-petroliers.jpg

Mis à jour le 03/08/2005

Introduction

La mer Caspienne est apparue au cours de la dernière décennie comme l’une des zones du globe les plus prometteuses en terme d’investissements et de développement pétroliers. Cette mer intérieure, fortement enclavée est le centre d’une très forte concurrence internationale tant pour le développement des gisements offshore que pour la maîtrise des voies d’accès à ces nouvelles ressources.

 

Pour Pékin, les manœuvres US en mer de Chine méridionale pourraient «déclencher une guerre»

Après la Russie à présent la Chine dans le collimateur des USA avant d'aller s'attaquer aux pays d'Asie Centrale sous les faux prétextes d' aller y assurer la sécurité et la lutte anti-terroriste !

Kerry en Asie centrale: sécurité et lutte antiterroriste au menu

Objectifs clairs : mettre entraves au projet de la Route de la Soie, projet auxquels adhèrent la Chine et la Russie, en y apportant leurs mercenaires pour semer la guerre dans ces régions !

Surtout que la Chine a réussi à faire entrer le Yuan, dans les monnaies mondiales de réserve !

 

Le yuan, nouvelle monnaie mondiale de réserve?
10:42 27.10.2015

yuan
A partir d'octobre 2016, le yuan chinois sera sur un pied d'égalité avec le dollar, l'euro, la livre sterling et le yen japonais.
 

Pékin accuse Washington de jouer avec le feu en mer de Chine
08:46 30.10.2015 (mis à jour 11:01 30.10.2015)

Le navire lance-missiles américain USS Lassen s’est approché, mardi 27 octobre, à moins de 12 milles nautiques d’au moins une des îles artificielles que Pékin construit en mer de Chine méridionale, dans l’archipel des Spratleys.

Pour Pékin, les manœuvres US en mer de Chine méridionale pourraient «déclencher une guerre»

30 oct. 2015, 10:55

Le destroyer américain USS Lassen

Au milieu des tensions pour la zone maritime, disputée entre les pays de la région, les manœuvres de bateaux militaires américains sont peu appréciées par la Chine, qui craint que les Etats-Unis ne déclenchent une guerre à coup de provocations.

Jeudi 29 octobre, le Commandant de la Marine chinoise, Wu Shengli, s’est entretenu par vidéoconférence avec son homologue américain, John Richardson. «Si les Etats-Unis continuent avec ce genre d’actes dangereux, provocateurs, il pourrait bien y avoir une situation très sérieuse et urgente entre les forces frontalières des deux côtés, en mer et dans les airs, ou même un incident mineur qui déclenche une guerre», a-t-il mis en garde. Il a ajouté qu’il espérait que «les Etats-Unis chérissent la bonne situation entre les marines chinoises et US qui ne s’est pas faite en un jour» et qu’ils «évitent que ce genre d’incidents arrive à nouveau».

Afficher l'image d'origine

Les déclarations ont suivi de quelques heures la décision par Washington d’envoyer un navire de guerre destroyer en mer de Chine méridionale, à proximité des îles Spratley, revendiquées par six pays différents dont la Chine, qui y a vu une menace à sa souveraineté. Les Etats-Unis, eux, s’inquiètent de la récente construction par Pékin d’infrastructures sur les îles, qui pourraient, selon eux, accueillir des installations militaires et menacer leur liberté de navigation.

La mer de Chine méridionale, où se trouvent les îles disputées, est un enjeu régional particulièrement important. Cette voie commerciale, où transite près d’un tiers du pétrole vendu mondialement, est très prisée par le gouvernement de Pékin. Les Etats-Unis, eux, refusent de reconnaître la revendication chinoise des îles, soutenant qu’il s’agit d’une menace à la libre circulation des mers.

 

La véritable raison pour laquelle l'Etat Islamique détruit des temples en Syrie risque de vous surprendre

Voilà comme cela nous serons tous fixés : le pillage et le saccage à tous les niveaux !

 

La véritable raison pour laquelle l'Etat Islamique détruit des temples en Syrie risque de vous surprendre


 
 

L'Etat Islamique détruit des temples antiques de Syrie pour cacher que tout y a été pillé, écrit Mick Van loon sur Newsmonkey . L'EI vend en effet, les statues, les frontons en pierre et les fresques à des commerçants internationaux, avance L'archéologue franco-libanaise Joanna Farchakh, une sommité en matière d'antiquités du Moyen-Orient. « Des antiquités de Palmyre sont déjà en vente à Londres », déclare l’experte. Mais ce n’est pas tout, des objets syriens et irakiens volés par l’EI se trouvent déjà en Europe. Ils ne se sont plus en Turquie où ils étaient arrivés en premier.

