Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2014

TUNISIE : BHL viré par le gouvernement tunisien pour “trouble à l’ordre public”.

Voici la vérité sur les objectifs que visaient BHL en se rendant incognito en Tunisie !

Encore la mafia sioniste et leurs réseaux à l'oeuvre de l'organisation de troubles à l'ordre public et organisateurs de guerres, à Tunis et ailleurs ! Ensuite il ira raconter "SA Vérité" au journal  "le POINT".

 

BHL expulsé de Tunisie pour “trouble à l’ordre public”.

Arrivé à Tunis vendredi soir, le philosophe français, Bernard Henri Lévy, devait assister, le dimanche 2 novembre à Hammamet à une conférence sur la situation en Libye, un sujet qui lui tient à coeur depuis qu'il a milité en faveur de l'intervention franco-qatarie sous le rêgne de Nicolas Sarkozy. La réunion a été organisée par le représentant d'Ennhadha aux Etats Unis, Radwan Masmoudi, président de l'association "Islam et Démocratie". Mais hélas pour BHL, sa diplomatie parallèle n'est pas du gout du gouvernement tunisien qui l'a prié de reprendre l'avion vers Paris pour "trouble à l'ordre public". .

bhl-expulse-de-tunisie-pour-trouble-a-lordre-public

Nous voici au coeur des réseaux entre une partie de l'administration américaine, les Frères Musulmans en Tunisie et en Libye et des hommes d'affaires véreux qui arrosent tout ce petit monde. BHL devait assister, le dimanche 2 novembre, à une conférence sur la Libye organisée à Hammamet, la plus grande ville trouristique de Tunisie,  par un certain Masmoudi, le représentant du mouvement ides islamistes tunisiens, Ennhadha, aux Etats Unis et le président de l'association Islam et Démocratie.  

La réunion était parrainée par un homme d'affaire douteux, Chafik Jarraya, surnommé "la Banane", en raison du monopole d'import-export qu'il a obtenu sur ce fruit. Cet affairiste à multiples bandes est devenu un entrepreneur prospère grce aux contrats qu'il obtint en Libye à l'époque de Kadhafi et avec l'appui du clan Trabelsi, du nom de l'épouse de Ben Ali, qui regroupait les moins recommandables des familles alliées à l'ancien régime. Et voici "la Banane" qui, depuis quatre ans, a lancé à Tunis deux journaux en arabe pour soutenir les islamistes d'Ennhadha et qui est connu pour finnancer les Frères Musulmans et quelques autres candidats aux présidentielles en Tunisie.

En eaux troubles

Lors de la résunion d'Hammamet du 2 novembre, BHL devait notamment rencontrer Adelhakim Belhadj, le chef des Frères Musulmans libyens et l'homme du Qatar, dont le plus fidèle allié à Tunis s'appelle...Chafik Jerraya. Que du beau monde! Le plus surprenant est que Belhadj est interdit de séjour officiellement en Tunisie. Le ministère tunisien de l'Intérieur refuse de lui accorder le moindre visa et s'il rentre tout de même en territoire tunisien, notamment pour se faire soigner, c'est avec l'appui des dirigeants d'Ennahdha...mais illégalement. Comment Belhadj peut-il dans ces circonstances assister à une conférence officielle à Hammamet? Y rencontrer des personnalités tellles que BHL? Et bénéficier du soutien des dirigeants d'Ennahdha organisateurs de cette réunion?

Ce n'est pas la première fois que BHL rencontre monsieur Belhadj. Lors du voyage éclair que le philosophe et "sauveur de la Libye" avait effectué à Tripoli le 22 mai 2014 et dont la presse n'avait pas parlé, le niveau de sécurité autour de sa personne avait été assuré par les milices islamistes qui règnent sur la ville sous le commandement de Belhadj. Les deux hommes s'étaient longuement entretenu.

Du neuf avec de l'ancien 
Sans mandat officiel, sauf le sauf conduit que constitue son amitié avec Laurent Fabius, BHL avait joué, lors de ce discret déplacement, aux faiseurs de roi, en proposant la nomination d'un gouvernement idéal. Le Premier ministre, selon lui, devrait redevenir l'ancien chef de gouvernement Zeidan. Le ministre de l'intérieur qui aurait ses faveurs est Abdelhakim Belhadj, l'homme du Qatar à Tripoli qui règne sur quelques centaines de miliciens islamistes et surveille les principaux lieux de détention de la capitale libyenne. Rien de tout cela n'a évidemment été suivi d'effets. 

Personnalité sans mandat officiel ni rang institutionnel, Belhadj est aujourd'hui l’un des personnages les plus puissants du pays. Autrefois honni et traqué, il est aujourd’hui incontournable. Après avoir été financé et soutenu par le Qatar à la veille de la révolution, il multiplie depuis les déplacements à l’étranger pour consolider sa position de force à l’intérieur du pays et laisse entendre qu'il s'est éloigné de Doha, qui est soupçonné de financer l'Etat islamique.

Très proche du président turc Recep Tayyip Erdogan et des islamistes de Tunisie, notamment de Ghannouchi, le chef d'Ennahdha, l'ami Belhadj a surtout ses entrées à Washington. Mais ce fin politique sait ne pas être prisonnier de ses alliances. Plus récemment, le chef des islamistes libyens a même été reçu par des hauts responsables algériens et par Jacob Zuma, le président d’Afrique du Sud. Alger et Pretoria comptent sur lui pour contrôler, voire réprimer, les jihadistes libyens violents et rétablir un semblant d’ordre dans le chaos. Retournement de situation étonnant quand on connait le curriculum d’Abdelhakim Belhad. A seulement 22 ans, Abdelhakim s’expatriait dans le Peshawar, au nord du Pakistan, où il suivait l’entraînement militaire et spirituel qu’organisent Abdallah Youssef Azzam et Oussama Ben Laden, les deux créateurs d'Al-Qaida. 

BHL dégage!

La présence de BHL en Tunisie aura été d'autant plus surprenante qu'il ne s'est jamais intéressé à ce pays ni dans ses écrits ni dans ses chroniques. Sous Ben Ali, BHL n'a jamais dénoncé les dérives du régime, pas plus qu'il ne s'est penché depuis sur la formidable transition démocratique tunisienne. Autant son soutien aux généraux algériens, à qui il a consacré deux longs articles dans "le Monde" bourrés d'erreurs, est connue, autant son indifférence à la Tunisie est totale. Aussitôt connue son arrivée à Tunis, de nombreux tunisiens se sont massés à l'aéroport avec un seul mot d'ordre: "Dégage". En revanche, ce tigre de papier et va-t-en guerre a pris fait et cause pour la guerre en Libye. IL aura été le propagandiste zélé de l'intervention franco-anglaise, soutenue par le Qatar. Après le départ de Kadhafi, il ne s'est illustré que par une volonté suspecte de rapprocher le CNT libyen de l'époque, qui luttait contre Kadhafi, de la diplomtie israélienne. 

