Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2009

GrippeA/H1N1 : Interview of Jane Burgermeister reguarding The Swine Flu.

Project Camelot interviews Jane Burgermeister
http://www.youtube.com/watch?v=PelTWCUmTsU

 

 

 

USA : GrippeA/H1N1 : La plainte du Dr. Leonard G. Horowitz

GrippeA/H1N1 : un réseau criminel lié à la drogue découvert à New-York

La plainte du Dr. Leonard G. Horowitz du 22 août 2009

Note aux journalistes : Pour une entrevue avec les enquêteurs Horowtz et Kane, s'il vous plaît contacter
Rob Potter-949-715-2217 ou 310-877-3002
ou par mail : info@healthyworldorganization.org

Plainte originale en Anglais

http://www.fluscam.com/Affidavit.html

La plainte à télécharger en Français traduite par Google

http://www.scribd.com/doc/19999456/La-plainte-du-Dr-Leona...

 

La plainte du Dr. Leonard G. Horowitz du 22 août 2009 - en Français

 

GrippeA/H1N1 : Un réseau criminel découvert à New-York

GrippeA/H1N1 : Un réseau criminel dans le milieu de la Drogue découvert à New-York

16 septembre, 5:14 PM

Legal affidavit allègue  que des industriels de la drogue ont concouru à créer une pandémie pour leurs bénéfices

Dr. Leonard G. Horowitz et journaliste Sherry Kane, ont annoncé leur dépôt des déclarations sous serment aux autorités fédérales offrant des preuves que la fiducie mondial de la biotechnologie a utilisé son pouvoir et d'influence pour libérer les virus issus du génie biologique, tout en dirigeant le gouvernement et les représentants des médias de prononcer une pandémie et de poursuivre les vaccinations de masse d'un public non averti avec coups de feu qui sont connus pour être dangereux.

La confiance en question est connu sous le nom "Partenariat pour New York City», Et le Dr Horowitz a fait référence à elle comme un anneau« crime », comme il envoie des affidavits juridique pour le FBI, dans l'espoir de stimuler le personnel d'application de la loi et sans compromis aux agents publics de faire cesser les activités criminelles présumées et à prévenir de nouveaux dangers pour les citoyens de la la grippe et les vaccins. Le Partenariat pour la ville de New York les listes de sa mission comme étant dirigé vers la relance de l'économie de cinq Burroughs ville de New York et à maintenir la position de la ville comme centre pour le commerce mondial, des finances et de l'innovation. Biosciences ne sont qu'un des multiples projets cotée à la site Web public de partenariat.

Dans les documents soumis au FBI, les États Horowitz «fiducie de David Rockefeller, qui engage plusieurs partenaires puissants de Wall Street, y compris les médias Rupert Murdoch bosses, Mortimer Zuckerman, Thomas Glocer, et ancien président du conseil d'administration de la Federal Reserve Bank de New York, Jerry Speyer, sont impliquées dans l'avancement de génocide mondial. " Poursuit-il, "ce" contrôle de partenariat «recherche et développement en biotechnologie au niveau mondial. Le commerce international de la santé est aussi contrôlée presque entièrement par cette confiance que les exercices de contrôle presque complet sur les grands médias pour promouvoir et / ou de la propagande pour ses produits et services pour le crime organisé le cartel de la drogue. Cet confiance, en substance, fait la richesse de marchés de guérison médicales et naturelles, principalement à travers les sociétés des médias de masse et la propagande qu'il brandit pour l'ingénierie sociale et le renforcement du marché. "

Ces chercheurs rapportent aussi que connecté à la fiducie est Larry Silverstein, détenteur du bail du World Trade Center au moment de la 11 septembre 2001 UN ATTENTAT TERRORISTE. Le World Trade Center avait été un projet conçu à l'origine par les Rockefeller. Selon les enquêteurs, Larry Silverstein est maintenant propriétaire et un co-partenaire au Partenariat pour la ville de New York, la fiducie citée par Horowitz et Kane, comme le centre d'un dispositif de sortie de grippe et alimenter les craintes de pandémie à rabattre le public et les gouvernements partout le monde de participer à des vaccinations de masse.

