Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2009

Copenhague et dépopulation

Brèves /
La presse financière du Commonwealth appelle Copenhague à réduire la population mondiale
11 décembre 2009 - 13:38

11 décembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – La véritable intention derrière la fraude du réchauffement climatique promue au Sommet de Copenhague est une politique malthusienne de réduction drastique de la population. Hier, le quotidien de la City de Londres, le Financial Times, et son homologue canadien, le Financial Post, ont appelé les dirigeants du monde à entreprendre de toute urgence une politique d’austérité démographique.

Le quotidien britannique se félicite d’abord que « le Sommet de Copenhague ait donné un nouvel élan au débat sur la nécessité de stabiliser la population mondiale », tout en déplorant que « certains pays en développement ont échoué à suivre la grande transition démographique vers des niveaux de fertilité plus bas, qui s’est produite ces dernières décennies dans le monde occidental ». Heureusement, le Financial Times voit en Obama le salut :« En tant que Président, une des premières décisions de Barack Obama a été de briser la règle du silence mondial. Il a depuis annoncé une révision des financements de la santé mondiale, en insistant sur l’élargissement des programmes comme le planning familial plutôt que de se concentrer sur une poignée de maladies prioritaires ». C’est la nouvelle philosophie eugéniste que le Fonds des Nations Unies pour la population a recommandé pour le Sommet de Copenhague : moins de naissances, c’est moins de CO2. Mais le FT souligne que de nombreux défenseurs du planning familial s’opposent à ce type d’argument liant CO2 et démographie, en expliquant que les gens des pays riches font moins d’enfants mais ont une « empreinte carbone » bien supérieure.

Sous le titre « La véritable vérité qui dérange : le monde entier doit adopter la politique chinoise de l’enfant unique », le Financial Post y va plus directement : « La dérangeante vérité qui plane sur le Conférence de l’ONU à Copenhague n’est pas le réchauffement ou le refroidissement du climat, mais le fait que les humains surpeuplent le monde. Une loi planétaire similaire à la politique chinoise de l’enfant unique, est le seul moyen d’inverser le taux de natalité catastrophique qui est actuellement d’un million de naissances tous les 4 jours. Les autres espèces, la végétation, les ressources, les océans, les terres arables, l’eau et l’atmosphère sont détruits à cause du taux de reproduction croissant de l’humanité. Le remède est simple. C’est dramatique. Et pour l’instant à Copenhague, les dirigeants du monde ne le prennent pas en compte. Ils se feront prendre en photo, feront leur blabla sur la science et la fraude climatique, annonceront la création de fermes éoliennes géantes et la mise en place de droits d’émission carbone. Rien de cela ne marchera à moins d’imposer une politique de l’enfant unique à la chinoise. Les discussions de Copenhague sont à côté de la plaque. Le seul remède est que tous les pays procèdent à une réduction drastique de la population, nettoient leur foutoir et imposent des mesures contraignantes de conservation ».

http://www.solidariteetprogres.org/article6102.html


Copenhague : L’outrage de M. Sarkozy

Vous trouverez ci-joint une déclaration de Jacques Cheminade sur le rôle joué par Nicolas Sarkozy lors du sommet de Copenhague, à diffuser le plus largement possible.

 

Copenhague : L’outrage de M. Sarkozy

Paris, le 8 décembre.

L’hyperactivité manifestée par Nicolas Sarkozy en vue du sommet climatique de Copenhague est pire qu’une erreur, un crime contre l’avenir de l’humanité. Qu’il n’en soit pas réellement conscient et ne soit pas seul à le commettre ne le rend pas moins grave, car il enrôle la France sous la bannière d’une politique vouée à la dépopulation et à de scandaleuses opérations financières sur les échanges de quotas d’émission de gaz à effet de serre. A une heure de l’histoire où les grands financiers de la City et de Wall Street spéculent avec ce que nous respirons, ce que nous mangeons et notre vie elle-même, sous la forme de contrats d’assurance-vie titrisés, nous faisons le choix de collaborer. C’est moralement, économiquement et politiquement inadmissible.