Cet automne, le bide de sa dernière pièce de théatre à "Hôtel d'Europe, l'Atelier" l'avait rendu amer et silencieux. L'expulsion de Tunisie n'est pas exactement le "come back" dont il rêvait. Philosophe enseigné dans aucune université, journaliste mêlant le vrai du faux, cinéaste de raccroc, écrivain sans oeuvre littéraire, guerrier sans aucun fait d'armes, BHL est juste au bout de ses impostures. La Tunisie ne s'y est pas trompée qui sait ce qu'en matière sécuritaire, l'incendie allumé en Libye par BHL, Sarkozy et le Qatar comporte aujourd'hui encore des risques majeurs pour l'ensemble de la région.

VIDEO

Dimanche 2 novembre, dans une interview accordée au Point.fr BHL, s'est expliqué : 

Voici sa "vérité" sur son voyage en Tunisie :

Comment un simple aller-retour de Bernard-Henri Lévy à Tunis devient une véritable affaire d'État... Venu pour rencontrer des personnalités libyennes à l'hôtel La Résidence, le philosophe s'est retrouvé au centre d'un maelström où la rumeur et la malveillance ont pris le pas sur la vérité et la diplomatie. On a dit tout et son contraire sur ce voyage éclair... BHL rétablit la vérité et s'étonne d'une telle désinformation...

Le Point.fr. : Vous rentrez de Tunisie. On a lu des choses folles dans la presse. Que s'est-il vraiment passé ?

BHL : Factuellement, pas grand-chose. Quelques dizaines d'islamistes ou, peut-être d'exilés kadhafistes, qui m'attendaient à l'aéroport et s'indignaient de voir un "sioniste" (sic) poser son sale pied sur le sol du pays. Mais l'événement, s'il y en a un, c'est ce qui a suivi. Et c'est ce vent de haine et de folie qui s'est mis à souffler dans les rédactions, sur la Toile, sur les réseaux sociaux. En quelques heures, j'étais devenu, dans le meilleur des cas, je veux dire dans les journaux convenables, un "intellectuel juif", ou un "agent sioniste", venu semer le désordre et déstabiliser, à moi tout seul, la jeune démocratie tunisienne. Dans le pire des cas, c'est-à-dire sur certains blogs, j'étais un "chien", une "vermine", un "vampire qui se nourrit du sang arabe", un type qu'il fallait "lyncher" si on le rencontrait - j'en passe et des meilleures...

Quel était le but de votre séjour en Tunisie ?

Une chose très simple. Rencontrer, dans un hôtel, au vu et au su de tous, dans la plus parfaite transparence, des amis libyens sortis exprès de Tripoli, Benghazi, les villes du Djebel Nefousa, Misrata, Zaouia, afin de poursuivre en terrain neutre, et avec moi, le dialogue de réconciliation nationale. Mais, d'un seul coup, dans cette opinion devenue folle et biberonnée au conspirationnisme le plus débile, j'avais un agenda secret qui était, pour les uns, de rencontrer les islamistes d'Ennadha ; pour les autres, de participer, en compagnie, si j'ai bien compris, d'un des pires islamistes radicaux de la région, à une conférence dont je n'avais, évidemment, jamais entendu parler ; pour les troisièmes, de comploter contre le régime issu des élections de la semaine dernière et, pourquoi pas, de le renverser. J'étais le complot sioniste à moi tout seul. L'incarnation des noirs desseins de l'étranger. J'étais, non plus un écrivain, mais un agitateur professionnel sur les "agissements" de qui des groupes de crétins se mettaient à réclamer l'ouverture d'une enquête judiciaire. Tout ça est à se tordre de rire. Mais, en même temps, je n'ai pas tellement envie de rire. Car ce qui se passe en Tunisie est, par ailleurs, tellement important - tellement beau et tellement important - qu'on est triste de voir des braillards, ou des gens sérieux, mais devenus dingues, partir dans ce genre de délires et salir ce que les démocrates tunisiens ont tant de peine à construire.

On dit que vous avez fini par être expulsé...

Vous plaisantez ! Vous imaginez un citoyen français expulsé comme ça, sans raison, par un pays ami et, de surcroît, démocratique ? Et où en serions-nous si les autorités tunisiennes, sorties victorieuses de leur bataille électorale contre les obscurantistes et les nostalgiques de la dictature, cédaient à la pression, je ne dis même pas de la rue, mais de quelques poignées de fanatiques drogués à l'antisémitisme le plus enragé ? Non. Tout cela est grotesque. Je suis parti quand ma réunion libyenne s'est terminée. Et les autorités tunisiennes, pour ce que j'en ai vu et su, se sont comportées de façon parfaitement normale.

Dans les réactions hostiles à votre venue, il y avait aussi l'extrême gauche...

Sans doute, oui. Mais l'extrême gauche a le même problème partout. En Tunisie, elle a eu son époque où elle soutenait les islamistes. Puis, celle où la dictature Kadhafi lui semblait un moindre mal. Puis, maintenant, elle a des indulgences pour Bachar el-Assad. Et quant au complotisme antisémite... Allons. On ne va pas mettre de l'huile sur le feu. Je dirai juste qu'il y a, dans cette extrême gauche, un vrai problème de culture politique, juste de culture politique et de niveau. Mais comment faire autrement quand on sort assommé de décennies de tyrannie et de bourrage de crâne?

Comment expliquez-vous qu'une telle polémique soit née ?

On vit une époque folle. Plus personne ne vérifie quoi que ce soit. Les gens écrivent, de plus en plus, n'importe quoi. Y compris en France où un site comme Rue89 a quand même réussi à écrire, sans prendre la peine de checker leur information en téléphonant, par exemple, à l'intéressé, que BHL "serait en Tunisie pour voir le Libyen Abdelhakim Belhadj et l'islamiste tunisien Rached Ghannouchi" - c'est-à-dire, si je peux me permettre, ce qu'il y a de moins fréquentable sur les scènes politiques libyenne d'un côté, tunisienne de l'autre.

Un incident comme celui-ci vous paraît-il infirmer l'idée que la Tunisie est le premier pays des révolutions arabes à avoir réussi sa transition démocratique ?