Le Partenariat pour la ville de New York, basée sur le partage de l'information sur son site Internet, a demandé un who's who de puissantes sociétés financières et des poids lourds, avec le magnat des médias Rupert Murdoch comme l'un des co-présidents actuels et David Rockefeller comme le fondateur de la société . La capacité de la Rockefeller »à dominer les grandes industries est connu depuis des décennies, que la famille Rockefeller a été une force dominante dans l'industrie pétrolière et l'industrie des soins de santé depuis le début du 20e siècle. Ainsi, la suspicion sur les activités provenant de l'intérieur l'idée originale David Rockefeller Partenariat pour New York City vient sans doute de la longue histoire des fiducies Rockefeller et de leurs activités monopolistiques et corrompu.

Dr. Leonard Horowitz a un doctorat en médecine dentaire en médecine de la Tufts University et une maîtrise en santé publique de Harvard University. Il est un ardent défenseur de santé naturels et chercheur qui est l'auteur de plusieurs ouvrages dont "Emerging Viruses: AIDS & Ebola», «Healing Codes pour l'apocalypse biologique", "Death in the Air: La mondialisation, le terrorisme, & Warfare toxiques", "l'ADN : Pirates of the Sacred Spiral »et« Love: The Real Da Vinci Code ». L'affidavit adressé au FBI est affichée à www.fluscam.com et peut être compris en outre avec les renseignements généraux partagés dans les livres d'Horowitz, disponible à partir Tetrahedron Publishing et les distributeurs autre livre.

Le Dr Horowitz espère que les autorités vont émettre une injonction pour suspendre la vaccination contre la grippe, qui Horowitz croit être un danger pour la santé. Horowitz est connue pour ses recherches antérieures dans les programmes gouvernementaux les armes biologiques et agendas occultes menées par des industriels mondiaux. Il a prévu de 2001 attaques à l'anthrax et partage ses conclusions sur les suspects avec le FBI. Les lecteurs sont invités à assister à l'affidavit et les références connexes et de former leurs propres conclusions au sujet de ces allégations. Entre-temps, cette information mai être considérés quand faire des choix éclairés quant à la réception des vaccinations.

Source : Examiner

20/09/2009

La vaccination en questions : Groupe médical Suisse

Groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins

http://www.infovaccins.ch/index.htm

 

quiaimebien.jpg

 

" VACCIN CONTRE LA GRIPPE PANDEMIQUE – 12 QUESTIONS"

  1. Pourquoi continue-t-on de nous abreuver de tant de prédictions catastrophiques alors que le nombre de personnes atteintes et de décès s’avère bien en dessous des prévisions dans les pays où la grippe A/H1N1 a déjà passé, par exemple l’Australie ?

  2. Pourquoi ne dit-on pas que le nombre de malades et de décès est nettement inférieur à celui d’une grippe saisonnière ?

  3. Pourquoi continuer la promotion du vaccin contre la grippe (pandémique comme saisonnière) alors que plusieurs décennies d’expérience montrent que c’est inefficace ?

  4. Pourquoi les autorités sanitaires laissent-elles croire que le vaccin est une panacée contre la grippe alors que de grands doutes circulent quant à son efficacité dans les milieux scientifiques ?

  5. Pourquoi cache-t-on les effets secondaires connus du vaccin, à l’image de la vaccination de masse contre la même grippe aux USA en 1976, cessée en raison d’une recrudescence de complications neurologiques graves ?

  6. Sait-on que des additifs dangereux sont présents dans ces vaccins : l’hydroxyde d’aluminium, le thiomersal (sel de mercure toxique pour le système nerveux), le squalène, des traces d’antibiotiques.

  7. Sait-on que le vaccin fabriqué à la hâte n’a pas été soumis aux études de rigueur avant sa mise
    sur le marché :
    en particulier pas évalué précisément chez les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ?