Limiter les naissances est bel et bien présenté comme un « remède » à un péril climatique inventé pour justifier le choix malthusien. Ce péril a été forgé dans l’entourage de Margaret Thatcher, et les révélations sur les travaux biaisés et manipulés de l’Unité de recherche climatique (CRU) de l’Université d’East Anglia, qui ont inspiré le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), révèlent le montage. Et c’est fort de ce montage que le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) appelle à ce qu’elle baptise une « régulation de la démographie ». La réalité derrière ce label est que tous les freins mis aux émissions de CO2 entraîneraient une incapacité de nourrir et de développer l’humanité future, conduisant à une capacité d’accueil sur la planète de moins de 2 milliards d’habitants. C’est ce que désirent les Jonathan Porritt et les Paul Ehrlich, c’est à quoi veulent parvenir les entourages de Gordon Brown et de Barack Obama. Que nous nous situions à la pointe de leur combat, contre l’intérêt de tous les peuples et des pays du Sud, est inadmissible.

L’autre aspect désastreux du choix de MM. Sarkozy et Borloo est de favoriser les spéculations financières de Wall Street et de la City, qu’ils prétendent par ailleurs vouloir réguler. En effet, les grandes banques comme la Hong-Kong and Shangaï Banking Corporation (HSBC), Goldman Sachs, Citigroup ou Morgan Stanley multiplient les partenariats avec des start-up « écologiques » pour générer du crédit carbone. Les allocations de droits à polluer sont ainsi devenues objet de spéculation sur le Chicago Climate Exchange et, en Europe, à Paris sur le Bluenext pour les échanges au comptant et à Londres sur l’ECX (Al Gore y détient une participation à travers son entreprise Blood and Gore) pour les échanges à terme, bien plus intéressants pour les spéculateurs. Pire encore, il se crée des plateformes alternatives (dark pools), totalement opaques et dérégulées, sur lesquelles ces droits à polluer s’échangent, sans compter les opérations de gré à gré et la prochaine création, si rien ne l’en empêche, de nouveaux produits dérivés sur ces opérations. Il est vrai que notre ministre de l’Economie, Christine Lagarde, et le nouveau commissaire européen chargé du Marché intérieur et des Services financiers, Michel Barnier, entendent proposer des « régulations » et des agences de supervision européennes. Cependant, prétendre réguler ou contrôler le vice sans remettre en cause le système qui l’engendre ne peut aboutir à la vertu.

Disons-le crûment : lorsqu’un arnaqueur veut mystifier son public, il attire son attention sur un faux terrain alors qu’il opère sur un autre. Tout le brouhaha sur le « changement climatique » vise ainsi à entretenir le pessimisme culturel sur la nature même de l’homme, en l’assimilant à un animal prédateur, en couvrant le grand mensonge d’un système financier monétariste qui spolie l’homme en offrant un pouvoir absolu aux établissements financiers. Ceux-ci disposent de la garantie implicite des Etats contre la faillite, qui entraînera inéluctablement celle des Etats eux-mêmes au profit d’un ordre financier impérial, celui que représente le conglomérat de forces opérant depuis Londres.

C’est à ce conglomérat d’intérêts que Nicolas Sarkozy s’est soumis, qu’il le veuille ou non, lors de sa présence au sommet du Commonwealth à Trinidad et Tobago, car le Commonwealth est la structure impériale qui protège ce conglomérat. Alors que la reine d’Angleterre y proclamait que le changement climatique est une occasion pour le Commonwealth de reprendre le leadership du monde et de « prouver sa raison d’être au-delà de ses propres frontières », Nicolas Sarkozy proclamait sa fierté d’être le premier président de la République française invité à un sommet de cette institution. Et tout en mettant la pression sur les pays du Sud pour qu’ils se soumettent à « l’ultimatum climatique » du World Wildlife Fund sponsorisé par le Prince Philip d’Edimbourg, Nicolas Sarkozy y a défendu la création d’une « Organisation mondiale de l’environnement », « une première étape, fondatrice de la réforme de la gouvernance mondiale ».