Bien sûr que non. J'ai été parmi les premiers, en janvier 2011, à saluer l'héroïsme de ce peuple, qui, en solidarité avec un petit marchand de Sidi Bouzid immolé par le feu, s'insurgeait contre un pouvoir que l'on pensait invincible. Et je me souviens avoir relayé, à l'époque, les appels à "hacker" les sites officiels de Ben Ali ! Tout cela, je ne le regrette pas une seconde. Et la Tunisie, encore une fois, va dans le bon sens. Simplement, on constate une fois de plus qu'une démocratie, ce n'est pas seulement des élections. C'est aussi une culture. Une révolution lente des mentalités. Des digues contre la boue qui, elle aussi, profite de la liberté pour remonter à la surface. Et il reste en Tunisie, comme dans le reste du monde arabe, beaucoup à faire de ce point de vue.

 

 

Retour sur l'affaire de la visite de BHL en Tunisie

Excellent ! Et hop retour à l'envoyeur, la France/Sionista qui utilise son mandataire pour aller comploter en douce en Tunisie avec  ses grands amis Lybiens !

Les mensonges et les confirmations de BHL sur son blog alors qu'il répond au Point. Tout est dit en une phrase ! "afin de poursuivre en terrain neutre, et avec moi, le dialogue de réconciliation nationale." De quoi se mêle-t-il ?

*EXCLUSIF. La vérité sur le voyage de BHL en Tunisie ! Propos recueillis par Jérôme Béglé pour Le Point

Quel était le but de votre séjour en Tunisie ?

Une chose très simple. Rencontrer, dans un hôtel, au vu et au su de tous, dans la plus parfaite transparence, des amis libyens sortis exprès de Tripoli, Benghazi, les villes du Djebel Nefousa, Misrata, Zaouia, afin de poursuivre en terrain neutre, et avec moi, le dialogue de réconciliation nationale.

Retour sur l'affaire de la visite de BHL en Tunisie

2 novembre 2014 à 14:18

BHL-en-Tunisie-Banniere

 

Selon son amie, Liliane Lazar, professeure à Hofstra University à Long Island, Bernard Henri Lévy était, hier, à Tunis pour... déjeuner avec des «amis libyens».

Par Ridha Kéfi

En d'autres termes, et si on a bien compris, c'était une belle opération pour le tourisme tunisien. On aurait donc dû applaudir que M. Lévy ait choisi notre pays pour son déjeuner du samedi 1er novembre 2014 ! Et non pas en faire une affaire d'Etat!

A l'appui de son affirmation, Mme Lazar a publié sur le blog ''BHL'' la photo du fameux déjeuner, à l'hôtel The Residence à Gammarth, où l'on voit, aux côtés de M. Lévy, le Fadil Lamine, président du Conseil de Dialogue national libyen; Gilles Hertzog, compagnon de tous les combats du philosophe français; Waheed Burshan, que ce dernier avait rencontré dans le Djebel Nefousa du temps de la révolution libyenne; et Nouri Cheriou, grande figure des Amazighs libyens.

«De Tunisie, point n'est question», a tenu à souligner Mme Lazar. Traduire : de quoi les Tunisiens se mêlent-ils ?

Bien sûr, la discussion au cours de ce déjeuner – qui ne pouvait se tenir qu'à Tunis ! – était consacrée à «L'art de la philosophie», qui «ne vaut que s'il est l'art de la guerre», comme l'affirme le nom du blog de BHL.

Reste à savoir de quelle guerre il s'agissait au cours du fameux déjeuner. Celle en cours en Libye, n'en déplaise à Mme Lazar, concerne directement la Tunisie, qui fait face aux infiltrations de grandes quantités d'armes et de groupes terroristes en provenance de ce pays, avec pour mission de mener des actions de déstabilisation en Tunisie et en Algérie.

La moindre des politesses (ou des précautions), de la part de M. Lévy, aurait été d'informer les autorités tunisiennes de son arrivée à Tunis, de l'objet de sa visite et de l'identité des personnes qu'il compte rencontrer, car M. Lévy, grand Narcisse devant l'Eternel, sait que son auguste personne – ex-émissaire en Bosnie, en Afghanistan, au Kurdistan irakien, en Libye... excusez du peu! – ne saurait passer inaperçue, dans un pays en transition politique, et qui fait face à des menaces terroristes, surtout que le «philosophe de la guerre» comptait rencontrer des personnes impliquées dans une guerre qui se déroule aux frontières de la Tunisie. Ne pas informer le pays hôte d'une si importante rencontre pouvait susciter des interrogations voire des suspicions... Et c'est déjà fait.

Reste un autre point important: l'ambassadeur de France à Tunis, François Gouillette, était-il informé, lui-même, de cette visite pour le moins impromptue?

Si c'était le cas, pourquoi n'en a-t-il pas informé lui-même le ministère des Affaires étrangères tunisien, comme le recommandent les règles de la diplomatie? A moins de considérer la Tunisie, non comme un pays souverain, mais comme un protectorat...

M. Gouyette est un grand diplomate et il a une haute idée de sa mission, autant dire qu'il a aussi beaucoup d'estime pour le pays qu'il représente et pour celui où il est accrédité. Aussi son silence sur cette affaire est-il assourdissant...

 

Sur le site de BHL :

 Bernard-Henri Lévy et Gilles Hertzog...

Citations de Gilles Hertzog sur Bernard-Henri Lévy

« L’homme de ma vie- s’il en est. »

 

 

02/11/2014

Ukraine : les élections renforcent le pouvoir des pro-russes à Donetsk et Lougansk

Et Hop !!! Encore une belle gifle pour les US/UE/ONU/Kiev/Nazis de la part de la Russie et des deux régions séparatistes de l'est de l'Ukraine, Donetsk et Lougansk !

On rigole parce que le Nazi/Sioniste de KIEV qui s'est installé par la force après le coup d'état fabriqué et financé par les US/UE/NAZIS, alors que 50 % des Ukrainiens n'ont pas voté pour l'élire, lui et ses alliés criminels, a qualifié les élections démocratiques de "FARCE" !

* Elections dans le Donbass: Kiev ouvre une enquête pénale

* Donbass: Kiev doit reconnaître les résultats des élections (député russe)

Moscou reconnaît les élections et comme de bien entendu l'ONU/UE/US/Kiev/Nazis, ne reconnaissent pas les élections, et l'ONU va même jusqu'à dire qu'elle craignait les élections ! Ce n'est pas la Charte des Droits de l'Homme et le Droit international qui reconnaissent le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ou le droit à l'autodétermination ? 

