Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2016

Qui crée, finance, arme l'État-Islamique et Pourquoi ?

 

Qui crée, finance, arme l'État-Islamique et Pourquoi ?

https://www.youtube.com/watch?v=_QgYPPRvMJo&feature=youtu.be


 

 

25/10/2016

Le meurtre de Bachar el-Assad au programme du Congrès US

 

Le meurtre de Bachar el-Assad au programme du Congrès US

 

Le meurtre de Bachar el-Assad au programme du Congrès US

 
Washington semble n’avoir jamais abandonné l’idée d’une méthode radicale pour le règlement du conflit syrien.

Le participant d'un briefing à huis clos, organisé par le Council on Foreign Relations (CFR) américain, a proposé de régler le conflit en Syrie en tuant le président syrien Bachar el-Assad, a déclaré une source, qui a également participé à la rencontre. « Et si l'on recourait au meurtre d'el-Assad ? », a demandé ce participant, cité par le magazine américain Foreign Policy, à Philip Gordon, ex-responsable du Proche-Orient au sein de la Maison Blanche. Selon l'édition, la question a laissé perplexe les autres participants et a été rapidement rejetée par M. Gordon.
 
« C'est illégal et cela ne changerait rien de toute façon. Cela s'avère d'ailleurs peu nuisible aux intérêts de la Russie en Syrie et à ceux de l'Iran notamment », a expliqué Philip Gordon.
 
Conformément à la loi de 1976, un fonctionnaire de l'État américain ne peut pas être impliqué dans un meurtre politique ou dans ses préparatifs.

« Même si el-Assad mourrait ou était tué pour une cause ou une autre, l'enjeu du conflit, qui est le régime syrien soutenu par la Russie contre l'opposition locale, ne changera pas », a répété pour sa part une source de l'édition à la Chambre des représentants. Quoi qu'il en soit, il est certain que la recherche de solutions agressives pour le règlement du conflit syrien est de plus en plus prisée à Washington.
 
 
 
 

Trêve humanitaire à Alep: l'échec expliqué par Moscou

 
 
Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin.
 
Les djihadistes et l'opposition «modérée» ont empêché la réussite de la trêve humanitaire à Alep syrienne, selon le Kremlin.

Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a commenté l'échec de la trêve humanitaire à Alep qui avait été proclamée dans la région pour permettre l'évacuation de la ville des djihadistes sans armes et des civils.
 
« Pendant tous ces jours (de la trêve, ndlr) on a vu des tirs visant les postes de contrôle, des attaques de djihadistes visant les principaux itinéraires de l'acheminement du fret humanitaire. Tout cela rend difficile, sinon impossible la formation de convois humanitaires », a indiqué le porte-parole. Selon lui, le Kremlin appelle à réfléchir sur la possibilité, de manière générale, de faire un distinguo entre les djihadistes et l'opposition modérée en Syrie.
 
« En attendant, le distinguo entre les groupes terroristes et la prétendue opposition modérée n'a pas été fait et on devrait décider si c'est possible en général », a ajouté Dmitri Peskov.
 
Rappelons que la trêve a duré à Alep du 20 au 22 octobre. Neuf couloirs humanitaires avaient été mis en place, dont six réservés aux résidents civils et deux aux combattants bloqués dans la partie est de la ville. 
 
Mardi 18 octobre, les forces aériennes russes et syriennes ont suspendu leurs frappes à Alep, en Syrie, soit avant la date prévue, pour assurer la préparation d'une pause humanitaire. Or, les terroristes du Front Al-Nosra ont tiré sur les habitants d'Alep rassemblés près de l'entrée d'un couloir humanitaire dans le quartier de Bustan al-Qasr. En outre, les extrémistes ont exécuté publiquement 14 représentants des autorités locales, ceci comme punition pour avoir appelé à quitter les quartiers contrôlés par les groupes armés. Selon différentes estimations, jusqu'à 7 000 djihadistes de différents groupes armés sont retranchés dans l'est d'Alep.
 
 
 
 

A Alep, l'armée donne son dernier avertissement aux insurgés



Bombardements à Alep
 
Les forces aériennes syriennes ont largué sur la partie est d'Alep des tracts appelant les combattants à profiter de leur «dernière chance» pour quitter la ville.

Dans le cas contraire, les insurgés présents à Alep seront éliminés, promettent les tracts.