  8. Sait-on que les entreprises pharmaceutiques ont d’ores et déjà obtenu aux USA l’immunité juridique pour ce vaccin, ce qui empêche toute poursuite à leur égard en cas de plainte ? Une "immunité" juridique garantie mais une immunité contre la grippe incertaine.

  9. Pourquoi continuer de faire croire que le Tamiflu® est un remède miracle alors qu’il ne raccourcit la durée de la maladie que d’un jour seulement et qu’il peut entrainer des effets secondaires ? "Le Tamiflu® peut causer des nausées. Et il y a des éléments qui indiquent qu’il peut y avoir des effets secondaires psychiatriques. Il y a des informations en provenance du Japon indiquant que des jeunes personnes qui ont pris du Tamiflu® ont eu des réactions psychotiques sévères identiques à celles que l’on trouve dans la schizophrénie." Dr Tom Jefferson (épidémiologiste au Cochrane Vaccine Field de Rome) dans une interview du journal allemand Der Spiegel (30/20.7.2009).

  10. Pourquoi cacher que le Tamiflu® peut favoriser une mutation du virus dans l’organisme, augmentant ainsi le danger de l’affection le virus devenant résistant ?

  11. Pourquoi ne donne-t-on pas des conseils simples et peu coûteux pour renforcer l’immunité de la population : une nourriture saine, de la vitamine C et D, du chlorure de magnésium, de la phytothérapie ou encore un remède homéopathique.

  12. Pourquoi ne parle-t-on pas plus des millions d’êtres humains qui meurent chaque année de malaria, de diarrhée ou de malnutrition ?

 

Groupe médical de réflexion sur les vaccins – septembre 2009

http://www.infovaccins.ch/12questionspandemie2009.html


Programme d'automne 2009 de l'Association
Responsabilité Santé, Genève.

Grippe, santé publique, santé individuelle.
Conférence le jeudi 17 septembre à 20 heures

« Silence, on vaccine ».
Projection le mardi 29 septembre à 19 heures 30

http://www.infovaccins.ch/soireesvaccinsGE.html

 

 

Source : http://www.infovaccins.ch/presse.htm


Vaccination des adolescentes contre les infections à papilloma virus humains du col de l’utérus

De quoi s'agit-il ?

Depuis fin 2007, les autorités sanitaires suisses proposent que toutes les adolescentes soient immunisées avec un nouveau vaccin dit "contre le cancer du col de l'utérus".

Dans le monde, ce cancer serait en fréquence le deuxième des cancers gynécologiques, après celui du sein. Mais 80% des cas sont recensés dans les pays en voie de développement. Dans nos pays, grâce notamment aux contrôles de dépistage, ce cancer est de plus en plus rare et son pronostic bien amélioré.

En Suisse, le cancer du col de l'utérus n'arrive qu'au 18 ème rang en fréquence ; moins de 90 femmes en meurent chaque année.

Le cancer du col de l'utérus et les papillomavirus

Les papillomavirus ou virus HPV (Human papilloma virus) forment une famille qui comprend plus d'une centaine de membres parmi lesquels les virus responsables des verrues banales. On trouve certains de ces virus dans les condylomes, les dysplasies (appelées aussi précancéroses) et les tumeurs cancéreuses du col de l'utérus. Ces virus peuvent être transmis par la peau et par voie sexuelle. Le virus fait rarement des lésions sur la verge de l'homme, et dans les deux sexes l'infection est indolore.

Il semble établi que ce type de cancer n'existe pas en l'absence du virus, d'où l'affirmation que la prévention de l'infection chronique par le vaccin prévient le cancer qui y est associé.

Le vaccin n'immunise pas "contre le cancer du col de l'utérus " mais contre certains virus HPV.


Les vaccins

Marques : Gardasil® et Cervarix®

Les deux vaccins contiennent deux souches virales HPV fréquemment associées au cancer. Le premier contient en plus deux souches apparaissant dans les verrues anales et génitales.

Les deux sont obtenus par génie génétique.

On y trouve plusieurs adjuvants dont l'aluminium.

La vaccination comprend 3 injections en l'espace de 6 mois. On peut aussi arrêter en cours de route.

