Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2015

Manoeuvres en Iran pour combattre notamment l'EI

Compte tenu de l'armada qui se pointe dans le Golfe persique, entre la France et les USA, et les sanctions qui ont été prolongées à son encontre, l'Iran se prépare à se défendre contre des attaques éventuelles notamment contre l'EI.

Voir aussi :

L’USS Harry S. Truman en route vers le golfe Persique

URGENT Syrie: Poutine ordonne au croiseur Moskva de prendre contact avec la Marine française

Washington prolonge ses sanctions contre l'Iran

Missiles russes S-300 pour l'Iran: le contrat entre en vigueur

Manoeuvres en Iran pour combattre notamment l'EI

14:44 17.11.2015 (mis à jour 15:06 17.11.2015)

 

Téhéran, Iran

 

L'Iran a commencé mardi des manoeuvres militaires dans le nord-est du pays pour réagir à d'éventuelles attaques de la part de groupes armés, dont l'organisation État islamique (EI), a déclaré un commandant militaire cité par l'agence Isna.

"L'un des objectifs des manoeuvres est de s'entraîner et de revoir les méthodes et moyens de faire face à d'éventuelles actions des groupes terroristes aux frontières", a déclaré le général Amir-Reza Azarban, commandant militaire de la province de Khorassan (nord-est) près de la frontière afghane.

Différents corps d'armées participent avec des chars, des hélicoptères et des avions à ces manoeuvres qui continueront mercredi, rapporte l`AFP.

 Lundi, le général Ahmad Reza Pourdastan, commandant de l'armée de terre, avait déclaré que si les combattants du groupe EI s'approchaient à moins de 40 kilomètres des frontières iraniennes aussi bien du côté irakien qu'afghan, l'Iran réagirait avec force.

"Les menaces de Daech (acronyme arabe de l'EI) ne sont pas nouvelles pour nous. En juin, nous avions déjà défini une ligne rouge à 40 kilomètres de nos frontières lorsque les combattants de ce groupe étaient arrivés dans la province de Diyala" en Irak et frontalière de l'Iran, avait déclaré le général Pourdastan.

"Nous savons aussi que Daech est présent dans le nord de l'Afghanistan (pays à l'est de l'Iran) et veut se rapprocher de nos frontières (…) notre stratégie est de détruire Daech s'il s'approche à moins de 40 kilomètres de nos frontières", a ajouté le général.

Les manoeuvres interviennent après les attentats du vendredi à Paris et les déclarations du ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim Jaafari qui affirmait dimanche que son pays avait partagé des informations avec la France, les Etats-Unis et l'Iran sur de possibles attentats dans ces pays par l'EI.

Le président français François Hollande et son homologue iranien Hassan Rohani ont souligné lors d'un entretien téléphonique mardi, "l'importance vitale de lutter de toutes leurs forces contre Daech et le terrorisme", a indiqué la présidence française.

Puissance musulmane chiite régionale, l'Iran est déjà engagée dans le combat contre l'organisation extrémiste sunnite en Irak et en Syrie où Téhéran a envoyé des conseillers militaires et des volontaires pour aider les gouvernements de ces pays à combattre l'EI.

 

 

Sommet du G20 : la conférence de presse de Vladimir Poutine sur le terrorisme

Au sommet du G20, qui s’est tenu du 14 au 16 novembre en Turquie, le président russe a souligné que la Russie avait présenté des exemples de financement des terroristes par des personnes physiques venant de 40 pays, y compris des pays-membres du G20.


Poutine : «Nous trouverons les terroristes, où qu’ils soient sur la planète et les châtierons»

Poutine en Chef de guerre déterminé : calme et déterminé, pas comme certains excités ! 

 

Poutine : «Nous trouverons les terroristes, où qu’ils soient sur la planète et les châtierons»


Hollande se rendra à Moscou et à Washington la semaine prochaine

Sur le site de l'Elysée, nous constatons que le déplacement de Hollande débutera par la visite à Obama à Washington. Il ira donc prendre les ordres auprès de son Maître avant de se rendre à Moscou ! 