En même temps, Jean Tirole, le « nobélisable » français, appelait quasi-officiellement à la « création d’un système mondial de droits à polluer négociables sur un marché », à la « mise en place d’une gouvernance mondiale » et au « déploiement rapide d’un réseau de satellites capables de mesurer précisément le niveau des émissions dans chaque pays ».

Dépopulation, occasion de spéculations financières insensées, abolition des souverainetés nationales : il est temps que M. Sarkozy et aussi Mme Aubry, qui appelle à « une gouvernance globale... avec une organisation mondiale de l’environnement dotée de pouvoirs contraignants », se demandent à qui profite le crime.

Nicolas Hulot, dans son Syndrome du Titanic, dit tout haut ce que d’autres insinuent : « Les jours du monde, tel que nous le connaissons, sont comptés… si nous tous, riches comme pauvres, ne modifions pas immédiatement notre comportement pour ‘faire mieux avec moins’ et mettre l’écologie au centre de nos décisions individuelles et collectives, nous sombrerons inéluctablement ». On a bien lu riches et pauvres, comme si nous étions tous coupables. Cette opération de culpabilisation générale vise en fait à couvrir les crimes des spéculateurs et de l’économie casino qui entraînent, eux, bien réellement le monde à sa ruine. M. Sarkozy et la France, et surtout ceux qui se prétendent du « peuple de gauche », doivent immédiatement se démarquer de cette idéologie criminelle, en dénoncer les conséquences et engager le passage d’un système monétariste dominant vers un ordre de crédit public et de service public redonnant au monde un avenir. Il faut un peu de courage pour exposer les mystificateurs à la lumière de la vérité.

Cette déclaration est disponible au format tract ICI.

http://www.solidariteetprogres.org/article6084.html

 

ClimateGate, Copenhague et le Nouvel Ordre Mondial

Payons avec la taxe au carbone, l'air que nous inspirons !

Un rappel de 2 vidéos

 

Copenhague : quesaquo ?
http://www.dailymotion.com/video/xawmaw_copenhague-coup-d...

 

Commentaires sous la vidéo :

Voici une brève vidéo filmée lors d’une conférence à l’université Bethel à Saint-Paul dans le Minnesota aux États-Unis, le 14 octobre 2009 où Lord Christopher Monckton a abordé certains points intéressants mais inquiétants du traité qui sera signé par les nations lors du sommet mondial à Copenhague dont celui de l’établissement d’un gouvernement mondial.


Du 7 au 18 décembre 2009 aura lieu le sommet mondial Copenhagen Climate Council sur le changement climatique dans le cadre du suivi du Protocole de Kyoto.


http://changementclimatique.over-blog.com/article-copenha...) :


Le terme "communiste" va peut-être en heurter quelques-uns, mais je l’ai déjà écrit sur ce blog, c’est bien un régime communiste que veut établir l’Elite. En détruisant la classe moyenne et en faisant du peuple un seul bloc corvéable et maléable à merci. L’Elite, nouvelle Intelligentsia, ne souffrira pas de ce changement, bien au contraire.


Sommet de Copenhague ou l'affaire du siècle : CLIMATEGATE

http://www.dailymotion.com/video/xb9z0q_climategate-faite...