La destruction de temples n'a en soi rien à voir avec l'idéologie du groupe, bien qu'il utilise ces saccages à des fins idéologiques. L’EI dissimule en fait ses gains et efface les preuves de ses pillages. « Ils détruisent les preuves. Personnes ne sait donc ce qui a été dérobé précédemment », affirme l’archéologue.

L'EI collabore notamment avec des organisations de malfaiteurs turcs pour faire passer en fraude les inestimables trésors de l’Antiquité en Europe et trouver des acheteurs. Des preuves existent démontrant que des collectionneurs et des marchands d'art passent des commandes auprès de l'EI qui pille d'abord l'endroit où se trouvent ces trésors et le fait ensuite exploser.

L'EI emploie toute une équipe de spécialistes qui utilisent des pelleteuses et d'autres outils pour prendre les objets d'art. Selon des sources syriennes, ces voleurs professionnels d'œuvres d'art percevraient même un salaire fixe.

Que ces objets ne puissent pas être montrés tout de suite une fois achetés n'est visiblement pas un problème. Il existe deux sortes de clients et dans les deux cas, ils ont beaucoup d'argent. La première catégorie se compose de collectionneurs qui aiment les antiquités. L'autre catégorie est composée d'investisseurs qui envisagent la chose à long terme. Ils comptent sur le fait que dans 15 ans ou plus, ces objets auront perdu de leur intérêt et que plus personne ne les réclamera. Contrairement aux œuvres d'art que les nazis ont volées aux Juifs, il n'y a dans ce cas aucun descendant qui pourrait exiger de les récupérer, explique le journaliste.

D’un côté, ces deux dernières années, l'EI a appris comment faire grimper  les prix et, de l'autre, comment obtenir un rendement maximal du vol d'antiquités. Palmyre en est l'exemple parfait. C'est une raison pour laquelle l'EI ne détruit pas tout immédiatement à cet endroit.

« Plus la destruction dure longtemps, plus les prix montent sur le marché international de l'antiquité », affirme Joanna Farchakh dans The Independent. En outre, chaque destruction partielle est un spot publicitaire gratuit de l’EI à l'intention d'acheteurs potentiels. C'est pourquoi il s'est passé un certain temps avant que l'EI ne fasse exploser le premier temple à Palmyre : pour donner du temps aux clients. Selon l’archéologue, ces derniers savent déjà que le temple romain sera le prochain à être détruit, après les temples de Baal Shamin et celui de Bel. Suivront ensuite l'agora et les souks de Palmyre.

 

29/10/2015

Les services de police et de gendarmerie pourront réaliser des enquêtes pénales sous pseudonymes sur internet !!

La chasse aux sorcières désormais autorisée sur le net !

Les services de police et de gendarmerie pourront réaliser des enquêtes pénales sous pseudonymes sur internet !!

29 oct

Afficher l'image d'origine

 

Un arrêté publié au Journal Officiel autorise de nombreux services de police et de gendarmerie à agréer des agents et officiers pour qu’ils puissent réaliser des enquêtes pénales sous pseudonymes sur internet.

Voilà qui ne rassurera pas les paranoïaques. Même si le procédé est contesté au nom du principe de loyauté dans l’acquisition des preuves, indispensable au respect des droits de la défense, la police et la gendarmerie disposent désormais de facultés très étendues pour procéder à des enquêtes sous pseudonymes sur internet.

La possibilité pour les enquêteurs de recourir à des pseudonymes pour infiltrer des réseaux et obtenir des informations sur des infractions et des suspects était déjà prévue pour la protection des mineurs (depuis une loi de 2007), pour la lutte contre les jeux d’argent illicites (depuis 2012), pour la lutte contre des infractions au code de la santé publique (depuis fin 2013), ou encore pour la lutte contre le terrorisme, le proxénétisme ou d’autres formes de traite des êtres humains (depuis la loi du 13 novembre 2014 contre le terrorisme),

Rassembler les preuves et rechercher les auteurs

Mais depuis la loi du 17 août 2015 sur l’adaptation de la procédure pénale au droit de l’Union européenne, le champ d’application des enquêtes sous pseudonymes s’est considérablement étendu. La technique est désormais autorisée pour une longue liste de crimes et de délits, qui comprend notamment les attaques informatiques, l’aide au séjour irrégulier d’un étranger en France, le blanchiment d’argent, la non-justification de ressources, l’association de malfaiteurs, l’escroquerie en bande organisée, ou le travail illégal.

