Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2015

Astéroïdes : comment les dévier pour mieux protéger la Terre ?

Instaurez les liens !

Ben voyons ! Comme par hasard, ils se posent la question de savoir comment détourner un astéroïde qui serait dangereux pour la Terre, dans un article paru hier dans Futura science.

L'article reprend les arguments développés dans cet article Breaking News : Une comète de 3 km de diamètre se dirige droit sur Terre avec des cris et des sons démoniaques mystérieux! (vidéos) qui dit qu'à l'heure actuelle personne n'a les moyens technologiques de détourner les astéroïdes, et que l'unique solution actuelle, serait celle de faire exploser une charge nucléaire près de l'astéroïde avec les conséquences que nous connaissons. Ils ne seraient prêts soi-disant à dévier les astéroïdes, qu'en 2022.

La question est donc celle de savoir, comment feront-ils pour dévier la comète qui se dirige vers la terre et qui devrait percuter NY, entre les 15 et 28 septembre 2015 ?

Soyez attentifs aux mouvements de toutes les armées dans le monde, aux tests et aux ventes des missiles nucléaires ! 

Dans ce contexte de préparation mondiale, est-ce un hasard, si l’accord de Vienne sur le nucléaire Iranien a été entériné  par l’Onu, le 21 juillet 2015 ?

 


Astéroïdes : comment les dévier pour mieux protéger la Terre ?


Le 25/07/2015 à 13:37 - Rémy Decourt, Futura-Sciences

Face au risque (faible mais pas nul) qu'un astéroïde de taille importante frappe la Terre, les agences spatiales étudient les moyens possibles pour protéger la planète. Selon l'idée actuelle, la déviation de l'objet serait la solution la plus pragmatique. Il ne reste plus qu'à acquérir les technologies nécessaires, ce qui n'est pas si simple…

La déviation est la solution retenue pour protéger la Terre d'une collision avec un astéroïde. Bien qu'il existe d'autres solutions, celle-ci semble faire l'unanimité. © Esa, P. Carril

 La déviation est la solution retenue pour protéger la Terre d'une collision avec un astéroïde. Bien qu'il existe d'autres solutions, celle-ci semble faire l'unanimité. © Esa, P. Carril

Parmi les 600.000 astéroïdes connus dans notre Système solaire, environ 10.000 sont classés comme géocroiseurs et proches de nous (NEA, pour Near Earth Asteroids en anglais), présentant donc une menace pour la Terre. En d’autres termes, soit leur orbite coupe celle de la Terre, soit elle s’en approche si près qu’une modification de cette orbite pourrait les amener sur une trajectoire de collision avec notre Planète.

Or, si tous les géocroiseurs de plus d'un kilomètre sont connus, seuls 80 % de ceux de 500 mètres, 20 % de ceux de 300 mètres et 10 % de ceux de 100 mètres sont recensés pour l'instant. En raison de l’amélioration des moyens d’observation et de surveillance du ciel, le nombre d’objets potentiellement dangereux pour la Terre ne peut qu’augmenter. D'autant que les progrès réalisés dans les optiques et les CCD (Charge-Coupled Device ou dispositif à transfert de charge) rendent la détection et la caractérisation des astéroïdes à la portée de tous les astronomes amateurs.

Avec un tel potentiel de découverte, on ne peut que jouer à se faire peur. Et, bien que les statistiques nous rassurent, le risque de collision étant tout de même voisin de zéro, les agences spatiales ne peuvent pas rester les bras croisés. Aujourd’hui, les scénarios de menaces des NEO sont connus et les exercices de simulation de collision avec la Terre permettent de se faire une idée précise des réponses à apporter pour s'en protéger. Et cette réponse, c’est la déviation, seule solution réaliste.

Connaître les éphémérides des astéroïdes

Toutefois, la première priorité est de mieux connaître les éphémérides des astéroïdes afin de permettre de lever les doutes sur des risques de collision. Aujourd'hui, les calculs de trajectoire sont si hasardeux que de nombreux astéroïdes sont annoncés comme impacteurs possibles avant que les scientifiques ne se rétractent. S'il subsiste une incertitude, la caractérisation de l'astéroïde menaçant devient la priorité. Taille, densité, structure interne et composition sont des paramètres essentiels qui détermineront de quelle façon l'astéroïde sera dévié de sa trajectoire.

