Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2015

Frappes russes en Syrie : Pourquoi les civils ne peuvent pas être touchés !

Nous avons déjà vu que les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustibles appartenant à l'EI.

Les pilotes russes travaillent en collaboration étroite à partir de leurs données mais aussi à partir de celles communiquées par l’Armée Syrienne et plus largement par l’Irak et l’Iran qui ont créé la coalition avec Moscou.

Compte tenu des moyens utilisés par la Russie, en science militaire, exposés ci-dessous, qui permettent d’atteindre des cibles précises,  nous ne voyons pas en quoi des civils pourraient être touchés par les frappes russes.  
 

La Russie a créé en Syrie un redoutable système de collecte et de traitement de l’information

 

La Russie a créé en Syrie un redoutable système de collecte et de traitement de l’information

Le but de la science militaire est de chercher à s’assurer la maîtrise du combat par la localisation en temps réel des combattants ennemis, leur équipement et leurs intentions matérialisées par leurs manœuvres dans l’espace et le temps. L’avantage des avions de reconnaissance est qu’ils couvrent intégralement le théâtre d’opérations militaires, comme le territoire de la Syrie. Les opérations de l’armée syrienne qui se sont effectuées jusqu’à présent sans l’utilisation de drones (avions sans pilote) avec caméras thermo-vision dans l’infrarouge ou capteurs divers ont lamentablement échoué.

La doctrine des armées modernes, ainsi que celle de la Fédération de Russie prévoit de se faire une image complète du théâtre des opérations de la Syrie, de créer et d’exploiter un programme complexe, basé sur trois niveaux de collecte et de traitement des données. À cela, il faut ajouter des informations recueillies par les satellites d’observation militaires russes, équipés de capteurs de divers types.

Le premier niveau se rapporte à la sécurisation de chaque base où sont cantonnées les troupes russes en Syrie (aéroport de Lattaquié, le port de Tartous et Lattaquié). Ceci est assuré par 4-6 Mini drones (avions sans pilote) de type ZALA 421-08 (Strekoza). Ceux-ci sont utilisés par les unités de sécurité des bases russes, strictement pour éviter une attaque de rebelles syriens par surprise. Ces avions sont ultralégers, silencieux, avec un moteur électrique et un rayon d’action jusqu’à 30 km. Parallèlement à cela, le dispositif de surveillance des périmètres autour des bases russes est doté de drones de type MRK-46. Toutes les bases russes de la Syrie ont des dispositifs mobiles anti-aériens Pantsir-S1 et Tor, comme l’a précisé le commandant des forces de l’OTAN en Europe, le Général Philippe Breedlove.


 

Le deuxième niveau est axé sur la recherche des cibles pour les missions ultérieures et repose sur 36 drones type Yakovlev Pchela-1T et Orlan-10 (similaire à l’américain RQ-7 Shadow) volant à une altitude de 2 500-3 600 m. Ces drones sont équipés de dispositifs électro-optiques dans le spectre infrarouge, ce qui leur permet de voler de jour comme de nuit. Leur mission est de permettre la détection de tout rebelle syrien dans un rayon de 60 km autour des dispositifs offensifs russes.


Dans un précédent article, j’ai parlé des avions sans pilote de reconnaissance Pchela-1T, lancé de l’aéroport de Bassel Al-Assad, pour des vols de reconnaissance dans le Nord-Est de la région de Lattaquié.

Les troupes au sol russes entrent en action en Syrie

Les sous-unités de chars russes (des photos prises par satellite montrent au moins 9 chars T-90S à l’aéroport de Lattaquié) possèdent 4-6 drones de reconnaissance Dozor 600 ou Altius, similaires aux MQ-1B Predator américains. Ces avions font partie du deuxième niveau de surveillance, leur rayon d’action couvrant le territoire entier de la Syrie. L’avion est équipé d’un capteur de mouvements SAR (Synthetic Aperture Radar), capable de détecter une cible en mouvement, et de distinguer l’ombre d’un homme se déplaçant de quelques dizaines de centimètres, et ce à une distance de plus de 700 m. Le Dozor est équipé de deux poutres dans les ailes où on peut accrocher deux missiles guidés par faisceaux laser, deux lanceurs de roquettes ou 6 bombes de 20 kg.