AUTODÉTERMINATION

Le mot « autodétermination » se réfère tant aux acquis de la philosophie qu'à ceux du droit international. En termes philosophiques, il désigne la possibilité pour un individu de choisir librement sa conduite et ses opinions, hors de toute pression extérieure. En droit international, ce terme renvoie par extension au principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, c'est-à-dire de choisir librement leur État et leur forme de gouvernement, de ne pas être cédés ou échangés contre leur volonté, et au besoin de faire sécession. Ce principe possède de profondes racines historiques, mais il a longtemps été traité avec circonspection en raison de son ambiguïté, concernant à la fois ses bénéficiaires et son applicabilité.

Pas bon BANANIA pour l'UE/US/ONU/KIEV/NAZIS, car ils perdent deux régions industrielles russophones de l'Est de l'Ukraine, alors bien sûr, les NAZIS craignent soi-disant pour la paix en Ukraine, quand ils sont allés eux-mêmes y installer la guerre !

Prochain acte de la Russie ? S'annexer ces deux régions séparatistes à leur demandes, après les élections et qui de fait, seront des partenaires naturels de la Russie ? Ainsi comme en Crimée, Poutine aura repris une partie de l'Ukraine sans entrer en guerre contre les Nazis de KIEV, financés par l'UE/US/ Nazis !

Voir les deux vidéos dans  l'article en ligne sur le site du Parisien :

Ukraine : les élections renforcent le pouvoir des pro-russes à Donetsk et Lougansk

Publié le 02.11.2014, 21h22 | Mise à jour : 22h11

 

L'Est séparatiste pro-russe de l'Ukraine a légitimé dimanche les dirigeants des républiques autoproclamées dans un vote dénoncé comme «une farce» par Kiev et qui pourrait remettre en cause le fragile processus de paix.

L'Est séparatiste pro-russe de l'Ukraine a légitimé dimanche les dirigeants des républiques autoproclamées dans un vote dénoncé comme «une farce» par Kiev et qui pourrait remettre en cause le fragile processus de paix. | AFP/ALEXANDER KHUDOTEPLY

 

La polémique était annoncée bien avant les résultats. Les régions séparatistes pro-russes de l'est l'Ukraine ont voté dimanche pour élire leurs représentants . Le commandant des unités rebelles Alexander Zakhartchenko a été élu avec plus de 80 % des voix de la région de Donetsk et l'ex-militaire Igor Plotiniski a été confirmé dans ses fonctions dans la région de Lougansk.

Le ukrainien du président pro-occidental Petro Porochenko a d'ores et déjà qualifié ces élections de «farce, sous la menace des chars» alors que Moscou a promis de reconnaître les résultats. Aucune organisation internationale n'avait envoyé d'observateurs pour ces élections.


L'Ukraine risque de perdre définitivement l'Est du pays

Le nouveau président de Donetsk Alexander Zakhartchenko, 38 ans, était Premier ministre depuis le mois d'août. Il avait dirigé dans la région la cellule locale d'un groupe paramilitaire, Oplot, dont le chef avait publiquement appelé à «crever un oeil ou casser une jambe» aux opposants pro-européens. Son parti a, par ailleurs, obtenu plus de 65 % des voix dimanche. A Lougansk, autre place forte des séparatistes, le nouvel homme fort, Igor Plotnitski, 50 ans, est lui très attaché au passé soviétique de Lénine.


Les élections risquent donc de sceller la perte de contrôle par Kiev des territoires séparatistes autoproclamés de Donetsk et Lougansk, à l'issue d'un conflit de six mois qui a fait plus de 4 000 morts après l'annexion en mars de la Crimée par la Russie. Des élections qualifiées de «farce menée sous la menace des chars». C'est un «défi» auquel l'Ukraine répondra «de façon adéquate», a expliqué Porochenko.

L'ONU craignait le scrutin

Les Occidentaux fustigent ce scrutin, qui va, selon eux, compliquer les efforts de la paix dans la crise ukrainienne. L'Union européenne a d'ailleurs qualifié le vote de «nouvel obstacle» à la paix. Mais à Moscou un haut responsable parlementaire a estimé que Kiev était «obligé de reconnaître ces élections. C'est une question de guerre ou de paix». A Donetsk, les électeurs, tous âgés, était en effet nombreux, selon des journalistes sur place, mais il restait difficile de se faire une idée du taux de participation. 

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, à l'instar de l'Union européenne, avait estimé que ce scrutin allait «sérieusement ébranler les accords de Minsk», signés le 5 septembre entre Kiev, les rebelles, Moscou et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Sur le terrain, le cessez-le-feu qui en découle semble être de plus en plus virtuel, avec une reprise des combats dans plusieurs zones qui ont fait plus de 300 morts au cours des dix derniers jours, selon un bilan établi par l'ONU.

La veille, Kiev a annoncé la perte de sept soldats, un des plus lourds bilans depuis septembre.

VIDEO. A Donetsk, des élections rebelles «indispensables»

SUR LE MÊME SUJET

 

01/11/2014

Exclusif: Bernard Henri Lévy prié officiellement de quitter la Tunisie. Une enquête a été ouverte pour connaître la personne qui l'a invité en Tunisie !

Excellent ! Allez oust dehors de Tunisie, le terroriste sioniste !

Qui veut sur son territoire, ce terroriste nuisible qui fabrique des guerres au profit de son lobby sioniste ? On se demande encore pourquoi les Français le tolère sur leur territoire ?  Puisqu'il admire tellement l'état sioniste, terroriste d'Israël, il n'a qu'à y aller ! Un charter et oust, dehors.

Arrivé à Tunis, le 31 octobre, après y avoir été invité par un inconnu, la foule s'est déchaînée contre BHL en scandant " DEGAGE", "BHL ASSASSIN" !

Le gouvernement Tunisien a prié officiellement BHL de quitter son territoire par le premier vol pour Paris, et une enquête a été ouverte pour savoir qui avait invité BHL, sans avoir prévenu les autorités officielles, ainsi que le motif de sa visite en Tunisie !


Exclusif: Bernard Henri Lévy prié officiellement de quitter la Tunisie

Après la mobilisation de la société civile contre sa venue en Tunisie, Bernard Henri Lévy a été prié par le gouvernement tunisien de quitter le pays.Bernard Henri Lévy

Le philosophe français, débarqué à Tunis dans la soirée du vendredi 31 octobre 2014, doit plier bagage et quitter la Tunisie par le premier vol vers Paris. Une source officielle a indiqué à Kapitalis que le gouvernement tunisien a déjà ouvert une enquête pour déterminer la partie qui a invité l’agitateur politique français sans en informer préalablement les autorités.