La durée d'action du vaccin est inconnue. Nous n'avons qu'un recul de 5 ans.

La vaccination est proposée gratuitement en milieu scolaire, avec quelques particularités cantonales.
Un accord parental nous parait indispensable.

Prix des 3 injections : CHF 700.-. (en France € 440.-)

 

Ce qu'on ne vous dit généralement pas

Le vaccin ne couvre pas toutes les infections HPV

En effet, dans près d'un tiers des cancers du col de l'utérus, on trouve la présence d'un autre type de virus HPV que ceux couverts par le vaccin.

Une période d'essais du vaccin trop courte

Les essais effectués chez l'être humain avant commercialisation n'ont pas duré plus de 4 ans. Aucune des patientes vaccinées n'a développé de cancer, mais aucune non plus dans le groupe de contrôle des femmes non vaccinées !

Il a cependant été démontré qu'aucune patiente vaccinée n'a présenté de dysplasie, alors que celles-ci étaient présentes chez 0,4% dans le groupe non vacciné. Cela n'a pas grande signification puisque l'immense majorité des infections à virus HPV guérissent spontanément, y compris pour les souches concernées par ce cancer (70% de guérison dans la première année, jusqu'à 90% après deux ans).

Infection HPV ne signifie pas cancer

Seule une infime minorité des infections chroniques, signées par des dysplasies, se transforme en cancer après plusieurs décennies.

De plus, nous n'avons aucune idée de la durée de l'éventuelle protection vaccinale. Des rappels sont déjà envisagés. Cette incertitude est à mettre en parallèle avec le fait que deux tiers des femmes décédées de ce cancer ont plus de 65 ans.

Enfin, l'élimination spontanée du virus HPV par le système immunitaire est d'autant plus fréquente que la femme est jeune.

 

Vacciner à 15 ans est-ce utile ou … rentable ?

Il nous semble exagéré d'affirmer que ce vaccin effectué à l'âge de 15 ans diminuera le nombre des cancers survenant à 65 ans.

Au contraire, un des risques potentiels d'une vaccination à grande échelle pourrait être de retarder l'infection à un âge plus avancé, donc de diminuer le taux de guérison spontanée et d'augmenter finalement la fréquence de ces cancers.

Pour l'instant, il n'y a aucune preuve valable de l'efficacité de ce vaccin contre le cancer du col de l'utérus. D'ailleurs la publicité d'un des fabriquant parle avec prudence d'un vaccin "pouvant prévenir" ce cancer.

D'autres facteurs sont responsables du cancer du col

Le virus HPV n'est certainement pas la seule cause du cancer du col de l'utérus. D'autres facteurs de diminution de l'immunité naturelle sont à prendre en considération : le tabagisme, la prise d'un contraceptif, la précocité des relations sexuelles, la multiplicité des partenaires, le manque d'hygiène, la malnutrition, entre autres.

Et les effets secondaires du vaccin ?

Le système américain de vaccino-vigilance a recueilli jusqu'à ce jour (1.10.08) 8850 déclarations d'effets secondaires dont 371 hospitalisations et 27 décès. Officiellement, aucun décès n'a été attribué aux vaccins.

Ces chiffres doivent être corrigés sachant que seul 1 cas sur 10 voire 1 cas sur 100 est déclaré.

Parmi les femmes qui ont été suivies pendant 4 ans dans le cadre des essais cliniques il a été constaté trois fois plus de problèmes médicaux sévères que chez les témoins non-vaccinés.

Ajoutons qu'une vaccination à grande échelle diminuera certainement la fréquence des souches vaccinales de ce virus, laissant ainsi la place à d'autres souches, qui pourraient aussi s'associer au cancer.
Le phénomène est observé avec d'autres vaccins dont celui contre les pneumocoques.

Enfin, l'aluminium contenu dans le vaccin peut endommager le système immunitaire. De plus c'est un toxique pour le système nerveux.