Pour ce deuxième niveau, les unités de l’armée russe coopèrent avec l’armée syrienne pour détecter et surveiller en permanence les groupes de rebelles pour déterminer leurs points faibles. Les commandants Syriens et Russes déterminent ensemble le meilleur moment pour les détruire.

culegere-informatii

Le troisième niveau de la collecte et du traitement des données des observations est étroitement lié aux troupes offensives au sol, dont un escadron composé de 16 hélicoptères de soutien Mi-24PN, Mi-35M et Mi-8AMTSh. Les capteurs de contrôle de tir et de surveillance des hélicoptères sont montés dans un carénage spécial qui contient une caméra TV de jour, une pour l’empreinte thermique pour la nuit, un petit radar dans la gamme millimétrique, et un émetteur de faisceau, avec télémètre laser pour diriger les armes de haute précision. Pour éviter que ces hélicoptères se fassent descendre par les avions israéliens et ceux de la coalition anti-ISIS dirigée par les Etats-Unis, ils disposent d’équipements de contre-mesures électroniques type Richag-AV.

Le troisième niveau de la collecte et de traitement des données de surveillance englobe les avions de reconnaissance ELINT à grand rayon d’action, avec un équipage spécialisé à bord. La Russie dispose d’environ 20 avions de type Il-20M1 qui ont un rayon d’action de 6 500 kilomètres et un plafond de 11,800 m. Un avion russe Il-20 M1, dont l’arrivée en Syrie n’avait pas été détectée, a été photographié par satellite à l’aéroport de Lattaquié.

Comment les avions de combat russes sont-ils arrivés en Syrie sans que personne ne s’en aperçoive ?

La partie inconnue que ne verront jamais les photos par satellite dans le dispositif russe en Syrie, autrement plus importante que l’avion, est constituée par le système de commandement Hi-Tech automatisé de type C4I de l’Etat-Major, qui englobe les fonctions suivantes : commandement, contrôle, communications, ordinateurs, informations et interopérabilité.

punct-de-comanda

Les systèmes C4I réunissent les dernières générations de microprocesseurs et de matériel de communication par satellite, intégrant des capteurs de détection et de guidage. Ils disposent, en outre, d’installations de mémoire et de serveurs propres avec des puissances de traitement de dernière génération, et sont sécurisés par cryptage numérique dans toute la gamme de fréquences, rendant impossible tout brouillage. Le C4I répartit automatiquement les cibles détectées par structure de reconnaissance vers chaque système de frappe terrestre russe et syrien (pièce d’artillerie, char, missile), ou vers ceux placés à bord de navires ou d’avions, en fonction de leur rayon d’action.

 Valentin Vasilescu

Traduction Avic – Réseau International

http://www.ziaruldegarda.ro/rusia-si-a-creat-in-siria-un-...

 

 

Quatre installations importantes de Daesh ont été détruites dans la nuit par l'Armée de l'air russe

La Russie avance quoi qu’en disent les mécréants criminels qui soutiennent leurs mercenaires au détriment des innocents !

Quatre installations importantes de Daesh ont été détruites dans la nuit par l'Armée de l'air russe

1 oct. 2015

Su-24

La flotte des forces aériennes russes en Syrie comprennent 50 avions de guerre et hélicoptères, a fait savoir le porte-parole du ministère de la Défense russe, en rapportant que huit sorties avaient été effectuées dans la nuit.

La Russie, qui a entamé sa campagne aérienne mercredi afin d’aider l’armée syrienne à combattre les groupes terroristes, n’avait auparavant révélé aucun détail sur l’importance de son contingent en Syrie.

«Nos unités aériennes ont été déployées dans un très court délai. Cela a été possible parce que nous avions la plupart du matériel et des munitions prêts dans nos dépôts à Tartous. Nous n’avons eu qu’à déplacer nos avions et livrer de l’équipement supplémentaire», a noté le porte-parole du ministère Igor Konachenkov aux journalistes.

La flotte en question comprend les derniers modèles de bombardier Su-24M et des avions d'attaque au sol Su-25, a-t-il ajouté.

Les frappes effectuées mercredi soir ont ciblé quatre installations de l’Etat islamique, a mentionné Konachenkov. «Un quartier général de terroristes, un dépôt de munitions ont été détruits non loin d’Idlib ainsi qu’un centre de commandement fortifié à trois niveau près d’Hama», a-t-il ajouté.

«Une bombe a également frappé et complément détruit un atelier qui produisait des explosifs et des munitions, dans le nord d’Homs», a signalé le porte-parole du ministère ; ajoutant que les terroristes équipaient les véhicules d’explosifs. Ces véhicules étaient ensuite utilisés pour perpétrer des attaques terroristes.

Durant les sorties de la nuit, le nombre de cibles touchées par la Russie en Syrie pour les premières 24 heures de l’opération a augmenté jusqu’au nombre de 12.


«Tous les raids sont menés en coordination avec le commandement de l’Armée syrienne. Le ministère syrien de la Défense a envoyé un groupe opérationnel à la base aérienne de Khmeimim», a expliqué le responsable russe en faisant référence à la base aérienne près de Lattaquié, où les forces russes sont stationnées.