Mehdi Jomaâ, chef du gouvernement provisoire, n’a pas apprécié, en effet, cette visite intempestive, organisée secrètement par des parties louches, impliquées dans les affaires libyennes.

Accusé par la société civile d’être derrière l’invitation de M. Lévy, un sioniste notoire semeur de désordre dans le monde arabe, Moncef Marzouki, président provisoire de la république, a nié, dans un communiqué publié sur la page Facebook de la présidence, tout lien avec cette invitation.

L’enquête officielle ne tardera pas à dévoiler la partie qui a payé le billet d’avion de M. Lévy et les frais de son séjour à l’hôtel The Residence, à Gammarth, dans la banlieue nord de Tunis, où une chambre lui a été réservée jusqu’à jeudi prochain.

On saura aussi l’objet exact de sa visite, qui prévoyait une tournée à Bizerte, Nabeul et Sfax.


Bernard-Henri Lévy accueilli en Tunisie aux cris de "Dégage !"

Extrait de l'article : Dans la soirée du vendredi 31 octobre 2014, l’information s’est répandue comme une traînée de poudre d’abord sur les réseaux sociaux puis fut reprise par la presse en ligne en Tunisie. Bernard-Henri Lévy, l’écrivain français notoire pour une fortune personnelle inversement proportionnelle à son talent et à l’intérêt intellectuel qu’il suscite, est en Tunisie.

Plusieurs personnes manifestent contre la venue de BHL en Tunisie

La suite de l'article  : ICI

Exclusif: Le gouvernement tunisien ouvre une enquête sur la visite de BHL en Tunisie

Bernard-Henry-Levy-en-Israel

 Le ministère des Affaires étrangères tunisien a demandé à ses services l'ouverture d'une enquête urgente sur la visite en Tunisie de l'intellectuel français Bernard Henri Lévy.

Par Zohra Abid

Joint au téléphone par Kapitalis, Mongi Hamdi, chef de la diplomatie tunisienne, a déclaré que son département n'a pas été informé de cette visite pour le moins bizarre, ajoutant qu'il n'en avait lui-même aucune idée.

«Normalement, il s'agit d'une personnalité connue et nos protocoles doivent être informés. Nous devons connaitre la partie qui a invité secrètement cet homme. Nous allons mener notre enquête et réagir en conséquence. Inviter secrètement une personnalité comme Bernard Henri Lévy n'est pas un acte anodin», nous a déclaré M. Hamdi, ajoutant qu'il assume la responsabilité de ses propos. Ambiance...

Tollé général

Par ailleurs, un groupe d'avocats appelle le procureur de la république à ouvrir une enquête sur le parti ou la partie qui a invité l'intellectuel sioniste Bernard Henri Lévy en Tunisie.

Cette visite est une menace à la sécurité du pays, estiment ces avocats, qui accusent le philosophe français, sur la base de ses engagements antérieurs en Irak, en Syrie et en Libye, de mener des actions visant à déstabiliser le monde arabe et à y semer les graines de l'anarchie au profit de l'Etat d'Israël, dont il est l'un des plus fervents et inconditionnels défenseurs en France.

Me Abdelaziz Essid a, sur sa page Facebook, demandé l'ouverture immédiate d'une enquête pour connaître le nom du parti ou de la personnalité ayant invité le philosophe en Tunisie et pour quel but.

Depuis le début du printemps arabe, Bernard Henri Lévy a toujours affiché son soutien aux groupes islamistes armés. Et ses interventions ont souvent été suivies, comme en Libye, par le déclenchement d'affrontements armés.

Mohamed Chawki Abid, ingénieur économiste, a commenté, lui aussi, sur sa page Facebook, la visite en Tunisie de Bernard Henri Lévy. «Je suis agréablement surpris par la réaction solidaire des avocats tunisiens et des facebookers contre l'arrivée de Bernard-Henry Lévy à Tunis. Je note également qu'un grand nombre de Tunisiens découvre aujourd'hui l'ingénierie perverse de BHL dans la mise en effervescence des pays du printemps arabe», écrit-il.

«Je ne veux accuser personne, mais j'exhorte notre procureur de la république de faire le nécessaire quant à la demande expresse du collectif d'avocats pour identifier la ou les personnes (physiques ou morales) ayant invité BHL à venir en Tunisie. Ce faisant, le peuple tunisien saura qui est l'allié du sionisme dans notre pays», conclue M. Abid.

Interrogé à propos de cette visite, un dirigeant de Nida Tounes,  vainqueur des législatives du 26 octobre 2014, a indiqué à Kapitalis que son parti a appris l'arrivée du philosophe français à Tunis par la voie des médias et qu'il n'y est associé d'aucune manière.

Selon certaines sources, M. Lévy serait l'invité du président du parti islamiste Ennahdha Rached Ghannouchi.

Rappelons aussi que les deux hommes – qui n'ont, apparemment, rien en commun – s'étaient déjà rencontrés, en août 2013, à Paris. Et qu'ils ont un ami commun, le dirigeant islamiste libyen – et ancien combattant d'Al-Qaïda – Abdelhakim Belhaj.

Tout cela est louche, trop louche, au regard des Tunisiens, qui ont réussi leur transition démocratique sans aucune ingérence étrangère et sont en passe de réussir leur seconde alternance démocratique en 3 ans.

Article lié:

Bernard-Henri Lévy persona non grata en Tunisie

 

 

Les Reptiliens par David Icke. La connexion reptilienne et le Nouvel Ordre Mondial !

Voilà ce que nous cache le Vatican, avec les deux livres de David ICKE à télécharger  :


Livres : LE PLUS GRAND SECRET ” de David Icke

Les livres qui transformeront le monde !

A lire absolument si vous voulez comprendre comment fonctionne le monde depuis la nuit des temps et ce que l'on vous cache !

david icke 1.jpg

 

Les Reptiliens par David Icke

children of the matrix

 

Si vous venez tout juste d’aborder mon travail, l’information la plus déroutante que vous trouverez sur ce site concerne la connexion reptilienne. Ce que je peux comprendre. C’est quelque chose de difficile à  avaler pour la version conditionnée de notre réalité. Mais c’est justement de cela qu’il s’agit. Si vous voulez cacher quelque chose aux peuples, inculquez-leur une façon de penser qui soit la plus éloignée possible de ce qui se passe vraiment afin que, si la vérité est révélée au grand jour, elle paraisse bien trop ridicule et fantastique pour que la majorité l’accepte. Et en effet, si vous faites suffisamment bien votre travail, les gens vont tourner la vérité en dérision, dire que c’est de la folie, et ridiculiser quiconque essayera de la promouvoir.