« C'est votre dernier espoir. Si vous ne vous retirez pas de ces zones, vous serez éliminés. Nous vous avons laissé un couloir sécurisé. Ne tardez pas à prendre votre décision, sauvez-vous », lit-on dans les papiers. « Vous savez bien que vous êtes abandonnés par tous, personne ne va vous aider », indiquent les tracts.

Une pause humanitaire a duré du 20 au 22 octobre à Alep. Au cours de cette période, des couloirs ont été ouverts par l'armée syrienne pour que les combattants et les résidents civils puissent quitter les quartiers est de la ville, mais les forces antigouvernementales contrôlant ces zones ont empêché les habitants locaux de le faire.
 
Les formations armées illégales ont sapé la pause humanitaire à Alep en tirant sur les habitants à la sortie de la ville, d’après le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Les hommes armés qui contrôlent les quartiers est de la ville syrienne d'Alep ont tiré sur les habitants qui essayaient de quitter la ville pendant la pause humanitaire, a déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire d'État américain John Kerry.
 
 
Qartiers est d'Alep contrôlés par les djihadistes
Un groupe de 48 civils a réussi à s’échapper de la partie est d’Alep, d’après un représentant de la police de la ville.

« 48 personnes ont pu quitter l'est de la ville d'Alep. Nous ne pouvons pas donner de détails. Nous espérons que grâce au même système nous réussirons à faire sortir encore plus de gens », a expliqué un représentant de la police d'Alep à l'agence Rossiya Segodnya.
 
 
 
Alep
La partie ouest de la ville syrienne d’Alep est régulièrement pilonnée depuis ses quartiers est au-dessus desquels flottent toujours les drapeaux des organisations terroristes Front al-Nosra et État islamique (Daech).

Les terroristes du Front al-Nosra et de Daech qui se sont retranchés à Alep-Est ont refusé de soutenir la pause humanitaire instaurée à titre unilatéral par la Russie et ont de nouveau pilonné aux mortiers les quartiers résidentiels de la partie ouest de cette ville syrienne, en faisant des morts et des blessés.
 

24/10/2016

[Vidéo] discours pro-israélien attendu d'Hillary Clinton à l'AIPAC

 

Voir aussi : L’AIPAC, le lobby sioniste Israélien, définit la politique étrangère US pour le proche orient (Vidéo)

 

Parce qu'il paraît que le lobby sioniste français est outré par Jean-Frédéric Poisson - Le président du Parti chrétien-démocrate qui est au cœur d'une polémique depuis près d'une semaine, en raison de propos tenus au journal Nice-Matin :

 «La proximité de Clinton avec les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l'Europe et la France», avait-il déclaré dans l'édition du 19 octobre.

Poisson accusé d'antisémitisme pour avoir parlé de la «soumission» de Clinton «au lobby sioniste»  Le candidat à la primaire des Républicains est dans le collimateur du CRIF après avoir critiqué Hillary Clinton sur ses relations avec Wall Street et les lobbies pro-israéliens. L'organisation demande des sanctions exemplaires.

Réaction de la communauté qu'il ne faut pas nommer :

#Communiqué - Le Crif demande à la Haute autorité des primaires de la droite et du centre une condamnation ferme des propos de Jean Frédéric Poisson

Le Crif demande donc aux 14 membres de la commission d’organisation de la primaire de la droite et du centre de prendre une sanction exemplaire.
"Le Président du Crif estime qu’au-delà de leur caractère insidieusement antisémite, ces propos relèvent des thèses conspirationnistes"

Paris, le 20 octobre 2016

 

Le Crif est consterné par les propos abjects tenus par Jean Fréderic Poisson dans Nice Matin.

Ce dernier a déclaré dans l’édition du 19 octobre que « la proximité de Mme Clinton avec les super financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France ». Le Président du Crif, Francis Kalifat, estime qu’au-delà de leur caractère insidieusement antisémite, ces propos relèvent des thèses conspirationnistes dont on sait qu’elles sont le fond de commerce des extrémistes les plus violents. Par ses propos nauséabonds, Jean Frédéric Poisson s’est placé en dehors du cadre de la primaire de la droite et du centre. Il s’installe aux côtés d’un Alain Soral ou d’un Dieudonné dont il épouse les thèses. Le Crif demande donc aux 14 membres de la commission d’organisation de la primaire de la droite et du centre de prendre une sanction exemplaire à la mesure de la gravité de ces affirmations.