Les USA demandent à l'Irak de garder secrets leurs renseignements communs

Les USA ont très peur !

En fait, ils demandent à l’Irak de ne pas dire à la Russie que l’EI ce sont eux, autrement depuis plus d’1 an qu’ils sont sur le terrain, l’armée la plus puissante du monde aurait débarrassé l’Irak de leur mercenaires/salariés !

D’où le fait que le Pentagone s’inquiétait de la création de la coalition entre la Russie, la Syrie, l’Iran et l’Irak !  

Comme si la Russie avec ses agents secrets et ses satellites militaires ne savait pas déjà  qu’USA/ISIS/DAESH/AL-Qaïda/Israël/Turquie/Ryad, étaient la même entité !

Du reste Poutine ne s’est pas gêné pour dire qu’il savait ce qui se passait au Moyen Orient et en Afrique ! Il ne lui reste qu’à dire très clairement qui finance tous ces mercenaires.

Poutine: Nous savons ce qui se passe au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Le jouet de l'Empire : ISIS/DAESH/DAECH/EI. Création, financement, armement.

Poutine à l’ONU sur les révolutions « démocratiques » : Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ?

Les USA demandent à l'Irak de garder secrets leurs renseignements communs

 21:36 01.10.2015(mis à jour 21:38 01.10.2015)

Département américain de la Défense

Le ministre irakien de la Défense a assuré aux Etats-Unis que les informations secrètes reçues de leur part ne seraient pas transmises aux militaires russes. Selon Washington, les échanges d'informations avec Bagdad causent un "préjudice catastrophique" aux combattants de Daesh.

Le Pentagone espère que les autorités irakiennes ne transmettront pas à un pays tiers — en l'occurrence la Russie — les renseignements que les Etats-Unis communiquent à Bagdad dans le cadre de l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (Daesh), a déclaré le porte-parole du département américain de la Défense, le colonel Steve Warren.

"Le ministre irakien de la Défense nous a assuré que les informations secrètes que nous leur transmettons seraient protégées", a indiqué le colonel lors d'un point de presse à Washington. Il répondait à la question de savoir s'il existait un risque de voir les militaires irakiens partager ces informations avec les Russes. "Nous procédons à un très bon échange d'informations avec la partie irakienne, ce qui cause un préjudice catastrophique à l'ennemi", a ajouté le porte-parole.

La Russie, l'Iran, l'Irak et la Syrie ont mis en place un centre d'information conjoint à Bagdad afin de coordonner la lutte contre l'Etat islamique. Ce centre est chargé de recueillir, de traiter et d'analyser les informations sur la situation militaire dans la région et de les transmettre aux états-majors de ces pays.

 

Syrie: l'Occident jaloux du succès de la Russie

Nous sommes bien d'accord avec cette analyse.

 
Syrie: l'Occident jaloux du succès de la Russie

 20:44 01.10.2015 (mis à jour 21:34 01.10.2015)

Frappes russes en Syrie

Face aux djihadistes, l'Occident préférerait perdre la Syrie et même d'autres pays de la région plutôt que de soutenir la politique de Moscou, estime un parlementaire russe.

L'attention du monde entier est aujourd'hui portée sur la Syrie et à la Russie, seul pays capable de désamorcer la crise syrienne, a estimé jeudi Konstantin Kossatchev, chef de la commission des Affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

"Du moment que l'armée syrienne est la seule structure armée qui mène au sol le combat contre l'Etat islamique, l'unique variante efficace d'utilisation de l'aviation dans cette guerre passe par la concertation d'actions entre "terre" et "ciel", soit par la coordination avec l'armée syrienne", a déclaré M.Kossatchev devant les journalistes à Moscou.

Et d'ajouter que la Russie était le seul pays prêt à une telle coordination et qui la réalisait déjà.

"C'est l'unique chance pour réussir l'opération", a souligné le sénateur, ajoutant cependant que l'Occident avait déjà lancé une véritable guerre de l'information contre la Russie.

Selon le sénateur, tout porte à croire que l'Occident ne peut supporter l'idée même de succès qui soit associé à la Russie.

"Préfère-t-il perdre la Syrie et même d'autres pays de la région face aux islamistes plutôt que de soutenir la Russie, du moins ne pas l'empêcher d'accomplir une tâche commune et très importante pour l'ensemble de l'humanité", s'interroge M.Kossatchev.

L'Armée de l'air russe a entamé mercredi 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustibles appartenant à l'EI.

 

01/10/2015

USA et prix nobel de la paix.... Vraiment ?

Nous vous laissons juges !

Nouvelle image (3).jpg