Pour comprendre comment les informations de ce site sont connectées entre elles et forment un seul tout cohérent, il vous faut lire « Le Plus Grand Secret ». Mais pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, voici le contexte de base (s’il-vous-plait: souvenez-vous cependant en lisant ce qui suit qu’un grand nombre des informations contenues dans le livre étayent ce qui suit).

Il y a quelques années, j’en suis arrivé au point où il me fallait définir la structure par laquelle quelques personnes seulement contrôlent et dirigent le monde (voir « And the Truth shall set you free »). Il était déjà  clair que ce réseau, constitué de sociétés secrètes et de groupes clandestins qui manipulaient les institutions mondiales – politiques, affaires, banques, militaires, médias, etc. – n’avait pas pu se constituer en quelques années, ni même en quelques dizaines d’années. Cela devait provenir de beaucoup plus loin. Aussi ai-je commencé à  remonter le cours de « l’Histoire ». Je l’ai fait en sachant que, pour une raison que je ne pouvais définir alors, les liens du sang et la génétique revétaient une importance vitale pour ces manipulateurs, les Illuminatis, Eclairés ou Illuminés (« éclairés » dans les connaissances qu’ils cachaient au grand public).

J’ai suivi la piste sans trop de difficulté jusqu’au temps des Croisades au Moyen-Orient, au cours du XIIe et XIIIe siècle à  peu près. Elle s’est alors enfoncée très loin dans le temps et dans la préhistoire. Et là , partout sur la planète, j’ai trouvé des anciens récits et légendes parlant de ‘dieux’ venus d’un autre monde qui mèlent leur sang à  celui des humains pour créer un réseau de créatures hybrides! Par exemple, l’Ancien Testament évoque les ‘fils de Dieu’ qui se sont unis aux filles des hommes pour créer l’une de ces races hybrides: les Neftilims. Avant que la Bible ne soit traduite en Anglais, ce passage évoquaient les ‘fils des dieux’, au pluriel. Mais ce récit n’est que l’un parmi tant d’autres traitant du même thème.

Les tablettes Sumériennes en argile, trouvées au milieu du XIXe siècle dans l’actuel Irak, racontent la même histoire. On estime qu’elles furent enterrées environ 2.000 ans avant J.-C., mais les faits qu’elles décrivent sont bien antérieurs à  cette période. Les tablettes parlent d’une race de ‘dieux’, venus d’un autre monde, qui apportèrent sur la planète des connaissances avancées et qui s’unirent aux humains pour créer une race hybride.

Dans les tablettes, ces ‘dieux’ sont appelés les Annunakis, nom qui se traduit apparemment par: ‘ceux qui des cieux sont venus sur la terre’. Les anciens textes nous disent que les êtres hybrides – résultant de la fusion des gènes d’humains sélectionnés avec ceux des ‘dieux’ – sont devenus les dirigeants des classes royales, surtout dans les anciens Proche et Moyen-Orient, dans ces hautes cultures avancées qu’étaient la région de Sumer (en Mésopotamie), Babylone, et l’Egypte. Mais cela s’est produit aussi partout ailleurs, notamment en Afrique noire, comme vous le verrez dans l’information hallucinante fournie sur ce site par le shaman Zoulou Africain, Credo Mutwa, et dans l’incroyable vidéo (parties 1 et 2) de « L’Agenda Reptilien ». Il raconte la même histoire, issue de sa tradition, que celle que j’ai rencontrée dans beaucoup d’autres pays.

 

Credo Mutwa Reptilien

 

Partout où vous allez, les récits de la ‘race du serpent’ dans les anciennes cultures sont tout simplement innombrables, et le serpent – le reptilien – symbolisme en relation avec les Annunakis et d’autres ‘dieux’ similaires, est aussi largement répandu. Nous en avons un exemple dans la Bible avec le serpent dans le ‘Jardin d’Eden': cette histoire est clairement issue des récits Sumériens, ainsi que celle de Moise dans les joncs qui se racontait déjà  à  propos d’un roi Sumérien dont le règne se déroula bien avant la Bible.

C’est la raison pour laquelle je fus si stupéfait d’entendre Zecharia Sitchin – le meilleur traducteur connu des tablettes Sumériennes – me dire qu’il n’y avait pas de preuves de la race du serpent dans l’ancien monde… ‘Laisse tomber’ me dit-il. Pourquoi le ferai-je alors qu’abondent autant de preuves anciennes et modernes?

C’est de ces lignées qu’est venue l’origine du ‘droit divin des rois’, ainsi que la croyance que seuls ceux qui en étaient issus avaient reçu de Dieu le droit de régner. En réalité, il n’y a ni ‘divin’, ni ‘Dieu’ là -dedans. Il s’agit uniquement du droit que se sont arrogés les ‘dieux’ reptiliens à  travers leurs hybridations génétiques. Ce sont ces mêmes lignées qui devinrent ensuite les familles royales et aristocratiques de l’Europe et – merci au ‘Grand’ empire britannique et aux autres empires européens – elles furent exportées plus tard aux Amériques, en Afrique, en Australie, en Nouvelle Zélande, et jusqu’en Extrème-Orient, où elles rejoignirent d’autres parties du réseau hybride reptilien, comme celui de la Chine – le plus évident – où le symbole du dragon est le fondement même de cette culture.

 

reptilien et david icke

Ces lignées humano-reptiliennes ont fourni les dirigeants politiques et économiques des colonies impériales européennes, comme elles le font encore aujourd’hui. Réfléchissez à  ce qui suit: des centaines de millions de personnes sont venues vivre aux Etats-Unis d’Amérique depuis 1776, toutes issues de souches génétiques incroyablement diverses. Et pourtant – tenez-vous bien – les 42 présidents des Etats-Unis sont tous parents !!! Trente-trois d’entre eux remontent à  l’un des plus célèbres rois de France: Charlemagne. Il fut aussi l’un des principaux personnages de ces lignées pour leur expansion en Bretagne, en France, en Allemagne, et partout ailleurs.