Nos recommandations

La situation sanitaire actuelle ne justifie pas l'introduction précipitée de ce vaccin d'autant plus que le dépistage précoce du cancer du col de l'utérus se révèle efficace et reste indispensable. Ce système peut encore être bien amélioré en ciblant mieux les femmes mal habituées à ces examens.

Le message officiel tend à dire aux adolescentes "vous êtes vaccinées donc protégées". Il va à l'encontre de toute la prévention mise en place depuis l'émergence du SIDA envers les maladies sexuellement transmissibles. L'usage du préservatif reste le meilleur moyen de se protéger contre toute maladie sexuellement transmissible dont les virus HPV font partie.

Dans plusieurs pays, des médecins demandent un moratoire sur le vaccin anti-HPV, estimant prématurée sa généralisation dont l'utilité est loin d'être démontrée et les effets secondaires certains.

Notons enfin la démarche de l'Université de Tempere en Finlande qui a entrepris en 2004 une étude de suivi à long terme dont les premiers résultats seront disponibles en 2020.

Entre-temps et en l'absence de données claires, nous invitons à renoncer à cette vaccination.

Groupe médical de réflexion sur les vaccins

Mise à jour : octobre 2008

Téléchargez ce texte en format .pdf

http://www.infovaccins.ch/antiHPV.htm


 

19/09/2009

USA : La police et les militaires s'entrainent à arrêter les réfractaires au vaccin

Selon certaines rumeurs, la police et les effectifs militaires s'exercent à mettre en place des points de contrôle afin de capturer les personnes qui refusent de prendre le vaccin de grippe porcine, tandis que les services de Santé préparent le terrain pour une campagne de vaccination de masse en avertissant que des problèmes de santé sérieux et potentiellement mortels seront associés au vaccin de H1N1.

Dans cette vidéo You Tube, une femme se présentant comme étant soldat, explique comment elle a participé à un exercice de répétition en Californie,  s'entrainant à mettre des barrages routiers et des points de contrôle, de telle manière que les autorités puissent vérifier qui a reçu le vaccin de grippe porcine. Ceux qui ont été vacciné seront équipés d'un bracelet RFID de façon à être localisé et suivi. A ceux qui n'ont pas pris le vaccin, il leur sera proposé de le prendre sur place et s’ils refusent toujours, ils seront acheminés dans un camp d'internement, selon ce témoignage.

http://www.youtube.com/watch?v=1qQ4iFI5Np8&feature=player_embedded
 

 

Cette personne doit se rendre publique en fournissant son nom et prénoms et son poste, parce qu'elle est déjà connue des autorités. En restant anonyme seulement au public, son témoignage peut être écarté, juste comme quelqu'un qui dit des propos diffamatoires sur You Tube. Cependant, ses propos concernant le suivi des personnes ayant pris le vaccin par l'intermédiaire de bracelets RFID reprennent un plan qui a déjà été bêta-expérimenté par les services de Santé.
L'ancien soldat de l'Etat du Kansas, Greg Evensen, a souligné ce point déjà en Juillet. « Vous a-t-on informé du plan massif de barrage routier, afin d'arrêter tous les voyageurs pour les équiper d'un bracelet  (bande en acier inoxydable équipée d'une puce) qui vous forcera à prendre l'injection ? » a écrit Evensen le 29 Juillet. « Le refuser ? Vous serez placés dans un autobus de la prison et transportés dans un camp de quarantaine. Que feriez-vous quand vos enfants ne seront pas autorisés à aller en cours sans le vaccin ? Que feriez-vous si vous ne pouvez pas aller sur votre lieu de travail sans les justificatifs du vaccin ? Pour faire vos courses? Allez à la banque ? Aller dans n’importe quel magasin? ? Prendre l'avion, l'autobus ou le train ? Utiliser les toilettes publiques ? Rien. Les policiers seront détestés, craints, dédaignés et rappelés à leur mission officielle.»