Déplacements Washington - Moscou

Rubrique : Défense, International, développement et francophonie

Dans le cadre de l’action de la communauté internationale dans la lutte contre Daech et le règlement de la situation en Syrie, le Président de la République se rendra :

- mardi 24 novembre à Washington pour un entretien avec le Président Barack OBAMA

- jeudi 26 novembre à Moscou pour un entretien avec le Président Vladimir POUTINE

 

Hollande se rendra à Moscou et à Washington la semaine prochaine

François Hollande


Hollande rencontrera Obama à Washington et Poutine à Moscou "la semaine prochaine", a annoncé mardi sur France-Inter le premier ministre Manuel Valls.

François Hollande rencontra "la semaine prochaine" Barack Obama à Washington et Vladimir Poutine à Moscou, dans le but de parvenir à une coalition unique contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a indiqué mardi Manuel Valls.

"Cette nuit, il y a eu de nouvelles frappes de notre aviation à Raqqa pour détruire un QG et un camp de combattants de Daech (acronyme de l'EI en arabe) et nous allons poursuivre, le chef de l'Etat l'a annoncé, en mobilisant la communauté internationale. C'est le sens du déplacement du président de la République la semaine prochaine à Washington et à Moscou pour rencontrer Barack Obama et Vladimir Poutine", a déclaré le premier ministre mardi sur France Inter.

Le chef de l'Etat rencontrerait les présidents américain et russe en vue de former une grande coalition visant à détruire l'Etat islamique.

François Hollande reçoit aujourd'hui le chef de la diplomatie américaine, John Kerry.

 

Un million de Syriens sont revenus chez eux depuis le lancement de l’opération russe contre Daesh

Voilà comme on règle les problèmes d'exil et de réfugiés politiques : en éliminant la menace et les groupes de mercenaires fabriqués, formés et financés par la CIA/Mossad/US/UE pour permettre aux populations de rentrer dans leur pays !

Bravo Poutine et merci pour eux !

Voir aussi :

Lattaquié, région syrienne la plus sûre grâce aux forces aériennes russes

Un million de Syriens sont revenus chez eux depuis le lancement de l’opération russe contre Daesh

Près d’un million de Syriens sont revenus dans leur ville natale, libérée par l’armée syrienne soutenue par l’aviation russe, a fait savoir lundi l’ambassadeur syrien à l'ONU.

«C’est exactement ce qui se passe lorsqu’a lieu une action militaire collaborative russo-syrienne contre les terroristes et l’échange de renseignements entre la Syrie, l’Irak, l’Iran et la Russie. Cela a provoqué le retrait de groupes terroristes [de leurs positions] dans plusieurs zones, ce qui a permis à un million de personnes déplacées de revenir en sécurité chez eux», a annoncé Bachar Jaafari.

L’ambassadeur syrien, qui a participé à la rencontre du Conseil de sécurité de l’ONU lundi, a confirmé que le gouvernement syrien était prêt à coopérer «avec tous les pays qui ont une approche sérieuse de la lutte contre le terrorisme», a cité TASS.

D’après lui, la guerre de la Syrie contre le terrorisme «est dans l’intérêt du monde entier» parce que «chaque fois que l’armée syrienne se bat contre un terroriste étranger, elle sauve des dizaines de vies innocentes qui pourraient être menacées si celui-ci rentrait dans son pays». L’ambassadeur a aussi signalé que ceux qui effectuent des attaques terroristes à travers toute la planète tels qu’à Paris, «faisaient partie des milliers d’Européens venus en Syrie pour mener le djihad».

L’Europe fait face en ce moment à un afflux impressionnant de migrants venus du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, des régions déchirées par la violence et les troubles. Vers la fin de l’année prochaine, l’Allemagne à elle seule s’apprêtera à l’arrivée de deux millions de demandeurs d’asile. Le nombre de réfugiés pose un sérieux défi aux gouvernements de l’UE et donne lieu à une campagne massive par les politiciens et les médias, jouant avec les craintes que cet afflux pourrait sérieusement affecter la sécurité de ces pays.