La Lignée Des Windsor – Bush
(Lignée Bush-Windsor-Piso)

 

Les Rothschilds, les Rockfellers, la famille royale britannique, et les familles politiques et économiques des Etats-Unis et du reste du monde, proviennent tous de ces MEMES lignées. C’est la raison pour laquelle les familles de l’Establishment de l’Est des Etats-Unis se mélangent les unes aux autres de façon aussi obsessionnelle, comme l’ont toujours fait les familles européennes ‘royales’ ou ‘nobles’, ainsi que d’autres familles autour du monde. Ce n’est pas par snobisme: c’est pour maintenir autant que possible la structure génétique – la combinaison de l’ADN mammifère-reptilienne – ‘qui leur permet de ‘changer de forme’. Vous trouverez d’autres références sur le site, sous ‘shape-shifting’, ce phénomène rapporté par tant de témoins ayant vu des humains – qui se trouvaient être quasiment toujours des puissants de ce monde – se transformer sous leurs yeux en reptile, puis revenir ensuite à  leur forme humaine. ‘Le Plus Grand Secret’ contient bien plus d’informations sur ce sujet, et Credo Mutwa confirme exactement les mêmes expériences en Afrique noire. Encore une fois, les récits anciens et modernes se recoupent. Il est dit des dieux de la Vallée Indus, les Nagas, qu’ils pouvaient se changer à  volonté en homme ou en serpent.

A propos: l’ancien président des Etats-Unis, George Bush, est cité plus souvent que les autres dans les témoignages sur les changements de forme. Il était logique que son fils se présente en l’An 2000 pour l’élection présidentielle.

Les présidents ne sont pas élus par bulletin.

Ils sont sélectionnés par le sang.

Al Gore, son opposant ‘démocratique’ – dans ce parti unique qu’est l’Etat – descend lui aussi de cette lignée. Observez ceux qui, partout sur la planète, possèdent un pouvoir considérable, et vous verrez que ce sont les mêmes. Les symbolismes reptiliens qui vous entourent, les gargouilles, les blasons, la publicité, etc., ont tous un rapport avec cette histoire. Ces ‘dieux’ ne pouvaient pas soumettre ouvertement la planète parce qu’ils étaient trop peu nombreux. Aussi le font-ils clandestinement, sous une apparence humaine. Des films tels que ‘They Live’ , ‘The Arrival’ (la première version) et la série ‘V’ à  la télévision américaine, racontent l’histoire de ce qui est VRAIMENT en train de se passer: si ce domaine est nouveau pour vous, je vous recommande vivement de visionner ces films pour comprendre plus rapidement.

Les chercheurs enquêtant sur le Nouvel Ordre Mondial possèdent, eux aussi, des systèmes de croyances politiques et religieux auxquels ils sont attachés et qu’ils défendent. Et, tout en révèlant une partie de la conspiration, la plupart d’entre eux rejettent mes déclarations sur la connexion reptilienne et les tournent même en dérision. C’est ok, ils font ce qu’ils veulent, mais d’après moi, à  moins qu’ils ne se décident à  intégrer l’image globale, ils ne pourront pas comprendre ce qui se passe vraiment autour de nous.

Comme l’a dit Ghandi:

 

Une erreur n’est pas une vérité parce qu’elle est partagée par beaucoup de gens, tout comme une vérité n’est pas fausse parce qu’elle est émise par un seul individu.

Après les vagues provoquées par ‘Le Plus Grand Secret’, et suite aux témoignages venus du monde entier que le livre et ce site ont attirés, les gens commencent à  comprendre que cette histoire apparemment folle et bizarre est bien réelle. Et qu’il est en effet possible que le monde soit contrôlé par les lignées reptiliennes qui se cachent sous une forme humaine. Ceci vous permet de mieux comprendre la raison pour laquelle les informations du site – qui n’ont apparemment aucun rapport entre elles – sont en réalité interconnectées et forment un tout cohérent.

En voici quelques exemples:

 

RELIGIONS

Si vous souhaitez contrôler une énorme masse de personnes, vous devez les empêcher de connaitre leur véritable nature; vous devez leur cacher le potentiel illimité qu’elles possèdent pour créer leur destinée et diriger leurs propres vies. Vous devez les persuader qu’elles sont insignifiantes et n’ont aucun pouvoir, afin qu’elles se contentent de vivre selon ces critères.

C’est ainsi que la religion s’est révélée être l’une des armes les plus efficaces des Illuminatis et des lignées reptiliennes: elle remplit les gens de la peur d’un Dieu qui les juge et qui leur dit que, s’ils ne croient pas que la ‘vérité’ sur tout ce qui existe ne peut être trouvée que dans un seul livre ou dans un seul système de croyance, ils iront en enfer – et les conséquences en seront fort déplaisantes pour eux.

Différentes religions ont également été de merveilleux outils pour diviser et régner sur les peuples, en provoquant des conflits entre religieux orgueilleux et sers de leur bon droit.

Les reptiliens ont créé les religions pour cette raison, et ceux qui en occupent les positions-clés ne pensent pas un mot des absurdités qu’ils répètent comme des perroquets à  leurs disciples. Ils veulent simplement que ces derniers les croient afin qu’ils soient facilement contrôlables. C’est la raison pour laquelle vous trouvez tant d’évangélistes ‘Chrétiens’ sataniques, par exemple. Leur status ‘Chrétien’ n’est qu’une couverture.

Médecine ET Média

La suppression de la véritable science de la guérison, la domination des drogues et de la ‘médecine’ basée sur la chirurgie, tout cela assure que le corps humain fonctionnera très en-dessous de son potentiel optimum. C’est la raison principale de la misinterprétation systèmatique et de la suppression des méthodes de guérison dites ‘alternatives’, méthodes qui existent pourtant depuis des milliers d’années, contrairement à  la ‘médecine’ moderne.

Les additifs alimentaires, les fast-food, le fluor dans les réserves d’eau, les poisons déversés sur la terre – que nous absorbons dans notre nourriture et dans l’eau que nous buvons – réduisent notre santé et notre fréquence vibratoire et, plus crucial encore, affectent le fonctionnement de notre cerveau et de notre intellect. Une population pleinement éveillée à  l’esprit perspicace est bien la dernière chose dont vous ayez besoin si vous voulez pouvoir la manipuler. Aussi les lignées reptiliennes mettent-elles tout en oeuvre pour contrôler ‘l’éducation’ et les médias. Ceci leur permet de nous abreuver constamment de stupidités comme les jeux télévisés, et les ‘nouvelles’ des médias nous racontent ce que nos dirigeants veulent que nous pensions. La plupart des journalistes sont tellement dépassés, et comprennent si peu la partie dans laquelle ils sont engagés qu’ils contribuent inconsciemment – et comme la majorité de la population – à  la réalisation du plan dont ils ignorent même l’existence.

Contrôle De L’esprit

Il est lié bien évidemment à  la religion, et je considère cette dernière comme la forme la plus élaborée de contrôle massif des esprits qui ait jamais été inventée. Il en est de même pour la télévision et la publicité.

Le contrôle de l’esprit va bien plus loin encore. Au cours de leurs innombrables vies, les Reptiliens-Illuminatis, ont transformé littéralement des millions d’êtres humains en robots programmés afin de leur faire exécuter leurs objectifs. Il existe un grand nombre de moyens électroniques de programmation aujourd’hui, mais la méthode-clé est basée sur le traumatisme de l’esprit. C’est la raison pour laquelle tant d’êtres humains sont traumatisés par les abus sexuels, la violence, l’obligation d’assister et de prendre part à  des rituels de sacrifices humains, ainsi que bien d’autres horreurs du même style. De telles expériences activent le mécanisme de fermeture de l’esprit qui veut oublier les mémoires résultant de ces traumatismes extrèmes.

Il s’agit du même mécanisme que celui qui se produit pour beaucoup de gens après un grave accident de voiture: ils ne peuvent plus se rappeler de ce qui s’est passé. Ils peuvent se souvenir d’avant ou d’après, mais pas de l’impact. L’esprit place une barrière amnésique autour de la mémoire pour leur éviter de revivre ce traumatisme encore et encore, ce qui est une bonne chose; mais les Illuminatis ont mis au point des méthodes qui utilisent cette technique pour traumatiser un esprit encore et encore, jusqu’au point où il est aussi fragmenté par des barrières amnésiques que le sont les nombreuses alvéoles des rayons d’une ruche d’abeilles.

Ils introduisent ensuite différents objectifs dans ces fragments (ces ‘autels’, comme ils les appellent) qui sont pré-programmés pour être activés à  l’aide d’un déclencheur, d’une ‘gachette’ – qui pourra être un mot, une couleur, un son, etc. A partir du moment où la gachette d’un programme est scellée dans l’esprit, il suffira de l’activer pour que la personne sous contrôle fasse ce pour quoi elle a été programmée.

Cela peut consister à  avoir des relations sexuelles avec un politicien en vue, dont il ne subsistera ensuite aucun souvenir conscient ; ou d’assassiner quelqu’un comme John Lennon ; ou de tirer comme un fou dans une école, ce qui conduira au contrôle des armes, etc. Les camps de concentration de l’Allemagne nazie, supervisés par ‘l’Ange de la Mort’ Josef Mengele, figuraient parmi les principaux centres pour ce genre d’expériences. Après la guerre, Mengele fut conduit aux Etats-Unis, puis en Amérique du Sud par les Illuminatis, sous l’identité du docteur Green ou Greenbaum, pour continuer son horrible ‘travail’. Il s’est manifesté sous la forme du célèbre projet de contrôle mental: MK Ultra. Le ‘Centre des Armes Navales du Lac de Chine’ (The China Lake Naval Weapons Center), dans le désert de Californie, fut l’une de ses premières bases d’opérations.

L’âge le plus efficace, pour démarrer ce processus de robotisation, se situe avant 5 ou 6 ans. D’où les réseaux énormes que je démasque dans mes livres et sur ce site, réseaux où sont perpétrés des sévices et des rituels sataniques sur les enfants.

Aussi stupéfiant que cela puisse paraitre, tout ce que je viens de décrire est largement répandu tout autour du globe. Je me fiche de l’endroit où vous vous trouvez: cela se produit à  cet instant-même dans votre communauté. Ces faits sont révélés depuis des années par d’autres chercheurs et moi-même. Et maintenant, comme vous le verrez sur ce site, l’échelle à  laquelle ces faits se produisent et l’implication de personnages célèbres sont en train de remonter à  la surface. Enfin.

Ces réseaux de sévices et de rituels ont partiellement pour but de traumatiser les gens, et spécialement les enfants, mais cela va bien plus loin encore. Depuis l’ancien monde jusqu’à  aujourd’hui, la lignée des reptiliens-Illuminatis a TOUJOURS pris part à  des cérémonies de sacrifices humains et ses membres ont toujours bu du sang. Les sacrifices aux ‘dieux’ des écritures anciennes étaient, en vérité, des sacrifices aux reptiliens et à  leurs hybrides. L’histoire du comte buveur de sang, Dracula, est symbolique de ces ‘vampires’ reptiliens. Il semblerait que le système d’étoiles ‘Draco’ soit l’un des lieux d’origine de ce groupe de reptiles. Le mot ‘draconien’ correspond tout-à -fait aux Illuminatis.

Pour maintenir leur forme humaine, ces entités ont besoin de boire du sang humain (mammifère) pour accéder aux codes d’ADN qu’il contient, car c’est cette énergie qui leur permet de se maintenir sous une forme humaine. S’ils ne le faisaient pas, leurs codes reptiliens reprendraient rapidement le dessus, et vous verriez tous alors à  quoi ils ressemblent. ‘Oh, mon Dieu, Monsieur le Président, croquez-vous toujours l’un de vos invités comme petit déjeuner?’

D’après ce que j’ai appris par des anciens ‘initiés’, le sang (l’énergie) des bébés et des jeunes enfants est celui qui leur convient le mieux, ainsi que celui des gens blonds aux yeux bleus. Ce sont eux qui sont utilisés en masse dans les sacrifices, comme le sont aussi, semblerait-il, les personnes aux cheveux roux.

C’est pour cela que j’expose des gens comme George Bush, Henry Kissinger, et beaucoup d’autres ‘grands noms’ Illuminatis pour ce qu’ils sont, dans mes livres et sur ce site: des reptiliens qui changent de forme, qui participent à  des sacrifices humains et qui boivent du sang. Les deux vont ensemble. Il y a un lien très important et qui parle de lui-même entre, d’une part les Reptiliens-Illuminatis et leurs descendants et, d’autre part, la pédophilie qui sévit sur cette planète.

Avant de terminer, j’aimerais insister sur ce fait: ce que je révèle concerne CERTAINS GROUPES reptiliens derrière les Illuminatis, et non pas le flot génétique reptilien en général. De nombreux êtres d’origine reptilienne qui sont ici pour aider l’humanité à  se libérer de son esclavage émotionnel et psychique. Notre corps contient en effet beaucoup de gènes reptiliens, y compris cette partie du cerveau appelée le complexe-R, le cerveau reptilien. C’est simplement une question de degré.

J’espère que ce bref résumé vous aidera à  percevoir l’importance de tous ces articles et informations que vous trouverez sur ce site. Finalement, toutes ces ‘conspirations’ qui n’ont apparemment aucun lien entre elles, font partie d’une SEULE conspiration, conçue pour introduire UN seul plan.

Le contrôle reptilien de la Planète Terre et de tout son Peuple.

 

Love,

 

David Icke