L’enquête par pseudonyme est autorisée lorsque les infractions constatées « sont commises par un moyen de communication électronique », afin « d’en rassembler les preuves et d’en rechercher les auteurs ».

Toutefois seuls les officiers et agents de la PJ qui sont « affectés dans un service spécialisé et spécialement habilités à cette fin » peuvent agir sous pseudonymes et notamment participer à des actes préparatoires d’infractions « sans en être pénalement responsables ». C’est tout l’objet de l’arrêté du 21 octobre 2015 publié ce jeudi au Journal Officiel, qui détermine les services dans lesquels peuvent se trouver des agents et officiers habilités.

Et ils sont nombreux :

1. Services et unités relevant de la direction centrale de la police judiciaire :
– la sous-direction antiterroriste ;
– la sous-direction de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière ;
– la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité ;
– les directions régionales et interrégionales de la police judiciaire.

2. Services et unités relevant de la direction centrale de la sécurité publique :
– les directions départementales de la sécurité publique ;
– les sûretés départementales ;
– les circonscriptions de sécurité publique.

3. Services et unités relevant de la direction centrale de la police aux frontières :
– l’office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre au sein de la sous-direction de l’immigration irrégulière et des services territoriaux ;
– l’unité de coordination opérationnelle de la lutte contre le trafic et l’exploitation des migrants ;
– les brigades mobiles de recherche ;
– la brigade des chemins de fer.

4. Services et unités relevant de l’inspection générale de la police nationale :
– la division nationale des enquêtes ;
– les délégations de l’inspection générale de la police nationale à Paris, Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux, Rennes, Metz et Fort-de-France ;
– le bureau de l’inspection générale de la police nationale à Nice.

5. La direction générale de la sécurité intérieure.

6. Services et unités relevant de la préfecture de police :
– à la direction du renseignement : la sous-direction chargée de la lutte contre l’immigration irrégulière et le travail illégal des étrangers ;
– à la direction régionale de la police judiciaire : la sous-direction des brigades centrales, la sous-direction des affaires économiques et financières et la sous-direction des services territoriaux ;
– à la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne : la sûreté régionale des transports au sein de la sous-direction régionale de la police des transports et les sûretés territoriales au sein des directions territoriales de sécurité de proximité.

7. Services et unités relevant de la direction générale de la gendarmerie nationale :
– la sous-direction de la police judiciaire ;
– le service technique de recherches judiciaires et de documentation ;
– les sections de recherches de la gendarmerie départementale et des gendarmeries spécialisées ;
– les sections d’appui judiciaire ;
– les brigades départementales de renseignements et d’investigations judiciaires ;
– les brigades de renseignements et d’investigations judiciaires de la gendarmerie d’outre-mer et des gendarmeries spécialisées ;
– les brigades de recherches de la gendarmerie départementale et des gendarmeries spécialisées.

8. Services et unités relevant de l’inspection générale de la gendarmerie nationale :
– le bureau des enquêtes judiciaires.

L’arrêté précise que les officiers et agents doivent être « jugés aptes » après une « formation spécifique », et être habilités spécialement par le procureur général, après agrément de la hiérarchie.

Numerama

Victimes de Daesh et de Boko Haram

Ne nous faisons aucune illusion sur ces groupes soi-disant séparés portant des noms différents. Il s'agit toujours des mêmes mercenaires disséminés dans le monde, pour instrumentaliser la terreur partout !

Victimes de Daesh

29 oct. 2015, 11:29



Nigéria : plus de 300 otages de Boko Haram libérés par l'armée gouvernementale

28 oct. 2015

 

La mère d'une victime de Boko Haram trouve du réconfort auprès d'une militante du mouvement "Bring back our girls"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les forces nigérianes ont délivré de nombreuses femmes et enfants qui étaient retenus en otage par le groupe djihadiste, connu pour ses kidnappings, au cours d'une opération qui aurait tué 30 membres de l'organisation.