Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2015

Etat-major russe : des mesures pour renforcer la défense antiaérienne seront prises

Etat-major russe : des mesures pour renforcer la défense antiaérienne seront prises

24 nov. 2015, 19:52

Le croiseur lance-missile russe «Moskva»

Le croiseur lance-missile russe «Moskva»

Tout objectif constituant une menace potentielle pour la Russie sera détruit, a mis en garde le général-lieutenant Sergueï Roudski de l’état-major de l’armée russe, lors d’une intervention qui a eu lieu après que la Turquie ait abattu le SU-24 russe.

Trois mesures annoncées par l’état-major russe :


1. Chaque frappe de l’opération sera effectuée sous la protection des chasseurs.
2. La défense antiaérienne sera renforcée par le déploiement du croiseur lance-missile russe «Moskva» près de la côte de Lattaquié dans le but de détruire tout objectif qui pourrait constituer une menace potentielle.
3. Les contacts militaires avec la Turquie seront suspendus

Suite à l’attaque contre le bombardier russe SU-24, le général-lieutenant Sergueï Roudski de l’état-major de l’armée russe est intervenu devant les médias. Il a condamné l’attaque du chasseur turc contre le bombardier russe, la qualifiant de «violation sévère du droit international». Il a souligné que le SU-24 avait été abattu sur le territoire syrien. Le site du crash se trouvant à quatre kilomètres de la frontière turque.

D’après lui, l’appareil russe n’a pas violé l’espace aérien. De plus, d’après les informations fournies par le radar de l’aérodrome de Khmeimim, c’est le chasseur des forces aériennes turques qui a violé l’espace aérien syrien en attaquant le bombardier russe, a fait savoir le haut-gradé russe. Ce chasseur n’a fait aucun effort pour contacter les pilotes russes avant d’attaquer l’avion.

 

Pour l’instant, la Russie entend prendre de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité de sa base aérienne en Syrie, et en particulier, à renforcer la défense antiaérienne. Le croiseur lance-missile russe «Moskva», équipé du système de défense antiaérienne Fort, sera déployé dans la province de Lattaquié.

«Nous prévenons que tout objectif constituant une menace potentielle pour la Russie sera détruit», a déclaré Sergueï Roudski lors d’un point de presse.

 

«Nous prévenons que tout objectif constituant une menace potentielle pour la Russie sera détruit», a déclaré Sergueï Roudski lors d’un point de presse. De plus, tous les contacts militaires avec la Turquie seront suspendus et désormais, toutes les sorties aériennes seront effectuées sous la protection de chasseurs, a ajouté l’intéressé.

En savoir plus : Poutine : le crash de l’avion russe est un coup dans le dos

 

 

23/11/2015

Lavrov: l'Occident peut se coincer quelque chose dans un nouveau rideau de fer

Excellent !

Déjà que les dirigeants occidentaux n'en ont pas, les castrés de la cervelle au service des Banksters !

Lavrov: l'Occident peut se coincer quelque chose dans un nouveau rideau de fer

Sergueï Lavrov

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a posté sur son compte Facebook une des phrases de l'interview de Sergueï Lavrov qui sera diffusée prochainement.

Les pays de l'Occident "peuvent se coincer quelque chose" s'ils essayent de baisser un nouveau rideau de fer sur la Russie, a plaisanté le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview à la "Radio de la Russie".

"Je vous offre une phrase (…) tout de suite", a écrit sur le réseau social le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

"Une question: que pensez-vous de la déclaration selon laquelle des pays occidentaux font baisser un nouveau rideau de fer sur la Russie?

Lavrov: Quand ils vont faire baisser le rideau de fer, ils pourront se coincer quelque chose", a déclaré Sergueï Lavrov cité par Maria Zakharova.

 

 

L’armée russe bloque partiellement l’espace aérien du Liban et de Chypre

L’armée russe a débuté, samedi 21 novembre 2015, un « exercice » militaire de trois jours au large de la Syrie.

L’état-major russe a demandé aux gouvernements libanais et chypriotes de détourner les vols civils et militaires de leur espace aérien méditerranéen, incluant les bases britanniques chypriotes d’Akrotiri et de Dhekelia.

Plusieurs compagnies aériennes ont décidé de suspendre leurs vols dans la région durant l’« exercice ».

Depuis le début de l’intervention militaire russe en Syrie, l’armée russe a déployé une arme nouvelle qui interrompt les communications et les commandes de l’Otan et des jihadistes dans un rayon de 300 kilomètres alentour de Lattaquié, incluant la base Otan d’Incirlik (Turquie). L’ensemble des vols civils qui longeaient la côte syrienne a été détourné et passe désormais plus loin en Méditerranée.

On ignore si l’armée russe est en train d’étendre ou non son système d’interruption des communications et commandes ennemies ou si elle va procéder à des tirs coordonnés avec la marine syrienne.

Durant cet « exercice », les trois bases militaires utilisées par l’Otan pour surveiller la situation en Syrie seront donc neutralisées. L’Alliance ignorera tout de ce qui se passera sur le terrain.

Sur la nouvelle arme russe, lire :
- « Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ? », Réseau Voltaire, 14 septembre 2014.
- « L’armée russe affirme sa supériorité en guerre conventionnelle », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 19 octobre 2015.
- « La Russie brouille les commandes du porte-avions Ronald Reagan et de la 7ème flotte », Réseau Voltaire, 2 novembre 2015.

 

Les députés français appellent le gouvernement à collaborer avec les services de renseignement syriens

Est-ce que le dictateur répondra aux députés pour savoir pour quelles raisons légitimes il a décidé de refuser de collaborer avec les services secrets syriens ?

Par amour pour Israël ?

La France semble ne plus avoir non plus d'ambassade à Damas !

Les députés français appellent le gouvernement à collaborer avec les services de renseignement syriens

Nov 22, 2015 15:32 UTC - IRIB- Certains députés de l’Assemblée nationale française ont invité le gouvernement de Paris à collaborer avec la Syrie, en matière de lutte contre le terrorisme.

Selon l’agence de presse officielle syrienne, Sana, le journal français, «Le Figaro», a écrit, dans son édition de dimanche, que les trois députés français, Jean-Frédéric Poisson, Gilbert Collar et Olivier Marlier, ont adressé une lettre au Premier ministre français, Manuel Valls, lui demandant de donner des explications sur l’opposition de Paris à une collaboration avec les services de renseignement syriens, en matière de terrorisme.
 
Par opposition au régime de Bachar al-Assad, la France a-t-elle refusé une liste de Jihadistes Français, qui combattent, en Syrie?
 
C'est ce qu'assure Bernard Squarcini, l'ancien Directeur central du renseignement, entre 2008 et 2012.
 
«La France se trouve dans une situation très sensible et dangereuse et nous avons demandé au Premier ministre Manuel Valls de donner des explications, sur les raisons de l’opposition de Paris à la coopération avec Damas, pour combattre les terroristes», demande, ainsi, Jean-Frédéric Poisson, Président du Parti chrétien démocrate, militant d'un rapprochement de la France avec Bachar al-Assad.

 
 

22/11/2015

Ken O’Keefe : la "guerre contre Daech" est un tissu de mensonges (Vidéo)

Ken O’Keefe : la "guerre contre Daech" est un tissu de mensonges

Le vétéran de la guerre du Golfe détruit la propagande occidentale – Traduction E&R