 

ClimateGate : La main dans le sac

Un article paru le blog :  Changement Climatique

La main dans le sac :

http://skyfal.free.fr/?p=422

Un résumé, temporaire, des emails les plus compromettants dans l'affaire "climat-gate" (climategate). Tout ceci sous réserve que ces emails du fameux fichier FOI2009.zip soient authentiques, bien sûr ;)

Corruption du processus de relecture (peer-review) et de publication scientifique

  • Michael Mann explique comment faire pour détruire un journal qui a publié des articles sceptiques. (1047388489)
  • Phil Jones dit que lui et Kevin vont exclure certains papiers du prochain rapport du GIEC. (1089318616)
  • Tom Wigley dit que von Storch est en partie à blâmer pour la publi de papiers sceptiques dans le journal Climate Research. Et dit que cela encourage la publication d'inepties scientifiques. Dit qu'ils devraient signifier au rédacteur en chef que son journal est utilisé pour la désinformation. Dit que peu importe que cela soit vrai ou non. Dit qu'ils faut obtenir la démission du comité de rédaction. Dit qu'ils doivent se débarrasser de von Storch aussi. (1051190249)
  • Réaction au papier McIntyre 2005 dans les GRL [Geophysical Research Letters]. Mann a contesté le rédacteur en chef de la publication des GRL. Mann est préoccupé par les relations de James Saiers, rédacteur en chef du journal, avec l'Université Virginia [veut il dire Pat Michaels?]. Tom Wigley dit que si Saiers est un sceptique, alors ils doivent passer par les canaux officiels des GRL pour l'éjecter. (1106322460) [Note - Saiers a effectivement été évincé]
  • Plus tard, Mann conclut que "la fuite aux GRL a été colmatée". (1132094873)
  • Grant Foster [blogger Tamino] rassemble les éléments pour un commentaire critique d'un papier sceptique. Demande de l'aide pour des noms d'examinateurs [reviewers] potentiels. Jones lui donne une liste des personnes, en assurant à Foster que celles-ci sauront quoi dire sur son papier et commentaire [complaisance entre pairs ?]. (1249503274)
  • Santer dit qu'il ne publiera plus dans la revue Royal Met Soc si ces gens obligent à publier les données intermédiaires [ce qui a permis à Climate Audit de coincer Briffa]. Jones s'est plaint au directeur de la Royal Met Soc à propos du nouvel éditeur de Weather et a menacé de démissionner de la RMS. (1237496573)
  • Briffa discute avec Ed Cook au sujet de l'examen du papier d'un sceptique. Avoue que confidentiellement, il a besoin de constituer un cas pour rejeter ce papier. (1054756929)

Manipulation des données

  • Phil Jones dit qu'il utilise "le truc de Mann dans Nature d'ajout de températures réelles aux séries [paléoclimatiques]" … pour cacher le déclin [en température]". (0942777075) RealClimate dit que « cacher » est un terme malencontreux.
  • Mann dit à Jones que ce serait bien de "contenir" le prétendu optimum médiéval. (1054736277)
  • Mann envoie les résultats de stats de validité de MBH99 à Osborn. Dit qu'ils sont très douteux, et qu'ils ne devraient pas être communiqués à d'autres car ce genre de linge sale ne doit pas être aux mains de ceux qui pourraient déformer les infos. (1059664704)
  • Wigley discute sur la manière de corriger le problème avec les températures de surface des mers dans le contexte de renforcer artificiellement le réchauffement mais de manière plausible. (1254108338)
  • David Parker discute de l'éventualité de modifier la période de référence pour l'indice de température mondiale. Pense que cela devrait être évité, car cela donnerait l'impression que le réchauffement est moins fort et confondrait les gens. (1105019698)

  • Tim Osborn discute comment les données sont tronquées pour empêcher une tendance apparente au refroidissement d'apparaître dans les résultats. (0939154709) Illustration de l'impact de cette troncature ici

Non divulgation de données

  • Phil Jones encourage ses collègues à supprimer les informations sujettes au FOIA (freedom of information act). (1212063122)
  • Tom Wigley explique comment faire face au FOIA (freedom of information act) au Royaume-Uni. Jones dit d'utiliser l'argument de l'IPR (droits de propriétés intellectuelles) pour ne pas divulguer les codes. Dit que les données sont protégées par des accords internationaux et que le CRU «se cachera derrière eux». (1106338806)
  • Jones avoue à Mann, Bradley… qu'il a trouvé un moyen de ne pas avoir à publier les commentaires des relectures du chapitre 6 de l'AR4 (rapport du GIEC 2007) [suite à une demande FoIA par David Holland]. (1210367056)
  • Jones affirme que les organisations climatiques au Royaume-Uni se sont entendues pour déjouer le FoIA [qui les obligent à rendre les données publiques]. Sur les conseils du commissaire à l'information [!] (1219239172)
  • Jones dit à Mann qu'il lui envoie les données des stations. Dit que si McIntyre les demande sous FoIA, il les supprimera plutôt que de les remettre. Dit qu'il va se cacher derrière les lois de protection des données. Dit que Rutherford a gaspillé énormément de temps en créant un répertoire FTP pour Osborn. Dit que Wigley s'inquiète d'avoir à rendre public le code de ses modèles. Discutent également de la version préliminaire de l'AR4 (rapport GIEC 2007). Mann dit que le chapitre paléoclimatiques sera controversé mais que les auteurs de ce chapitre ont les personnalités adéquates pour faire face aux sceptiques. (1107454306)
  • Santer se plaint au sujet des demandes de FoIA par McIntyre. Il dit qu'il attend le soutien de la direction du Lawrence Livermore Lab. Jones dit qu'une fois la direction du CRU mise au courant du genre de personnes [sceptiques] auxquelles les scientifiques avaient affaire, elle est devenue d'un grand soutien. Dit que le VC [vice-chancelier] sait ce qui se passe (dans un cas). (1228330629)
  • Phil Jones écrit à Steve [Schneider], rédacteur en chef de Climatic Change [ainsi que d'autres du comité de rédaction de la revue?], lui disant qu'il ne devrait pas accéder à la demande McIntyre d'obtenir le code informatique des articles de Mann. Plus tard, dans un courriel à Mann ("Rien que pour vos yeux , à supprimer après lecture") Jones dit qu'il a dit à Schneider séparément [vraisemblablement sans dire au reste du conseil] qu'il devrait demander l'avis d'autres et aussi consulter l'éditeur et consulter un avocat. (1074277559)