M. Evensen a formulé le commentaire suivant sur un événement survenu au Texas :

Les autorités à Boston ont déjà expérimenté une telle technologie, en vue de créer une « carte de vaccination » dressant les personnes qui ont pris le vaccin et celles qui ne l'ont pas pris, ou « créant un registre sur toute la ville de tout ceux qui ont reçu une vaccination de grippe, » comme décrit dans un article du Boston Globe.

http://www.boston.com/news/local/massachusetts/articles/2008/11/21/boston_launches_flu_shot_tracking/

On a donné aux participants un bracelet avec un code d'identification unique, exactement comme décrit dans la video You Tube.
«Des spécialistes en maladie infectieuse de Boston et d'ailleurs prédisent que l'approche d'enregistrer tout le monde, pourrait s'avérer bien plus utile si quelque chose de plus sinistres frappait : une attaque bio-terrorisme ou l'arrivée longtemps crainte d'une épidémie globale de grippe. Dans de telles crises, le registre pourrait être employé pour dépister qui a reçu un vaccin ou un antidote particulier à un germe mortel, » selon l'article.
« N'importe quoi que vous puissiez faire pour améliorer le suivi de qui a été vacciné et qui ne l'est pas, c'est absolument essentielle, » a dit Michael Osterholm, directeur du Centre pour la Recherche des Maladies Infectieuses à l'Université du Minnesota. « Je souhaite que plus de villes fassent ce genre de chose. »
Tandis que les gouvernements ont publiquement soutenu les discussions sur les programmes de vaccination de masse obligatoires, leurs actions en coulisse,  indiquent qu'ils se préparent à une loi martiale médicale.

Une conférence internationale (
http://www.prisonplanet.com/preparing-for-martial-law-international-swine-flu-conference-to-be-held-in-washington.html ) sur la grippe porcine tenue récemment à Washington D.C., et suivie par les chefs des services de Santé à travers le monde, a comporté des ateliers sur les quarantaines imposées, les vaccinations de masse, et sur comment « contrôler et répandre les soulèvements sociaux et les désordres publiques. » Les personnes qui ont essayé d'accéder à la conférence représentant différents médias, ont été contraintes de faire demi-tour par les services de sécurité de la conférence.

http://www.youtube.com/watch?v=_FH2niIlHAQ



Comme nous l'avons rapporté plus tôt ce mois-ci, un document interne choquant décrit le plan du gouvernement Français pour imposer un programme de vaccination de masse de grippe porcine, à la population entière,  qui sera administrée dans des centres de vaccination régionaux et effectuée par des équipes spéciales, contournant complètement les établissements médicaux et les généralistes.

http://www.prisonplanet.com/french-government-plans-to-forcibly-mass-vaccinate-population.html

La loi est également passée aux États-Unis pour permettre aux équipes de vaccinations d’Etat d'aller de porte-à-porte, pour conduire les « interventions »  d'immunisation  et pour rechercher les personnes qui n'ont pas pris l’injection.

http://www.prisonplanet.com/health-care-bill-will-fund-state-vaccine-teams-to-conduct-%E2%80%98interventions%E2%80%99-in-private-homes.html

Il n'est pas clair comment les autorités prévoient d'imposer une telle campagne obligatoire de vaccination, particulièrement à la lumière d’une preuve anecdotique, suggérant qu'une grande majorité de la population refusera de prendre le vaccin. Des sondages réalisés au Royaume-Unis indiquent qu'une majorité d'infirmières et autres professionnels de la santé, les cibles prioritaires pour le premier round de vaccinations, refuseront d'être vaccinés.

http://www.prisonplanet.com/nationwide-revolt-against-mass-swine-flu-vaccination-accelerates.html

Il est probable que les menaces, l'intimidation et le retrait des droits et des convenances forcent la plupart des réfractaires à prendre l'injection. Une fois que les gouvernements commenceront à imposer les quarantaines et les interdictions de voyager pour les personnes n'ayant pas pris le vaccin, un nombre considérable sera susceptible de se plier.
Depuis que les ingrédients dangereux contenus dans le vaccin sont devenus publique, l'opposition aux programmes de vaccination de masse a considérablement augmenté.
Comme nous l'avons précédemment documenté, le vaccin de grippe porcine a été précipité dans les procédures de tests de sûreté, tandis que les gouvernements ont fourni aux entreprises pharmaceutiques l'immunité les couvrant de tout procès lié au vaccin causant la mort et des dommages.

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/uk/health/article6694046.ece

Il a été précédemment révélé que certains lots du vaccin contiendront du mercure, une toxine liée à l'autisme et aux désordres neurologiques. Le vaccin contiendra également le Squalène, qui a été directement lié avec des cas de Syndrome de Guerre de Golfe et d'une multitude d'autres maladies débilitantes.
http://www.prisonplanet.com/washington-post-swine-flu-vaccine-will-contain-mercury.html
http://www.prisonplanet.com/12000-u-s-children-to-be-swine-flu-vaccine-guinea-pigs.html

Il a été aussi récemment signalé que le gouvernement Britannique a envoyé une lettre confidentielle aux neurologues leur disant d'être en état d'alerte concernant les cas de désordre du cerveau appelé Syndrome de Guillain-Barré (GBS), qui pourrait être déclenché par le vaccin. La CDC en Amérique a fait de même quelques semaines plus tard.

http://www.telegraph.co.uk/health/swine-flu/6038460/Doctors-told-to-watch-for-Guillain-Barre-syndrome-during-Swine-flu-vaccination-programme.html

http://www.prisonplanet.com/cdc-warns-neurologists-to-watch-for-nerve-disease-following-swine-flu-shots.html

Du fait que les dangers du vaccin soient devenus largement connus, les autorités se détachent de l'histoire en reconnaissant publiquement que des millions de problèmes de santé au lendemain d'une campagne de vaccination seront blâmées au vaccin, citant la débâcle de grippe porcine de 1976 quand le vaccin s’est avéré bien plus mortel que le virus réel.
Reuters signale que les agents de la Santé publique, « s’attendent à une avalanche de soi-disant rapports d'événements défavorables qui concerneront aussi bien des cas de mort, de maladie ou de tout autre trauma de santé qui se produiraient dans un délai de deux semaines après réception du traitement, en réaction à un nombre prévu de « un million de crises cardiaques, à 700.000 attaques et à 900.000 pertes. »

http://www.reuters.com/article/newsOne/idUSTRE58F3A720090916

« Nous allons être accablés avec des événements potentiels, » a dit Mike Osterholm, un expert en matière de Santé Publique à l'Université du Minnesota.
En se montrant tôt et en clamant que ces problèmes se seraient produits de toute façon,  avec ou sans vaccin de grippe porcine, les autorités se dédouane à l'avance de façon plausible en attendant que les effets secondaires du vaccin commencent à apparaître.
Un certain nombre de facteurs indiquent maintenant que les autorités en Amérique et en Europe ne préparent pas seulement des programmes de vaccination de masse, mais forment également la police et les militaires sur la façon dont ils doivent agir avec ceux qui refuseront de prendre le vaccin. Compte tenu du fait qu'environ 150 millions d'Américains possèdent une arme et seraient prêts à s'en servir pour défendre leurs familles contre la police et les troupes cherchant à les piquer de force, il semble peu probable que les services de Santé aux États-Unis emprunteront ce chemin.
Cependant, en mettant en place des interdictions de voyager, des interdictions d'école et d'autres formes générales de quarantaine, un bon nombre de ces réfractaires pourrait par la suite être intimidé pour prendre le dangereux vaccin.
Mais un bon nombre d'entre eux resteront fermes - et c'est probablement là où les camps d'internement et la loi martiale entreront en jeu.
Seulement en répandant l'exagération effrénée sur le relativement inoffensif virus de grippe porcine et en réaffirmant notre droit de refuser les procédures médicales conduites contre notre volonté, selon le code de Nuremberg, nous mettons en évidence ce canular qu’est la grippe porcine, qui est employé par les gouvernements comme un écran de fumée pour accélérer et mettre en application leur état policier.

Traduction
Alter Info
http://www.infowars.com/police-and-military-train-to-intern-swine-flu-vaccine-refusniks/