 

Le Crif demande "une sanction exemplaire" contre Jean-Frédéric Poisson après ses propos sur Hillary Clinton et les "lobbies sionistes"

Jean-Frédéric Poisson a déclaré dans Nice-Matin "la proximité de Mme Clinton avec les superfinanciers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l'Europe et la France". Le Crif dénonce des "propos nauséabonds". "Je dis juste qu'Hillary Clinton est liée aux deux," a ensuite réagi le candidat à la primaire à droite.

Propos d'autant plus mal vus que Hollande et Ayrault, sans surprise, ont incité à voter pour la criminelle de Clinton.

François Hollande souhaite une victoire d'Hillary Clinton Blaguant sur la présidentielle américaine, le chef de l'Etat a donné en creux sa préférence à la candidate démocrate Hillary Clinton.

Ayrault souhaite que Clinton soit élue afin de durcir la politique américaine en Syrie Interviewé à la radio, le chef de la diplomatie française a laissé entendre qu'il espérait que la candidate démocrate à la Maison Blanche l'emporte sur son rival républicain et se montre plus ferme vis-à-vis de Bachar el-Assad que le président Obama.

 

 *******************

Ce n'est un secret pour personne que les candidats aux élections présidentielles US doivent faire allégeance soit par intérêt personnel ou par obligation, au Lobby sioniste US, l'AIPAC qui se définit lui-même comme étant le America's Pro-Israël Lobby y compris sur le logo de leur site .

http://www.aipac.org/

Aipac Logo.jpg

 

Une preuve ci-dessous du discours d'Hillary Clinton à l'AIPAC le 21 mars 2016

[Vidéo] discours pro-israélien attendu d’Hillary Clinton à l’AIPAC

21 mars 2016

La conférence annuelle de l’AIPAC en année électorale est l’occasion pour les candidats de surenchérir quant à leur soutien à Israël, même si leurs états de services par le passé sont quelque peu en décalage avec leurs engagements ou les superlatifs utilisés lors de leurs interventions lors des campagnes.

 Photo by Avi Ohayon/ GPO / Flash90

Photo by Avi Ohayon/ GPO / Flash90

Ainsi Hillary Clinton, qui ne s’est pas particulièrement singularisée par sa chaleur envers Israël et son Premier ministre lorsqu’elle fut aux affaires a prononcé un discours très applaudi. Elle a appelé à renforcer encore davantage la coopération diplomatique, militaire et stratégique avec Israël « afin de lutter ensemble contre les ennemis communs et développer les valeurs communes ». Elle a indiqué vouloir maintenir coûte que coûte la supériorité militaire et stratégique d’Israël dans la région notamment en lui livrant les missiles américains de la dernière génération.

Clinton demands end to Arab incitement against Israel

https://www.youtube.com/watch?v=f-JEwWLRb5s


Elle a également évoqué la vague de terrorisme qui frappe Israël et exhorté l’Autorité Palestinienne à « mettre fin à l’incitation à la haine et à la violence et à cesser de glorifier les terroristes ou accorder des récompenses à leurs familles ».

Et quant au Premier ministre Benjamin Netanyahou, celle dont on dit qu’elle l’avait littéralement « engueulé » au téléphone après l’annonce de la planification de quelques maisons à Jérusalem a déclaré: « La première chose que je ferai en tant que présidente des Etats-Unis sera d’inviter Bnjamin Netanyahou à la Maison Blanche »!

Sans citer Donald Trump, Hillary Clinton a égratigné le candidat républicain: « On ne peut pas dire un jour que l’on est neutre dans ce dossier, puis un autre jour qu’on ne l’est plus. La sécurité d’Israël n’est pas négociable ».

Tout sourire, la candidate démocrate a été très applaudie à la fin de son intervention qui fut effectivement très pro-israélienne, sans oublier que ce fut un discours électoral.

par Shraga Blum

lph-info.com

 

Israël-Palestine : le Crif et Israël choqués par France 2 : Un documentaire sur la question palestinienne a provoqué de très vives réactions de Richard Prasquier et de l'ambassade israélienne à Paris.

Un oeil sur la planète - Palestine : Un Etat palestinien est-il encore possible ?

https://www.youtube.com/watch?v=VK_F0MSrWT8