Le Cnes veut profiter du prochain passage d’Apophis au-dessus de la Terre, en 2029, pour envoyer une sonde voler en formation avec lui. L’objectif de la mission est de mieux connaître sa structure interne et son comportement aux effets de marée provoqués par la Terre, voire d’être en capacité de le dévier. © DR
Le Cnes veut profiter du prochain passage d’Apophis au-dessus de la Terre, en 2029, pour envoyer une sonde voler en formation avec lui. L’objectif de la mission est de mieux connaître sa structure interne et son comportement aux effets de marée provoqués par la Terre, voire d’être en capacité de le dévier. © DR

Trois solutions pour dévier un astéroïde

La solution de facilité est de faire exploser à proximité de sa surface une charge nucléaire pour le dévier. L’astéroïde ne se fragmentera pas, même ceux constitués d’un empilement de débris. On s’attend à ce que le flux neutronique au contact de sa surface soit en mesure de le dévier de sa trajectoire. Autre méthode : un impacteur lancé à très grande vitesse contre l'astéroïde. Dans ce scénario, les scientifiques prévoient que la zone de l’impact va chauffer et provoquer un dégazage ce qui, additionné à la force de l’impact, devrait être suffisant pour le dévier de sa trajectoire.

Enfin, si l'astéroïde est découvert suffisamment loin de la Terre, la troisième idée est celle du tracteur gravitationnel. Un engin suffisamment massif évoluant tout près de l'astéroïde pourrait le faire dévier lentement de sa route. Une technique qui sera testée sur l'astéroïde Apohis dont les possibilités d’impact dans les années à venir sont en débat. A contrario, si l’astéroïde est découvert trop près de la Terre, aucune de ces solutions de déviation n'est envisageable, par manque de temps.

De toute façon, et c'est là que le bât blesse, aujourd'hui, on ne sait pas dévier un astéroïde. Aucune démonstration n'a été réalisée, à l’exception de la mission Deep Impact de la Nasa qui consistait surtout à creuser un cratère pour en étudier les éjectas. L’urgence est donc d’arriver à une coopération mondiale, de coordonner les efforts d’étude des technologies nécessaires et d’avancer sur les politiques de recherche et de développement afin d’être prêt le jour où une menace sera confirmée. C'est ce que préparent la Nasa et l'Esa avec la mission Aida qui doit dévier un astéroïde inoffensif en 2022.

 

16/01/2015

Au coeur du cosmos. Retour aux origines

 


04/01/2015

Le mystère du Judaïsme et de l’Hexagone sur Saturne ou "Le Seigneur des Anneaux" !

A rapprocher de ces articles :

*- Le Seigneur des Anneaux : La trilogie

* - L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne ou "Le Seigneur des Anneaux" !

 

Le mystère du Judaïsme et de l’Hexagone sur Saturne

 

 

 

Une leçon très intéressante qui va vous laisser perplexe mais s’il vous plait, faites moi confiance et continuez de lire car vous ne serez absolument pas déçu.

 

Il y a pas si longtemps Cassini, le satellite de la NASA lancé dans l’espace pour étudier Saturne, Titan et les divers satellites des géantes gazeuses a fait une découverte incroyablement remarquable. Il y a un hexagone parfait au pôle nord de Saturne qui semble pivoter sur lui-même sans s’altérer. On peut y insérer 2 planètes Terre sans problème.

 

Vous allez me dire… Cool ! Mais encore ?

 

Eh bien voila ce qu’il faut retenir. Les Juifs sont actuellement des adorateurs de Saturne. Le seigneur des anneaux. Leur jour saint est le Samedi, jour de Saturne. Les anneaux de Saturne ont été découverts sur les plaines de Babylone, par les sumériens sur leur ziggourat, ils remarquèrent que c’était une planète ‘couronnée’ et vouèrent un culte aux colliers, anneaux, pierres précieuses. Nous savons qu’en anglais le mot ‘jew’ (juif) est aussi employé dans ‘jewelry’, et savons aussi que le jeune Dieu des catholiques avant la réforme de saint Paul était un Dieu saturnien. La tradition de mettre des anneaux quand l’on se marie est un exemple parmi tant d’autres. Le fait que les femmes portent des anneaux pour ‘écouter leur Dieu saturne’ aussi.

 

Et si vous regardez bien le symbole des Juifs, c’est actuellement un hexagramme, et un hexagramme rentre facilement dans un hexagone. Coïncidence remarquable. Les gens ne savaient pas cela auparavant. Donc comment les Juifs ont-ils pu savoir que Saturne était la planète
avec un hexagone, et ont voué un culte à celle-ci en utilisant l’étoile de Saturne? (LISEZ CET ARTICLE : L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne ou "Le Seigneur des Anneaux" !