Consensus de façade

  • Rob Wilson se dit préoccupé d'avoir à contredire Mann dans un manuscrit. Dit qu'il a besoin de formuler les choses avec diplomatie. (1140554230)
  • Kevin Trenberth dit "le fait est que nous ne savons pas expliquer l'absence de réchauffement actuellement et c'est ridicule". (1255352257)
  • Tom Wigley dit à Jones que le réchauffement des continents depuis 1980 a été deux fois celui de l'océan et que ceci pourrait être utilisé par les sceptiques comme preuve de l'influence des îlots de chaleur urbains. (1257546975)
  • Tom Wigley dit que Keith Briffa s'est attiré des ennuis avec la chronologie de Yamal (mais dit aussi que cette chronologie ne change pas grande chose). Il se demande comment Briffa expliquerait le test de sensibilité de McIntyre sur Yamal et comment il justifierait le choix d'une chronologie mal répliquée au lieu d'une meilleure. Se demande s'il le pourrait. Dit que la dissimulation de données en question est une patate chaude, que c'est un procédé que de nombreux "bons" scientifiques condamnent. (1254756944)
  • Revkin [journaliste de l'environnement vedette du New York Time] cite von Storch comme ayant dit qu'il est temps de tirer un trait sur la crosse de hockey. (1096382684)
  • Wigley dit que l'accusation de fraude de Keenan contre Wang est correcte. (1188557698)
  • Kevin Trenberth dit que les climatologues ne sont pas près de savoir où va l'énergie [dans les bilans radiatifs des modèles] ou ce que l'effet des nuages représente. Dit qu'ils sont loin de pouvoir équilibrer le bilan énergétique. Dit que le géoengineering est impossible. (1255523796)
  • Briffa se dit écoeuré par Mann qui continue de clamer que sa [de Mann] reconstruction tropicale de la température est correcte malgré que ça contient juste quelques proxies qui reproduisent mal la température. Dit que Mann devrait trouver d'autres proxies pour la température comme "la tendance croissance au verbiage borné". Ed Cook est d'accord. (1024334440)
  • Overpeck conseile à l'Equipe d'écrire les e-mails comme s'ils allaient être rendus publics. Discussion sur quoi faire avec McIntyre [de Climate Audit] qui a trouvé une erreur dans la publi de Kaufman. Kaufman admet l'erreur et veut la corriger. Semble intéressé par les découvertes de CA (Climate Audit). (1252164302)
  • Avant l'AR3 (rapport GIEC 2001), Briffa dénonce les pressions pour produire une image simpliste de «prétendu réchauffement sans précédent depuis mille ans donné par les données indirectes [proxies]". Briffa dit que la période moderne n'est pas différente d'il y a mille ans. (0938018124)
  • Funkhouser dit qu'il a usé de tous les tours dans son sac pour tenter d'extraire une courbe en crosse de hockey de la série [de proxies de température] de Kyrgistan et qu'il n'y arrive pas. Ne pense pas qu'il soit productif de jongler davantage avec les statistiques de la chronologie [scrupule que n'a pas Mann et ses multiples courbes en crosse de hockey]. (0843161829)
  • Tom Wigley dit à Mann que le graphique créé par Schmidt pour réfuter Monckton est trompeur et que la cohérence montrée entre mesures et prévisions du modèle est un coup de chance. Dit qu'il y a eu un grand nombre de présentations malhonnêtes des résultats des modèles par les auteurs et le GIEC. (1255553034)
  • Briffa dit qu'il s'efforçait de faire un compromis entre les besoins du GIEC et de la science, choses qui ne sont pas toujours les mêmes. (1177890796)
  • Une source anonyme dit que les problèmes de robustesse avec la crosse de hockey sont connus de tous ceux qui comprennent sa méthodologie. La source dit qu'il y aura beaucoup de bruit suite au papier de McIntyre 2003 et que, connaissant la grande susceptibilité de Mann, il va fortement réagir, à moins qu'il tiennent compte des leçons du passé. (1067194064)
  • Giorgio Filippo (Université de Trieste) dit que le GIEC n'est pas une évaluation de la science publié, mais la production de résultats. Dit qu'il y a très peu de règles et que tout est permis. Dit tout le monde semble penser qu'il est correct de faire cela. Pense que cela nuira à la crédibilité du GIEC. (0968705882)
  • John Mitchell, éditeur du comité de relecture du GIEC dit que le problème de la non publication des données des proxies de reconstruction de température des dernières décennies (qui ne montrent pas de réchauffement) doit être expliqué. [Note, ce problème, connu sous le nom de divergence, a été minimisé en disant que c'est limité à quelques endroits]. Dit aussi que la méthode d'analyse par composant principal (PC A) de Mann est erronée et que les résultats de Mann ne sont pas statistiquement significatifs. (1150923423)

Manipulation des médias et de l'opinion publique

  • Mann pense qu'il va contacter Richard Black de la BBC pour savoir pourquoi un autre journaliste de la BBC a été autorisé à publier un article vaguement sceptique. (1255352257)
  • Lettre au Times par les climatologues rédigée avec l'aide de Greenpeace. (0872202064)
  • Mann inaugure le site Real Climate. (1102687002)
  • Mann aborde les tactiques pour trier et retarder les posts de lecteurs [sceptiques] sur Real Climate. (1139521913)
  • Overpeck n'a aucun souvenir d'avoir dit qu'il voulait «se débarrasser de l'optimum médiéval". Pense qu'il pourrait avoir été cité hors contexte. (1206628118)
  • Jones demande à Wahl et Ammann d'essayer de changer la date de réception de leur papier de réfutation de McIntyre [sans doute pour qu'il puisse entrer dans AR4, papier qui n'a jamais été publié, cf CA] (1189722851)
  • Phil Jones a du mal à expliquer les problèmes concernant le graphique de Lamb sur la température globale dans les premiers rapports du GIEC. Dit qu'il vaut mieux ne pas discuter ouvertement sur Realclimate. Dit qu'il vaut mieux enterrer l'affaire. (1168356704)

Diffamation d'autres scientifiques sur des motifs non scientifiques

  • Tom Wigley dit que le papier de Lindzen et Choi est "de la connerie". (1257532857)
  • Jones traite Roger Pielke Senior d'andouille. (1233249393)
  • Ben Santer, se référant à McIntyre déclare qu'il espère que Monsieur "je n'ai pas toute ma tête" ne sera pas à l'AGU. (1233249393)
  • Mann dit à Revkin que "McIntyre n'est pas une personne de confiance". (1254259645)
  • Phil Jones décrit la mort du sceptique, John Daly, comme "en quelque sorte une bonne nouvelles. (1075403821)
  • Ben Santer dit (sans doute en plaisantant!) qu'il est "tenté, très tenté, de tabasser" le sceptique Pat Michaels. (1255100876)
  • Phil Jones écrit à l'Université de Hull pour essayer d'empêcher la sceptique Sonia Boehmer Christiansen d'utiliser son affiliation Hull. Graham F Haughton de l'Université de Hull affirme que c'est plus facile de promouvoir "les trucs écologiques" maintenant que SB-C a pris sa retraite. (1256765544)

Divers

  • Briffa finance le dendrochronologue russe Shiyatov, qui lui demande d'envoyer de l'argent sur son compte bancaire personnel de manière à éviter les impôts, pour ainsi préserver l'argent pour la recherche. (0826209667)

Et pour les lecteurs français, l'affaire Courtillot dans l'affaire

  • Bard écrit à Jones pour de l'aide. Jones demande aux membres de Real Climate (Mann, Schmidt, Pierrehumbert) d'écrire à Science en faveur de Bard et Mann propose de rédiger un article sur Real Climate pour attaquer Courtillot. [Real Climate a effectivement critiqué de manière virulente Courtillot dans deux posts s'intitulant "les Chevaliers de l'Ordre de la Terre Plate" écrits par Pierrehumbert qui ont inspiré Libé et le Monde]. (1200426564)
  • Jouzel écrit au même moment à Jones pour lui demander d'aider Bard en disant que "la situation est vraiment très mauvaise [pour Edouard Bard]". (1200493432)

Consulter également la source chez Bishop Hill, un fin connaisseur de la crosse de hockey, avec d'excellentes synthèses sur la question comme Caspar and the Jesus Paper ou The Yamal Implosion

http://skyfal.free.fr/?p=422


 

ClimateGate : La démocratie selon l'ONU

Conférence de presse - sommet de Copenhague - 11 décembre 2009

Le journaliste Phelim McAleer (et réalisateur du film Not Evil Just Wrong) demande au professeur Stephen Schneider (climatologiste, université de Stanford) son opinion au sujet du Climategate.


Cependant, les journalistes qui font leur travail ne semblent pas être les bienvenus au sommet de Copenhague.


Réponse armée aux questions sur le 'Climategate'

http://www.dailymotion.com/video/xbgonz_reponse-armee-aux...


Plus de détails ici:
http://biggovernment.com/2009/12/11/un-security-stops-jou...

 

Petite banniere 400x50

 

02:45 Publié dans ClimateGate/GIEC/COP21, Copenhague, L'escroquerie du CO2, ONU | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!