 

Le magicien Aleister Crowley dans un de ses essais suppose que les Juifs ont communiqué avec la planète Saturne de façon télépathique et auraient reçu l’information ‘magiquement’. A vrai dire le mystère est tellement incroyable qu’il n’y a aucune réponse logique cohérente à offrir. Donc à vos méninges et pensez à investiguer et à lire l’article sur l’étoile de Saturne.

 

Il n’y avait Aucun Moyen de savoir qu’un hexagone parfait se trouvait sur le pôle nord de Saturne car il a fallut attendre les années 2000 pour le savoir. Donc comment ont-ils pu le savoir ? On leur a dit ? Des extraterrestres ? Démons ? Anges ? Vous décidez.

 

 

L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne ou "Le Seigneur des Anneaux" !

Pour établir le lien avec la Trilogie initiatique  "Le Seigneur des Anneaux = Saturne" issue des livres écrits par Tolkien qui était écrivain, poète, philologue, qui était un homme parfaitement instruit, écrivain, poète, philologue, qui fréquentait des gens particulièrement haut placés dans la hiérarchie des élites. 

Biographie de John Ronald Reuel Tolkien : ICI 

Nouvelle image (6).JPG

L’étoile de David est le symbole du dieu païen Saturne

Le symbole que nous appelons « Etoile de David » est en fait un ancien symbole pour le dieu païen du ciel Saturne.

L’adoration de Saturne est encore active de nos jours, mais nous ne la reconnaissons pas.

Ancien Testament – Amos 5:26

Amos 5:24-27 Version Louis Segond

26 Emportez donc la tente de votre roi, Le piédestal de vos idoles, L’étoile de votre Dieu Que vous vous êtes fabriqué!

Amos 5:24-27 Version Bible du Semeur

26 Mais vous avez porté Sikkouth qui était votre roi, Kiyoun, votre statue, l’étoile de vos dieux que vous vous êtes fabriqués.

[Sur la source anglaise on peut lire les notes sur le côté, dont l’une dit:]

Chiun/Kiyoun : L’équivalent Grec ou Egyptien pour Remphan

Nouveau Testament – Actes 7:43

Actes 7:43 Version Louis Segond

43 Vous avez porté la tente de Moloch Et l’étoile du dieu Remphan, Ces images que vous avez faites pour les adorer! Aussi vous transporterai-je au delà de Babylone.

Actes 7:43 Version La Bible du Semeur

Non, vous avez porté la tente de Molok et l’astre de votre dieu Rompha, idoles que vous avez fabriquées pour vous prosterner devant elles. C’est pourquoi je vous déporterai plus loin que Babylone.

D’autres références sur Kiyoun/Remphan = Saturne (d’après the New Strong’s Exhaustive Concordance of the Bible)

REMPHAN (rem’fan) Une idole vénérée par Israël.
Moloch, and the star of your god Remphan Moloch, et l’étoile de votre dieu Remphan Actes 7:43

CHIUN (ki’-un) voir REMPHAN. Un autre nom pour le dieu Saturne.

Maintenant quelques références en Français pour Kiyoun / Kyun / Kijun:

Sirius, aperçus nouveaux sur l’origine de l’idolatrie. Introduction Par Le Quen d’Entremeuse

La Bible: traduction nouvelle avec introductions et commentaires, Volume 2

Astronomie et Bulletin de la Société astronomique de France, Volume 44

Et vous avez des tonnes et des tonnes de référence qui vous diront que c’est en rapport à Saturne…

C’est la même chose pour Remphan, d’après le Dictionnaire universel de philologie sacrée Par Charles Huré,Edward. – Leigh,Ludovicus Wolzogen.

Donc l’étoile de Dieu est l’étoile de Saturne

Voir
Google : Remphan
Chiun Star God

Petit Bonus ! Le pape et son chapeau Saturnien.

23/12/2014

Prévisions astrologiques 2015 par Roland Legrand

Pour savoir à quoi nous attendre pour l'année 2015.

Ajoutée le 14 sept. 2014

L'analyse des différents transits planétaires importants en 2015 et leurs répercussions possibles sur les natifs certains signes et leur résonance sur l'ensemble du zodiaque.
Par Roland Legrand, fondateur de l'école ABLAS, Brisbane, Australie
Site Internet : http://www.ablas-astrology.com


 

16:56 Publié dans Astrologie - Astronomie | Lien permanent | |  del.icio.us | |  Imprimer | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |